La fortune du Livret A fait perdre 40 milliards aux banques (Christian Noyer)

 |   |  648  mots
L'afflux de fonds vers le Livret A et le LDD s'est effectué au détriment des autres dépôts bancaires des ménages, particulièrement des livrets ordinaires et des dépôts à vue, dénonce Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France. Copyright Reuters
"L'afflux de fonds vers le Livret A et le LDD s'est effectué au détriment des autres dépôts bancaires des ménages, particulièrement des livrets ordinaires et des dépôts à vue", dénonce Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'encours global du Livret A et du livret de développement durable a atteint le montant record de 360,7 milliards d'euros, fin mai, selon l'Observatoire de l'épargne réglementée, présidé par Christian Noyer, par ailleurs gouverneur de la Banque de France. Un succès qui se fait au détriment des dépôts des banques et, partant, du financement des entreprises.

Ce sont les banques françaises qui vont être contentes. Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a livré un plaidoyer en leur faveur, mercredi, lors de la présentation du quatrième rapport annuel de l'Observatoire de l'épargne réglementée. « L'afflux de fonds vers le Livret A et le LDD (livret de développement durable) s'est effectué au détriment des autres dépôts bancaires des ménages, particulièrement des livrets ordinaires et des dépôts à vue. Ce qui a eu un effet restrictif sur les ressources des banques », a pointé du doigt Christian Noyer.

Petit retour en arrière : en 2012, l'encours global du Livret A et du LDD a bondi de 19,5%, à 339,3 milliards d'euros, en raison, notamment, du relèvement de leurs plafonds, survenu le 1er octobre 2012. Un relèvement qui a renforcé l'attrait de produits présentant déjà l'avantage d'offrir une rémunération supérieure à l'inflation, une liquidité totale, et d'être dépourvus de toute taxation. Le plafond du Livret A ayant à nouveau été rehaussé, début janvier, l'encours global des deux livrets a poursuivi sur sa lancée, pour atteindre le niveau record de 360,7 milliards d'euros fin mai.

Une perte de 40 milliards d'euros pour les banques

Or, si les banques distribuent le Livret A et le LDD, elles sont en revanche contraintes de rediriger 65% de la collecte vers le fonds d'épargne de la Caisse des dépôts (CDC), afin de permettre à cette dernière de financer la construction de logements sociaux, la politique de la ville et autres missions d'intérêt général. Conséquence, les ressources que les dépôts de leurs clients représentent pour les établissements de crédit « se sont réduites de 11 milliards d'euros entre octobre 2012 et mars 2013 [période qui inclut les deux relèvements du plafond du Livret A ; Ndlr] », souligne le gouverneur de la Banque de France. Et d'insister : « Au cours de la même période de l'année précédente, l'encours des dépôts bancaires des ménages avait augmenté de 29 milliards d'euros. La perte relative (pour les banques) est donc, d'une année sur l'autre, de 40 milliards d'euros. »

Une « ponction (qui) appelle l'attention », selon Christian Noyer, à l'heure où la réglementation dite de Bâle III, qui devrait entrer en vigueur en Europe début 2014, impose aux banques de détenir davantage de fonds propres en face de leurs engagements les plus risqués. Sans compter que « cette ponction réduit la capacité des banques à financer, de façon pérenne, l'économie, notamment les entreprises », poursuit Christian Noyer, faisant allusion à la transformation, par les banques, des dépôts en crédits.

Un excédent de près de 110 milliards d'euros à la CDC

Si, encore, la CDC trouvait une utilisation à la totalité de la manne que représentent le Livret A et le LDD ! Mais ce n'est pas le cas : alors que les fonds de l'épargne réglementée centralisés par la CDC s'élevaient à 255,5 milliards d'euros fin 2012, l'encours des crédits accordés par le fonds d'épargne de la Caisse n'excédait pas 147,1 milliards. Soit « un excédent disponible de près de 110 milliards d'euros, un chiffre qu'il faut avoir à l'esprit lorsqu'on réfléchit à la répartition des emplois de l'épargne réglementée, entre financement de l'économie et financement du logement social et de la politique de la ville », assène Christian Noyer.

De quoi relancer le débat sur la réforme de l'épargne réglementée. Annoncée l'été dernier, elle joue l'Arlésienne, le secteur bancaire et la CDC voyant chacun midi à sa porte. Les banques veulent garder davantage de dépôts dans leurs bilans, alors que la Caisse entend conserver une marge de man?uvre pour financer les projets de l'Etat.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2013 à 15:51 :
Quel culot!
Les banques universelles nous ont fait perdre bien plus que 40 milliards et représentent une menace sans pareil pour nous tous. Il est temps de les scinder. Nos économies ne peuvent être la caution à la spéculation. Je vous invite à visiter le site d'O. Berruyer à ce sujet: www.les-crises.fr
a écrit le 11/07/2013 à 14:51 :
Après avoir mangé tous leurs avoirs dans la dernière crise ils lorgnent sur les économies du livret A comme si cette épargne leurs revenait de droit .
a écrit le 11/07/2013 à 14:40 :
le LDD c'est pour les prêts aux pme et à l'industrie, donc merci de ne pas l'inclure avec le livret A!
l'argent du livret A pas utilisé, ce n'est pas de la faute des français.
yaka construire du logement et les fonds seront utilisés! de plus cela stabilisera le marché immobilier et améliorera donc le pouvoir d'achat,
mais à Neuilly ils ne veulent pas construire du social!
a écrit le 11/07/2013 à 14:32 :
Bon, j'ai lu l'article et quelques commentaires mais de quoi parle t'on? Le cumul des plafonds Livrets A et LDD pour une personne seule est de 34950 euros soit moins de 70000 euros pour un couple. Un grand nombre d'entre nous ne dispose pas de cette somme et bien souvent il s'agit d'un épargne de précaution contre les aléas de la vie, étude des enfants, ... il serait inconséquent de se démunir pour consommer. Quant aux banques ne vous inquiétez pas pour les quelques milliards perdus c'est par rapport à ce qui aurait pu être gagné si ces sommes avaient été placées autrement, de toute façon elles ne perdent pas d'argent et finalement n'est ce pas tout ce qui compte.
a écrit le 11/07/2013 à 13:54 :
Et elles en gagnent combien les banques avec leur marché quasi captif ?
a écrit le 11/07/2013 à 12:38 :
Mr Noyer, quand on va éviter les banques (ce qui commence à se développer), c'est beaucoup plus qu'elles vont perdre.Vous pourrez leurs dire çà au diner...du siècle.
a écrit le 11/07/2013 à 12:07 :
Dans le contexte français actuel, il est plus que normal que les privilèges éhontés qui s'attachent au Livret A soient au moins diminués et, si possible, totalement supprimés.Bien qu'ils soient les champions de l'immobilisme et de la demi-mesure, les françaks doivent enfin se rendre compte que leur pays, qui était déjà assez moyenâgeux sur bien des plans (enseignement, soins de santé, politique énergétique, politique des transports, ...) est en totale déconfiture. Chauvinards pour pas grand-chose, il serait temps que les p'tits français très moyens le soient lorsque cela devient nécessaire : à savoir tenter de redreser leur pays; ce qui ferair d'ailleurs un bien fou à leur nombrilisme mesquin. L'un de ces moyens (mais pas le seul) est de supprimer les avantages liés au livret A et d'oblier les détenteurs de ces livrets à réinvestir dans l'économie nationale. Et notamment à dépenser (preuves à l'appui) leur argent dans le circuit commercial et industriel national. Avec, en cas de refus des détenteurs, des saisies à la clé. A force de jouer la carte de l'épargne, les français mettent leur propre économie en danger. ils ne font pas circuler l'argent, ils ne font pas vivre les commerces, entreprises et industries nationaux, ... Par conséquence, ils provoquent la fermeture de commerces et entreprises, la mise en difficulté des ous-traitents et fournisseurs de ces mêmes entreprises, et font hausser les chiffres du chômage. Ll'obligation de réinjecter dans le circuit comme'rcial au moins 60 à 70 % des montants des livrets A serait un acte civique et une véritable preuve de patriotisme. les français sont les premiers à gueuler bleu blanc rouge quand ça les arrange. Et si, pour une fois, ils passaient aux actes ? A moins, bien entendu, que les français soient les premers "anti-france" et qu'aua actes ils préfèrent le bla-bla au comptoir du Café du Commerce. Ce serait dans la petite mentalité étriquée des franchouillards, ça ? Naaaaaaannn ! Quoique ... Que les français qui ne jurent que par le bleu blanc rouge fassent donc preuve d'un minimum élémentaire de civisme, de solidarité et de patriotisme. près ça, ils pourront toujours (re)-commencer à pérorer.
Réponse de le 11/07/2013 à 12:47 :
Obliger les français à dilapider leur épargne n'est pas une solution acceptable car c'est le seul parachute à leur disposition pour amortir leur chute durant la crise. Vous devriez revoir la notion de "liberté" du pacte républicain et regarder du côté des français disposant de rente importante autre qu'un misérable livret A à 1,75 %.
Réponse de le 11/07/2013 à 12:56 :
Votre argumentation est loin d'être stupide ou fantaisiste. L'épargne ne rapporte rien, que du contraire, à l'économie nationale réelle.Il n'y a pas 36 solutions si l'on veut sauver commerces, prestataires de services et enreprises,et donc sauver l'emploi : il faut que ces fournisseurs puissent vendre. Et pour qu'ils puissent vendre, il faut que les français achètent et consomment, et pas qu'ils se fassent un confortable petit matelas (ce qui prouve qu'ils sont encore trop pays, puisqu'ils peuvent mettre de l'argent de côté) totalement égoïste. Mais il ne faut pas se limiter à ça. La france doit retrouver sa compétitivité sur la scène internationale. Et, là aussi, il y a des mesures drastiques à prendre. Cela ne se fera pas d'un coup de baguette magique et les français - toujours très rapides pour refiler la responsabilité de leurs fisacos personnels sur le dos des autres - ont un peu trop tendance à tout mettre sur le dos des politiciens ... qu'ils élisent, d'ailleurs. Les français sont peu compétents et peu productifs et, en plus, ils coûtent beaucoup trop cher par rapport à ce qu'ils foutent, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Donc, quelques mesures basiques qui permettront nonn seulement d'augmenter la pitoyable productivité française, mais qui permettront aussi à l'état de faire de sérieuses économies: 1- Suppression de toutes les conventiones sociales et collectives. 2- Diminution d'au moins 15 à 20 % de tous les salaires (sous toutes les formes) et diminution similaire de toutes les retraites (ce qui fera de belles économies pour l'état). 3- Augmentation de l'horaire hebdomadaire de travail, avec passage aux 6 jours et 48 heures de travail hebdomadaire. 4- Diminution de moitié du nombre de jours de congés annuels. 4- Suppression totale des allocations familiales pour toutes les personnes qui ont un contrat d'emploi, quel que soit celui-ci (ce n'est pas à la collectivité de payer les piules pondeuses). 5 - Dimunution d'au moins 50 à 60 % de l'inutile budget de la défense (qui ne sert qu'à renforcer l'insécurité, à fomenter des coups d'état comme en ôte d'Ivoire ou en Libye, ou de soutenir des terroristes comme en Syrie) et redistribution de budget épargné aux deux seuls secteurs vraiment essentiels que sont l'enseignement/formation et les soins de santé. 6 - Augmentation de la durée des cotisations, mais aussi du montant des cotisations pour pouvoir bénéficier d'une retraite (diminuée de la même manière que les salaires). 7 - Augmentation substantielle des taxes et accises sur les produits du tabac et leurs dérivés (taxer ces produits à 100 %, car leurs effets nocifs coûtent très - trop - cher à la collectivité), sur tous les carbutants (que tous les carburants, quels qu'ils soient, soient affichés à euros/litre pour tous les utilisateurs privés et professionnels) et sur l'nsemble des alcools et leurs dérivés (bières, vins, alcools, apéritifs, ...(une taxation à 100 % pour la même raison que pour le tabac). 8 - Suppression de toutes les subventions et aides sous toutes les formes apportées aux élevages industriels et agricultures conventionnelles et raisonnées qui empoisonnent l'environnement, les terres, les nappes pgréatiques, les produits fournis et les consommateurs. Les pistes existent pour sortir la france du merdier. ncore faut-il avoir le courage de les mettre en place. sauf, bien sûr, si les français aiment patauger dans la merde, ce qui est loin d'être impossible vu l'état de leur pays et leur "volonté" (hmmm) de s'en sortir. Ah ouis : Les efforts et les sacrifices, c'est toujours pour le voisins. Et ben non , c'est fou, non ?
Réponse de le 11/07/2013 à 12:59 :
Vous n'avez rien compris. il ne s'agit pas de dilapider. l s'agit de faire preuve de civisme, de solidarité et de courage pour relancer la machine commerciale et industrielle de votre pays. Et si ce livret A est tellement "misérable" comme vous dites, qu'elle différence cela fera-t-il ? Vous êtes bien dans la triste mentalité de p'tits français moyens. Les efforts, oui, mais à condition que ce soit les autres qui les fassent. pas étonnant que votre pays soiet un tel merdier. mais, après tout, c'est vous qui y pataugez. Et si vous aimez ça ...
Réponse de le 11/07/2013 à 13:34 :
L'intervenant que vous contre-attaquez est loin d'être dans le faux. Il n'y a en effet pas mille et une manières pour les les commerces tournent et que les entreprises vendent : il faut que les gens achètent. ce n'est que comme ça que les entreprises et commerces survivront et ce n'est que comme ça que les emplois seront préservés, voire créés. Et donc, en plus d'autres mesures, consacrer une partie de son épargne qui ne construit rien et est nocive à l'économie réelle, à la consommation et donc l'injecter dans le circuit commercial du pays est une excellente chose. Sauf, bien entendu, pour les pires égoïstes, pour ceux qui n'aiment pas la france et ceux qui veulent contribuer à détruire le tissus économique et les emplois dans le pays. Seriez-vous dans l'un ou l'autre de ces cas, Michel ? Et si les gens ne sont pas assez solidaires ou intelligents que pour y arriver tout seuls, il serait normal quee l'état les y force, avec sanctions financières à la clé pour les plus récalcitrants. Consacrer ne fut-ce que 50 % de son épargne à relancer le commerce et l'économie nationale, et à sauver et créer des emplois, ne me semble vraiment pas cher payé. Et cela coûtera en tout cas beaucoup moins cher que les mesures inévitables qui devront être prises de toute manière si l'économie continuent à crouler et les emplois à disparaître.
Réponse de le 11/07/2013 à 14:10 :
Le comportement des agents économiques, dont les consommateurs, n'est pas basé sur des directives "morales" imposées idéologiquement, sauf à prendre le risque de cautionner une dérive totalitaire. Toute mesure ou perspective de mesure coercitive augmente les crispations et les résistances des agents économiques, qui elles-mêmes risquent de justifier de nouvelles mesures coercitives. La démarche qui consiste à convaincre les autres de participer librement au redressement est respectable mais la tentation de l'imposer représente un danger.
Réponse de le 19/07/2013 à 9:31 :
saisir l'epargne et puis quoi encore ? , la dictature des soviets aussi ? , oh oh , bon d'abord si les français achetaient un peu moins de l'immobilier et créaient des entreprises ce serait déjà un mieux , mais la pierre cela rassure plus qu'un livret A , de plus on veut une epargne sans risques et les assurances Vies ? , humm ?? , pas de quoi favoriser le monde de l'entreprise , quand en plus on voit un ex-president qui a taxé le monde de l'épargne comme jamais en période de crise et qui veut la règle des 3 ( actionnaires , salariés et dirigeants ) , il rêvait complètement , l'entreprise de grand père c'est fini , il faut donc remettre des pendules a l'heure et puis les français sont très friands aussi de la consommation moins chère que moins chère d'ou l'hyperconcentration de notre modèle de distribution , alors de là a stigmatiser les épargnants je trouve que c'est trop fort quand meme , après on s'étonne que des fortunes préfèrent partir ? , avec de tels arguments je les accompagnerait volontiers car l'idée des soviets n'a pas disparu
Réponse de le 04/08/2013 à 19:07 :
Faut tout simplement que les prix baissent pour inciter les gens a consommer. Pas a les obliger par des mesures administratifs.
a écrit le 11/07/2013 à 12:03 :
Elles n'ont qu'à s'en prendre à elles mêmes toutes ces banques bananières mexicaines qui se sont moquées du client au fil de l'ultralibéralisme et qui viennent pleurer maintenant dans le giron de l'Etat qu'elles abhorrent par ailleurs ! Le client a fait son choix ,prière de le respecter même quand on ne sait pas ce que respect veut dire !!
a écrit le 11/07/2013 à 11:54 :
De toutes façons, même si on leur "confiait" les 40 milliards, elles ne s'en serviraient pas pour Financer et Développer l'Entreprise (au sens ?pur? du terme), mais feraient, comme d'habitude, leurs placements foireux mais... TRES rentables pour elles... sur les dos des "pauvres" !!!
a écrit le 11/07/2013 à 11:09 :
RAB de son avis. Déjà, avant, les banques ne distribuaient pas le livret A ni le LDD. Après lobbying fort efficace, elles ont obtenu le droit de les proposer. De quoi se plaignent-elles? Ensuite, si les comptes bancaires étaient rémunérés, les dépôts sur livret A seraient moindre. En effet, même à 1%, je préfère transférer mes restes de liquidités (s'il y en a) sur ces livrets (défiscalisés) que de les laisser sur mon compte courant dont la banque est infichue de me proposer une valorisation. Et en sachant que la récupération des fonds sur ces livrets est quasi immédiate. Et Noyer, c'est bien celui qui s'était opposé en 2012 à l'augmentation plus substantielle du taux au motif d'une possible baisse à venir de l'inflation?
Réponse de le 11/07/2013 à 12:47 :
Elles se plaignent de ne pas pouvoir imposer des frais pour la tenue de ces livrets, voilà le vrai motif de leur grogne !
Réponse de le 11/07/2013 à 13:11 :
@Photoscope Pour votre information, elles perçoivent déjà une commission de la part de la Caisse des dépôts.
a écrit le 11/07/2013 à 10:31 :
malheureusement c'est vrai les épargnants se font avoir , les taux baissent et le rendement de ces livrets se deprecie , de plus cette epargne est une epargne sans risques et de peurs , rien de productif , il y'a des obligations et des actions qui rapportent nettement plus mais bien sur c'est fiscalisé , hors ce qui ne l'est pas devient inintéressant , de plus si les épargnants investissaient plus dans les entreprises elles ne seraient pas rachetés par des fonds douteux et ce serait plus positif aussi pour l'investissement et l'emploi , mais on veut une epargne sans risque et qui coute cher a l'état , il est a craindre que ce type de livret si cela continue soit si pénalisant que des épargnants se plaignent mais sans en comprendre le fond et c'est dommage car en france la culture économique vole très très bas ..
Réponse de le 11/07/2013 à 11:36 :
La culture économique est assez disparate en France car elle nécessite souvent un effort personnel plus important que dans d'autres pays. En France, le contexte général est fortement biaisé par l'interventionnisme de l'Etat et les caricatures diffusées par les médias généralistes. Par contre les personnes qui ont fait cet effort, ont développé un jugement critique affuté. Le site de LT est assez représentatif de cette disparité de culture économique au travers des commentaires des lecteurs: certains abruptes et d'autres très élaborés. Personnellement, j'apprécie les deux formes car elles donnent ensemble une bonne image de l'opinion sur les sujets d'actualité économique.
Réponse de le 11/07/2013 à 11:39 :
vu comment son gérée nos entreprises, j'ai pas envie d'y investir..Les actions et obligations rapportent plus !!! terrible d'affirmer cela. Le dividende fiscalisé...plus un risque sur la cotation de son action + les frais de gestion et la fiscalité sur la plue value...gardez les vos actions. Tout le monde n'a pas les moyens de prendre un risque sur ces liquidités si celle-ci sont faibles. Donc le livret A leur convient bien. Ce n'est pas que la culture economique qui vole très bas mais nos politiques qui sont à l'origine de tous les problèmes...ce ne sont plus des politiciens mais les marionnettes des financiers. J'ai honte car personne ne bouge...tout le monde accepte ce qui se passe...donc tous complices...
a écrit le 11/07/2013 à 10:12 :
La banque de France est-elle le lobby du secteur bancaire privé, je m'y perds?
Réponse de le 11/07/2013 à 10:57 :
Dans le cas présent, le patron de la BDF ne défend pas l'intérêt des banques, du gouvernement ou des épargnants, il se dédouane personnellement de la fragilisation des banques car ce point fait partie de ses responsabilités. La fixation du taux est aussi de son ressort. Dans le cas où il appliquerait strictement la formule de calcul, le gouvernement ne serait plus en droit de le modifier. Là aussi, il prend soin de motiver le transfert de la responsabilité de la fixation du taux.
a écrit le 11/07/2013 à 9:58 :
Au mur.
a écrit le 11/07/2013 à 8:44 :
Je n'y crois absolument pas !
Quand les banques rémunèrent toujours aussi bien leurs traders, qui leurs font faire des bénéfices avec ces dépôts entre autre, c'est donc qu'ils se portent très bien et font de gros bénéfices (sur notre bas de laine)
Pourquoi pas un banquoton aussi, ma parole je vais pleurer ....
a écrit le 11/07/2013 à 8:09 :
Rappel pour Noyer et sa bandes de banquiers que ces dernières ont fait perdre 1080 milliards aux épargnants. En fait leur argent et non celui des banquier. Amen.
Réponse de le 11/07/2013 à 8:42 :
1080 milliards le chiffre magique qui sort... d'ou?
a écrit le 11/07/2013 à 7:05 :
La technocratie financiere a la manoeuvre. A quand une prise en compte du facteur social (j'ai pas dit socialiste) dans les decisions economiques. Il faut dire que ces taux reglementes avec incitation fiscale c'est d'un autre age.
a écrit le 11/07/2013 à 0:28 :
Ne pas oublier que l'excédent des encours est placée par la CDC ( transformation de l'épargne liquide en emplois longs) sur les marches financiers et sert aussi à rémunérer l'état qui apporte sa garantie sur les dépôts livret A LDD.
a écrit le 10/07/2013 à 22:22 :
A la vue des commentaires, certains n'ont pas compris que pour prêter de l'argent les banques ont besoin de dépôts !! (C'est ainsi depuis que la banque existe).
D'autre part, l'auteur de l'article n'est pas très précis ni professionnel, dire que les banque perdent 40 milliards c'est exagéré.
Réponse de le 11/07/2013 à 8:44 :
C'est certain : pour jouer au casino, les traders ont besoin de notre pognon ...
Réponse de le 11/07/2013 à 11:35 :
"pour prêter de l'argent les banques ont besoin de dépôts !! (C'est ainsi depuis que la banque existe)". Oui dans une mesure de rapport de 9/1, le système bancaire s'est autorisé à augmenter ce rapport à plus de 20/1 depuis quand ? J'en sais rien. Et suis même pas sur de mon propos, Si quelqu'un peut confirmer, merci.
a écrit le 10/07/2013 à 21:58 :
Si elles gardent 35% et en versent 65% à la CDC, c'est déjà pas mal ? Quand y avait que la Caisse d'Epargne et La Poste qui faisaient le livret A, elles avaient 0%.
Chacun son point de vue, les banques : "Tout pour moi, et de bons frais de tenue de compte".
a écrit le 10/07/2013 à 20:54 :
Meme A 0 pour cent, je continuerai de faire grève de la consommation, tant que le gouvernement n'aura pas pondu deux ou trois réformes courageuses et qu'on nous vendra du ma de in china a un prix exorbitant (et je ne parle pas du ma de in germany).
a écrit le 10/07/2013 à 20:53 :
il faut apprendre a compter 16 me a 2,25=360e
22me a 1,75=385e
en effet c avantageus en + maintenant c 1,25 supére 22me=275e
quand on vois la majorité des français !!! nos élus aurait tores de ne pas en profiter
a écrit le 10/07/2013 à 19:18 :
"L'afflux des fonds sur le livret À se fait au détriment des comptes de dépôt à vue": il faut être au moins gouverneur de la Banque de France pour raconter des conneries pareilles !
a écrit le 10/07/2013 à 18:35 :
Comme je ne voudrai pas être accusé en tant que détenteur d' un livret A de couler les grandes banques françaises, je vais mette cet argent au Crédit Suisse et fermer mon compte.
Réponse de le 10/07/2013 à 18:51 :
Avec un franc suisse au taquet?
Réponse de le 11/07/2013 à 8:46 :
Comment pouvez-vous détenir un livret A en étant parti du pays il y a longtemps, comme vous le déclariez cette semaine ?
a écrit le 10/07/2013 à 18:23 :
gare au vocabulaire, ce n'est pas de l'argnet "perdu" par les banques (c'est à dire une perte de résultat net) mais un montant de ressources qui échappe à leur contrôle (et qu'elles ne peuvent donc pas utiliser pour prêter...ou pour spéculer)

a écrit le 10/07/2013 à 18:08 :
On manque de logement et il faudrait stimuler la construction mais on préfère laisser de côté 110 milliards d'euros. Pour quelles raisons? Pour ne pas agiter les marchés sur les OATs ? Il faudrait que le gouvernent s'explique sur cette énorme rétention.
a écrit le 10/07/2013 à 17:34 :
Il y a un problème de logement dans les zones tendues, d'emploi et plein d'argent destiné à financer des logements. C'est un problème pour les banques, mais il ressemble à une solution pour la population.
a écrit le 10/07/2013 à 17:14 :
La fiscalité est devenue délirante sur les placements, ils ne faut donc pas s'étonner que les épargnants ne veuillent plus financer les entreprises.
Réponse de le 10/07/2013 à 17:42 :
la fiscalité aussi bien sur les obligations qui tombent à échéance et sur leurs intérêts (qui fait baissé terriblement les oblig achetées a tant de pour cent) et idem pour les dividendes d'actions que nous payons également dans nos impots !!! c'est une honte - IL ne faut pas s'etonner que le particulier refuse d'acheter des produits ou autres !!!!
Réponse de le 10/07/2013 à 17:46 :
regrettable car les actionnaires permettent aux entreprises de créer de l'emploi !!!! mais avec cette masse de taxes d' impots qui nous accable nous preferons nous abstenir d'en acheter - il faudrait qu'il revoit sa copie ce Monsieur -
Réponse de le 11/07/2013 à 10:35 :
a claude87 , je suis d'accord avec vous fiscalement c'est du délire et l'ancien président y'a été aussi de sa coulpe en voulant taxer le capital comme le monde du travail , mais nos élites ne pensent pas que si les épargnants délaissent les entreprises , ces dernières vulnérables a des fonds étrangers se font racheter , voir dépecer et finalement cela alimente le chômage et les delocalisations , depuis 5 ans on a monté les français contre les banques mais les élus y ont été aussi pour beaucoup en laissant faire des choses bien plus reprehensives au nom du libéralisme a tout craint , dommage car trop de taxes tue les taxes et donc les capitaux aujourd'hui qui peuvent investir sont du pétrole .. alors que nos épargnants préfèrent acheter de l'or ou du livret A .. ridicule et socialement cela se paie cash avec des chômeurs de masse .
a écrit le 10/07/2013 à 17:14 :
Et tout l'argent quelles gagnent avec nos salaires versés? hein ! combien elles gagnent sans en redistribuer un seul euro?jamais content les banquiers..
Réponse de le 10/07/2013 à 19:04 :
sur les salaires 7, 6 % du montant credite sur compte , 13, 56 % avant 2008, la BNP ils sont a 21, 78%
a écrit le 10/07/2013 à 17:08 :
Pour ce qu'elles aident l'économie, les banques ! Cet argent est bien mieux sur les livrets As que dans la poche de rapaces qui rémunèrent grassement leurs actionnaires et ne délivrent aucun prêt aux personnes physiques ou morales qui en ont besoin...
a écrit le 10/07/2013 à 17:05 :
La conclusion de tout cet argumentaire c'est naturellement : "c'est pourquoi je demande à ce que le taux du livret A passe à 1.0%" (à peu de chose près, c'est la dernière augmentation des tarifs de l'électricité !)
Réponse de le 10/07/2013 à 18:16 :
passait en dessous de 1 pr cent (déjà 1 c'est peu) a quoi bon laisser l'argent sur cedit livret !!! autant tout retirer -
Réponse de le 10/07/2013 à 18:28 :
@si le LA

Même un livret imposable rapporte plus net de prélèvement sociaux que le livret A et la crainte de changer de tranche d'imposition n'est pas raisonnable pour une majorité de français.
a écrit le 10/07/2013 à 17:02 :
Jacques Attali : « Le métier de banquier doit redevenir ennuyeux » À propos de fonds propres
« Les banques ne devraient pas prêter plus de 8 à 10 fois plus que le montant des fonds propres dont elles disposent », estime-t-il. Mais en 2007, elles prêtaient 50 fois plus que ce dont elles disposaient. Fin 2007, la BNP-Paribas a déclaré qu?elle ne pouvait plus évaluer la valeur des produits qu?elle vendait. L?annonce faite par la banque française a mis en lumière le fait que le total des créances détenues par les banques était de 95.000 milliards de dollars contre 4000 milliards de fonds propres, eux même composés de produits spéculatifs. « En fait, les banques ne détenaient que 2000 milliards de fonds propres », regrette Jacques Attali, pour qui le métier de banquier doit redevenir ennuyeux, au service du public et de l?économie.- http://www.ccifj.or.jp/single-news/n/jacques-attali-le-metier-de-banquier-doit-redevenir-ennuyeux/#sthash.Di7UEyPZ.dpuf
a écrit le 10/07/2013 à 17:01 :
Le coût n'est pas de 40 milliards mais des intérêts sur 40 milliards, soit moins de 200 millions. M. Noyer doit aller expliquer tout ça à F. Hollande qui veut encore augmenter le plafond du livret A tout en en diminuant le taux.
a écrit le 10/07/2013 à 17:01 :
Les banques on s'en tape le coquillard. Elles ont fait un lobbying d'enfer et éhonté pour obtenir le droit de proposer des livrets A, et bien qu'elles assument maintenant ! L'argument économique ne tient pas non plus, ça fait des années qu'elles ne prennent plus leur part dans les prêts et les financements des entreprises et préfèrent spéculer. La CDC est en surplus? Ca tombe bien on a 500 000 nouveaux logements à construire chaque année pour les 10 ans à venir, sans compter que comme on ne peut pas compter sur le MEDEF pour faire les investissements à venir, l'état va devoir prendre le relais.
a écrit le 10/07/2013 à 16:51 :
Elles se sont battues pour avoir acces au livret A et maintenant elles pleurent!!!!
Les pauvres, c'est vrai qu'elles doivent remunerer les depots a 1%. Alors que la BCE a baisse ses taux a 0,75% c'est indecent ! ! !
Virez le directeur de la BdF! ce qu'il dit est aussi indecent. Si elle perdent de l'argent elles n'ont qu'a ne plus ouvrir de livrets A. La BdF c'est l'etat non? alors pourquoi est elle contre les citoyens?
Réponse de le 10/07/2013 à 17:13 :
La BDF ce n'est pas l'état (loi Pompidou de 1973) s'agissant du reste vous assenez absolument n'importe quoi avec un allant tout à fait consternant agrégeant entre autres le refi de la BCE avec la rémunération des dépôts (les dépôts sont rémunérés en France? Première nouvelle)
Réponse de le 10/07/2013 à 19:35 :
C'est vous qui dites n'importe quoi:
"La Banque de France est la banque centrale de la France. C'est une institution bicentenaire dont le capital appartient à l?État...". (wikipedia)
C'est quoi un etablissement dont l'actionnaire a 100% c'est l'Etat?
C'est vous qui etes consternant, vous essayez de defendre l'indefendable.
Associer le taux de a BCE et celui du livret A permet juste de souligner que les banques et le rigolo de la BDF cherchent toujours a nous arnaquer malgre les avantages exhorbitant aqu'ils ont deja.
Réponse de le 11/07/2013 à 8:42 :
Première chose c'est l'état qui rémunère le livret A pas les banques, donc si ça ne vous convient pas inutile de les en blâmer ensuite la BDF est indépendante depuis 1973 en marge de sa structure capitalistique, révisez.
a écrit le 10/07/2013 à 16:47 :
Je suis certains que les banques préféreraient que tous leurs créanciers (ou clients créditeurs selon le terme que vous préférez) retirent dès demain l'ensemble des liquidités présentes sur leurs comptes. Cet article oublie de rappeler que les banques sont payées pour assurer la collecte des fonds du livret A.
a écrit le 10/07/2013 à 16:45 :
Qu'il ne s'inquiète pas... Son infâme lobby va porter ses fruits, parce qu'avec une rémunération a 1%, le livret A va fondre comme neige au soleil...
Réponse de le 10/07/2013 à 21:36 :
Ne serait ce que pour engraisser encore plus EDF,son comité d'entreprise,et bien sûr l'état
sans parler des autres régimes très spéciaux !
a écrit le 10/07/2013 à 16:45 :
A une autre niveau ..c'est une vraie guerre ...entre capitalisme productif et économie hasardeuse sauce socialiste ... je pressent ...que les cocus du Livret A vont payer cher la sauce...
a écrit le 10/07/2013 à 16:35 :
Ce fonctionnaire m'a tout l'air d'un aigrefin qui bouffe à tous les râteliers , en quoi son avis est il important ? quelle sont ses compétences si ce n'est de nous (les contribuables ) coûter une somme démesurée en salaire et autres avantages (officiels et officieux ( mafieux ?) )
Réponse de le 10/07/2013 à 16:51 :
Vous avez lu l article???? on va vous la faire simple voir simpliste prenons qu on verse 1000 a votre banque mais on vous demande d en reverser 650 à un tiers qui va financez "des projets". Dans le meme temps vous banquiez etes tenus de verser les interets sur la totalite des 1000 euros, sachant qu en plus vous n avez aucun droit de regard sur la CDC et que si "elle depense" a tort les 650, moi client de votre banque je viens recuperer mes 1000 euros, c est vous banquier Enjoy qui allez me les verser sur vos fonds propres!!! Il est pas beau le systeme????
Réponse de le 10/07/2013 à 17:30 :
@ @Enjoy Vous oubliez que les 350euros sont des fonds propres et qu'avec cela elles jouent 50 fois cette valeur qui meme si cela ne leur rapporte que 4% (en etant conservateur) fait tout de meme 700euros et qu'elle ne vous reversera que 100euros. Il est pas beau le monde?
Benefice 600euros.
Quand vous raisonnez, raisonnez globalement.
La reponse a cette proposition plus qu'indecente c'est: Allez vous faire foutre, c'est le prix du capital. Et celui-ci il n'est pas cher. On devrait avoir un livret A remunerer a 2 % au moins pour que ce systeme soit un peu equilibre.
Ce type marche pour les banques, c'est plus que limpide.
Réponse de le 11/07/2013 à 4:51 :
les 350 euros sont des fonds propres !!!!!!!!! C'est la perle de la journee.et le reste est a l'avenant. Pauvre France.
a écrit le 10/07/2013 à 16:35 :
35% qui restent dans les mains des banques c'est beaucoup trop car si les gens mettent leur argent sur le Livret A c'est pour le protéger du risque de faillite de leur banque. De plus, sur les 255 milliards à la CDC, il y en a 147 dans le logement social ce qui veut dire que si les francais veulent retirer leur argent alors certains devront attendre la fin des prêts accordés (en général sur 40 ans). Donc en cas de bank run, ceux qui ne seront pas les premier à retirer leur argent du livret A ne reverront jamais la couleur.
Réponse de le 10/07/2013 à 16:49 :
lol, s'il y avait efefctivement 147 milliards dans le logement social, il n'y aurait plus de problème de logement. la grande majorité des fonds remontés à la CDC n'est pas utilisée faute de programmes de construction ! l'argent dort à la CDC, n'est pas utilisé par les banques pour preter, donc au final cela renchérit le coût des prêts aux particuliers et entreprises. qui est perdant au final ?
Réponse de le 10/07/2013 à 21:59 :
Vous devriez lire le rapport annuel du Fonds d'Epargne de la CDC ...
a écrit le 10/07/2013 à 16:30 :
Et voila maintenant qu'il nous l'a fait à l'envers. rhooo pauvre banque, le petit peuple vous appauvri !!!
Réponse de le 10/07/2013 à 16:47 :
c'est très vrai. La crise de l'euro et des banques est uniquement due a l'existence même du livret A depuis qu'on a forcées ces pauvres banques a toutes le distribuer. Ca allait tellement mieux quand il n'y avait que l'écureuil et la poste qui étaient forcées de collecter cet argent si sale...
Réponse de le 10/07/2013 à 16:47 :
sachant que 80% des encours du livret sont détenus par 10% des détenteurs, ce n'est clairement pas le "petit peuple" qui prive les banques de liquidités, mais plutot les épargnants aisés : à se demander quelle est la veritable utilité globale de ce produit d'épargne réglementée. de même, l'epargne logement constitue une niche fiscale qui ne sert aucunement au logement. Ces produits règlementés sont des artifices créés par les politiques pour favoriser de l'épargne populaire. Aujourd'hui ils sont désuets, obsolètes et contre productifs d'un point de vue economique et fiscal.
Baisser le taux ne suffit pas, il faut supprimer ces produits.
Réponse de le 10/07/2013 à 17:18 :
Commentaire sensé, ça en fait un sur la masse d'inepties qui tapisse les réactions à cet article. Merci!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :