Climat : enfin de bonnes nouvelles !

 |   |  715  mots
Paradoxalement, alors que les activistes du climat dénoncent à qui mieux mieux « le capitalisme » ou « la finance », les actionnaires et les prêteurs deviennent les meilleurs alliés de la lutte contre le réchauffement climatique.
Paradoxalement, alors que les activistes du climat dénoncent à qui mieux mieux « le capitalisme » ou « la finance », les actionnaires et les prêteurs deviennent les meilleurs alliés de la lutte contre le réchauffement climatique. (Crédits : Pixabay / CC)
ÉDITO. Au "Climate Finance Day", colloque de réflexion sur la finance et le climat organisé par le secteur financier ce vendredi à Paris, la finance française a rivalisé d'annonces pour montrer que la prise de conscience écologique du secteur n'est pas du greenwashing. Par Philippe Mabille, directeur de la rédaction.

La 25e conférence de l'ONU sur le climat se tiendra finalement à Madrid du 2 au 13 décembre prochains, quatre ans après la signature par 195 pays et l'UE de l'Accord de Paris. Dans un rapport publié cette semaine, l'ONU a tiré la sonnette d'alarme, soulignant l'écart entre la réalité des émissions de gaz à effet de serre (GES), dont la courbe a continué d'augmenter l'an dernier, et les objectifs inscrits lors de la COP21 : pour limiter le réchauffement climatique à 1,5° C (ou 2° C) par rapport à l'ère pré-industrielle, l'humanité aurait dû infléchir ses émissions de GES avant 2020 pour ensuite atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050. C'est-à-dire une balance égale entre ce qui sera émis et ce qui sera absorbé par la nature, qu'il s'agisse des forêts, des sols ou des océans.

Lire aussi : Bertrand Camus : « Si les sujets environnementaux sont globaux, leurs solutions sont locales »

Le temps presse

L'ONU confirme ce que nous disent les scientifiques du Giec : à force de procrastiner, le temps presse. Pire, l'horloge climatique accélère. Pourtant, paradoxalement, les prises de position d'un Trump aux États-Unis ou d'un Bolsonaro au Brésil, par leur outrance, jouent les repoussoirs. La société civile, mobilisée par la jeunesse qui craint de devenir la « dernière génération » sur terre, fait bouger l'opinion ; les collectivités locales, plus proches des citoyens car à portée d'engueulade, les entreprises, plus proches des consommateurs de plus en plus écolos, sont aussi en train de radicaliser leurs actions.

Paradoxalement aussi, alors que les activistes du climat dénoncent à qui mieux mieux « le capitalisme » ou « la finance », les actionnaires et les prêteurs deviennent les meilleurs alliés de la lutte contre le réchauffement climatique. Pour une raison triviale, mais finalement assez efficace : c'est l'argent qui gouverne le monde. On voit ainsi les banquiers, les assureurs et les grands investisseurs institutionnels privés réclamer aux entreprises d'accélérer leur sortie du carbone. Du charbon, mais aussi parfois du gaz, qu'on a longtemps présenté comme une énergie de transition.

Pressée par les ONG d'en faire plus pour le climat, la finance française multiplie les initiatives, cherchant un équilibre entre abandon des énergies fossiles, maintien de la rentabilité et accompagnement de l'économie dans sa transition énergétique, sans toujours convaincre. Ces questions ont été au cœur du "Climate Finance Day", colloque de réflexion sur la finance et le climat organisé par le secteur financier vendredi à Paris. Les assureurs et les banques françaises rivalisent d'annonces d'engagement à réduire les financements accordés à des projets "carbonés".

Lire aussi : Sortie du charbon : la finance française au milieu du chemin ?

Multiplication des initiatives

Même un groupe pétrolier comme Total a (enfin) compris que c'est désormais sa survie qui est en jeu, et pas seulement son image de pollueur, laquelle l'a empêché de devenir sponsor des JO de 2024 (la Ville de Paris lui a préféré EDF). En France, l'assureur Axa vient de durcir sa politique de désinvestissement du charbon pour sortir complètement de cette industrie d'ici à 2030 dans les pays développés de l'OCDE et d'ici à 2040 dans le reste du monde.

En réalité, toute l'économie, toutes les entreprises, sont en train de repenser leurs organisations, leurs modes de production et de distribution avec pour motto l'urgence climatique. Les télécoms ne sont pas en reste et Stéphane Richard, le patron d'Orange qui a pris l'an dernier la présidence de la GSMA, qui regroupe tous les opérateurs mondiaux, estime que la neutralité carbone en 2050 n'est pas suffisante :

« Si Internet était un pays, ce serait le sixième émetteur de CO2 du monde. Il faudra aller plus vite pour réduire les émissions et Orange prendra des engagements en ce sens lors de sa prochaine journée investisseurs début décembre », a-t-il dévoilé devant l'Idate à Paris la semaine dernière.

Dernier exemple, l'aviation, pointée du doigt par le mouvement anti-avion, accélère ses efforts pour parvenir à compenser le carbone qu'elle émet. Compenser, en finançant des forêts, c'est bien ; mais effacer, ce serait encore mieux.

Lire aussi : Aviation : la vérité sur les calculateurs de CO2 (Air France, GoodPlanet, DGAC...)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2019 à 16:32 :
Pour la finance, le carbone est une ressource future rémunératrice a condition que vous soyez persuader qu'elle est coupable de tout vos maux!
a écrit le 01/12/2019 à 17:38 :
e duis emu de la prise de conciience du secteur des finances. Reste savoir si cette intension deviendra une realitée. Merci bien à vous.
a écrit le 01/12/2019 à 17:21 :
La bonne nouvelle est que nous savons a présent qu'il ne faut rien attendre d'un système administratif quelconque pour nous sortir de l'ornière et qu'il faudra agir et nous adapter individuellement!
a écrit le 30/11/2019 à 20:51 :
C'est bien beau le début de prise de conscience de la finance française, mais ce n'est que le petit bout de la lorgnette.
Où en est la finance anglo saxonne sur ce sujet ? Et que dire de la finance chinoise , indienne, russe ou brésilienne où tt simplement plus près, européenne ??
Fier de prêcher ds le désert ou début de prise de conscience planétaire ??
M. Mabille faites nous rêver !!
Réponse de le 01/12/2019 à 11:17 :
mais la pollution des source par le TRITIUM ,?
a écrit le 30/11/2019 à 18:20 :
Si la finance se réveillait enfin avec tout l'argent qu'elle possède elle pourrait lancer une vaste campagne pour la sauvegarde de la planète et de l'humanité, un plan Marshal multiplié par cent et à l'échelle planétaire, et ensuite après avoir prouvé de cette façon sa légitimité se débarrasser enfin des états qui ne sont plus que des intermédiaires inutiles et nuisibles devenant caducs si le secteur privé s'occupait aussi de gérer l'humanité. La classe productrice y verrait plus clair et la classe dirigeante se regénererait
Réponse de le 01/12/2019 à 15:42 :
Je crois que le sujet n'est pas bien compris...

1/ les études de terrain montrent qu'il y a un couplage fort entre consommation d'énergie et PIB.

1 autre vient de sortir financée et pilotée par l'EU, qui dit encore la même chose.

Les dirigeants ne tiennent pas du tout compte de ce phénomène mais alors pas du tout. On nous parle de croissance verte, ce qui automatiquement entraînera une augmentation de notre empreinte sur la planète.
Au passage, vous trouverez facilement l'information suivante : il faut a peu près 100 fois de métal pour produire en éolien la même quantité d'énergie qiue le nucléaire (je ne suis pas pro nucléaire, mais la physique est tétue).

2/ L' ONU vient de dire qu'il faudrait diminuer nos émissions de 7% par an pendant des décennies non pas pour stabiliser le climat non pas à un niveau pré-industriel mais à niveau pas trop fatal

-7% par an! Corrélez donc ce chiffre avec son impact sur le PIB ...

Donc nos amis les financiers pensent qu'ils vont juste flécher leur pognon sur d'autres secteurs moins destructeurs mais il n'est pas question de maigrir.

La prise de conscience arrivera quand les gens comprendont:
- quelques basiques de la physique qui a une tendance facheuse à ne pas se tordre facilement
- que la communication autour du réchauffement sous estime gravement la menace : les moyennes n'ont aucune importance, les extrêmes sont mortelles. Example: 1 ou 2 degrés de plus l'état dernier dans les zones les plus chaudes de France et la végétation était anihilée, récoltes comprises ce qui a été le cas dans certaines zones, mais qui pourrait arriver à l'échelle d'un département ou plusieurs.

Pour l'instant, très peu de gens ont compris, rapellez que le GIEC parle de péril fatal pour 1 milliards d'invidius dans les années qui viennent.

L'argent n'y changera rien si les hommes ne changent pas.
Réponse de le 01/12/2019 à 19:32 :
"L'argent n'y changera rien si les hommes ne changent pas. "

Je dis la même chose mais côté optimiste, l'argent peut changer les choses si ses propriétaires changent.

Les hommes, pour 95% d'entre eux n'ont pas grand chose à voir. Donc si vous voulez être logique avec votre alarmisme pouvant se justifier, il faut cibler les seuls à pouvoir les changer les choses.
a écrit le 30/11/2019 à 12:50 :
La bonne nouvelle c'est que l'adaptation de chacun gagnera sur les réformes... "théocratiques", pour ne pas dire dogmatique, de l'UE de Bruxelles!
a écrit le 30/11/2019 à 11:30 :
La seule mesure efficace sur le long terme pour réduire les émissions de CO2, c'est de contrôler la natalité, afin de la réduire. Mais c'est une mesure dont on verra les bénéfices uniquement dans vingt ans, ce qui n'est pas porteur électoralement, où les mandats durent cinq ou six ans. Donc aucun dirigeant ne prendra cette mesure, et la production de CO2 continuera inexorablement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :