Recherche d'emploi : iziwork lève 5 millions d'euros pour faciliter l'intérim

 |   |  425  mots
Lancée en avril, la startup iziwork vient de boucler une première levée de fonds de 4.5 millions d'euros, en plus de 500.000 euros de dettes, auprès de GFC Rocket Internet pour investisseur principal.
Lancée en avril, la startup iziwork vient de boucler une première levée de fonds de 4.5 millions d'euros, en plus de 500.000 euros de dettes, auprès de GFC Rocket Internet pour investisseur principal. (Crédits : DR)
La plateforme française iziwork, spécialisée dans la recherche d'emplois intérimaires, vient de boucler une première levée de fonds pour accélérer son déploiement et accroître ses investissements en R&D. Lancée en avril, la startup parisienne de 35 employés prévoit de doubler ses effectifs d'ici la fin de l'année.

iziwork veut moderniser l'intérim. Lancée en avril, cette startup française vient de boucler ce lundi 24 septembre sa première levée de fonds de 4,5 millions d'euros, en plus de 500.000 euros de dettes, auprès de GFC Rocket Internet et de Maximilian Bittner, directeur général de la société d'e-commerce Lazada. Présente dans toute la France, la plateforme parisienne souhaite ainsi "accroître son développement commercial", explique à La Tribune Mehdi Tahri, co-fondateur d'iziwork, passé par le cabinet de conseils McKinsey et le géant Amazon. La jeune pousse de 35 employés compte donc recruter 30 postes d'ici la fin de l'année. Parmi eux, la moitié seront des ingénieurs.

« Nous sommes avant tout une entreprise tech : notre différenciation repose sur l'intelligence artificielle et la data », revendique Mehdi Tahri. « C'est pourquoi nous allons également tripler nos investissements en R&D. »

iziwork se revendique comme une alternative numérique aux agences physiques d'intérim. Le but ? "Fluidifier l'accès au travail temporaire pour les 2,5 millions de Français intérimaires et freelances" en optimisant la gestion administrative.

Notation des candidats et des entreprises

La plateforme propose sur son site internet et son application de mettre en relation intérimaires et entreprises en quelques clics. Lors de l'inscription au service, gratuite pour les intérimaires, les travailleurs doivent fournir quelques données : localisation, parcours, type de missions recherchées... Elles vont permettre à iziwork de proposer en temps réel des missions à proximité des candidats. À la fin de chaque mission, l'entreprise et l'intérimaire se notent mutuellement. Cela permet au travailleur d'affiner sa recherche de missions et à l'entreprise de recommander un candidat jugé performant.

« L'accès aux meilleures missions est réservé aux candidats les plus compétents », affirme le co-fondateur. « Les notes sont prises en compte mais nous analysons aussi une multitude de données : ponctualité, fiabilité, fidélité, temps de réponse... Cela permet de garantir un accès juste et transparent aux missions », précise-t-il.

Côté entreprises, iziwork revendique des "tarifs jusqu'à 30% moins chers" que ceux pratiqués par les acteurs historiques de l'intérim. "Nous souhaitons supprimer les coûts injustifiés subis par les entreprises clientes, tels que les frais immobilier ou encore la gestion papier", souligne le co-fondateur. iziwork dit donner accès aux entreprises à "plus d'une centaine de milliers d'intérimaires". Si la startup ne communique pas sur le nombre de sociétés ayant recours à son service, des groupes comme Intermarché, Odity, Conforama, Claudie Pierlot ou encore Sandro figurent parmi ses clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2018 à 13:39 :
Je suis a la recherche du travail, je suis logisticien de formation
a écrit le 24/09/2018 à 16:40 :
"« L'accès aux meilleures missions est réservé aux candidats les plus compétents »"

Des discours que l'on entend depuis 20 ans avec un chômage de masse toujours en expansion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :