Nouvelle réunion le 26 janvier pour l'A400M

 |   |  448  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Une nouvelle réunion consacrée au financement de l' A400M entre EADS et les sept pays à l'origine du programme est prévue le 26 janvier à Berlin, alors qu'aucune réelle avancée n'a été constatée jeudi.

L'avion de transport militaire A400M, plombé par des retards et des dérapages de coûts estimés à 55% de son budget initial, a fait l'objet jeudi d'une réunion dans la capitale allemande en vue de définir les modalités futures du partage des surcoûts entre le groupe européen d'aéronautique et de défense et les pays clients. "Les négociations se sont tenues dans un climat constructif. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine", a déclaré à Reuters une source qui a requis l'anonymat. La source a ajouté que les deux parties espéraient toujours se mettre d'accord d'ici à la fin du mois. Une autre réunion aura lieu mardi 26 janvier à Berlin sur cet épineux dossier.

Le coût du développement de l' A400M , assemblé par Airbus, division d'EADS, était initialement évalué à 20 milliards d'euros. Selon un audit du cabinet PriceWaterhouseCoopers, 11 milliards d'euros d'investissements supplémentaires pourraient être nécessaires. Louis Gallois, président exécutif d'EADS, a expliqué le 12 janvier que son groupe perdait 100 à 150 millions d'euros par mois sur le programme A400M . La société a déjà passé 2,4 milliards d'euros de "provisions A400M " dans ses comptes.

EADS, pressé de préserver son équilibre financier et l'avenir de plusieurs projets stratégiques comme celui du futur avion long courrier A350 XWB, veut obtenir une solution équilibrée. Le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, a néanmoins affirmé au journal Bayernkurier que la patience de son pays, qui a commandé 60 exemplaires de l' A400M, était "limitée".

Une autre source a souligné que Berlin était toujours opposé à la division de la commande d'appareils A400M en tranches, une solution qui avait été avancée il y a quelques semaines sur l'exemple du modèle de livraisons de l'avion de combat européen Eurofighter. "La base de la négociation a toujours été et sera ce qui avait été convenu par contrat. Nous tenons à l' A400M mais pas à n'importe quel prix", selon cette source. Une autre source a assuré qu'aucune proposition concrète n'avait encore été formulée par les deux parties: "chacun a mis ses propres revendications sur la table et (donc) il n'y a pas eu de grandes avancées".

Si l'objectif des nations clientes et d'EADS demeure de parvenir à un accord sur le financement de l' A400M d'ici à la fin du mois de janvier, certains experts estiment cependant qu'une annonce officielle ne pourrait intervenir que début février à l'occasion d'un sommet informel de l'Otan à Istanbul.

Vers 13h30, l'action EADS reculait de 1,87% à 14,15 euros à la Bourse de Paris, après un plus bas à 14,13 touché dans la matinée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :