Les taxis sont vent debout contre Uber : "la situation va déraper"

Les fédérations se retrouveront mercredi pour définir des actions contre Uberpop, au lendemain d'un rassemblement d'une centaine de taxis parisiens dans la capitale, pour dénoncer la concurrence des chauffeurs privés non professionnels.
La préfecture de Paris évoque le nombre de 364 délits pour exercice illégal de l'activité de taxi, qui comptabilise les chauffeurs UberPop, mais également ceux inscrits sur les applications mobiles telles que Heetch et Djump.
La préfecture de Paris évoque le nombre de 364 délits "pour exercice illégal de l'activité de taxi", qui comptabilise les chauffeurs UberPop, mais également ceux inscrits sur les applications mobiles telles que Heetch et Djump. (Crédits : © Kai Pfaffenbach / Reuters)

L'heure de la riposte a sonné. Toutes les fédérations professionnelles de taxis feront front commun et se réuniront mercredi 17 juin pour organiser la lutte contre Uber. C'est en tout cas ce qu'a annoncé Jean-Michel Rebours, de la Fédération nationale des artisans taxis (Fnat), lundi 15 juin.

Mise en garde

Si l'ordre du jour n'a pas été détaillé, l'objectif sera de définir les actions possibles pour lutter contre "la concurrence déloyale" du géant américain et le "transport au noir", a-t-il expliqué. Et de prévenir, en déplorant l'attentisme des pouvoirs publics:

"La situation va déraper. Et l'Etat ne pourra pas dire qu'il n'a pas été prévenu".

Pour rappel, les chauffeurs de taxis dénoncent la concurrence des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) depuis des mois, surtout celles qui pratiquent la réservation immédiate ou la facturation horokilométrique, à l'instar d'Uber. Un point sur lequel le Conseil constitutionnel vient d'ailleurs de trancher, en faveur des VTC. De quoi déplaire aux taxis, déjà suffisamment en colère depuis le lancement en France d'UberPop - une offre, qui permet à des particuliers de proposer leurs services à prix cassés, ce dont se plaignent certes les taxis, mais aussi les chauffeurs professionnels exerçant pour le compte d'Uber!

Climat tendu

Et pour mettre un peu plus d'huile sur le feu, Uber a récemment annoncé le lancement de ce service à Marseille, Nantes et Strasbourg. Ce qui porte désormais à neuf le nombre de villes où des chauffeurs particuliers exercent, et où les contrôles se multiplient, puisque cette activité est interdite par la loi Thévenoud depuis le 1er janvier dernier. Une loi que conteste Uber sur plusieurs points, et qui l'a d'ailleurs conduit a porter plainte contre la France auprès de la Commission européenne. Celle-ci est en train d'étudier le dossier. Et aurait même déjà envoyé une lettre d'avertissement à Paris.

En attendant, près de 400 procédures auraient ainsi été engagées, selon des chiffres avancés par le gouvernement, tandis que la préfecture de Paris évoque le nombre de 364 délits "pour exercice illégal de l'activité de taxi", qui comptabilise les chauffeurs UberPop certes, mais également ceux inscrits sur les applications mobiles telles que Heetch et Djump. Sauf que, grande victoire pour Uber, un chauffeur UberPop a été relaxé la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Paris. Celui-ci a en effet estimé que

"Le transport onéreux d'une personne est insuffisant à caractériser le délit d'exploitant de taxi sans autorisation de stationnement, qui suppose que soit caractérisé un stationnement ou une circulation sur la voie publique en quête de clientèle".

Bref, il n'en fallait pas davantage pour que les taxis décident de passer à la vitesse supérieure, dans un contexte déjà relativement tendu, notamment par l'histoire des forfaits qui seront bientôt imposés aux taxis pour les trajets aéroports, alors que ceux-ci n'en veulent pas. Au point de mettre en garde le gouvernement.

Aussi est-il peu étonnant qu'une centaine de taxis parisiens aient participé mardi 16 juin à des rassemblements de protestation au départ des aéroports parisiens avant de converger vers la capitale.

"On demande à l'Etat que les lois soient appliquées pour les VTC (voitures de transport avec chauffeur), notamment sur le retour à la base et la géolocalisation", a expliqué à l'AFP Mahecor Diouf, secrétaire général de SUD-Taxis:

"On voit souvent (les VTC) dans les aéroports sans réservation: on ne peut plus l'accepter."

Sur ces deux points, les Sages de la rue Montpensier rejoignent les taxis. Reste à voir si la Cour d'Appel suivra.

_____

>>> Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, était l'invité du Club Entreprise La Tribune-Chambre de commerce de Paris Île-de-France vendredi 13 février. Retrouvez la vidéo intégrale de l'événement sur latribune.fr, rubrique Live Media.

Flash interview de Thibaud Simphal / Propos recueillis par Laurent Lequien

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 18/06/2015 à 8:56
Signaler
ce devrait etre les usagers qui devraient prendre des mesures contre les taxis ...! un petit boycott d'une semains , celà aiderait les taxismen à remette les pieds sur terre ! un recent exemple , de pratique des abonnements à 7.000 euros aurait pu...

à écrit le 17/06/2015 à 18:08
Signaler
Devant l'impossibilité de trouver un taxi en soirée, et le service clairement déplorable, pour moi les taxis c'est fini. Uber c'est simple, rapide, classe et souvent moins cher qu'un taxi. (au moins le tarif est transparent, et connu à l'avance). C...

le 18/06/2015 à 8:58
Signaler
tout à fait d'accord ! et ceux qui pourraient raler , ce sont les loueurs d'aéroports ...car eux , le raket des taxis ( par la raretée ) leur faisait faire des affaires en or .

à écrit le 17/06/2015 à 14:45
Signaler
Il y en a assez de ces lois qui brident les vrais entrepreneurs, empêchent l'innovation et alourdissent l'économie.

à écrit le 17/06/2015 à 9:39
Signaler
Interdire UberPop revient à interdire le covoiturage et donc les sites comme Blablacar. C'est la dilemme du gouvernement. En quoi transporter quelqu'un, sans licence de chauffeur, entre Paris et Nantes serait légal, et pas entre deux points dans Pari...

le 17/06/2015 à 14:05
Signaler
C'est là que tu te trompe, le service Uberpop est un service payant, tu paies une prestation de service non déclarée au FISC bien entendu puisque c'est du travail au noir à la différence des sites de covoiturage où le passager ne reverse qu'une parti...

le 17/06/2015 à 18:15
Signaler
Heu j'utilise Blablacar et les prix sont libres.... chaque conducteur fixe le tarif par passager comme il l'entend. Donc c'est aussi une forme de travail au noir!

à écrit le 17/06/2015 à 9:29
Signaler
Avec la pauvreté qui s'intensifie, comme dans les pays pauvres, les voyageurs vont s'entasser par dizaines à l’arrière des Pick-up, dans le coffre, sur le toit, avec des conducteurs sans permis, avec des milliers de morts à la clef. On y va tout dro...

à écrit le 17/06/2015 à 7:57
Signaler
Je ne suis pas fâché de voir la toute puissance des taxis réduite de la sorte. Ils sont trop peu nombreux et trop chers. Une situation de monopole et de rente que la technologie devrait ramener à sa vraie valeur : l'immédiateté dans la rue et pas 1/2...

le 17/06/2015 à 14:14
Signaler
On vois que vous vous y connaissez en ce qui concerne les taxis vous êtes un expert. Premièrement les taxis n'ont jamais eu le monopole des transport (bus, métro, car, voiture de grande et petite remise, voiture de tourisme avec chauffeur) ça fait du...

le 17/06/2015 à 19:01
Signaler
Premièrement jeremie n'a pas parlé de monopole des transports mais de monopole tout court. Ensuite ne venez pas me dire que les taxis n'ont aucune influence sur le nombre de licences accordés. le client n'a pas à pâtir des défauts d'organisations ...

à écrit le 16/06/2015 à 22:59
Signaler
Un mélange complet dans cet article : les termes UBER (vtc) et UBERPOP ( travail au noir ) sont intervertis allègrement tout au long de l'article... je soutiens l'activité VTC qui est déclarée, et m'oppose au contraire à Uberpop qui n'est qu'un trava...

à écrit le 16/06/2015 à 19:34
Signaler
Moralité acheter vous une voiture. =D

à écrit le 16/06/2015 à 19:04
Signaler
Pagaille indescriptible ce matin sur paris. Je regrette qu'aucun média n'en parle. Ce lobby mérite d'être détruit tant les avantages qu'ils ont sont inégalitaires et vu leur comportement. En plus il ne s'agit de rien d'autre qu'un transport individue...

à écrit le 16/06/2015 à 18:57
Signaler
Uber pop n'est qu'un écran de fumée pour légaliser les vtc "officiels" que les taxis ont déjà oubliés... Et pourtant ce sont ces mêmes vtc qui vont ramener la valeur de leurs licences à zéro. Je ne sais si cela est normal,mais le libéralisme et la te...

à écrit le 16/06/2015 à 18:27
Signaler
Le taxi parisien ne représente pas les 57000 taxis français!!!! Votre tours arrivera ou vos emplois seront menacer par ces star Up. Vous n avais encore rien vue de quoi sont capable ces 57000 taxi. Les bonnet noir vous connaissez !!!!!! Regarde nous...

le 17/06/2015 à 7:30
Signaler
...attendez de voir comment l'État va envoyer les CRS pour défendre les droits des citoyens contre les abus d'une minorité rétrograde.

le 18/06/2015 à 9:04
Signaler
et vous , soyez attentifs aux avis de consomateurs ... vous voulez menacer votre propre clientèle ...! vous vous plaignez alors que c'est vous qui avez organisée la rareté ,a u lieu d'ouvrir le marché ! mais je pense que c'est fini l'époque ou le...

à écrit le 16/06/2015 à 18:03
Signaler
Il fallait que l'offensive contre le monopole des taxis arrive de l'étranger, les gouvernements successifs étant morts de trouille d'engager le petit doigt dans l'engrenage en raison du chantage permanent ("vous savez, on bavarde avec les clients, al...

le 17/06/2015 à 16:10
Signaler
Ben on met à la rue les 57000 taxis qui pour certains ont payé plus 100 000 voire 200 ou 300 000 € selon les communes, on leur lève le pain de la bouche et on autorise UberPoP à continuer son travail de sape, à faire travailler des particuliers au bl...

le 17/06/2015 à 17:38
Signaler
A qui ces chauffeurs ont ils payé ces licences ? A l'état ? A non ... légalisons uberpop, faisons leur payer des impots sur leurs revenus et regardons les taxis se revendre leurs licences gratuites.

à écrit le 16/06/2015 à 17:43
Signaler
finalité.. le client a toujours le dernier mot dans la concurance...qu il en profite point

le 17/06/2015 à 7:32
Signaler
"La concurrence". Je n'est pas d'affinité particule te pour les taxis, mais votre commentaire l'exaspération. Quand votre boite va ferme pour cause de concurrence ne venez pas pleuré. Des société qui ne payent aucun impôts, taxe, aucune obligation ré...

le 17/06/2015 à 9:53
Signaler
Tous ces chauffeurs Uberpop sont pour la plupart des auto-entrepreneurs (ils ont le statut) qui préfèrent travailler plutôt que de rester chez eux à attendre des allocations. Et si les taxis étaient plus serviables et professionnels, Uber n'aurait mê...

le 17/06/2015 à 16:15
Signaler
@ von chubb c'est là que vous vous trompez, les chauffeurs VTC d'Uber ont un statut légal pas les chauffeurs UberPoP qui n'ont aucun statut aucun qui sont juste des particuliers qui font ça au noir en toute impunité il faut faire la différence entre ...

le 18/06/2015 à 9:08
Signaler
evidemment ! il suffit de voir la réalité dans toutes le villes du monde ... juste quelques exemples , outre N York : Londres / Tokyo / Madrid ... et , en fait , partout ailleurs qu'en France ( surtout à Paris ).

à écrit le 16/06/2015 à 17:42
Signaler
Je ne comprends pas bien le gouvernement les auto-entrepreneurs sont autorisés partout et dans tous les domaines mais ne le serait pas sur le transport de personne. Je ne vois déjà pas pourquoi un VTC doit revenir à sa base et pourquoi un particulier...

le 17/06/2015 à 16:18
Signaler
Un chauffeur UberPoP n'a aucun statut légal ne paie aucune cotisation

le 24/06/2015 à 21:17
Signaler
Ben dans ce cas on interdit les chauffeurs d'uberpop mais comme les chauffeur d'uber ont un statut legal (auto-entrepreneur) ca fera toujours raler les taxis cf 2011 quand le gouvernement a voulu rajouter plus de licence sur le marché .... Car le r...

à écrit le 16/06/2015 à 17:05
Signaler
Excellent billet sur ce sujet: https://medium.com/welcome-to-thefamily/les-cinq-%C3%A9tapes-du-d%C3%A9ni-a7a06072c9fc

à écrit le 16/06/2015 à 17:03
Signaler
Uber n'est que le révélateur de la règlementation aberrante et anachronique de cette profession où le prix de la licence ne correspond pas à une valeur en fonction de la rentabilité mais à une rareté organisée par la profession avec la ...

à écrit le 16/06/2015 à 16:31
Signaler
Ca apprendra aux taxis que l'intransigeance dont il font preuve depuis 20 ans va finir par leur retomber sur le bout du nez. N’oublions pas quand même qu’à la base la licence de taxi est gratuite mais que le numerus clausus que les chauffeurs ont sou...

le 16/06/2015 à 17:11
Signaler
pure ! c parcequ il me trouvait pas de taxi a. Paris que le fondateur d Uber a cree son logiciel Les taxis se sont cree leur problems.

à écrit le 16/06/2015 à 16:21
Signaler
eh oui les taxis, votre temps est fini. Il fallait s adapter et non pas compter sur votre pouvoir de nuisance pour que l etat intervienne pour vous sauver la mise !

à écrit le 16/06/2015 à 15:58
Signaler
citation : "Sauf que, grande victoire pour Uber, un chauffeur UberPop a été relaxé la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Paris." sauf que le Parquet a fait appel et que donc la décision n'est pas définitive. Vous allez un peu vite e...

à écrit le 16/06/2015 à 15:37
Signaler
De toute manière les taxis à la papa ne pourront pas lutter contre uber, taxis moins cher, rapidité d'exécution,voiture propre bref game over et bravo à tous ceux qui contribuent à casser des situations abusives de monopole où de privilège...En Fran...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.