Le Palais Brongniart se réinvente en point de rencontre de la Fintech

 |   |  782  mots
La Place a l'ambition de devenir le lieu d'échanges des acteurs de l'innovation dans la finance, au deuxième étage du Palais Brongniart, autour de la fameuse corbeille de la Bourse de Paris devenue pièce de musée (image de synthèse).
La Place a l'ambition de devenir le lieu d'échanges des acteurs de l'innovation dans la finance, au deuxième étage du Palais Brongniart, autour de la fameuse "corbeille" de la Bourse de Paris devenue pièce de musée (image de synthèse). (Crédits : DR)
L'ex-Bourse de Paris accueille un nouvel espace, baptisé La Place, qui se veut le lieu d'échange privilégié des startups et des acteurs établis de la finance. Les deux partenaires financiers du gestionnaire des lieux, GL Events, sont le Crédit Agricole et l'assureur Generali France.

Plus de 30 ans après la fin de la "corbeille", cette balustrade circulaire autour de laquelle les anciens agents de change se réunissaient pour négocier les actions "à la criée"jusqu'au passage au tout-informatique en 1987, le Palais Brongniart veut redevenir le lieu de rassemblement de la finance, le point de rencontre entre la nouvelle génération, les startups de la Fintech, et les acteurs établis de la banque et l'assurance. L'ex-Bourse de Paris, reconvertie en lieu de conférences et de réceptions géré par le groupe GL Events, a inauguré ce lundi soir "La Place", un espace de 400 mètres carrés au deuxième étage, autour de la fameuse corbeille, pièce de musée qui a quitté la nef centrale il y a déjà plusieurs années.

« Notre ambition est de faire de La Place un lieu d'échanges et de rassemblement de tous les acteurs de l'innovation dans la finance, dans ce lieu symbolique, mais aussi une vitrine d'innovations », nous explique le directeur général du Palais Brongniart, Mathieu Roux, de GL Events.

La directrice de ce nouveau lieu, Maella Sourivong, chargée « de donner une âme à La Place », espère organiser 150 événements par an avec une programmation hebdomadaire rythmée par des déjeuners d'experts, des conférences thématiques, des afterworks, des séances de pitchs de startups, des démonstrations de produits, etc. Les membres de La Place pourront réserver en ligne des espaces pour organiser un rendez-vous dans ce lieu central de la capitale : la première année d'adhésion est gratuite, le tarif n'est pas encore arrêté mais variera en fonction du profil de l'entreprise.

Corbeille Bourse Palais Brongniart

[La corbeille de la Bourse de Paris du temps de la criée. Crédits : GL Events]

Attirer les startups

Le projet, dont le budget de fonctionnement n'est pas révélé, est financé par GL Events et deux grands partenaires, le Crédit Agricole et l'assureur Generali France. Les membres fondateurs de La Place sont Bpifrance, le pôle de compétitivité Finance Innovation (logé au Palais Brongniart), l'organisme Paris Europlace et l'institut Louis Bachelier.

« Nous considérons toutes les Fintech comme de potentiels partenaires. Le partenariat avec La Place nous a paru donc tout naturel » a déclaré Philippe Brassac, le directeur général de Crédit Agricole SA.

« Le groupe est engagé dans une logique de partenariat avec les Fintech qui repose sur l'écosystème qu'il a développé et qui s'enrichit aujourd'hui d'une nouvelle brique. »

Lui aussi partenaires de startups Fintech et Assurtech, le Pdg de Generali France, Jean-Laurent Granier, a souligné de son côté que « [son] objectif est de prendre une part active à la dynamique de cet écosystème ouvert et de participer aux débats qui s'y référent. »

S'il y a des acteurs institutionnels, on pourra s'étonner de l'absence de la principale association professionnelle, France Fintech. Cette dernière travaille cependant en collaboration avec l'équipe de La Place et a d'ailleurs choisi le Palais Brongniart pour réunir sa communauté à la veille de son événement annuel Fintech Revolution, ce matin, organisé cette année à la très branchée Station F.

Lire aussi : « L'écosystème français de la Fintech est entré dans une phase d'accélération »

La concurrence est rude à Paris pour les événements rassemblant les startups, entre Station F, le Numa, les espaces de coworking tels que WeWork, sans compter les accélérateurs spécialisés, tels que le Swave de Paris & co à La Défense ou le Wai de BNP Paribas. Le Palais Brongniart, où se tient déjà le Paris Fintech Forum chaque année depuis trois ans, peut compter sur son aura historique et sa localisation.

« Notre savoir-faire est la logistique événementielle : notre objectif n'est pas de concurrencer des initiatives telles que le Swave à La Défense » nous confie Mathieu Roux.

« Nous avons réfléchi, en coopération avec la Ville de Paris [avec laquelle GL Events a signé un bail emphytéotique de trente ans en 2010, ndlr], à un projet qui dynamise l'attractivité du Palais Brongniart, à l'heure du Brexit. Nous n'avons pas l'intention de faire du coworking ni de créer un accélérateur », insiste-t-il.

Lire aussi : Paris espère devenir la référence de la Fintech avec le Swave de La Défense

Après trois mois de travaux, une ouverture en grande pompe avec des officiels aura lieu en septembre. La Place veut à la fois « créer un club chaleureux » dans son lounge ouvert toute l'année et fédérer la communauté autour de sa plateforme digitale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2018 à 21:46 :
"La politique de la France ne se fait pas à la Corbeille" Charles de Gaulle (1966). Effectivement, elle ne se fait plus à la Corbeille, aujourd'hui ce sont les ordinateurs du Trading Haute Fréquence (HFT Hight Frequency Trading) qui gèrent la boutique mondiale. Mais derrière ces ordinateurs il y a des lieux physiques (banques, Bourses, paradis fiscaux...) et des hommes. Et sous ces décideurs invisibles il y a des êtres humains faits de chair et de sang. On peut lire ou relire "le nouveau capitalisme criminel" de Jean François Gayraud, Ed. Odile Jacob. On est loin du dernier ouvrage de l'éditorialiste de La Tribune, Michel Santi "Pour un capitalisme entre adultes consentants". Ed. Payot.
a écrit le 09/04/2018 à 20:22 :
Personne pour dire que le roi est nu?
a écrit le 09/04/2018 à 19:46 :
Très bonne initiative, ce lieu est chargé d'histoire. 1929, 1987, la première femme ayant l'autorisation de venir à l'intérieur du palais en 1968. Des mouvements sociaux profitant de la tribune qu'offrait la Bourse comme par exemple l'affaire du Parisien, et puis une bombe au moment de la rue Marbeuf découverte heureusement quelques minutes avant de sauter etc.... Sans compter l'extraordinaire ambiance des groupes de criées , le son de la cloche qui ouvrait le marché à 12h30 pour le terminer à 14h30.
a écrit le 09/04/2018 à 18:28 :
JE note que pour la fintech (décoration du deuxième étage), le CAC 40 ne veut que des jeunes femmes aux cheveux attachés, les bobos écolos yen a marre hein ! :D

AU secours

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :