Les marchés vont-ils rejouer l'été meurtrier ?

Les difficultés de l'Espagne, une économie mondiale qui ralentit, des résultats d'entreprises susceptibles de décevoir... Les ingrédients semblent réunis pour que le mois d'août ne soit pas de tout repos sur les marchés. Comme c'est le cas depuis le début de la crise financière, en 2007.
Les étés orageux s'enchaînent sur les marchés d'actions, depuis la crise des subprimes, en août 2007. Copyright Reuters
Les étés orageux s'enchaînent sur les marchés d'actions, depuis la crise des subprimes, en août 2007. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les orages du mois d?août, les marchés d?actions en savent quelque chose, depuis cinq ans. Ces quatre semaines de tranquillité supposée sont devenues synonymes de quasi-krach sur les Bourses, depuis l?éclatement de la crise des subprimes (crédits hypothécaires américains risqués), au tout début du mois d?août 2007. En août 2011, le CAC 40, l?indice phare de la Bourse de Paris, avait ainsi subi douze séances de baisses d?affilée, à la suite de la perte, par les Etats-Unis, de leur note de solvabilité AAA. Août 2012 sera-t-il un remake de ces étés noirs sur les marchés ? La question mérite d?être posée, après la déception suscitée jeudi dernier par Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE).

La zone euro avait tout fait pour éviter un été cataclysmique

Une semaine auparavant, les dirigeants d?une zone euro en pleine crise de la dette avaient justement tout fait pour éviter un nouveau mois d?août cataclysmique sur les marchés. A commencer par Mario Draghi lui-même, qui, le 26 juillet, avait assuré que la BCE ferait le nécessaire pour préserver la zone euro. La chancelière allemande Angela Merkel et le président Hollande lui avaient fait écho le lendemain, réaffirmant leur attachement « fondamental » à « l'intégrité de la zone euro » et leur détermination à « tout faire pour la protéger. »

Des propos reçus cinq sur cinq par la Bourse : le CAC 40 et le Dow Jones Euro Stoxx 50, l?indice des 50 premières capitalisations de la zone euro, avaient bondi de 8% sur la période du 25 juillet au 1er août, les investisseurs étant convaincus que la BCE sortirait l?artillerie lourde lors de sa réunion du 2 août.

Le CAC 40 n?est pas immunisé contre un retour vers les 3.000 points

Las ! Mario Draghi s?est borné à annoncer des rachats de dettes de l?Espagne et de l?Italie, deux pays actuellement en proie aux attaques des marchés, mais sans préciser la date ni la taille de ces interventions. Résultat, le CAC 40 a décroché de 2,7% jeudi dernier, et le Dow Jones Euro Stoxx 50 s?est affaissé de 3%. « L'été sera-t-il chaud sur les marchés ? C'est la question qui est revenue sur le tapis dans la fraction de seconde qui a suivi la déception liée à Mario Draghi », analyse Marc Fiorentino, stratégiste de marchés chez Monfinancier.com.

« Une nouvelle séquence de stress et de forte volatilité n?est pas à exclure pour un mois d?août qui risque d?être à nouveau celui de tous les dangers », renchérit Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France. Ce dernier estime que le CAC 40 « n?est pas immunisé contre un retour vers les 3.000 points », après une clôture à 3.374,19 points vendredi.

L?Espagne en ligne de mire

L?attitude du gouvernement espagnol sera pour beaucoup dans l?évolution des marchés, au cours des prochaines semaines. Objet de toutes les inquiétudes des investisseurs, l?Espagne pourrait de nouveau être la cible d?attaques de fonds spéculatifs anglo-saxons, décidés à faire monter les taux longs du pays au-delà de 7,5%, un niveau difficilement soutenable.

L?objectif de ces « hedge funds » : pousser l?Espagne à réclamer enfin une aide européenne, non plus seulement pour ses banques mais pour l?Etat. Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, a d?ailleurs fait un pas dans cette direction vendredi, en n?excluant plus de recourir à un plan de sauvetage global.

Inquiétudes sur la conjoncture économique mondiale

Les experts de Société Générale Private Banking évoquent un autre risque de déstabilisation des marchés : la dégradation de la conjoncture économique. Et pas seulement au sein de la zone euro, mais également aux Etats-Unis et, surtout, en Chine, « le » relais de croissance des pays occidentaux, ces dernières années. « La conjoncture mondiale continue de décélérer, suscitant l?inquiétude des investisseurs », insiste SG Private Banking.

C?est dire si les comptes nationaux de la zone euro au deuxième trimestre, qui seront publiés le 14 août, et qui devraient consacrer le retour d?une récession jusqu?alors circonscrite à l?Europe du Sud et aux Pays-Bas, seront passés au tamis par les économistes et les analystes financiers.

Des prévisions de bénéfices trop optimistes

Dans ce contexte d?essoufflement de l?économie mondiale, Société Générale Private Banking avertit que « l?été pourrait être agité, le risque de déception sur les résultats des entreprises étant désormais avéré. Les perspectives de bénéfices fournies par les analystes restent trop optimistes par rapport aux perspectives macro-économiques. »

C?est particulièrement vrai dans le secteur de la high-tech, aux Etats-Unis. Les bénéfices des sociétés cotées sur le Nasdaq - l'indice des valeurs technologiques américaines ? devraient encore bondir de 44% d'ici à la fin 2013, selon les analystes sondés par l'agence Bloomberg, après avoir déjà grimpé de 61% depuis 2008. Les investisseurs pourraient donc tomber de haut, lorsque Cisco donnera le coup d?envoi de la saison des résultats trimestriels dans la high-tech américaine, le 15 août.

Une période propice à une forte volatilité

A ces facteurs conjoncturels s?ajoute un risque structurel, pour les places boursières. Nombre d?opérateurs de marché étant en congés, les volumes de transactions sont traditionnellement faibles, en août. Ce qui « favorise les décrochages brutaux et la volatilité des titres », rappelle Fabrice Cousté, chez CMC Markets France.

Nul doute que les traders garderont leur BlackBerry à portée de transat, au cours des prochaines semaines. L?an dernier, après la dégradation de la note de solvabilité des Etats-Unis, ils avaient été nombreux à devoir interrompre leurs vacances pour rallier Paris, Londres ou New York.

 

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 06/08/2012 à 23:44
Signaler
On peut éviter beaucoup de malheur en commençant par interdire les Hedges funds et les CDS.

à écrit le 06/08/2012 à 21:55
Signaler
Allo maman bobo cet été?

à écrit le 06/08/2012 à 12:39
Signaler
THF coupé c es tmoins de dérivés moins de volat moins d agitations et d emanip surles taux mettre le sbourses sous controle publique au lieu de tourner autour du pot

à écrit le 06/08/2012 à 11:51
Signaler
Nos sociétés ont un sérieux problème, c'est que le PSOE a fait éclater des pays entiers. Et l'Europe en récession ne se remet pas de la crise. Nous avons affaire à un complot diabolique. La société civile ne peut pas se laisser mettre sur la paille p...

à écrit le 06/08/2012 à 9:35
Signaler
il ne faut pas réver,les marchés feront pression jusqu'à ce que les états baissent leur train de vie .la crise actuelle c'est bien l'endettement des état. un exemple notable les sénateurs pour 2011 ont recu une indemnité chauffage de 4035 euros (pou...

à écrit le 06/08/2012 à 3:35
Signaler
En tout cas ça pousse dur derrière. Il doit y avoir des banques et des assureurs qui ont désespérément besoin d'un certain niveau pour les indices (les CAC entre autres) pour passer sans injection de fonds propres pour par exemple une sortie de la Gr...

à écrit le 06/08/2012 à 0:38
Signaler
la prévision boursière, c'est d'abord une approche rationnelle, qui ne se fonde pas sur des impressions approximatives.

à écrit le 05/08/2012 à 19:07
Signaler
Bah! Et quoi faire d'autres de ses fonds? Aller sur les marches obligataires pourris par les dettes souveraines? Garder du cash en le laissant à risque dans une banque? Acheter de l'immobilier alors que nous allons vers une vraie correction? Alors, m...

le 05/08/2012 à 19:58
Signaler
Éventuellement pour compléter : penser à prendre des parts de PME de croissance : beaucoup de jeunes et moins jeunes cherchent des capitaux pour se développer et comme on ne prête qu'aux riches en France...

à écrit le 05/08/2012 à 15:21
Signaler
Depuis longtemps dans le planning des financiers !!!!

à écrit le 05/08/2012 à 15:15
Signaler
Beaucoup de liquidité et pas de compétitivité puisque plus de boulot. Il faudra bien fermer les bourses ou ce sera la guerre.

à écrit le 05/08/2012 à 15:14
Signaler
D'ailleurs il est symptomatique de constater que ce type de journaliste parle des marchés mais en est en réalité totalement déconnectée: son approche est très théorique et essentiellement faite de clichés ........Il suffit de consulter sa liste de f...

à écrit le 05/08/2012 à 14:20
Signaler
Tant qu'ils y aura des gens assez débiles pour investir sur les marchés plutôt que sur des entreprises locales pour financer leur vieux jours, nous seront dans la panade...!

le 05/08/2012 à 15:09
Signaler
C'est un vrai plaisir que de constater que tant de parvenus, de retraités qui tondent la laine sur le dos de leurs descendances, finissent par se faire avoir comme des gamins en bourse par les voyous de la finance, par leur propres banquiers. Il rest...

le 05/08/2012 à 16:39
Signaler
retraité baby boum immobilier maroc, warba bank koweit pour placement financier, ets bancaire gaulois pour collecter ma pension de 18456 euros mensuel

le 05/08/2012 à 18:49
Signaler
Bof 18.000 boules, même pas de quoi se payer son viagra et ses bunga parties ...

à écrit le 05/08/2012 à 13:04
Signaler
Voila un papier de journaliste qui semble plus impressionnée par le passé que capable de sentir l'humeur du moment .......et quand ce genre de cerveaux (conseillé par d'autres cerveaux aussi systématiquement a l'envers du sens des marchés , exemple ...

le 05/08/2012 à 13:26
Signaler
Oui, vous avez tout à fait raison. Le CAC remontera à 3600 points mais qu'à une seule condition : que Draghi monétise les dettes. Mais la crise ne sera pas terminée pour autant, notamment pour les peuples. En attendant, sans ce geste salutaire de la ...

le 05/08/2012 à 14:03
Signaler
La rédactrice de ce papier concentre sa réflexion sur Aout .....et c'est à ce titre que je pense que analyse (qui reflète au fond celle des cerveaux auprès desquels elle recueille ses informations , n'étant pas elle meme impliquée dans le trading ...

le 05/08/2012 à 22:08
Signaler
Entièrement d'accord avec vous. Sans compter qu'il est bien difficile, à l'heure actuelle, de faire des prévisions !

à écrit le 05/08/2012 à 10:54
Signaler
Ces dernières semaines ont vu des annonces catastrophiques chaque jour et la bourse montait. C'est à se demander qui achète. Je suis persuadé que beaucoup de traders ne prendraient pas les mêmes risques avec leur propre argent. Quant il s'agit de l'a...

le 05/08/2012 à 11:07
Signaler
Tout à fait d'accord. Plus ça va mal,et plus ça monte ! le délire !! A se demander si les marchés ne sont pas caviardés. Peut-être que les traders reçoivent des instructions pour acheter alors qu'ils feraient exactement le contraire. En tout cas, ça ...

à écrit le 05/08/2012 à 10:30
Signaler
de la même façon qu'une hirondelle n'annonce pas le printemps, on ne peut pas dire aujourd'hui que les marchés entrent dans une période de turbulence, les "gros opérateurs" étant en vacances, on ne pourra se faire une idée sur la situation boursière ...

le 05/08/2012 à 11:37
Signaler
Chômage, a cause des délocalisations en chine, les patrons français sont les seuls responsables. Exportations, la France ne produit rien de compétitif a part du fromage et du vin, et encore. Importations, la France n a pas de ressources naturelles a ...

à écrit le 05/08/2012 à 10:24
Signaler
mais que ne ferait-on pas pour sauver les marchés et continuer à entretenir tous ces rentiers qui nous parasitent !!!!!

le 05/08/2012 à 10:48
Signaler
Ce qui est fascinant chez les rentiers du Public et du Privé, c'est leur capacité à rejetter sans vergogne la faute de leurs propres errements sur les générations suivantes : par exemple un juteux état providence financé à crédit ou encore un syst...

le 05/08/2012 à 11:02
Signaler
vous allez en baver la nouvelle generation des rtt ,moi rentier baby boum allez y bosser pour moi (4250 euros de rente)

le 05/08/2012 à 11:41
Signaler
Pas terrible 4200 boules ... Vous auriez pu faire mieux ! Mais 2,5 fois le revenu médian et 2,6 fois le revenu moyen quand même...

le 06/08/2012 à 9:17
Signaler
MOI J'AI LA MÊME RENTE QUE TOI EN NE BOSSANT PAS INTERMITTENT DU SPECTACLE MEUBLES DE TOURISME EN LANGUEDOC ME LEVE A MIDI ET NE FOUT RIEN A PART SA MUSCU LE TOUT DEFISCALISE A 71POUR CENT YA QUE LES CONS QUI BOSSENT!!!

le 06/08/2012 à 9:37
Signaler
Pourquoi hurler? Je suis d'accord que ca fait peu pour vivre dignement mais c'est pas en hurlant sur un forum que ca va s'arranger!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.