Alitalia, le conseil accepte le sauvetage (miraculeux ? ) d’Etihad

 |   |  900  mots
(Crédits : reuters.com)
Le conseil d'administration de la compagnie italienne s'est prononcé, ce vendredi, en faveur de l'offre d'Etihad Airways d'investir jusqu'à 1,25 milliard d'euros sur quatre ans dans Alitalia.

1,25 milliard d'euros dans une compagnie qui enregistre des pertes depuis près de 15 ans. C'est l'investissement que veut faire la compagnie d'Abu Dhabi, Etihad Airways, dans Alitalia. Aux 560 millions à investir dans le capital, s'ajouteront 690 millions en 4 ans pour le développement et le renouveau de la flotte. 

1,25 milliard d'euros

Le conseil d'administration de la compagnie italienne s'est prononcé, ce vendredi, en faveur de l'offre d'Etihad Airways d'investir jusqu'à 1,25 milliard d'euros sur quatre ans dans Alitalia et il prévoit de conclure rapidement un accord définitif, a déclaré l'administrateur délégué, Gabriele Del Torchio.

"Aujourd'hui, le projet d'Etihad a été approuvé et le conseil nous a confié, à moi et au président (Roberto Colaninno, ndlr) la mission d'étudier et de boucler rapidement un projet d'accord définitif", a-t-il dit.

Alitalia discute actuellement avec ses banques de la restructuration d'environ 700 millions d'euros de dette, a-t-il précisé.

"Nous avançons mais vous devez comprendre qu'il ne s'agit pas de petites sommes. Nous continuons de travailler", a-t-il expliqué.

Dette

Cette phrase suggère que les pourparlers entre les deux groupes pourraient encore durer. Les négociations butent depuis des mois sur les questions de la lourde dette qui grève les comptes d'Alitalia, et sur les importantes suppressions d'emplois (quelque 2.200 sur un effectif de 12.800 personnes) auxquelles il lui faudrait consentir selon les estimations fournies par les dirigeants italiens.

Le projet suscite aussi de fortes inquiétudes dans le nord de l'Italie en raison de son impact supposé sur l'aéroport milanais de Malpensa.

Selon Gabriele del Torchio, la négociation avec les banques au sujet de la dette d'Alitalia "se poursuit, dans la bonne direction", a-t-il dit, cité par l'agence Ansa à l'issue de la réunion vendredi. "Il faut du temps car le montant est important. Mais tout le monde ressent clairement une volonté de parvenir à une solution avec Etihad", a-t-il ajouté.

Verdict mi-juin

Côté emploi, le dossier reste également sur la table: une nouvelle réunion entre la direction et les syndicats pourrait avoir lieu lundi, selon les médias italiens.

Le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, avait prévenu mercredi que "l'on ne peut pas prolonger la négociation à l'infini et que "la mi-juillet sera(it) le moment de faire le bilan". Selon lui, Etihad est prête à investir jusqu'à 1,25 milliard d'euros d'ici 2018 dans la compagnie italienne.

Alitalia a par ailleurs indiqué que le conseil d'administration avait approuvé le projet de bilan 2013, sans cependant en donner les détails. Le communiqué se contente de mentionner une provision de 233 millions d'euros en "réserves et dévaluations dans la perspective de la future stratégie".

Toujours actionnaire d'Alitalia à hauteur de 7%, Air France-KLM n'a pas été approchée pour une offre commune, selon nos informations.

Alitalia, le conseil accepte le sauvetage (miraculeux?) d'Etihad

 

1,25 milliard d'euros dans une compagnie qui enregistre des pertes depuis près de 15 ans. C'est l'investissement que veut faire la compagnie d'Abu Dhabi, Etihad Airways, dans Alitalia. Aux 560 millions à investir dans le capital, s'ajouteront 690 millions en 4 ans pour le développement et le renouveau de la flotte.

Le conseil d'administration de la compagnie italienne s'est prononcé, ce vendredi, en faveur de l'offre d'Etihad Airways d'investir jusqu'à 1,25 milliard d'euros sur quatre ans dans Alitalia et il prévoit de conclure rapidement un accord définitif, a déclaré l'administrateur délégué, Gabriele Del Torchio.

"Aujourd'hui, le projet d'Etihad a été approuvé et le conseil nous a confié, à moi et au président (Roberto Colaninno, ndlr) la mission d'étudier et de boucler rapidement un projet d'accord définitif", a-t-il dit.

Alitalia discute actuellement avec ses banques de la restructuration d'environ 700 millions d'euros de dette, a-t-il précisé.

"Nous avançons mais vous devez comprendre qu'il ne s'agit pas de petites sommes. Nous continuons de travailler", a-t-il expliqué.

 

Cette phrase suggère que les pourparlers entre les deux groupes pourraient encore durer. Les négociations butent depuis des mois sur les questions de la lourde dette qui grève les comptes d'Alitalia, et sur les importantes suppressions d'emplois (quelque 2.200 sur un effectif de 12.800 personnes) auxquelles il lui faudrait consentir selon les estimations fournies par les dirigeants italiens.

Le projet suscite aussi de fortes inquiétudes dans le nord de l'Italie en raison de son impact supposé sur l'aéroport milanais de Malpensa.

Selon Gabriele del Torchio, la négociation avec les banques au sujet de la dette d'Alitalia "se poursuit, dans la bonne direction", a-t-il dit, cité par l'agence Ansa à l'issue de la réunion vendredi. "Il faut du temps car le montant est important. Mais tout le monde ressent clairement une volonté de parvenir à une solution avec Etihad", a-t-il ajouté.

Côté emploi, le dossier reste également sur la table: une nouvelle réunion entre la direction et les syndicats pourrait avoir lieu lundi, selon les médias italiens.

Le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, avait prévenu mercredi que "l'on ne peut pas prolonger la négociation à l'infini et que "la mi-juillet sera(it) le moment de faire le bilan". Selon lui, Etihad est prête à investir jusqu'à 1,25 milliard d'euros d'ici 2018 dans la compagnie italienne.

Alitalia a par ailleurs indiqué que le conseil d'administration avait approuvé le projet de bilan 2013, sans cependant en donner les détails. Le communiqué se contente de mentionner une provision de 233 millions d'euros en "réserves et dévaluations dans la perspective de la future stratégie".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2014 à 13:28 :
Attention au copier/coller
a écrit le 14/06/2014 à 18:54 :
Plus personne ne veut fiancer les italiens , surtout pas leurs banques déjà à la dérive. Ils trouvent alors de capitaux arabes en caution. Caution sur le capital pour le prêt de plus de 500 millions sur 700 contre la perte de plus de 200 prise par les italiens, de quoi faire aller pour 1 an les affaires courantes. Caution sur la flotte, bien plus facilement négociable. Des avions plus gros mais moins nombreux qui pourraient disparaître si le premier paquet n'était pas remboursé à temps. Les huissiers sont à la porte ou presque. Air France sans qui rien ne peut se faire attend. Les arabes font le ménage, virent les employés, un peu comme un règlement judiciaire. Youpiii! C'est l'Europe.
a écrit le 14/06/2014 à 10:32 :
Jadis un certain Berlusconi avait refusé la fusion avec le groupe AF-KLM..... aujourd'hui, Alitalia se fait manger par un étranger....Etihad s'offre un ticket sur le marché européen à peu de frais mais c'est la vie....avec Etihad, Alitalia pourra avoir accès à des marchés juteux du moyen orient et d'Asie alors que la compagnie Alitalia lui offre le marché européen....la compétition sa se renforcer à moins que nos gendarmes de l'aviation.....
Réponse de le 14/06/2014 à 10:45 :
accès aux "marchés juteux" du Moyen-orient et d'Asie ? Je crains fort que vos connaissances sur l'esprit de marché qui prévaut aux E.A.U. se révèlent par trop optimistes
a écrit le 14/06/2014 à 9:59 :
1,25 milliards d'€ c'est pas cher. Surtout qu'ils livrent dans un grand élan de générosité, 50 mosquées clef en main. Une Europe décadente, de plus en plus arabo-dépendante...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :