En juillet, la France a fait le plein de touristes, français comme étrangers

Après deux années de crise sanitaire qui ont lourdement affecté leur secteur, les professionnels de l'hébergement touristique ont retrouvé les vacanciers au mois de juillet. C'est particulièrement vrai pour l'hôtellerie plein-air qui retrouve des niveaux de fréquentation proche de ceux de 2019.
Dans l'hôtellerie plein-air, les régions les plus plébiscitées sont l'Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine et la région SUD-PACA.
Dans l'hôtellerie plein-air, les régions les plus plébiscitées sont l'Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine et la région SUD-PACA. (Crédits : Reuters)

L'optimisme se confirme pour les professionnels du tourisme avec un mois de juillet au beau fixe. Les premiers chiffres de fréquentation confirment, en effet, le retour des vacanciers à des niveaux proches de ceux d'avant la crise sanitaire. Une bouffée d'air pour le secteur, qui pesait environ 6% du PIB fin 2019, et qui a été lourdement frappé par les restrictions mises en place pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Première illustration de ces nombreux départs en vacances : la SNCF avait annoncé depuis plusieurs mois qu'elle se préparait à une fréquentation record cette année. Fin juin, elle a d'ailleurs indiqué mettre en vente 500.000 places supplémentaires dans les trains cet été. Pour juillet et août, 22 millions de billets ont été vendus dont 18 millions sur les grandes lignes et 4 millions sur les TER, soit une progression de 10% par rapport à 2019.

Lire aussiTransport aérien : la crainte que le fort rebond estival ne soit qu'un feu de paille

Souvent empêchés de pouvoir se déplacer durant l'été ces deux dernières années, 7 Français sur 10 avaient donc l'intention de le faire pour la saison estivale 2022. Cela représente un gain de 10 points par rapport à la même période l'an passé, selon le baromètre des intentions de départ des Français d'Opinion Way pour Atout France et ADN Tourisme. On observe le même phénomène du côté de la clientèle internationale et ce, depuis plusieurs mois. En effet, les recettes du tourisme international s'établissaient en mai 2022 à 4,7 milliards d'euros, soit un niveau supérieur aux standards de 2019 pour la première fois depuis le déclenchement de la pandémie. Pour cet été, les intentions de séjour de cette clientèle se retrouvaient à des niveaux proches, voire supérieurs à ceux observés au cours de la saison 2019. L'été s'annonçait donc sous les meilleurs auspices, ce qui s'est confirmé. En témoignent les transformations de ces intentions en réservations qui sont nettement plus élevées que pour les deux années précédentes, avec des progressions de 20 à 30 points selon les marchés par rapport à la saison 2021, d'après le baromètre des intentions de départ des clientèles internationales / TCI.

L'hôtellerie plein-air très prisée des Européens

Tous les types d'hébergements profitent de ce regain du tourisme à commencer par l'hôtellerie plein-air qui connaît une progression de 7% par rapport à 2021 du nombre de nuitées globales réservées pour la période s'étalant du 4 au 24 juillet. Dans le détail, la fréquentation française est légèrement supérieure à celle de l'année passée avec une hausse de 0,3% des nuitées sur les trois premières semaines de juillet par rapport à la même période en 2021, selon les chiffres de l'observatoire Atout-France, FNHPA - ADN Tourisme. En outre, à date, le volume de réservations attendu pour fin juillet et le mois d'août dans l'hôtellerie plein-air est 26% supérieur à la même période l'année dernière.

Mais c'est surtout la clientèle internationale qui remplit les campings et autres hébergements en plein air avec une croissance de 34% des nuitées internationales réservées par rapport à l'an passé. Plus précisément, ce sont les Néerlandais, Belges et Allemands qui occupent le top 3 des nuitées internationales dans ce type d'hébergements, sur le mois de juillet. On note également un retour très marqué de la clientèle britannique. « Avec la hausse des prix du carburant, ces vacanciers partent moins loin et privilégient la France qui est aussi une destination croisée. Ceux qui se rendent par exemple en Espagne vont séjourner quelques jours dans notre pays pendant leur trajet », explique Laurent Duc, président de la branche hôtellerie de l'Union des métiers de l'industrie de l'hôtellerie (Umih)

Enfin, côté destinations, c'est sans surprise le littoral qui reste en tête des demandes de la clientèle de l'hôtellerie de plein-air, en globalisant 53% des nuitées réservées. Les régions les plus plébiscitées sont l'Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine et la région SUD-PACA. Mais la campagne sort elle aussi son épingle du jeu depuis trois ans, indique Laurent Duc. « Les gens ont redécouvert la France avec des destinations comme le Jura, le centre de la Bretagne, la Baie de Somme. Des endroits plutôt délaissés auparavant pour le littoral mais où il fait bon en ces temps de fortes chaleurs et qui connaissent donc un regain d'intérêt », analyse-t-il.

Les campings, destination économique par excellence

Ce retour des touristes dans les hébergements d'hôtellerie plein-air est particulièrement visible dans les campings, témoigne Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l'hôtellerie plein-air (FNHPA). Il se félicite de voir ces lieux de vacances enregistrer une hausse du nombre de séjours de 24% fin juillet par rapport à 2021 même si cela reste inférieur à 2019. « Ce qui est particulier cette année, c'est que la première quinzaine de juillet, période qui a d'habitude le plus de mal à démarrer, est celle qui a le plus progressé en 2022 avec une hausse de 28% des séjours enregistrés », note-t-il, se montrant confiant pour le mois d'août : « C'est le mois le plus important durant lequel on réalise 38% de la fréquentation de l'année, en temps normal. Et il s'annonce très bon aussi ». Un phénomène qui s'explique par le contexte économique, selon lui. « Cette année, les gens ont privilégié des hébergements économiques. Or, le camping offre un très bon rapport qualité-prix. Les clients peuvent louer un simple emplacement pour leur tente, mobile-home ou camping-car et peuvent choisir de prendre leur repas dans leur habitation »En conséquence, les établissements de restauration des campings « ne font pas leur chiffre habituel même si la fréquentation est bonne », pointe-t-il.

L'hôtellerie et les locations touristiques font aussi le plein

Et même lorsqu'elle n'est pas en plein-air, l'hôtellerie séduit largement cet été. Les taux d'occupation se sont, ainsi, améliorés en juillet. C'est particulièrement visible à Paris où ils ne sont plus que très légèrement inférieurs aux niveaux pré-pandémiques (-3,6% pour Paris, -4,9% pour la France hors Ile-de-France). A nouveau, c'est tant la clientèle française qu'internationale qui est au rendez-vous bien qu'il faille compter sans celle venue de Chine, du Japon ou encore des pays arabes. « Mais les vacanciers américains sont, eux, au rendez-vous, explique Laurent Duc, encouragés notamment par la parité euro/dollar ». « On voit aussi que le Brexit n'a pas freiné les voyageurs britanniques », se réjouit-il.

Comme l'hôtellerie et l'hôtellerie plein-air, les locations touristiques bénéficient, elles aussi, du retour des touristes avec un rééquilibrage qui semble se dessiner par rapport aux fréquentations record observées sur le mois de juillet 2021. Au 25 juillet, les prévisions de réservations pour le mois d'août 2022 étaient très légèrement inférieures à celles observées en 2019 (-6%). D'autant que les réservations de dernière minute pourraient permettre de réduire cet écart.

Un mois de septembre sous de bons auspices

Ces chiffres sont d'autant plus encourageants que les professionnels du tourisme doivent faire face à plusieurs difficultés cet été notamment les températures caniculaires sur tout l'Hexagone et, dans certains secteurs, d'importants feux de forêt. Par ailleurs, même si les niveaux actuels de contamination restent encore loin de ceux connus au plus fort de la crise sanitaire, une reprise épidémique est néanmoins observée depuis plusieurs mois en France et en Europe pouvant conduire à des annulations de séjours. Enfin, un grand nombre de professionnels, notamment dans l'hôtellerie-restauration, rencontrent, encore et toujours, des difficultés de recrutement. « Nous embauchons, dans l'hôtellerie plein-air, 40.000 saisonniers chaque année. A la fin du mois de mai, il nous en manquait encore 4.000 », témoigne Nicolas Dayot qui assure : « Cela n'a pas dégradé la prestation mais ça complexifie l'organisation. A certains endroits, il a fallu optimiser un peu les horaires en fermant des restaurants plus tôt ou un jour par semaine ».

Lire aussiTourisme : les difficultés de recrutement vont-elles freiner l'embellie annoncée de l'été 2022 en Occitanie ?

Malgré ces quelques ombres au tableau, la bonne santé affichée par le tourisme cet été devrait se poursuivre en septembre tant du côté de la clientèle française qu'internationale. Sur la seule hôtellerie de plein air, les réservations à date pour le mois de septembre attestent d'une progression de 33% pour la clientèle française et +57% pour celle étrangère par rapport à 2021. Un optimisme que confirme Nicolas Dayot. « Le mois de septembre va, sans doute, être celui qui progresse le plus cette année, notamment grâce aux retraités ». Selon le président de la FNHPA, « on observe un allongement de la saison depuis une dizaine d'années et cela s'est renforcé en 2021 et 2022 ». Mais il faudra encore attendre un peu pour savoir si le mois de septembre est à l'image des deux précédents puisque plus d'un tiers des réservations des vacanciers sont désormais faites dans les deux semaines précédant un voyage, en particulier en dehors de la pointe estivale. D'autant que, la météo, comme la hausse des prix, peut modifier les dynamiques de réservations futures.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/08/2022 à 18:18
Signaler
Je vis dans un département rural. Ni TGV, ni aéroport, ni autoroute. Une des plus faibles densité humaine au km² de France. Très agréable surtout lorsque l'on ne travaille plus. Des visiteurs de tous les coins de France et aussi de l'extérieur. Mais ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.