Les Google Glass retrouvent la forme avec la santé

 |   |  928  mots
En février, au CHP Saint-Grégoire, à proximité de Rennes, un chirurgien a ainsi opéré une patiente de 80 ans. Grâce aux Google Glass, un chirurgien japonais au centre hospitalier de Nagoya, au Japon, à 10.000 km de distance, pouvait suivre l'opération en direct.
En février, au CHP Saint-Grégoire, à proximité de Rennes, un chirurgien a ainsi opéré une patiente de 80 ans. Grâce aux Google Glass, un chirurgien japonais au centre hospitalier de Nagoya, au Japon, à 10.000 km de distance, pouvait suivre l'opération en direct. (Crédits : Décideurs en région)
SI la première version des lunettes connectées du géant californien n'est plus disponible à la vente officiellement, elle continue d'être distribuée aux entreprises demandeuses. Les startups santé, qui développent des applications dédiées, continuent d'investir, et les expériences médicales se multiplient avec les Google Glass. Dernière en date: des ambulances à Chicago connectées à des hôpitaux via ces lunettes intelligentes.

A Chicago, un nouveau moyen de sauver des vies est né. Mi-février, Medex, un fournisseur de services d'ambulances, a équipé une dizaine de chauffeurs de véhicules avec des Google Glass, rapporte le journal Chicagoinno. Ce sont les premières ambulances à intégrer cette technologie aux États-Unis.

Grâce à des capteurs de vidéo, de son, et une application développée par la startup Pristine qui équipent ces lunettes connectées en wifi, les ambulanciers transmettent des éléments audio et vidéo au personnel des hôpitaux sur le point d'accueillir les personnes transportées en urgence.

Ainsi, les établissements hospitaliers peuvent - grâce aux images diffusées sur leurs ordinateur ou tablettes - étudier l'état des personnes atteintes de traumatismes, brûlures graves, ou en arrêt cardiaque afin d'anticiper les soins à mettre en œuvre.

Google continue à fournir des prototypes aux entreprises

C'est donc un fait, les Google Glasses ne sont pas encore enterrées. Et les projets et expériences continuent de fleurir, dans la santé en particulier. En dépit de l''arrêt du programme Explorer, Google continue d'aider les entreprises qui s'intéressent de près à ses lunettes connectées et leur fournit des prototypes.

Le géant californien a notamment maintenu le "Glass at Work", ce programme qui a pour vocation la création de partenariats privilégiés avec des startups afin de les encourager à développer des applications dédiées aux Google Glass. On en compte 10 aujourd'hui, dont 4 spécialisées dans la santé.

A noter que ces sociétés participent au développement de la seconde version de lunettes connectées en préparation et elles en testent les avancées.

Développement des projets pour les médecins

Quelques jours avant l'annonce de l'abandon de Google de sa première version de lunettes, au moment où les spéculations sur les difficultés du programme s'étaient particulièrement amplifiées, la startup américaine Augmedix, la plus importante société parmi les membres du programme Google for Work, a annoncé une levée de 16 millions de dollars (14 millions d'euros). Et ce, pour développer ses applications Google Glass.

La startup propose notamment une appli qui permet aux médecins d'extraire les principales informations (vidéo et son) évoquées durant les consultations afin de mettre à jour le dossier électronique du patient. De quoi humaniser les relations entre les patients et les médecins... mais aussi faire gagner un temps précieux à ces derniers. Le concept existe dans onze États américains.

Fin janvier, la startup estimait que les médias annonçant le déclin des Google Glass se fourvoyaient. Selon elle, le potentiel "des lunettes connectées est plus fort dans la santé que dans tous les autres domaines".

La chirugie, toujours férue de Google Glasses

Par ailleurs, l'Américain VitalMedicals a levé 1 million de dollars le 4 février pour développer ses activités. Il propose déjà plusieurs applications Google Glass pour les médecins. Elles permettent d'afficher les différentes informations vitales des patients opérés, de diffuser les vidéos des opérations et offre une communication intra-hospitalière où les médecins peuvent par exemple partager ce qu'ils voient avec différentes équipes.

La France n'est pas en reste pour expérimenter dans le domaine de la chirurgie et des lunettes connectées. Au centre hospitalier privé (CHP) de Saint-Grégoire, à proximité de Rennes, un chirurgien avait ainsi opéré une patiente de 80 ans. Grâce aux Google Glass, un chirurgien japonais du centre hospitalier de Nagoya, au Japon, à 10.000 km, pouvait suivre l'opération en direct, rapporte Ouest France, le 14 février 2014.

Le médecin nippon pouvait interagir et partager son expérience avec son homologue français. Une première mondiale, explique le quotidien, qui souligne que la distance de l'interaction pendant l'opération dépassait celle d'une expérience précédente aux États-Unis (plusieurs centaines de kilomètres).

Des opérations chirurgicales qui seraient plus efficaces

Pourquoi une telle ferveur ? En raison de l'efficacité avancée notamment par certaines études. VitalMedicals s'est ainsi targuée des résultat d'une étude menée avec l'école de médecine de l'université américaine de Stanford. Cette dernière concluait que les lunettes connectées et en particulier les Google Glass amélioraient les opérations chirurgicales notamment grâce à la reconnaissance plus rapide des problèmes de santé touchant le patient.

Par ailleurs, 2015 pourrait bien être l'année des lunettes connectées. ABI Research, société spécialisée dans les études de marché dans le numérique, prévoit une augmentation de 150% des livraisons de "smart glasses" au cours des 12 prochains mois dans les entreprises

Sony et Apple bientôt concurrents de Google sur les smart glasses ?

Si Google n'est pas le seul à fabriquer des lunettes connectées, il est le plus en avance dans les projets santé. Reste à savoir si le géant californien conservera cette avance dans les mois et les années à venir. Sony vient de débarquer sur le marché le 17 février avec ses lunettes intelligentes. La société évoque d'ailleurs "l''excellent potentiel de la technologie dans le domaine professionnel" sans toutefois mentionner clairement la santé.

Apple s'apprête également à entrer dans le jeu. Au vu de son intérêt pour la santé connectée, il y a fort à penser que la firme de Cupertino fera tout pour séduire le monde médical.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2015 à 12:38 :
"Dernières en date: une opération chirurgicale réalisée en France et diffusée au Japon..." Euhhh!!! L'info date bien du 14 février mais 2014! Bonjour la fraîcheur! Cela relativise quand même un peu la démonstration que vous faites sur la forme supposée des google glass en 2015...
a écrit le 26/02/2015 à 15:51 :
Et optinvent????
C est bien de faire de la pub mais faut aussi regarder ce qui se fait en france
a écrit le 26/02/2015 à 15:32 :
Est-ce La Tribune un fidèle véhicule RP pour Google ? il ne se passe pas un seul jour sans qu'on y voit un titre en vantant les atouts de cette insidieuse "méduse" aux mille tentacules…..
a écrit le 26/02/2015 à 12:51 :
Les représentants Multicartes américains et autre voyageurs de commerce américains vont maintenant demander au Gouvernement français de décréter des interventions chirurgicales plus fréquentes pou vendre leur lunettes Google au Design Ridicule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :