Un drone frôle un Airbus A380 de Lufthansa à Los Angeles

 |   |  449  mots
Un Airbus A380 de la compagnie allemande Lufthansa a failli être percuté par un drone durant son approche de l'aéroport de Los Angeles
Un Airbus A380 de la compagnie allemande Lufthansa a failli être percuté par un drone durant son approche de l'aéroport de Los Angeles (Crédits : Lufthansa)
Un drone est passé à une soixantaine de mètres d'un A380 de Lufthansa à une altitude de 5.000 pieds (1.524 mètres) à un peu plus de 20 km à l'est de l'aéroport de Los Angeles

Nouvel incident entre un avion commercial et un drone. Cette fois-ci un Airbus A380 de la compagnie allemande Lufthansa a failli vendredi être percuté par un drone durant son approche de l'aéroport de Los Angeles, a rapporté l'autorité fédérale de l'aviation (FAA) aux Etats-Unis, s'appuyant sur le témoignage du commandant de bord. Le drone est passé à une soixantaine de mètres du très gros porteur, à une altitude de 5.000 pieds (1.524 mètres) à un peu plus de 20 km à l'est de l'aéroport.

Le pilote de l'A380 n'a entrepris aucune manoeuvre d'évitement et l'avion a pu se poser sans encombre quelques minutes plus tard. La FAA a immédiatement alerté la police de Los Angeles, a annoncé un porte-parole de cette dernière.

Multiplication des incidents

Cet incident rappelle celui survenu le 19 février en France lorsqu'un Airbus A320 d'Air France assurant la liaison entre Barcelone et Paris Charles de Gaulle a évité de justesse une collision avec un drone qui volait à haute altitude durant sa phase d'approche de l'aéroport parisien.

Les règles fédérales de l'aviation aux Etats-Unis interdisent aux drones et aux avions de modélisme de voler à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres) et à moins de cinq miles (huit kilomètres) d'un aéroport si la personne qui les manipule n'a pas contacté au préalable les contrôleurs aériens ou les autorités aéroportuaires. La FAA a reçu 42 signalements de drones volant de manière dangereuse près de l'aéoport de Los Angeles, le deuxième des Etats-Unis par le trafic, depuis 2014, selon des données publiées à l'automne dernier par le "Los Angeles Times".

Le patron d'Airbus demande de légiférer

Le patron d'Airbus, Fabrice Brégier, a estimé vendredi qu'il fallait "légiférer" sur l'usage des drones civils, après qu'un A320 a évité de justesse une collision fin février avant son atterrissage à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. "Il faut légiférer, c'est indispensable, notamment dans les endroits à basse altitude, c'est-à-dire proche des aéroports", a déclaré Fabrice Brégier sur France Inter.

Même dans l'hypothèse d'un choc à cette altitude, "on aurait pu éviter un drame", a assuré Fabrice Brégier, dont la position rejoint celles du Syndicat national des pilotes professionnels de drones civils (SNPPDC) et de la Fédération professionnelle dudrone civil (FPDC), qui demandent des restrictions d'usage pour les particuliers. Selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), il y avait, fin 2015, entre 150.000 et 200.000 drones de loisirs en France, dont 98% de micro-drones d'un poids inférieur à 2 kg. La plupart de ces engins sont équipés de caméras embarquées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2016 à 20:38 :
Ce n'est malheureusement pas n'importe quoi .Je suis ingenieur , j'en ai parlé avec un membre de la famille commandant de bord pour verifier un certain nombre de points.Nous avons suivi les traces de condensation des réacteur plusieurs secondes et je n'ai pas été le seul à le constater.Aucune maneuvre d'évitement de notre appareil ,et aucune réponse du BEA.
a écrit le 19/03/2016 à 17:13 :
On est trés bien informé sur un incident entre un A380 et un drone à Los Angeles,par contre j'ai pour ma part transmis au BEA des elements précis sur un croisement lors du vol Air Mediterranée Fuerteventura-Lyon du 17/01/2016 à 150/200m de distance horizontale ,à meme altitude et en sens inverse d'un bi réacteur de la compagnie Condor . Cet incident a été signalé par mail (accusé de réception) 2 fois et n'a fait l'objet d'aucune réponse .Il m'a meme été indiqué alors que je m'en inquiétais par téléphone que on ne compremait pas ce que j'attendais puisque il n'y avait pas eu accident . Il et sur qu'en cas d'accident ils m'auraient contacté pour la réponse ...Le BEA étant lié à la DGAC je m'interroge
Réponse de le 20/03/2016 à 6:40 :
n'importequoi !!
a écrit le 19/03/2016 à 13:46 :
Les drones aussi sont équipés de lance roquettes et d'un appareil à bulles
a écrit le 19/03/2016 à 12:50 :
"La plupart de ces engins sont équipés de caméras embarquées."... C'est pour cette raison qu'il y a toujours 2 cartouches dans l'outil approprié à propulser du plomb au cas où un drone (encore appelé une m...e, une con...rie, une inutilité...) viendrait à survoler mon espace aérien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :