Grève des contrôleurs aériens : le trafic toujours perturbé

 |   |  363  mots
Le trafic aérien est toujours perturbé ce vendredi, en raison de la grève des aiguilleurs du ciel. 50% des vols devraient être annulés à Orly et 15% à Roissy.
Le trafic aérien est toujours perturbé ce vendredi, en raison de la grève des aiguilleurs du ciel. 50% des vols devraient être annulés à Orly et 15% à Roissy. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le trafic aérien est toujours perturbé ce vendredi, en raison de la grève des aiguilleurs du ciel. 50% des vols devraient être annulés à Orly et 15% à Roissy. Le retour à la normale est prévue pour samedi matin et les négociations devraient se poursuivre la semaine prochaine.

Le trafic aérien était encore perturbé ce vendredi surtout au départ d'Orly, en raison de la grève d'agents de l'aviation civile lancée en début de semaine, selon Aéroport de Paris (ADP).

Cependant les syndicats ont évoqué dans l'après-midi une "ouverture" du gouvernement. Les négociations devraient ainsi se poursuivre la semaine prochaine et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) prévoit un retour à la normale dans le ciel français à partir de samedi matin.

En attendant, à Orly, 50% des vols devaient être annulés, et à Roissy, les annulations concernaient 15% des vols. "La situation est similaire à celle de jeudi", selon ADP, qui recommande aux passagers de s'informer auprès de leur compagnie avant de se rendre à l'aéroport.

Futur ciel européen

Les aiguilleurs du ciel réclament des garanties écrites sur leur futur statut, dans le cadre de la mise en place d'un système de contrôle aérien européen (le "ciel européen"), avec l'Allemagne, la Suisse, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, prévu d'ici à 2012. Des réunions mercredi entre les syndicats de la DGAC et le ministère de l'Ecologie (auquel est rattaché le secrétariat d'Etat aux Transports) n'ont pas permis de faire cesser le mouvement.

Une mission de concertation annoncée cette semaine par le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a été confiée à l'eurodéputé socialiste Gilles Savary, pour préparer la mise en place de ce ciel européen. Selon Didier Pennes, délégué SNPACM-FO, ce vendredi, elle aura "un mandat élargi pour inclure toutes les sensibilités".

Air France : grève des pilotes aussi

Au mouvement des aiguilleurs du ciel s'est ajouté une grève de certains des pilotes d'Air France, à l'appel de quatre syndicats minoritaires, inquiets d'un projet de restructuration du réseau court et moyen courrier.

Cette grève n'aurait pas eu d'impact, selon la direction de la compagnie, qui a annoncé qu'elle assurerait 100% de ses vols long-courriers, 85% de ses vols court et moyens courriers au départ de Roissy et 50% de ceux au départ d'Orly.

Consultez ici notre guide pratique pour éviter de vous rendre inutilement à l'aéroport.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2010 à 17:07 :
Comme d'habitude en France ce sont les nantis qui font greve et qui affaiblissent encore plus ceux qui n'ont aucun pouvoir, les usagés comme ils nous appellent.
Mais bientot nous ne pourront plus payer tous ses champions du corporatisme.
a écrit le 26/02/2010 à 21:51 :
Il y en a ici qui font preuve d'un tel mépris à l'égard des revendications de salariés qu'un peu de gêne dans leur petite vie dorée de bourgeois donne quand même du plaisir. Contrairement au proverbe qui soutient que là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir ! Les acquis sociaux se protègent...il n'y a pas que les profits des SA à privilégier !
a écrit le 26/02/2010 à 12:46 :
Les aiguilleurs du ciel sont les emm**deurs du sol français.
Je devais prendre l'avion, je réserve bien en avance, donc j'organise notre séjour bien en avance.

Leurs revendications, je les jette à la poubelle. Ils pleurent pour quelques centaines d'euros qu'ils n'ont pas mais se moquent des centaines d'euros que les passagers vont perdre en :
-billet de train non remboursés (pour se rendre à l'aéroport)
-hôtel
-jour de congé bloqué chez soi au lieu d'être en vacances

a écrit le 26/02/2010 à 12:36 :
Je lis toujours la même chose dans tout les médias, à croire que l'AFP fait de la désinformation. L'intersyndicale, qui représente la majorité des personnels de la DGAC et pas uniquement les contrôleurs aériens, demande à ce que soit adopté le principe de la coordination renforcée entre prestataires de la navigation aérienne au sein du FABEC, option déjà retenue pour tous les autres FAB d'Europe. Ce projet permettra d'optimiser un peu (car elles le sont déjà) les routes aériennes en Europe centrale et beaucoup plus si les militaires libèrent une partie de leur espace. Mais ce qu'à décidé pour le moment notre Gouvernement et qu'a annoncé Dominique Bussereau c'est une fusion des prestataires du FABEC qui aura de lourdes conséquences sociales et un coût économique non négligeable. Pourquoi faire ce choix ? Une partie de la DGAC, alors inévitablement éclatée de par les missions (navigation aérienne, contrôle et surveillance des acteurs du transports aérien, réglementation) qu'assurent ses différentes directions, sera alors capitalisée et les redevances aériennes qui financent actuellement toutes ces missions pourront alors profiter à des investisseurs. Le reste sera alors à la charge du contribuable. De plus, à l'image de l'Allemagne, les centres de contrôle les moins rentables seront fermées, les petits aérodromes abandonnés, et les principaux services de support seront externalisés. Ce qui est un comble quand on voit que la DGAC ne coûte actuellement rien au contribuable grâce à son budget annexe (et un système d'emprunt), est particulièrement performante en terme de sécurité, et affiche les tarifs de redevance les plus bas d'Europe de l'Ouest ! Enfin, l'intersyndicale s'oppose à l'application aveugle de la RGPP (de nombreux services sont en sous-effectif) et demande des avancées pour les plus bas salaires (car il y a aussi des ouvriers et des administratifs à la DGAC). Enfin, il est utile de rappeler que l'intersyndicale demande une ouverture du dialogue depuis des semaines et déplore être contrainte à en appeler à la grève pour obtenir un début de négociation ! Il ne faut pas se tromper : c'est le gouvernement qui prend ainsi les passagers aériens en otage, et nous sommes les seuls en Europe...
a écrit le 26/02/2010 à 11:06 :
connait-on vraiment les raisons de cette greve? Le FABEC est il vraiment la revendication? pourquoi les centres de Brest et Bordeaux sont ils en greve alors qu'ils ne sont techniquement pas concernes pas ce projet???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :