La Tribune

Les banques françaises s'acquittent de leur dette envers l'État

La Tribune Infographie / SSAULNIER
La Tribune Infographie / SSAULNIER
latribune.fr  |   -  804  mots
Avec le remboursement prochain par BPCE de ses aides, le secteur bancaire hexagonal s'émancipe enfin de la tutelle publique. Seule la franco-belge Dexia, partiellement nationalisée, n'a pas payé son dû à l'État.

Dans quelques semaines, toutes les banques hexagonales, à l'exception de la franco-belge Dexia, se seront libérées de la tutelle de l'État. Mercredi, BPCE a fait savoir que les 2,2 milliards d'euros encore dus seraient remboursés avant la fin du mois de mars. Le groupe bancaire né de l'union des Caisses d'Épargne et des Banques Populaires avait reçu 7,05 milliards d'euros dans le cadre du plan de soutien public mis en place au lendemain de la faillite de Lehman Brothers.

À la fin de l'année 2008, en pleine crise de liquidité, toutes les banques françaises avaient eu recours au dispositif de l'État. En l'espace de quelques mois, elles avaient bénéficié de 76,9 milliards d'euros de prêts garantis et de 20,75 milliards d'apports en fonds propres, sous la forme de titres hybrides ou d'actions de préférence. Dexia, pour sa part, avait vu l'État entrer directement à son capital. À l'automne 2009, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et Crédit Mutuel s'étaient acquittées de leur dû, rendant 12,7 milliards d'euros. Dix-huit mois plus tard, c'est donc au tour de BPCE, dernier grand débiteur de l'État, de rembourser le solde de ses aides. Le secteur bancaire hexagonal ne sera ainsi plus soumis aux contraintes imposées par les autorités publiques sur la distribution du crédit ou le contrôle des rémunérations.

1,59 milliard d'euros d'intérêts versés à l'Etat

Du côté du Trésor français, l'heure des comptes est venue. Au total, le plan de soutien aura permis de faire entrer environ 3 milliards d'euros dans ses caisses, dont 1,59 milliard d'intérêts et 1,4 milliard de rémunération de sa garantie. BPCE aura été le plus gros contributeur, avec 815 millions de coupons payés. Toutefois, ces sommes ne correspondent pas à un gain net. D'abord, l'argent apporté aux banques a été emprunté sur les marchés, entraînant une charge évaluée à 132 millions d'euros. Ensuite, comme l'a noté un rapport de la Cour des comptes publié en 2010, des coûts indirects sont susceptibles « d'amoindrir progressivement ce bénéfice ». Et de soulever la question de la participation de 1 milliard d'euros de l'État dans Dexia, qui souffre d'une moins-value latente de 675 millions.

Le rapport pointe aussi du doigt la limitation des plus-values réalisées par le Trésor. « L'État n'a pas profité de l'augmentation des cours de Bourse des banques, alors que ce rétablissement est directement imputable à ses concours », explique la Cour des comptes, estimant « le manque à gagner » à 5,8 milliards d'euros. Alexandre Maddens
_________________

Reste à régler le cas Dexia

Lorsque les banques françaises se targuent de n'avoir pas coûté un centime à l'État pendant la crise et même de lui avoir rapporté quelques milliards d'euros, elles « oublient » souvent de mentionner le cas Dexia. Fin septembre 2008, la banque franco-belge était recapitalisée en urgence. La Belgique débloquait 3 milliards d'euros, l'État français 1 milliard et la Caisse des dépôts et consignations (à 100 % publique) 2 milliards. Résultat : 17,7 % du capital est aujourd'hui entre les mains de la CDC. Quant aux États français et belge, ils ont chacun une participation de 5,7 %.

Deux ans plus tard, en dépit d'efforts de restructuration colossaux, la banque reste fragile et la question de la sortie des actionnaires publics du capital du groupe n'est toujours pas à l'ordre du jour. L'action Dexia (3,22 euros en clôture ce mercredi) a perdu plus des deux tiers de sa valeur depuis le sauvetage du groupe, réalisé au prix de 9,90 euros par action. La moins-value latente de l'État atteint 675 millions d'euros. Celle de la Caisse des dépôts 1,35 milliard.

Mercredi dernier, la banque franco-belge a publié un bénéfice 2010 inférieur aux attentes et en baisse de 28 % par rapport à l'année précédente. « Nous avions prévenu que l'héritage de Dexia ne pourrait pas être liquidé en un tour de main et que cela prendrait plusieurs années », a rappelé Jean-Luc Dehaene, le président du conseil d'administration du groupe, en préambule à la présentation des résultats. Les dirigeants de Dexia ne prévoient pas de recommencer à « travailler dans des conditions normales » avant 2012. Pour l'heure, la priorité reste l'assainissement de la structure financière.

Depuis octobre 2008, le groupe a cédé plus de 50 milliards d'euros d'obligations et de prêts qu'elle avait en portefeuille. Quant à la part du financement à court terme, elle a été ramenée de 36 % du total des financements fin 2008 à 21 %. La question est cruciale pour les marchés. Fin septembre 2008, c'est cette dépendance au marché interbancaire qui avait provoqué la crise de liquidité du groupe. Depuis la révélation de l'existence d'un accord de liquidité avec La Banque Postale en fin d'année dernière, l'action a d'ailleurs repris plus de 20 %. Sophie Rolland

Réagir

Commentaires

Oubli  a écrit le 27/02/2011 à 20:31 :

Et ne pas oublier, non plus, les aides énormes apportées encore aujourd'hui par la BCE. Celle-ci prète des sommes ILLIMITEES aux banques, à un taux de 1% (!!!). Cela a pour conséquence d'inonder les marchés du pétrole, des denrées alimentaires, et de l'immobilier de liquidités massives, et cela fait flamber les prix. En conséquences, les particuliers paient très cher le sauvetage des banques par l'intermédiaire de ces hausses de prix.

Erreur  a écrit le 27/02/2011 à 20:28 :

Il semble y avoir une grosse erreur de calcul. Si l'état a prêté 20 milliards aux banques, il a dû emprunter lui même cet argent. Sachant que l'état emprunte son argent, en moyenne, à plus de 3%, cela lui a couté plus de 600 millions par an, bien plus que les 152 millions dont on parle dans l'article. De pus, cela a augmenté la masse d'argent que l'état a emprunté, ce qui a dû augmenter le taux auquel l'état se finance, d'où des coûts supplémentaires. De plus, il y a une perte sur Dexia, et la garantie accordée aux banques était une prise de risque très importante, qui aurait dû être mieux rémunérée, au taux du marché, c'est à dire très cher. Donc globalement, l'état n'a rien gagné en prétant aux banques et est même en pertes, comme l'annonçait Challenge récemment après avoir refait tous les calculs. Ce soit disant gain n'est que de la communication destinée à berner les français.

pm  a répondu le 28/02/2011 à 12:09:

Merci de votre post; qui anticipe le mien. Les calculs semblent spécieux. D'autant plus que ni les banques, ni l'automobile n'avaient un réel "besoin" de ces sommes; mais ça faisait bien dans le paysage politique (comprendre cercle d'amis) d'être "sauvé" par le gouvernement...

dudu  a répondu le 28/02/2011 à 13:27:

@pm .donc dans les autres pays "cela faisait bien également", allez un peu de sérieux et laissez la poilitique de côté, contentez vous d'énoncer vos chiffres sans aucun aucun calcul fiable que de la "pifométrie". Pour info ce jour euribor1Y 1.767.

Pico  a répondu le 28/02/2011 à 16:46:

L'Etat emprunte moins cher qu'il ne pête aux banques, donc il ne peut y avoir qu'un gain à la clé

Domino  a répondu le 27/10/2014 à 7:47:

La BCE prête aux banques à 1% et celles ci prêtent aux états en difficulté à des taux bien plus élevés. C'est les grecs les portugais et les espagnols qui payent la différence.

inconnu  a écrit le 27/02/2011 à 10:42 :

La Crise est en marche ! MONDIALE

Question  a écrit le 27/02/2011 à 8:33 :

Pourquoi la seule banque dans laquelle l'état est devenu actionnaire est celle qui ne redresse pas la barre (perte de 66% de sa valeur en bourse alors que toutes les autres cotations ont monté en 2010)?

Pour limiter les risques de pertes (on parle quand même de presque 700 millions), l'état n'aurait-il pas du rentrer au capital de toutes les banques aidées?

casalta  a écrit le 26/02/2011 à 20:29 :

Vous Remarquerez que dans cette histoire ce sont les banques mutualistes qui ont emprunte le plus a l etat alors q elles n ont pas d acionnaires a retibuer

Plop  a écrit le 26/02/2011 à 20:18 :

Vous devriez écrire partout en GROS ET EN LARGE les banques ont remboursé l'état et avec les intérêts !!!!!! Marre de lire encore tous ces gens qui soutiennent que les banques ont été aidées gratuitement ! Et du PS qui à l'époque a fustigé l'aide soit-disante gratuite aux banques et qui se s'est servi de sa pour bourrer le mou au bon peuple !! D'ailleurs l'état devrait multiplier des opérations de prêts aux banques pour remplir les caisses, pour une fois où c'est pas nous qui payons....

didoxx  a répondu le 26/02/2011 à 22:25:

et vous avez vue avec quel facilité elle ont remboursée!

Réalisme2011  a écrit le 26/02/2011 à 15:04 :

Les banques françaises ont remboursé, et depuis plus de deux ans, pour la plupart d'entr'elles, les interventions de l'Etat, qui étaient majoritairement des aides sous forme de garantie, pour leur permettre d'obtenir des liquidités...et de prêter aux particuliers et aux PME.
Qu'en pensent les Cassandre de la gauche, y compris DSK, qui clament le contraire depuis des lustres.
Qu'en est-il des aides au secteur automobiles sous formes de primes diverses, quels intérêts vont versées les contructeurs Renault, Peugeot.....

logic  a écrit le 26/02/2011 à 13:39 :

Les ténors de gauche, qui n'ont cessé de claironner que Sarko. avait " donné " de l'argent aux banques, vont-ils faire leur " méa culpa " ? Surtout pas ! la calomnie fait partie intégrante de leur stratégie. Quand le " Canard enchaîné " va-t-il parler des casseroles que traîne DSK.?.. jamais ! Pourtant la seule affaire Basano est un modèle du genre !!!