Démarchage téléphonique abusif : les assureurs s'accordent sur de bonnes pratiques

 |   |  551  mots
(Crédits : Reuters)
Courtiers et assureurs ont accepté de mettre un terme aux mauvaises pratiques comme la "vente en un temps" et de généraliser le consentement écrit. Seule l'ASF s'est opposée à cet avis que saluent les associations de défense des consommateurs.

Le démarchage téléphonique, souvent pénible, peut être toxique quand il cible des publics fragiles. Or en matière d'assurance, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France) avait « constaté à de nombreuses reprises que les pratiques de certains acteurs du marché n'étaient pas conformes aux règles de protection des clients et que les personnes âgées, voire très âgées, constituent une part significative des prospects démarchés.» Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), une instance paritaire regroupant des représentants d'établissements financiers et des associations de défense des consommateurs, vient de publier un avis ce mardi 19 novembre, dont l'objectif est précisément de mettre un terme à ces pratiques, en particulier les « appels à froid » de prospects inconnus.

« Considérant que les mauvaises pratiques et abus de certains acteurs nuisaient à la profession dans son ensemble, les distributeurs ont souhaité mettre en place de bonnes pratiques qui conduisent à mettre fin "à la vente en un temps" et à généraliser un consentement écrit » explique le CCSF dans cet avis, approuvé à l'unanimité des représentants des entreprises et des courtiers d'assurance.

Ils se sont engagés à les mettre en oeuvre au plus tard à la fin du premier semestre 2020. Les règles sont simples : si le prospect indique son absence d'intérêt pour l'offre qui lui est présentée, le distributeur n'insiste pas et ne le rappelle pas, le recueil de son consentement ne peut se faire en aucun cas lors de l'appel à froid et doit être formulé par écrit. La communication orale d'un code transmis par SMS ne vaut pas consentement. Un délai d'au moins 24 heures devra être respecté entre l'appel à froid et le rendez-vous téléphonique destiné à prendre connaissance des documents
pré-contractuels.

Associations satisfaites, ASF opposée

Les associations de consommateurs, qui avaient fait part d'un nombre « considérable » de plaintes de particuliers concernant le démarchage téléphonique de produits d'assurance, ont exprimé leur satisfaction, même si elles militent toujours pour une interdiction pure et simple du démarchage téléphonique.

« Les associations AFOC, Familles Rurales, UFC-Que Choisir et UNAF se félicitent de ce premier pas en direction d'un arrêt rapide et pérenne des pratiques frauduleuses dont elles s'assureront de l'effectivité » ont-elles déclaré dans un communiqué conjoint. « Les assureurs et les courtiers ne devront pas proposer un contrat pour un risque déjà couvert lorsque le consommateur ne peut résilier son précédent engagement » ajoutent-elles.

Autre avancée : « Alors que les professionnels imposent généralement l'envoi d'une lettre recommandée pour renoncer au contrat, les consommateurs pourront désormais se dédire par simple courrier électronique. Cette solution simple, rapide et efficace doit permettre d'assainir au plus vite le secteur. »

Derrière l'unanimité affichée, l'Association française des sociétés financières (ASF), qui regroupe la plupart des sociétés de crédit, notamment à la consommation, s'est opposée à cet avis, estimant que ce dernier « va au-delà des pratiques abusives d'une minorité d'acteurs » et a un périmètre « trop large ».

Le CCSF indique qu'il effectuera un suivi et un bilan de l'application des bonnes pratiques au plus tard un an après leur mise en oeuvre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2019 à 10:46 :
Ce ne sont pas les organismes financiers et assureurs qui abusent le plus de cette pratique.
Aujourd'hui, ce sont des entreprises qui surfent sur la transition énergétique, l'isolation à 1 euro. De la fumisterie d'autant que beaucoup des personnes démarchées ne répondent pas aux conditions nécessaires. Et ça commence toujours par " le département ..." l'état ..." Une vraie tromperie. Souvent ce sont des robots qui vous rappellent tous les jours. L'état est au courant et ne fait rien. Il est complice. J'imagine que les entreprises qui abusent de cette pratique n'offrent pas plus de garantie d'une bonne qualité des travaux
a écrit le 20/11/2019 à 10:44 :
Le démarchage téléphonique devrait être interdit à défaut d'autres solutions. Je ne vois pas pourquoi je paierai un abonnement pour que ma ligne soit utilisée à des fins commerciales non sollicitées.
a écrit le 20/11/2019 à 6:34 :
Et à quand lutte ANTI-SPAM : exaspérants
a écrit le 19/11/2019 à 17:17 :
Ces démarchages téléphoniques abusifs qui s'apparentent a du harcelement devraient etre encadrés depuis longtemps mais il y a apparemment une complicité des pouvoirs publics !
Bloctel est une vaste foutaise et j'ai personnellement réglé le problème avec un petit boitier ( Cli....... ! ) qui permet de filtrer ce qu'on veut , en particulier les appels de robots ou de serveurs ( plus de 100 par mois !!! ) .
.....mais qui coute quand mème 70 euros ....le prix de la tranquillité !
a écrit le 19/11/2019 à 14:20 :
"Les règles sont simples : si le prospect indique son absence d'intérêt pour l'offre qui lui est présentée, le distributeur n'insiste pas et ne le rappelle pas,"

Vos rendez vous compte où nous en sommes tombés ? Par ailleurs ce sont pas les assureurs qui abusent le plus de cette escroquerie généralisée de démarchage à domicile qui ne suscite plus de mépris mais directement de la haine tellement on s'en coltine depuis des années qu'on leur répond que l'on est pas interessé mais qu'ils rappellent deux heures après ! Surtout les gars dans l'énergie ils sont carrément hystériques ! Pas mal dans la téléphonie, et je suis sur bloctel:

-"Bonjour monsieur, êtes vous interessé par un iphone à un euro ?

- Non.

- Alors pour pouvoir bénéficier de cette offre...

- Heu... je vous ai dis non.

- Quoi vous n'êtes pas intéressé par un iphone à un euro monsieur ?!

- Non je l'ai déjà dit 2000 fois au moins sur ces dix dernières années...

- Mais enfin vous n'êtes pas intéressé pour faire des économies ?

-Madame, ça fait des milliers de fois que je dis la même chose pourriez vous nous rayer enfin de votre liste de victimes à persécuter alors qu'on le demande à chaque fois alors que l'on ne répond jamais positivement à des démarches commerciales téléphoniques parce que... (raccroché au nez et c'est loin d'être le pire des cas étant donné qu'au moins ça cesse.)

Donc leur règle de "respect" c'est que si le gars appelé expose qu'il n'est pas intéressé il ne faut pas insister, déjà on croit rêver alors que le gars qui téléphone le fait de façon intrusive puisque ni un proche ni une administration, sachant qu'en plus les administrations, elles, ne téléphonent pas au moins !

IL est évident que les entreprises qui ont déjà une renommée ne doivent pas se salir dans ce types de pratiques autorisées seulement parce que c'est la compromission généralisée entre politiciens et hommes d'affaires.

"LE commerce est l'école de la tromperie" Machiavel
Réponse de le 19/11/2019 à 19:47 :
J ai adopté une stratégie face à certains enquiquineurs:
Soit je leur dit que je suis à la concurrence (très disuasif)
Soit, qd j ai du temps, je leur tiens la jambe, pose des questions, leur raconte ma vie, etc.
C est amusant de voir comment cela a été efficace. De 10 appels par semaine, je suis tombé à 1 par mois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :