La SNCF se prépare à une "journée sans cheminots" lundi

 |   |  331  mots
Dans le détail, un TGV et un Transilien sur trois circuleront. Un TER sur trois sera également en service, ainsi qu'un train Intercités sur cinq. Sur les lignes internationales, deux trains sur cinq seront assurés.
Dans le détail, un TGV et un Transilien sur trois circuleront. Un TER sur trois sera également en service, ainsi qu'un train Intercités sur cinq. Sur les lignes internationales, deux trains sur cinq seront assurés. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Ce lundi 14 mai, 1 TGV et 1 Transilien sur 3 circuleront : le trafic sera donc "très perturbé" selon la SNCF, en raison d'un "sursaut de mobilisation". Les salariés de l'entreprise publique sont par ailleurs invités par les syndicats (CGT, Unsa, CFDT, Sud-Rail) à se prononcer par référendum - à partir de lundi, et pour une semaine -, pour ou contre la réforme ferroviaire.

La SNCF annonce un trafic ferroviaire "très perturbé" lundi, déclaré "journée sans cheminots" par les syndicats qui protestent contre la réforme de l'entreprise publique.

"La journée de demain, lundi 14 mai, sera une journée très difficile pour nos clients et les cheminots qui vont travailler. Nous attendons, en effet, un sursaut de mobilisation", déclare dimanche la direction de la SNCF dans un communiqué.

La direction dit avoir "connaissance de menaces d'exactions et blocages de gares. Cela pourrait se traduire par l'occupation de voies, de locaux, de gares."

Dans le détail, un TGV et un Transilien sur trois circuleront. Un TER sur trois sera également en service, ainsi qu'un train Intercités sur cinq. Sur les lignes internationales, deux trains sur cinq seront assurés.

18e jour de grève

Le mouvement de grève par intermittence entamé le 2 avril à 19h00 entre lundi dans son 18e jour. Ce neuvième épisode doit s'achever mardi à 08h00.

A partir de lundi, et pour une semaine, les salariés de l'entreprise publique sont par ailleurs invités par les syndicats (CGT, Unsa, CFDT, Sud-Rail) à se prononcer par référendum pour ou contre la réforme ferroviaire. Selon la CGT, cette consultation, que la direction de la SNCF et le gouvernement jugent sans légitimité, permettra de montrer que les cheminots sont majoritairement opposés à la réforme, alors que la direction met en avant un recul du nombre de grévistes.

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, a mis en cause dimanche la "technostructure SNCF déconnectée des usagers et de leurs agents", évoquant de fortes perturbations dans sa région. Invité du "Grand Rendez-vous CNEWS-Europe 1-Les Echos", il a qualifié de "radin" le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, qui a annoncé une "opération de reconquête" de la clientèle avec des tarifs cassés sur les cartes de réduction et des billets TGV à prix préférentiel pour l'été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2018 à 20:41 :
@Tom: Dans le monde de l'entreprise, on ne réforme pas une entreprise: on la restructure pour la rendre propre à l'activité qu'on lui choisit en conseil d'administration. Je n'ai jamais entendu dire que le groupe PSA ait été réformé. Par contre, on peut parler de réforme nécessaire dans l'enseignement qu'on pratique à l'ENA car rapporter le déficit budgétaire au produit intérieur brut est une hérésie; dommage qu'égarés dans des débats oiseux, on ne puisse désigner plutôt qu'élire un Denis KESSLER ou un Thierry Breton (il y en a d'autres, bien entendu!) qui ont fait leurs preuves dans le redressement de l'entreprise qui leur était confiée, à un prix certes douloureux pour le personnel, mais une entreprise en bonne santé bénéficie plus à ses clients et à son personnel qu'une entreprise devenue un gouffre pour ses actionnaires.
a écrit le 14/05/2018 à 19:53 :
A la SNCF, tout se passe comme si l’élite technocratique à la tête des entreprises publiques gâchait toute possibilité d’évolution collective faute de savoir négocier avec le petit personnel. Comme si jouer le jeu de la négociation avec les syndicats exposait à un ridicule indigne des codes aristocratiques.

À la SNCF, l’attitude d’Elisabeth Borne a conduit les syndicats à demander une négociation directe avec Matignon. Chez Air France, les maladresses de la direction ont conduit au résultat qu’on connaît. Pendant ce temps, les comptes des entreprises se dégradent et l’économie du pays souffre.

Une autre voie serait possible. Si, au lieu de jouer aux Machiavel, les dirigeants publics pariaient sur une négociation sans concession, mais saine et franche, ils obtiendraient probablement beaucoup plus de résultats et pourraient mener des stratégies beaucoup plus ambitieuses.

Mais cela supposerait que tous ceux qui donnent des leçons de démocratie sociale, de dialogue social et autres balivernes, aux entreprises privées ordinaires appliquent leurs grands principes lorsqu’ils sont en position de le faire. Cette exemplarité-là n’est malheureusement pas le fort de notre haute fonction publique.
Donc pour résumer on à déjà perdu plus de 300 millions avec la grève SNCF (sans compter l'image du pays ,la perte pour les hotels restaurants etc)...sans compter AirFrance et tous ça pour 100millions sois disant d’economies /annuel?
Alors qu'il y à eu jadis à la SNCF des salaire énorme qui eux ont creuser la dette (Parly 50000€/mensuel + Borne (27000€/mensuel et bien d'autres gloutons...)
a écrit le 14/05/2018 à 17:14 :
La France civile se prépare à une "journée à démolir les cheminots" bientôt
a écrit le 14/05/2018 à 16:22 :
@dom: hélas! Que nous reste-t-il? On ne va tout de même pas refaire une révolution? Mettre le feu à l'Elysée, à la Lanterne et à Brégançon? A Bercy et à Matignon? Pourquoi pas à l'Assemblée Nationale où dorment tant de traitres?
a écrit le 14/05/2018 à 16:06 :
Et franchement la grève des étudiants est également importante car la réforme universitaire est aussi stupide qu'improductive et élitiste, imposant aux enfants de choisir une voie professionnelle avant leurs 15 ans. Et nos politiciens prônent à fond la formation, lithium pour tous hein...

Bien plus en lien avec l'économie que le terrorisme en tout cas.
a écrit le 14/05/2018 à 15:16 :
stratégie des politiques jouer l usure ! mais la grève est bien justifiée il s agit bien de la privatisation par secteur( relatée dans les quotidiens ! après les autoroutes et....
a écrit le 14/05/2018 à 15:15 :
stratégie des politiques jouer l usure ! mais la grève est bien justifiée il s agit bien de la privatisation par secteur( relatée dans les quotidiens ! après les autoroutes et....
a écrit le 14/05/2018 à 8:29 :
Courageux grévistes qui ne touchent pas leur salaire pendant qu'ils font grève, mais ça faut pas compter sur les médias de masse pour nous en informer, ils préfèrent nous annoncer les pertes financières que les grèves occasionnent.

La fabrique à opinion tourne à fond sous macron.
Réponse de le 14/05/2018 à 11:47 :
Oui, que de courage dans une lutte corporatiste contre une réforme menée par les élus du peuple. Les français, qui aimeraient pouvoir se rendre au travail, admirent.
Réponse de le 14/05/2018 à 13:08 :
"contre une réforme menée par les élus du peuple"

Vous voulez dire ceux élus pour ne pas avoir le FN au pouvoir ?

"Quatre chiffres qui montrent que l'élection d'Emmanuel Macron n'est pas si écrasante" https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/quatre-chiffres-qui-montrent-que-l-election-d-emmanuel-macron-n-est-pas-si-ecrasante_2180067.html

"8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron: Une autre analyse des résultats " https://blogs.mediapart.fr/clab/blog/080517/8-francais-sur-10-n-ont-pas-vote-pour-macron-une-autre-analyse-des-resultats

"Un président légitime le 7 mai ? C’est trop tard" http://www.vududroit.com/2017/04/president-legitime-7-mai-cest-tard/
a écrit le 14/05/2018 à 5:13 :
La mobilisation s'étiolait....😁😎
a écrit le 14/05/2018 à 2:39 :
Le chant du cygne ?
a écrit le 13/05/2018 à 22:23 :
Le Président MACRON est finalement un pitoyable meneur d'hommes; peut-être est-ce le moment pour nous de porter l'estocade: j'hésite entre le refus de payer l'impôt ou celui de déclarer le revenu, car payer ce Président et ses sbires incapables, dont on peut attendre la catastrophe qui s'annonce pour nos revenus l'année prochaine, me révulse.
Réponse de le 14/05/2018 à 5:33 :
Ne vous inquiettez pas. Tout est prévu, en 2019, on vous prélèvera vos impôts directement sur vos revenus et à votre banque si nécessaire. Fini les petits rebelles fiscaux.
Réponse de le 14/05/2018 à 11:50 :
Il a été élu et cette réforme est particulièrement populaire. Vous pouvez ne pas être content mais vous ne ferez pas votre loi.
a écrit le 13/05/2018 à 21:09 :
Après la "journée sans cheminots" ce lundi, pourrait-on avoir une "année sans SNCF" ? Parce que la Deutsche Bundesbahn saurait parfaitement faire circuler des trains à sa place et on pourrait aller travailler normalement pendant ce temps...
Réponse de le 14/05/2018 à 5:15 :
Je ne pense pas que seriez mieux servi...😁😎
a écrit le 13/05/2018 à 19:32 :
C'est un peu ennuyeux pour Vicherat et Pepy qui nous annoncent depuis 6 semaines que la gréve est en train de s’essouffler.
Réponse de le 13/05/2018 à 21:03 :
Pitoyable baroud d'honneur. Les français ont appris (bien aidés par l'excellente loi de 2008 qui permet de façon fiable de connaître les trains qui circulent) à faire avec la grève. Macron a une trop belle occasion d'infliger aux cheminots ce que Thatcher a infligé aux mineurs.
Réponse de le 14/05/2018 à 1:43 :
on annonce 75% de grévistes pour les conducteurs et les aiguilleurs, et 36% pour les autres catégories... Ce qui nous ramène au taux de grève du premier jour du mouvement.

M'étonnerait qu'avec ça la SNCF arrive à faire rouler un train sur 3 en région parisienne, comme annoncé. Elle est d'ailleurs tellement sure du contraire qu'elle invite officiellement les gens à ne passe rendre dans les gares !
Réponse de le 14/05/2018 à 7:03 :
La loi de 2008 est ce qu'elle est : les cheminots indispensables à la circulation des trains ont OBLIGATION de se déclarer grévistes 48 heures à l'avance. Les prévisions de trafic sont donc fiables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :