Quand les autorités chinoises se font pigeonner par des colombophiles

 |   |  468  mots
Les courses de pigeons sont très prisées des Chinois, qui rachètent ces oiseaux pour des milliers d'euros / Reuters.
Les courses de pigeons sont très prisées des Chinois, qui rachètent ces oiseaux pour des milliers d'euros / Reuters. (Crédits : Reuters)
Les éleveurs belges de pigeons revendent leurs oiseaux au prix fort aux Chinois, très friands de courses de pigeons voyageurs. Mais les autorités chinoises accusent les vendeurs d'avoir faussé le prix de vente de leurs volatiles pour payer moins de droits de douanes.

Il vole plus vite que son ombre. Bolt, un pigeon voyageur élevé en Belgique, est resté plusieurs semaines coincé à Pékin avant de pouvoir rejoindre son nouveau propriétaire chinois.

Si cet oiseau ne mesure que quelques centimètres de long, il vaut des dizaines de milliers d'euros. En mai dernier, son ancien maître, Leo Heremans, l'a revendu 310.000 euros à un riche chinois, resté anonyme. Bolt, qui doit son surnom au sprinteur jamaïcain Usain Bolt, est alors devenu l'oiseau le plus cher du monde. L'animal s'est retrouvé, cet été, au cœur d'un imbroglio touchant les exportations de pigeons voyageurs de Belgique vers la Chine, rapportait, samedi 28 septembre, le journal belge La Dernière Heure.

> Voir la présentation de Bolt : 

En mai dernier, des éleveurs belges ont vendu 401 pigeons à des Chinois pour un montant total de 1,7 million d'euros.

Les courses de pigeons voyageurs sont très populaires dans l'Empire du Milieu et peuvent rapporter beaucoup d'argent à leurs propriétaires. "Ils sont plus de 300.000 colombophiles (amateurs de courses de pigeons, NDRL), c'est presque autant que le reste du monde", expliquait, en mai dernier, José de Sousa, président de la Fédération colombophile française au journal Le Figaro.

Des prix de vente fraudés à la douane

Ce juteux business est fortement taxé puisque les droits d'importation s'élèvent à 10% du prix de vente du pigeon, auquel se rajoute la TVA (13% du prix). "Le montant à payer sur un champion comme Bolt est de 75.330 euros", a calculé le journal La Dernière Heure.

Les douaniers chinois ont donc été surpris lorsqu'ils ont découvert que le prix de vente officiel de ces pigeons s'élevait à 99 euros. "En Belgique, les vendeurs certifient que tout a été fait dans les règles, que les pigeons ont été déclarés à leur vraie valeur. Les Belges se disent victimes d'intermédiaires peu scrupuleux et, pour eux, un chantage est exercé sur les pigeons belges de compétition", explique le journal.

Le trafic des pigeons voyageurs est devenu monnaie courante en Chine. La mafia chinoise s'attaque directement aux élevages de pigeons belges. En 2009, un éleveur de la région d'Anvers avait découvert 14 de ses oiseaux morts, une patte coupée.

Les malfaiteurs avaient, en fait, dérobé leur bague d'identification, rapportait alors le quotidien 20 Minutes. Ils les réutilisent ensuite pour les placer sur des pigeons quelconques et les revendre au prix fort.

Un deuxième convoi bloqué

Si un accord a finalement été trouvé avec les autorités chinoises pour débloquer la vente de ces 401 pigeons, une deuxième livraison de 1.212 oiseaux vient de nouveau d'être bloquée à Pékin.

Avec, à la clé, beaucoup d'argent à perdre pour leurs propriétaires belges. Au moins cinq pigeons du premier convoi auraient ainsi péri lors du premier blocage.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2013 à 11:42 :
Il est très drôle de parler de pigeons voyageurs avec une belle photo d'un pigeon ramier dit palombe (Columba palumbus) qui n'a strictement rien à voir avec le volatile dont il est question dans l'article.
Avant de publier, vérifier vos sources...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :