Air France-KLM repasse dans le rouge

 |   |  843  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le groupe a enregistré une perte d'exploitation de 129 millions d'euros en 2014, contre un bénéfice de 130 millions en 2013. Mais hors impact de la grève des pilotes d'Air France en septembre, estimé à 425 millions d'euros, le groupe aurait amélioré ses profits. La direction ne donne aucun objectif de résultats pour 2015.

Petite surprise qui traduit bien la poursuite de la dégradation de la recette unitaire en fin d'année. Le 18 novembre dernier, lors d'une présentation à l'American European Press Club, Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, espérait générer un résultat positif en 2014, certes "de manière limitée", en dépit de la grève des pilotes en septembre. Au bout du compte, le groupe a publié ce jeudi une perte d'exploitation de 129 millions d'euros en 2014, contre un bénéfice de 130 millions en 2013. Hors impact de la grève des pilotes d'Air France en septembre, estimé à 425 millions d'euros, il aurait plus que doublé. Le tout pour un chiffre d'affaires en recul de 2,4% à 24,9 milliards d'euros, qui aurait stable sans un effet change négatif. Les investisseurs n'ont pas apprécié ce retour dans le rouge. L'action dévissait de 5,22% à 10h43.

Air France aurait été bénéficiaire sans la grève des pilotes

Plus grosse filiale du groupe, Air France a enregistré une perte d'exploitation de 314 millions contre 174 millions en 2013. Elle aurait enregistré un bénéfice de 123 millions sans la grève. De son côté, le bénéfice d'exploitation de KLM a chuté de 41,8% à 175 millions d'euros en raison de la diminution de la recette unitaire et de l'augmentation de ses coûts. Transavia, la filiale à bas coûts a perdu 36 millions d'euros, près de 3 fois plus qu'en 2013 (-13 millions), dont 16 millions pour Transavia France et le reste pour Transavia Holland. Ceci pour un chiffre d'affaires en hausse de 7,3%, à un peu plus d'un milliard d'euros.

Au final, la perte nette du groupe a été ramenée à 198 millions d'euros contre 1,82 milliard d'euros en 2013, grâce à une série d'éléments positifs comme la valeur de la cession d'actions Amadeus pour Air France ou le changement de régime de retraite aux Pays-Bas.

"Le groupe a significativement amélioré sa performance opérationnelle en dépit de deux évènements, la baisse de la recette unitaire et la grève des pilotes d'Air France. Sans la grève, le résultat opérationnel aurait été positif témoignant les efforts considérables que le groupe a réalisé en termes de baisse de coûts", explique Alexandre de Juniac.

La grève n'explique pas tout. Au quatrième trimestre, la perte d'exploitation (hors grève) du groupe s'est creusée à -74 millions contre -63 millions au quatrième trimestre 2013.

Baisse des coûts

Pour la troisième année consécutive, les coûts unitaires ont baissé (-1,3% en données comparables). Le directeur financier d'Air France-KLM, Pierre-François Riolacci, a souligné que l'effet positif de 160 millions d'euros de la baisse du pétrole avait été entièrement absorbé par l'effet de change négatif.

S'agissant de 2015, la direction n'exclut pas que la totalité du gain généré par la baisse de la facture pétrolière (elle baisserait de 1,5 milliard, à 7,4 milliard de dollars, au prix du marché anticipé) soit absorbée par l'effet des couvertures carburant, la baisse de l'euro et de la recette unitaire. "C'est notre hypothèse de travail", indique Pierre-François Riolacci. Selon lui, la vraie interrogation est l'évolution de la recette unitaire.

"Il y a un réel décalage entre la demande et l'offre de capacité qui croît rapidement (+10% entre l'Europe et le Moyen-Orient, +10% entre le Moyen-Orient et l'Asie et +20% entre le Moyen-Orient et l'Afrique) poussée par les compagnies du Golfe et Turkish Airlines", a-t-il commenté.

Le groupe ne s'est risqué à aucun objectif de résultats pour 2015.

Baisse des investissements

La direction entend accélérer ses économies et repousse ses objectifs de réduction de dette. Le groupe franco-néerlandais, qui a publié trois avertissements sur ses résultats l'an passé, vise une dette nette d'environ cinq milliards d'euros fin 2015, contre 4,5 milliards auparavant et 5,41 milliards fin 2014. Le numéro deux européen du transport aérien, derrière la compagnie allemande Lufthansa, a également ajusté son objectif de ratio dette nette ajustée sur Ebitdar (excédent brut d'exploitation avant locations opérationnelles), désormais prévu autour de 2,5 en 2017 contre moins de 2,5 auparavant.

Dans ce contexte, le groupe réduit ses investissements de 300 millions d'euros en 2015 et d'autant en 2016, sur une enveloppe annuelle d'environ deux milliards prévue à l'origine, entraînant un report d'achats d'avions moyen et long-courriers. Le groupe a en outre accéléré son objectif de réduction de coûts unitaires pour la période 2015-2017 à 1,5% par an, contre 1-1,5% auparavant. Pour cette année, Air France-KLM prévoit une réduction de 1 à 1,3%, soit 250 à 350 millions d'euros d'économies.

Air France, qui a déjà supprimé 8.000 emplois en trois ans, a détaillé vendredi dernier un nouveau plan de réduction de 800 postes au sol et chez les hôtesses et stewards et des mesures de modération salariale.

Air France-KLM, dont l'Etat français détient 15,9% du capital d'Air France-KLM et ses salariés 6,8%, n'a versé aucun dividende à ses actionnaires depuis l'exercice 2007-2008.

Lire ici : redresser Air France-KLM, l'impossible équation?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 19:00 :
@ Max la science
Ni l'un ni l'autre mais je suis déçu de ne pas être aussi interlignent que vous
Heureusement que vos commentaires sont si pertinents
a écrit le 19/02/2015 à 18:51 :
ils sont dans le rouge...tant mieux. Ils m'ont déja arnaqué en 2009 pour 500 euros pour rien et je me suis promis de ne plus voler avec eux. Comme je demeure au Canada et que je vais en Europe au mois deuxfois par an avec d'aures transporteurs , ils ont déja perdus beaucoupplus de $$ que ce qu'ils m'ont arnaqué ...et ça va continuer !
Quelle vision à courte vue que celle d'Air France !
a écrit le 19/02/2015 à 15:19 :
Seuls les résultats comptent et ils sont mauvais, Air France est en perte avec un chiffre d'affaires en baisse. Le contexte est une concurrence en train de s'exacerber avec des concurrents surpuissants, superbement organisés, avec des flottes ultra modernes, des produits et des services de haut niveau et une stratégie gagnante. Emirates, Etihad, Qatar Airways qui prennent des participations importantes chez les principales compagnies européennes British Airways, Alitalia..
Le plus dur est à venir pour Air France qui avec des plans de redressement timorés, une stratégie mal ficelée fait penser à ce gouvernement et sa loi Macron, emplâtre sur une jambe de bois, accouchée dans une extrême douleur...et qui n'aura pas d'effet sur l'économie.
a écrit le 19/02/2015 à 14:51 :
Je ne vois nulle part les millions d'euros d'amendes ( plus que la perte à cause de la greve !!) que la compagnie a eu à payer dans différents pays et pour différentes raisons. Les comptes de la compagnie en serait où, sans ces pertes colossales ?
a écrit le 19/02/2015 à 13:17 :
L etat a céder aux nantis et pousse un peu plus AF dans le rouge
Hollande est vraiment un petit
Réponse de le 19/02/2015 à 16:09 :
Vous vous êtes petit et lamentable!
a écrit le 19/02/2015 à 11:59 :
Non mais…. je suis épaté ! Air France dans le rouge ?!?!
a écrit le 19/02/2015 à 11:09 :
Dites un grand MERCI au pilote ,car sans leur gréve ,Air France serais excédentaire ,et qui va être licencié les personnes de la base
a écrit le 19/02/2015 à 10:52 :
Mais qu'est-ce qu'on s'en moque d'Air France... De toute façon, dans 10 ans, nous volerons tous sur Emirates, Qatar ou Etihad pendant que les ex pilotes d'Air France barboteront dans leur piscine du sud de la France.
a écrit le 19/02/2015 à 10:37 :
Et voilà comment La Tribune se livre au Air France bashing... Un titre racoleur et mensonger: "repasse" ? Ah bon. Le lecteur va s'arrêter au titre et le message que vous voulez faire passer sera enregistré. Qui plus est, le savant mélange entre chiffres d'Air France et chiffres du groupe est distillé pour entretenir la confusion. Belle exercice de révisionnisme, bien dans l'air du temps.
Réponse de le 19/02/2015 à 12:01 :
Salut, Max ! tu travailles dans quel secteur chez Air France ? administration ? marketing ?…
Réponse de le 19/02/2015 à 12:44 :
"Bel (et non belle) exercice de révisionnisme, ...dans l'air du temps". Ou comment Max-la-science (!) mélange lui-même tout et n'importe quoi.
a écrit le 19/02/2015 à 10:13 :
Comme la SNCM Air France peut remercier les syndicats...
a écrit le 19/02/2015 à 9:50 :
Finalement la gréve des pilotes aura mis air France dans le rouge et mis à la porte des centaines de personnels non navigant. Les pilotes ont bien préservés leur statut mais en compromettant l'avenir de la compagnie face à la concurrence.Comment se tirer une balle dans le pied.
a écrit le 19/02/2015 à 9:50 :
Juste un mot qui me vient en tête. Quel gâchis!!! Les pilotes d'Air France sont vraiment des irresponsables.
Réponse de le 19/02/2015 à 10:49 :
Je serais salarié Air France-KLM , je serais dégouté ..... Pourant aucune réaction des non-pilotes, les gens sont résignés , c'est triste.
a écrit le 19/02/2015 à 9:11 :
Que serait le compte d'exploitation d'Air France si les charges de personnel diminuaient de 20% ? les charges du personnel Air France et de toutes les personnes travaillant pour le compte d'Air France.
a écrit le 19/02/2015 à 9:10 :
il faudrait revoir la stratégie des dirigeants qui sont des incapables, ils représentent très bien le pays car ils sont du même tonneau que nos politiques.
Réponse de le 19/02/2015 à 9:34 :
Vous savez pas lire? Sans la grève des pilotes l'entreprise aurait enfin pu dégager un bénéfice. Ce qu'il faut ces dégraisser leurs effectifs et surtout aligner enfin leur productivité et leurs salaires sur les autres compagnies européennes!
Réponse de le 19/02/2015 à 9:47 :
Il ne s'agit pas des salaires mais des charges sociales qui sont nettement plus réduites pour les autres compagnies concurrentes
Réponse de le 19/02/2015 à 9:48 :
Que demandaient les pilotes? Que la compagnie low-cost soit inscrite en France . Il y a douze ans qu'ils réclamaient une low-cost et c'est Mr Spinetta qui s' y opposait . Ils ont obtenu gain de cause . La grève aurait été évitée sans l'opposition de Mr de Juniac . La perte est bien la faute d'une direction qui ne sait plus parler aux personnels de l'entreprise . Ce n'est pas le seul cas en France . Hélas !Les charges salariales ont bien diminuées chez AF mais le salaire de Mr. de Juniac a été augmentée.
Réponse de le 19/02/2015 à 9:53 :
@ DES
Suis d'accord avec vous, les dirigeants de cette entreprises sont les seuls a parler d'augmentation ce qu'ils ne disent pas c'est se ce sont leurs salaires qu'ils augmentent
Mr de juniac 1million l'année pour voir comment il dirige le groupe !!!!!!!
Mais AF est la plus grande des cies quand on voit comment elle est dirigée et administrée on s'étonne qu'elle soit encore en vie.
65 000 employés pour 19 000 navigants c'est une compagnie aérienne, c'est une administration !!!!!!!!!!
Réponse de le 19/02/2015 à 10:44 :
Etes vous un âne ou un navigant pour crier au scandale devant un tel ratio? Une formation à l'économie, et singulièrement à celle du transport aérien, devrait être dispensée à tout candidat navigant, avec contrôle régulier des connaissances, surtout à chaque fois qu'il prétend décider, seul ou avec ses pairs, des orientations stratégiques, comme lors de cette grève de septembre qui a imposé l'attrition comme choix stratégique.
Réponse de le 19/02/2015 à 14:51 :
vérifiez votre savoir avec les ratios des compagnies concurrentes .
Ce ne sont pas les pilotes responsables du fiasco et de l'amende sur l'activité cargo ( 500 millions de dollars )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :