La croissance de l'e-commerce portée par les "places de marché"

 |   |  489  mots
Le chiffre d'affaires de l'e-commerce ne représente "que" 9% de celui du commerce de détail. A titre de comparaison, la Banque de France signale une progression de seulement 1% du commerce de détail dans l'Hexagone.
Le chiffre d'affaires de l'e-commerce ne représente "que" 9% de celui du commerce de détail. A titre de comparaison, la Banque de France signale une progression de seulement 1% du commerce de détail dans l'Hexagone. (Crédits : reuters.com)
Le chiffre d'affaires du commerce électronique en France a atteint quasiment 57 milliards d'euros en 2014, soit 11% de plus qu'en 2013 et plus que les 56 milliards initialement anticipés. Une croissance au rythme relativement moins soutenu que les années précédentes, portée notamment par les ventes sur les places de marché virtuelles.

Certes, le rythme de la croissance s'essouffle dans l'e-commerce. Mais il reste largement plus soutenu que celui du commerce de détail. L'an dernier, les cyber-marchands ont généré en France un chiffre d'affaires de 56,8 milliards d'euros, selon l'enquête de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad) publiée ce 27 janvier et qui porte sur les données de 157.000 entreprises. Le chiffre d'affaires de l'e-commerce ne représente "que" 9% de celui du commerce de détail. A titre de comparaison, la Banque de France signale une progression de seulement 1% du commerce de détail dans l'Hexagone.

Dans l'e-commerce, le chiffre d'affaires a augmenté de 11% par rapport à 2014. Entre 2012 et 2013, l'augmentation du chiffre d'affaires était encore plus élevée: 13,5%. Autre signe d'une forme d'arrivée à "maturité" du marché : le panier moyen par transaction se réduit depuis quatre ans pour atteindre environ 80 euros. Mais ce mouvement est compensé par une augmentation du nombre de transactions. Celles-ci augmentent de 15% entre 2013 et 2014, passant à 700 millions.

Noël dynamique

En septembre, la Fevad tablait sur une croissance de 56 milliards d'euros en 2014. Entre-temps, une saison de Noël particulièrement dynamique pour les sites marchands a contribué à ce que ces attentes soient dépassées. Ce, en dépit de craintes de retards qui poussent à réaliser de vastes opérations de promotions importés des pays anglo-saxons comme les "black friday" et "cyber monday".

En effet, les ventes réalisées à cette période, qui représentent plus de 20% du chiffre d'affaires totales des e-commerçants, ont augmenté plus rapidement que le reste de l'année (13%).

Point notable: les ventes sur les "places de marché", ces plateformes dédiées et désormais ces espaces mis à disposition d'autres commerçants par de grands sites marchands pour monétiser leur trafic ont crû de 53%. Ils représentent désormais près d'un quart du volume d'affaires total des sites qui louent ce type d'espaces. D'ailleurs Amazon a même dépassé eBay, pourtant plateforme uniquement dédiée à cette activité, comme première place de marché de France.

62 milliards prévus en 2015

Enfin, même si la croissance se tasse et que le panier moyen par achat diminue, les perspectives restent plutôt positives pour le secteur. Notamment parce que les commerçants "connectés", sont plus nombreux que les autres à développer leur activité à l'étranger.

"Il se créé encore un site marchand toutes les demi-heures en France", rappelle Marc Lolivier, délégué général de la Fédération e-commerce et vente à distance. Pour 2015, la barre des 60 milliards d'euros de chiffre d'affaires pourrait être dépassée. Surtout si, comme le note Carole Delga, la secrétaire d'Etat au Commerce, "les habitudes reprennent pour des Français qui se sont montrés plus citoyens que consommateurs" juste après les attentats à Paris début janvier. Evénements qui ont apparemment surtout détourné des acheteurs des magasins physiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :