Après le Futuroscope, la Compagnie des Alpes a encore soif d'acquisitions

 |   |  512  mots
(Crédits : M VIMENET/D LAMING, Architecte / Parc du Futuroscope)
La CDA est devenue lundi le premier actionnaire du parc à thème. Elle espère boucler une ou deux opérations de croissance externe d'ici deux ans.

Le conseil général de la Vienne a choisi lundi d'ouvrir le capital du Futuroscope à la Compagnie des Alpes (CDA). Cette dernière rachète 43% à 45% du capital de la société d'exploitation du parc à thème sur la base d'une valeur d'entreprise de 56 millions d'euros. Le département restera impliqué avec une part de 38 % via une société d'économie mixte détenue par le Conseil général de la Vienne et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). Le solde du capital restera entre la CDC, Unibail et de l'autocontrôle.

"Désormais la CDA détient deux des trois premiers parcs d'attraction français", souligne le président de la CDA, Dominique Marcel. Cela ne lui suffit pas. Il espère réaliser "une ou deux acquisitions de grands sites en Europe d'ici dix-huit mois à deux ans", confit-il à "La Tribune". Sur les deux métiers exercés par la CDA, le potentiel de développement par croissance externe se concentre sur l'exploitation de parcs de loisirs plutôt que sur l'exploitation des remontées mécaniques. Pour être prêt à saisir les opportunités d'acquisition qui devraient se présenter grâce à la crise, le dirigeant souligne qu'il n'a aucun problème de financement "pour les prochaines années". La structure financière vient d'être assainie (les dettes représentent seulement 0,5 à 0,6 fois les fonds propres) grâce à une augmentation de capital de 100 millions d'euros réalisée cet été, suivie d'une émission obligataire de 200 millions. Le dispositif est complété par des lignes de crédit déjà négociées.

L'objectif de la CDA est désormais de "se concentrer sur des grands parcs, porteurs de valeurs". Le Futuroscope répond parfaitement à ce cahier des charges. Son nom est connu et son positionnement, tourné vers les technologies, est unique. Ce parc a accueilli 1,7 million de visiteurs en 2010, soit 500.000 de plus qu'en 2009. L'objectif de la CDA est "d'amplifier le succès" du Futuroscope dans les prochaines années. Dominique Marcel rappelle que le parc a reçu jusqu'à 2,8 millions de visiteurs par an en 1997. La CDA s'est engagée à investir chaque année dans le Futuroscope l'équivalent de 10% du chiffre d'affaires du site à partir de 2012. "Ce rythme s'inscrit parfaitement dans nos politiques d'investissement dans les parcs de loisirs", explique l'exploitant du Parc Astérix, de la Mer de Sable, de Walibi et du musée Grévin. Dans le cas du Futuroscope, cela permettra de renouveler 20% de l'offre chaque année et ainsi d'inciter les visiteurs à revenir plus souvent.

Sur le plan financier "cette acquisition sera relutive dès la première année". La CDA mettra à disposition de sa nouvelle filiale sa force de commercialisation en France, auprès des comités d'entreprises en particulier, et à l'étranger, grâce à ses partenariats avec des tour-opérateurs. Et elle espère abaisser les coûts d'exploitation en renégociant avec les fournisseurs qu'elle connaît déjà. En revanche, aucune mesure sociale n'est prévue et l'équipe de direction du parc est maintenue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :