La compagnie low-cost WOW AIr se retrouve au tapis

 |   |  482  mots
(Crédits : DR)
La compagnie aérienne islandaise à bas coûts WOW Air, en grande difficulté financière, a annoncé jeudi cesser ses activités et annuler tous ses vols, une décision qui devrait affecter des milliers de passagers.

Et une de plus. Après la compagnie low-cost long-courrier danoise Primera Air, en octobre, WOW Air, la compagnie aérienne islandaise low-cost spécialisée sur la desserte de l'Amérique du Nord à bas prix via son hub de Reykjavik, a annoncé jeudi cesser ses activités et annuler tous ses vols en raison de ses difficultés financières. La décision affecte des milliers de passagers. Jeudi matin, des dizaines de voyageurs se sont rapidement retrouvés bloqués à l'aéroport de Reykjavik, où une trentaine de vols de la compagnie ont été annulés, notamment en provenance ou à destination de Paris, New York et Montréal.

Une course au rachat qui a échoué

En 2018, WOW Air, qui emploie un millier de personnes, a transporté 3,5 millions de passagers vers 27 destinations en Amérique du Nord, en Europe et en Israël. Mais le transporteur, déficitaire, a réduit la voilure ces derniers mois, en vendant des avions et en supprimant des dizaines d'emplois. Sur les neuf premiers mois de 2018, la compagnie a affiché une perte avant impôts de près de 42 millions de dollars (37 millions d'euros).

Après le premier retrait d'Icelandair dans la course au rachat de WOW Air, fin 2018, le fonds d'investissement spécialisé dans le transport aérien Indigo Partners avait signé un accord de principe pour entrer au capital à hauteur de 49%. Le 21 mars, la société américaine d'investissement a toutefois renoncé à son offre de reprise, tandis qu'Icelandair annonçait reprendre les négociations pour le rachat de sa compatriote... avant son retrait définitif annoncé dimanche.

Les remords du PDG et les craintes du gouvernement islandais

La compagnie low-cost avait, depuis, lancé des discussions avec ses créanciers afin de trouver un accord de restructuration - dont la conversion de la dette actuelle en capital. Lundi, ses créanciers avaient approuvé la conversion de leurs obligations en capital à hauteur de 49% de la dette de la compagnie, mais celle-ci devait cependant encore trouver des acquéreurs pour les 51% restants afin d'éviter la faillite.

"Je ne me pardonnerai jamais de ne pas avoir agi plus tôt car il est évident que WOW Air est une compagnie aérienne incroyable et que nous étions sur la bonne voie pour faire à nouveau de grandes choses", a écrit le PDG et fondateur de la compagnie, Skúli Mogensen, dans une lettre adressée au personnel.

Selon le gouvernement, la faillite du transporteur, fondé en 2011, entraînerait une contraction du PIB de 3%, la chute de la couronne et une hausse de l'inflation. Certains analystes jugent toutefois ces prévisions alarmistes. Le ministre islandais des Transports a annoncé à la presse le lancement d'un plan d'urgence à destination des voyageurs bloqués dans les aéroports, sans donner davantage de détails.

Lire aussi : Et si la pérennité du low-cost long-courrier reposait sur des recettes de l'Ancien Monde ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2019 à 9:11 :
LE low cost dans cette économie ne fonctionne pas ou mal parce que c'est une économie limitée mais imposée parce que dévorant énormément de produits pétroliers.

La vieille économie fait grise mine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :