Keolis (SNCF) arrache un énorme contrat en Grande-Bretagne

 |   |  232  mots
e groupe associé au britannique Go Ahead au sein de la join-venture Govia, a remporté le contrat du renouvellement de la franchise Thameslink Southern and Great Northern, située dans la région de Londres. Elle génère plus d'1,3 milliard de Livres par an.

C'est un superbe coup pour Keolis. Alors que son président, Jean-Pierre Farandou, déclarait en mars qu'« une partie de l'avenir du groupe va se jouer en 2014 en Grande-Bretagne", l'entreprise de transport urbain (bus, métro, tramways) détenue par la SNCF (70%) et la Caisse de dépôt et de placement du Quebec (30%) a remporté ce jeudi un contrat d'envergure outre-Manche.

273 millions de passagers par an

Préqualifié sur 4 appels d'offres, le groupe associé au britannique Go Ahead au sein de la join-venture Govia, a remporté le contrat du renouvellement de la franchise Thameslink Southern and Great Northern, située dans la région de Londres. Ils en prendront les manettes à partir de septembre pour une durée de 7 ans. L'actuel opérateur, First, transporte 273 millions de passagers. Ce contrat génèrera un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de Livres (1,36 milliard d'euros).

Un contrat énorme. Même si Keolis ne détient que 35% de cette coentreprise, ce contrat est le plus important de son histoire en termes de chiffre d'affaires.

22% des trajets ferroviaires effectués dans le pays

Thameslink est un réseau ferroviaire qui desservira Londres et plusieurs villes importantes au sud (Brighton, Portsmouth) et au nord (Cambridge) de la capitale, ainsi que les aéroports de Gatwick et Luton, et le hub ferroviaire international de St Pancras.

Cette franchise totalisera 22% des trajets ferroviaires effectués dans le pays.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2014 à 23:57 :
Heureusement les anglais ne sont pas aussi protectionniste que les Français. Ici il est toujours impossible qu'une société étrangère s'install
a écrit le 23/05/2014 à 23:57 :
Heureusement les anglais ne sont pas aussi protectionniste que les Français. Ici il est toujours impossible qu'une société étrangère s'install
a écrit le 23/05/2014 à 17:01 :
Ce contrat ne rapportera strictement rien. Il est utilisé uniquement comme référence pour conquérir des marchés extérieurs anglophones. Le problème est que leur tarification est en général calqué sur le schéma de référence. Ici on manipule donc des milliards pour permettre l'emploi de quelques ingénieurs seulement, les autres les cheminots restent anglais bien entendu. C'est le principe de Wimbledon : les anglais pas directement opérateurs pour ces taches mais en tirent avantageusement profit.
a écrit le 23/05/2014 à 16:46 :
La SNCF travaille bien et a compris comme beaucoup d'autres entreprises françaises que moins il est fait d'affaires en France mieux c'est pour éviter, les interventions étatiques/dirigistes, les blocages économqiues des syndicats, les changements continuels des régles fiscales, les jours fériés qui se multiplient etc ...
a écrit le 23/05/2014 à 16:28 :
Très excessif, mais pas faux.
J'espère que s'il y a du matériel roulant à remplacer...ils le prendront aux bonnes dimensions pour que ça passe au niveau des quais :-).
a écrit le 23/05/2014 à 16:27 :
INFO JOURNALISTES ET LECTEURS

Pour information, la SNCF a un service spécial pour les transports exceptionnels.
Ce service a pour mission de mesurer précisément si un convoi peut passer avec sa marchandise volumineuse dans les gares et les tunnels.
C'est du classique dans le métier de l'exploitation ferroviaire.

Alors imaginez pour un achat de plusieurs milliards d'euros en matériel, son Président prétend ne pas avoir eu toutes les données du terrain avant de se prononcer à cause de RFF :)

Attendons le rapport qui va nous être communiqué lundi aux Ministres et aux journalistes

Ce n'est pas bien de faire porter la faute sur son petit camarade de RFF qui aurait pu lui aussi vérifier...

300 Millions pour raboter les quais de gare... ET ?

En termes de conduite du changement, il n'y avait pas plus simple et moins coûteux ?
a écrit le 23/05/2014 à 14:02 :
La sncf prend un marché sur les marchés extérieurs mais refuse toute concurrence au niveau national avec une méthode digne de la dictature stalinienne pour conserver son monopole aux services désastreux. Bruxelles devrait intervenir pour concurrence déloyale au détriment des autres pays de l'U.E.. Le contribuable français n'aurait plus à financer à perte et pourrait choisir des compagnies ferroviaires que la sncf.
a écrit le 23/05/2014 à 13:56 :
La sncf prend un marché sur les marchés extérieurs mais refuse toute concurrence au niveau national avec une méthode digne de la dictature stalinienne pour conserver son monopole au services désastreux. Bruxelles devrait intervenir pour concurrence déloyale au détriment des autres pays de l'U.E.. Le contribuable français n'aurait plus à financer à perte et pourrait choisir des compagnies ferroviaires que la sncf.
Réponse de le 23/05/2014 à 14:53 :
Vous vous ne devez pas sortir beaucoup du pays et prendre les trains à l'étranger... En Angleterre par exemple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :