Free perd des wagons d’abonnés sur fond de guerre des prix

 |   |  611  mots
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free).
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free). (Crédits : Stephane Mahe)
En France, l’opérateur de Xavier Niel a perdu l'an dernier plus de 250.000 abonnés sur le mobile, et près de 100.000 dans l’Internet fixe.

Tout un symbole : Free est repassé, fin 2018, sous la barre des 20 millions d'abonnés en France. Dans un contexte de guerre des prix (ou d'arroseur arrosé, dans la mesure où c'est lui qui a amorcé cette bataille en cassant les prix du mobile dès 2012), l'opérateur de Xavier Niel a perdu beaucoup de fidèles dans l'Hexagone. Dans le mobile, Free a vu s'envoler plus de 250.000 abonnés, à 13,44 millions de clients, a annoncé le groupe ce mardi, lors de la présentation de ses résultats 2018. La situation n'est pas meilleure dans l'Internet fixe. Pas loin de 100.000 abonnés se sont fait la malle sur ce créneau stratégique - souvent présenté comme la « vache à lait » du groupe -, portant son nombre de clients Freebox à 6,42 millions.

In fine, en France, le principal marché d'Iliad, le chiffre d'affaires du groupe recule de près de 2% à 4,77 milliards d'euros. À la Bourse de Paris, le titre Iliad ne reculait que de 1,13% à 89,48 euros en début d'après-midi - sachant qu'il perdu la moitié de sa valeur en un an. Les investisseurs ont probablement anticipé les mauvais résultats commerciaux de l'année dernière, après les publications, le mois dernier, des solides performances 2018 d'Orange et de Bouygues Telecom.

Offensive dans les télécoms professionnelles

Directeur général d'Iliad, Tomas Reynaud s'est néanmoins montré confiant. À ses yeux, 2018 est « une année de transition ». Selon lui, 2019 sera un meilleur cru, et la croissance sera au rendez-vous au premier semestre 2019. À l'en croire, en France, la stratégie d'Iliad, basée sur la conversion des abonnés de ses offres les moins chères à celles plus haut-de-gamme et rentables, porte ses fruits. Il en veut pour preuve « le succès », dit-il, de la nouvelle box Delta, qui a séduit 100.000 clients à la fin 2018, et la croissance des abonnés à la fibre.

Sur ce créneau, Free titillait le million de clients en fin d'année dernière, soit près de deux fois plus qu'à la fin 2017. Toutefois, dans l'Internet fixe, le revenu moyen par abonné s'affiche en forte baisse de plus de 2 euros, à 31,8 euros. Même son de cloche, d'après Thomas Reynaud, dans le mobile. Si le nombre d'abonnés aux simples forfaits voix a dégringolé, celui des abonnés « 4G illimitée » affiche une forte progression (+723.000 clients en 2018).

En quête de nouveaux relais de croissance en France, Thomas Reynaud a confirmé l'offensive du groupe dans les télécoms pour les entreprises. Sur ce marché qui avoisine les 10 milliards d'euros, ultra-dominé par Orange et dans une moindre mesure par SFR, Iliad veut sa part du gâteau. C'est la raison pour laquelle, il a cassé la tirelire, mi-janvier, pour avaler Jaguar Network, un opérateur marseillais, notamment spécialisé dans les offres de « cloud » (informatique dématérialisée).

Enfin en Italie, où Iliad s'est lancé fin mai dernier, l'opérateur dispose désormais de 2,8 millions de clients sur le mobile, ce qui représente une part de marché d'environ 3%. Un départ qui satisfait l'état-major du groupe. Sachant que Xavier Niel a indiqué viser, à terme, une part de marché de 15%.

Pour se renflouer, Iliad étudie aussi la possibilité de vendre des pylônes où ses antennes mobiles sont installées. Une démarche déjà effectuée par ses rivaux Bouygues Telecom et SFR lorsqu'ils étaient, par le passé, en difficulté. « C'est une réflexion en cours, mais aucune transaction n'a été réalisée pour le moment », affirme Thomas Reynaud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2019 à 22:09 :
Ben je suis chez Free et pas trop de raisons de changer, mais voila, tout le village même des hameaux paumés s'installe la fibre (la gueule des vieux poteaux en bois habitués au cuivre!) sauf que ça n"arrive pas ici et que Free ne fait pas un grand effort pour étriller la société privée qui la posent.
Bien sur la box est pas terrible, le wi-fi famélique, les freeplugs inutilisables on a restitué la player bis, pas capable de passer 10 m.
Feraient mieux d'offrir un abonnement nu et on s'achète un mini pc spécialisé pour tenir lieu de box on trouve des minibox androïd octocores pour une 50 aine d'euro avec même netflix intégré de base.
a écrit le 20/03/2019 à 13:55 :
Après avoir blacklisté 300 000 portables au prétexte que ces appareils avaient été volés sans avoir l'idée pourtant simple de prévenir ses abonnés avec un arrangement possible de payer mensuellement par exemple 50 % du solde de la facture (abonnements non payés par des clients antérieurs qui ont escroqués FREE) rien d'étonnant à ce qu'il aient perdu ces abonnés floués !
Xavier Niel n'est pas une personne très fiable pour le moins.
a écrit le 20/03/2019 à 10:15 :
euh, c'est sur, il casse les prix, met les marges au tas, puis constate que les entreprises c'est plus rentable que les particuliers!
whaouh, quelle analyse!
pour les entreprise, le pb c'est pas forcement le prix le principal critere; y a plus de marge, mais c'est derrier qu'il faut assurer, et la c'est pas rendu
a écrit le 20/03/2019 à 8:07 :
Free c'était la libération, prix raisonnable et beaucoup de possibilités techniques, la box idéal dans les années 2000.

Problème la montée en prix ne s'est pas accompagnée de l'offre technique qui va avec et plus problématique le support n'est plus à la hauteur.

Dans la fibre par exemple impossible d'aller chez free, mon immeuble n'était pas sur le réseau free. De plus le prix d'une box de base + tv est de 35 euros chez Orange contre 50 chez free...

Free se sauvera en retrouvant ses bases, une technique au top, des prix intéressants et un support compétent.

En tous cas ce serait dommage que free disparaisse à moyen long terme.
a écrit le 19/03/2019 à 22:40 :
Les dirigeants d’orange ne devraient pas la ramener en la matière, eux qui viennent d’annoncer un chiffre d’affaires en baisse aux salariés pour justifier une part variable de rémunération qui dégringole, sauf pour les 1000 leaders. C’est l’opposé de ce qu’ils racontent aux marchés, mais c’est pas grave, tout le monde est habitué à leur cynisme maintenant
a écrit le 19/03/2019 à 22:30 :
tu est chez free tu n a rien compris
a écrit le 19/03/2019 à 22:29 :
tu ai chez free tu n a rien compris
a écrit le 19/03/2019 à 21:11 :
J'ai quitté Free, à l'occasion d'un déménagement. Non pas à cause d'un manque de qualité, mais parce que la concurrence m'offre ce que Free n'a jamais voulu faire. En France, car en Italie, si ! NB 50Mo de data sur leur offre 2EUR, "ça l'fait pas". Par contre 5Go à 10EUR je n'aurais pas hésité. N'ayant aucunement besoin de box, vu que la TNT, je la paie de toutes façons..., la concurrence me permettant de m'en passer, j'ai résilié. Et l'ai expliqué aux opérateurs qui me demandaient mes motivations. Donc si Free voulait revenir dans le marché, à des prix acceptables, il n'y a pas de raison que je n'y retourne pas.
PS si en Italie 2,8M équivalent à 3%, on est pas loin de 100M d'abonnés ???
a écrit le 19/03/2019 à 20:29 :
Avant de parler de la guerre des prix, n'oublions pas de parler des problemes de fonctionnement des freebox par exemple...
La perte de reception de la telephonie qui se mets a crypter environ 2 appels sur trois et qui necessite un rappelle...
Pire encore la perte de synchro et la plus de box obliger de la redemarrer. En general ont s'en rends compte soit en telephonant car il manque la tin soit via la perte internet... Biensur quand ous vivez en campagne redemmarrer la box est de plus en plus difficile et long...

Si les abonnes partent c'est surtout a cause de l'instabilite qui dure... On peut avoir de la compation mais apres plusieurs annees on change...
a écrit le 19/03/2019 à 18:00 :
pas cher , pas cher, vite dit . Le forfait freebox annoncé à 29 ,90 est plutot 10 euros plus cher , et avec une qualité qui n'est pas en amélioration loin s'en faut . Ils ont perdu la vista chez free!
a écrit le 19/03/2019 à 17:51 :
Des wagons ???
2% dans le mobile , 1.5% dans l'internet .
Sachez garder mesure , vous serez plus crédible car là c'est du grand n'importe quoi .
a écrit le 19/03/2019 à 17:39 :
La perte d'abonnements de Free sur le portable ne se fait pas pour cause de tarif (Free proposant toujours les offres les moins chères) mais sur la qualité du réseau et en particulier la 4G où la couverture de l'opérateur est très médiocre.
a écrit le 19/03/2019 à 17:19 :
Ce que l'un gagne l'autre le perd ou le tassement du marché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :