Face à la crise, les ventes du numérique français vont reculer de 6,7% en 2020

 |   |  431  mots
(Crédits : https://unsplash.com/photos/BStW5kYXw4E)
Durement touché par la crise du Covid-19, le numérique français - rassemblant les entreprises de services du numérique, éditeurs de logiciels et sociétés de conseil en technologies - prévoit un recul d'activité de 6,7% sur l'année 2020. Les sociétés de conseil dépendantes de l'aéronautique et de l'automobile sont particulièrement impactées.

Le Covid-19 n'a pas non plus épargné le secteur du numérique français. De fait, "95% des chefs d'entreprise anticipent une accélération de la transformation numérique pour les entreprises suite à la pandémie", selon une étude du Syntec le 30 avril.

En effet, selon un baromètre publié aujourd'hui par Syntec Numérique - l'organisation professionnelle des entreprises de services du numérique (ESN), des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies (ICT) - le secteur prévoit, en France, une baisse d'activité de 6,7% en 2020.

Lire aussi : Le confinement, révélateur de l'état d'urgence numérique français

Le marché de l'édition de logiciels est celui qui s'en sort le mieux, avec un recul de 3,6%. "C'est le secteur dont les signes de reprise sont les plus rapides", note Syntec, qui relève que "plus de 8 entreprises sur 10 prévoient une reprise de leur activité dès le deuxième semestre" de cette année. Les éditeurs de logiciels qui vendent depuis le cloud (informatique dématérialisée et mutualisée) du logiciel utilisable à la demande (SaaS) sont les plus optimistes. 86% d'entre eux envisagent une stabilité ou une croissance de leurs ventes sur l'ensemble de 2020, malgré la crise.

Le marché des services informatiques quant à lui prévoit un recul de son chiffre d'affaires de 6,2%. Mais là encore, plus que jamais le basculement vers le cloud de l'informatique d'entreprise tirera les ventes vers le haut et favorisera le retour à la croissance, précise le syndicat.

En effet, Syntec estime que "le développement des offres cloud s'intensifie et atteindra 23% de part de marché du secteur en 2020" contre 19,4% en 2019.

Lire aussi : Préparer la sortie de crise : l'inévitable bascule des entreprises vers le cloud

Cependant, les sociétés de conseil en technologie, qui sont largement dépendantes des industries lourdes comme l'aéronautique et l'automobile, sont quand à elles très touchées par la crise. Leurs ventes devraient chuter de 12,5%. Syntec Numérique s'inquiète des répercussions de ce trou d'air pour l'emploi des ingénieurs.

Pour atténuer ces conséquences, le syndicat suggère au gouvernement de créer un parcours de "Formation pour le Maintien et le Développement des Compétences d'Innovation" (FMDCI), pour les ingénieurs et techniciens qui se retrouveraient sans charge de travail pendant la crise. Il faut "éviter la fuite des talents à l'étranger et conserver les compétences en France pendant cette période", a déclaré Syntec.

Lire aussi : La souveraineté numérique, une question de survie pour les territoires

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2020 à 10:08 :
Tandis que le NASDAQ lui va très bien, on peut commencer peut-être à entrevoir une stratégie américaine au travers de cette gestion de crise, comme d'habitude ils savent mieux que tout le monde rebondir sur les phénomènes actuels.

Tandis qu'ils affirmaient aux mégas riches européens qui bien entendu les ont cru que l'intelligence c'était surfait, eux pendant ce temps la cumulaient visiblement. Contempler l'Amérique régner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :