Allemagne : poussé vers la sortie, le patron de Commerzbank démissionne

 |   |  341  mots
(Crédits : Kai Pfaffenbach)
Deux cadres dirigeants ont acté leur départ de la deuxième banque du pays, en profond désaccord depuis l'automne sur la stratégie du réseau avec le deuxième actionnaire, le fonds américain Cerberus.

Le président du directoire de Commerzbank, Martin Zielke, a présenté par surprise sa démission en pleine discussion sur une nouvelle restructuration, a annoncé la deuxième banque allemande vendredi.

Cette démission de M. Zielke, patron de la banque depuis mai 2016, doit encore être validée le 8 juillet par le conseil de surveillance de la banque, selon un communiqué. Le président du conseil de surveillance, Stefan Schmittmann, a également annoncé sa démission, qui doit prendre effet début août.

La fin du contrat de M. Zielke devrait s'effectuer "rapidement" et au plus tard le 31 décembre 2020, ont recommandé vendredi deux comités spécialisés du Conseil de Surveillance.

Lire aussi : Commerzbank veut supprimer 4.300 emplois dans le monde

La fermeture d'une agence sur cinq en Allemagne

La banque détenue à près de 16% par l'Etat allemand a récemment fait l'objet de critiques virulentes de son deuxième plus grand actionnaire, le fonds américain Cerberus, qui a accusé par écrit la direction de Commerzbank d'échec et de stratégie défaillante.

L'établissement discute actuellement de nouvelles économies à réaliser alors qu'elle subit les effets de la crise liée au coronavirus. Mais ces discussions s'enlisent, au point qu'une réunion extraordinaire du Conseil de surveillance prévue mercredi a été annulée à la dernière minute, selon l'agence DPA.

Le résultat net en 2019, positif de 644 millions d'euros mais en baisse sur un an, avait pâti d'un plan social enclenché à l'automne prévoyant le départ de 4.300 salariés dans le monde, ou 2.300 en net.

La direction avait décidé en outre à l'automne de fermer environ 200 agences, soit une sur cinq de son réseau en Allemagne.

Les médias allemands ont dernièrement indiqué que la banque pourrait supprimer jusqu'à 7.000 emplois supplémentaires dans le monde et fermer encore environ 400 agences en Allemagne. À la fin du premier trimestre 2020, elle comptait environ 39.800 employés à temps plein.

Lire aussi : Pour faire face, les banques devraient fusionner, estime le superviseur de la BCE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2020 à 10:51 :
Les allemands reposent tout leur système politique et économique sur la finance alors que ce sont les américains qui sont et seront toujours maîtres en la matière mais c'est toujours rigolo de contempler ce spectacle d'individus qui se prenaient pour des aigles exposant qu'ils ne sont que des pigeons en fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :