Axa Private Equity lève 8 milliards de dollars pour reprendre des actifs des banques

 |  | 382 mots
Lecture 2 min.
Dominique Senequier, la présidente d'AXA Private Equity. Copyright Reuters
Dominique Senequier, la présidente d'AXA Private Equity. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La filiale de l'assureur Axa spécialisée dans l'investissement dans les sociétés non cotées a levé 8 milliards de dollars auprès d'investisseurs institutionnels pour se donner les moyens de profiter du désengagement des banques.

Axa Private Equity , filiale de l'assureur Axa spécialisée dans l'investissement dans les sociétés non cotées, a levé 8 milliards de dollars auprès d'investisseurs institutionnels pour se donner les moyens de profiter du désengagement des banques (6,3 milliards d'euros environ). En révélant l'information lundi, le Financial Times avait souligné que ce montant était deux fois plus important que celui envisagé initialement par Axa PE.

Axa PE gère 19 milliards de dollars au total

Dans son communiqué, AXA PE affirme qu'il conforte ainsi sa position dominante sur le marché des fonds de fonds "avec la clôture de sa cinquième génération de fonds secondaires". Cette levée  se décompose entre 7,1 milliards de dollars pour les activités secondaires du groupe et 0,9 milliard de dollars en fonds de fonds primaire.
AXA PE indique qu'il gère aujourd'hui 19 milliards de dollars à travers un portefeuille composé de 800 fonds. "L'équipe a déjà investi 40% de son fonds AXA Secondary Fund V dans plusieurs transactions de grande envergure aux Etats-Unis et en Europe", ajoute-t-il.

Offrir de la liquidité aux banques et insitutions financières

En raison des nouvelles normes bancaires internationales, dites de "Bâle III", les banques qui avaient investi pour des durées très longues dans des fonds d'investissement ont désormais intérêt à s'en désengager... dans des conditions financières souvent intéressantes pour les repreneurs. AXA PE prévoit que le marché secondaire continuera à être actif dans les deux ans à venir. "Les banques réorganisent leurs portefeuilles de private equity ", ajoute-t-il, en chiffrant le montant des cessions des banques "entre 40 et 50 milliards de dollars dans les années à venir". "Au vu de l'évolution du contexte réglementaire, il est également envisagé que d'autres institutions financières puissent rationaliser leurs portefeuilles", ajoute-t-il.

Le processus de vente pourrait s'accélérer en septembre

Cette levée de fonds place Axa PE en bonne position pour trouver un acheteur. Mise en vente par sa maison mère le groupe Axa en 2011, la filiale spécialisée en private equity na cependant pas trouvé preneur jusqu'ici. Elle pourrait néanmoins ouvrir son tour de table dès la rentrée de septembre,et avoir changé de mains d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2012 à 23:00 :
Tiens la photo me rapelle Hetty de NCIS Los Angeles ... Ce ne doit pas être le meme service ...
a écrit le 19/06/2012 à 14:09 :
La Bourse baisse, l'argent qui n'est pas perdu pour tout le monde permet aux entreprises d'augmenter leurs fonds propres, de racheter leurs actions et d'émettre des obligations en équivalance -système dit de "la pompe"- afin d'acquérir les perles constituées par le Private Equities, lâchées judicieusement. De la croissance à bon prix compte tenu de la méthode. Mais le système opéré par les banques est pris au piège des LBO qui ont joué trop gros. On fait donc appel aux assureurs qui couvrent d'un large manteau toutes ces pertes et ces soldats hagards de la finance. Nous devrions assister alors à des spin-off en série. Cependant, il est nécessaire désormais de sortir à plus de 5 milliards, vers 7, 8 ce qui demande pour nos futurs champions d'être maintenus dans le "paquet" assez longtemps avec des profits moindres. AXA PE souhaite alors se désengager de cette équation à faible rentabilité. Mais voilà, on lui demande dans ce monde troublé de prouver la pertinence de ses investissements, d'ou la nécessité de faire encore un tour de piste pour ramasser ce qui doit l'être et avancer les projets de sortie. Les sorties en IPO, seul langage que comprennent les investisseurs puisqu'elles correspondent à leur retour rentable. Des pays du Golfe ou émergents devraient être heureux de mettre un ticket ou de racheter AXA PE si on leur explique bien les choses. Leur stratégie n'est en effet pas forcément celle de gagner de l'argent mais surtout de ne pas en perdre. A suivre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :