Grève anti-VTC : les taxis ont gain de cause contre Uber en Espagne

 |   |  214  mots
(Crédits : Ginnette Riquelme)
Les chauffeurs de taxis en Espagne ont décidé mercredi soir de mettre fin à leur mouvement de grève entamé une semaine plus tôt à Barcelone, avant de gagner les principales villes du pays, pour dénoncer la prolifération des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) des compagnies Uber ou Cabify.

La décision d'arrêter la grève a été prise après avoir obtenu l'engagement de Madrid de laisser les gouvernements régionaux réguler le secteur. A Barcelone, première destination touristique d'Espagne, des centaines de taxis noir et jaune ont occupé jour et nuit depuis une semaine la Gran Via, l'une des principales artères de la ville.

Unauto, qui regroupe les représentants des VTC et a rencontré mercredi le gouvernement, s'est plaint de ce que plus de 60 chauffeurs ont été physiquement agressés et leur véhicule endommagé.

1 licence VTC pour 30 licences de taxi

Le mouvement de grève avait gagné samedi la capitale, Madrid, avant de s'étendre lundi à d'autres grandes villes du pays, de Bilbao au nord à Séville au sud.

Le secteur réclame la limitation des licences accordées aux VTC, notamment à l'Américain Uber et à l'Espagnol Cabify, à une pour 30 licences de taxi, comme le prévoyait un règlement municipal de Barcelone suspendu la semaine dernière par la justice après un recours du gouvernement espagnol.

Cette décision de justice avait mis le feu aux poudres. Le gouvernement était intervenu car la réglementation des taxis est jusqu'à présent du ressort de l'État et non des régions.

(avec agence)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :