Leeto, la Fintech qui veut surfer sur la réforme du comité d'entreprise

Leeto a développé une plateforme en ligne pour simplifier et rendre plus attractifs les avantages proposés aux salariés via les comités d'entreprise. Dans les semaines à venir, elle proposera également une carte de paiement dédiée. Pour accélérer son développement, elle parie sur la mise en place, à compter du 1er janvier prochain, du comité social et économique, une nouvelle instance unique et obligatoire pour toutes les entreprises d'au moins 11 salariés.

4 mn

(Crédits : Leeto)

Alors que les entreprises accueillaient jusqu'ici plusieurs instances de représentation du personnel (comité d'entreprise, délégation unique du personnel, comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, etc.), la réforme du code du travail simplifie leur organisation comme leurs procédés. Un calendrier sur lequel compte bien surfer la jeune pousse Leeto (anciennement Clan.io), qui a développé une plateforme dédiée aux avantages des salariés à laquelle sera bientôt couplée une carte de paiement.

"Leeto est née d'un double constat. Une étude montre que 70% des salariés sont insatisfaits des avantages proposés par leur entreprise. Ce n'est pas l'avantage en lui-même qui est remis en question, mais la manière dont il est proposé. En parallèle, il est difficile pour une entreprise de définir et piloter le budget dédié à ces avantages. Il y a donc de la frustration d'un côté et de la complexité de l'autre", expose Arthur Reboul, directeur général de Leeto et cofondateur aux côtés de Guillaume Lestrade (par ailleurs cofondateur de la licorne Meero) et Alban Porcheron.

Plateforme en ligne et future carte de paiement

Pour surmonter ces écueils, la startup a développé une plateforme en ligne avec un accès administrateur et un accès salarié. Côté entreprise, la solution permet de créer un avantage, de le paramétrer et de le communiquer directement aux salariés. Ces derniers peuvent accéder aux différentes offres et les gérer depuis la plateforme. Ils ont, par exemple, la possibilité de demander le remboursement d'une dépense liée à une activité (comme une cotisation à une salle de sport) et d'être remboursés en 24 heures.

Dans les semaines à venir, Leeto entend ajouter à cet outil une carte de paiement entièrement dédiée aux avantages salariés. Pour ce faire, elle s'est enregistrée auprès de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR adossée à la Banque de France) en tant qu'agent prestataire de paiement pour le compte de Treezor (la Fintech des Fintech rachetée par Société Générale). "Cet agrément nous permet de proposer un compte de paiement au CSE et d'émettre des cartes à destination des salariés", précise l'entrepreneur.

Plutôt que de se faire rembourser a posteriori, un employé pourra réaliser directement la dépense (si elle est considérée comme éligible par son entreprise) avec cette carte de paiement. Il n'aura ainsi plus besoin d'avancer de l'argent. "Et si, au moment de la transaction, le montant de la dépense dépasse le budget attribué au salarié, la différence sera automatiquement prélevée sur son moyen de paiement personnel", détaille Arthur Reboul. Avec ce système, un salarié pourrait, par exemple, souscrire à un abonnement Netflix, en puisant directement dans l'enveloppe prévue par son entreprise.

Entre 40.000 et 50.000 salariés inscrits d'ici fin 2020

Depuis son lancement commercial il y a près d'un an, Leeto revendique avoir séduit 30 entreprises clientes représentant 10.000 salariés. Parmi elles : Uber, l'e-commerçant ManoMano, la plateforme publicitaire Criteo ou encore Wemanity, une société spécialisée dans la transformation des entreprises. Leeto espère toucher entre 40 et 50.000 salariés d'ici la fin 2020 et a récemment levé 2 millions d'euros auprès de Founders Future (créé par le serial entrepreneur Marc Ménasé) et de plusieurs business angels, dont Thomas Rebaud (Meero), Benjamin Netter (October) et Vincent Luciani (Artefact), pour accélérer son développement. La jeune pousse, qui compte une dizaine de salariés, prévoit de doubler ses effectifs sur la même période.

"On compte aujourd'hui quelque 45.000 comités d'entreprise. Dans les deux ou trois années à venir, environ 120.000 nouveaux CSE vont se créer. Le marché du comité d'entreprise représente 15 milliards de dollars. Et, 7% des dépenses de loisirs des Français se font via les comités d'entreprise, qui aujourd'hui sont exclus de la transformation digitale", rappelle Arthur Reboul, soulignant les nombreuses potentielles opportunités de marché.

Une plateforme globale autour du bien-être en entreprise

Ambitieux, l'entrepreneur n'entend pas se limiter au seul comité d'entreprise. "Nous souhaitons aider les entreprises à rendre leurs salariés heureux", fait-il valoir. Une vision qu'affichent aussi de sérieux concurrents, que sont les géants Edenred, Up ou encore Sodexo, qui ont écopé récemment d'une amende de 414 millions d'euros pour entente.

Dans cette optique, Leeto envisage de bâtir une plateforme regroupant une batterie d'avantages aux salariés comme les titres-restaurant, l'épargne salariale, la mutuelle ou encore les chèques cadeaux. Dans cette idée, Leeto pourrait nouer des partenariats avec d'autres Fintech positionnées sur ces différents créneaux, comme Lunchr pour les titres-restaurant, Epsor dans l'épargne salariale ou encore Alan pour l'assurance santé.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.