Gilles Babinet : « l'expérience utilisateur est l'oubliée des services publics »

 |   |  1377  mots
Pour Gilles Babinet, la fracture numérique vient en partie d'un État trop centralisé et éloigné de la société civile.
Pour Gilles Babinet, la fracture numérique vient en partie d'un État trop centralisé et éloigné de la société civile. (Crédits : Romuald Meigneux/SIPA)
Dans un rapport sur les enjeux numériques des territoires, publié sur fond de Grand Débat, Gilles Babinet, digital champion auprès de l'Union européenne, tire le bilan décevant de la numérisation du service public et de l'état de l'éducation numérique dans les zones rurales et périurbaines. Pour combler ce retard, dont les effets alimentent le mouvement des « gilets jaunes », il propose de replacer le citoyen au centre du processus de conception des politiques publiques françaises.

« Pour refaire son permis de conduire, il faut effectuer une démarche en ligne... avant d'aller le chercher en mains propres à la préfecture ! », soupire Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique. Pour l'Institut Montaigne, think tank à la ligne libérale, le digital champion auprès de l'Union européenne signe un rapport sur les enjeux numériques des territoires. Il liste les chiffres de la fracture numérique : 25e sur 27 au classement européen de l'accès au très haut débit, les Français affichent un taux d'illectronisme (absence de maîtrise d'Internet) de 23 %, parmi d'autres indicateurs préoccupants. Parallèlement, les services publics quittent les territoires ruraux et périurbains alors qu'ils ne sont toujours pas numérisés, et certains habitants mettent plus d'une heure à rejoindre l'établissement le plus proche afin d'effectuer leurs démarches administratives.

« On a loupé le coche il y a trente ou quarante ans, analyse Gilles Babinet quand on l'interroge sur les origines du problème. Même si on a prôné la décentralisation, on a continué à avoir une logique néomonarchique au sein des institutions publiques. L'État a un tel traumatisme de s'être fait...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2019 à 9:20 :
Les services publics sont dévastés par l'évasion fiscale autorisée aux mégas riches par nos politiciens corrompus, du coup tant que cette aberration sera, accuser les services publics de tous les maux est idiot ne faisant qu'exposer sa compromission et donc bêtise, néolibérale.
a écrit le 22/04/2019 à 21:04 :
Non, pou refaire son permis, demarche en ligne et réception du permis pzr courrier! Vérifiez vos dires, c'est pas credible
a écrit le 22/04/2019 à 16:01 :
Le jour où le service publique sera au "service du public", et non pas le public a son service, on aura fait un immense pas en avant...
Mais ceci n'arrivera jamais...
a écrit le 22/04/2019 à 13:47 :
Le "digital" génère des données inutiles et contribue a son augmentation ce qui équivaut a faire une gestion compliqué de chose simple! Beaucoup font une fortune sur cette inutilité! La simplicité est son ennemie!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :