Airbus va dépasser ses objectifs commerciaux et de livraison en 2012

 |   |  638  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'avionneur européen va livrer "autour de 580" appareils (contre 570 initialement prévus) et devrait dépasser son objectif de 650 prises de commandes en 2012. "On fera mieux que l'objectif", a indiqué le PDG d'Airbus, Fabrice Brégier.

Dans un coin de la tête de Fabrice Brégier, il reste un petit espoir de dépasser Boeing en fin d'année en terme de livraisons. Fabrice Brégier garde cet esprit de compétition propre aux "Lagardère Boys", qui fait que le dernier d'entre eux dans le groupe EADS ne rend pas les armes avant la fin du match, le 31 décembre, sans avoir poussé Boeing dans ses derniers retranchements. Bref, la compétition n'est pas finie pour le patron d'Airbus. "Le 50/50 entre Airbus et Boeing ne sera cette année jamais autant d'actualité, a-t-il expliqué vendredi à quelques journalistes avec un petit sourire qui en dit long sur le bon tour qu'il aimerait jouer à Boeing. Nous serons très, très proches l'un de l'autre".

Quoiqu'il arrive, Fabrice Brégier ne pourra qu'être satisfait de l'exercice 2012. Airbus va dépasser ses objectifs commerciaux et de livraison en 2012 qu'il avait annoncé en début d'année. "On fera mieux que l'objectif", a-t-il assuré. L'avionneur toulousain prévoyait de livrer 570 appareils en janvier, il devrait finalement en placer "autour de 580" dans les compagnies aériennes, a précisé Fabrice Brégier. Fin novembre, Airbus avait livré 516 appareils. Début 2012, l'avionneur européen visait entre 600 et 650 prises de commandes, il en était déjà à 646 début décembre. Et le patron d'Airbus laisse planer le suspense sur de nouveaux contrats actuellement en discussions.

Une forte montée des livraisons pour Boeing

De son côté, Boeing comptabilisait 1.052 commandes au 4 décembre et avait déjà livré 537 appareils à fin novembre (contre 477 au total en 2011). Pourquoi une telle hausse des livraisons ? Pour le patron d'Airbus, le rival américain avait "beaucoup d'appareils en stock" et a pu écouler les 747-8 et 787 assemblés et cloués l'an dernier sur le tarmac. C'est pour cela que Boeing a eu en 2012 "une montée forte de ses livraisons", selon lui. "Tout leur talent a été de les placer auprès des compagnies aériennes". 

Sur le plan commercial, le succès du 737 MAX était attendu, a-t-il rappelé. Tout en soulignant que Boeing avait eu une "attitude commerciale agressive" car "il ne voulait pas apparaître comme un acteur de deuxième rang sur le marché des monocouloirs". Depuis son lancement en 2011, le 737 MAX, qui entrera en service en 2017, a reçu 969 prises de commandes à fin novembre, contre 1.623 A320 NEO, mis en service en 2015. Ce qui fait dire à Fabrice Brégier que "le MAX a encore du chemin à faire pour rattraper le NEO". Et d'affirmer qu'il "n'y a pas de panique" à avoir face au succès du MAX. D'une façon plus générale, le PDG d'Airbus a estimé qu'on "ne pouvait pas avoir 1.600 commandes tous les ans. On pourrait les avoir mais on ne saurait pas les livrer".

Vers une montée en cadence de l'A330

Airbus pourrait relever à nouveau ses cadences de production de l'A330 pour passer à 11 dès 2013. "Nous avons un niveau élevé de livraisons jusqu'en 2020, a précisé Fabrice Brégier. On a le potentiel d'aller au-delà". Dans ce contexte, l'A330 attaque le marché des routes Europe-Asie du Sud-Est.

Enfin, l'A380 a connu une année difficile en raison du problème des microfissures dans les ailes, qui ont "pénalisé jusqu'au mois d'août" le programme. Cela s'est traduit par des commandes extrêmement modestes (9 appareils) et une course poursuite pour livrer 30 A380 conformément aux objectifs prévus en début d'année. A ce jour, seuls 26 exemplaires avaient été livrés. Fin août, seuls 14 A380 avaient été réceptionnés par les compagnies clientes. "Nous avons deux semaines pour atteindre notre objectif", a rappelé Fabrice Brégier. Ce dernier a estimé que les avions livrés en 2015 seront "à l'équilibre". Mais il ne sait "pas si Airbus amortira ce programme un jour". 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2012 à 11:59 :
Bonjour, il faut quant même dire que l?A400 à 5 ans de retard, qu?il coute 50% plus chère. Donc il faut espérai que cette entreprise fonctionnera mieux dans les années à venir, car le contribuable européen ne pas payer indéfiniment la facture.
Ensuite il est important de rappeler que la construction d?une usine d?assemblage en chine à permis la délocalisation du travail hors d?Europe, que nous ne vendons pas plus d?avion a ce pays et que nous favorisons par la même occasion l?essor sur place d?un nouveau constructeur d?avion ?. Espérons que la construction d?une ligne d?assemblage au USA ne vas pas encore une fois faire perdre du travail sur le vieux continent?.
Car nous ne somme que rarement gagnante de nos échange commerciaux avec ces pays.
a écrit le 16/12/2012 à 11:16 :
M. Masson vous mélangez tout, l'article titre des livraisons en indiquant que Airbus va super-former son programme 2012. Il précise également que l'AIRBUS 320 New Engine Option lancé quelques mois avant le Max 737 et qui sera disponible plusieurs années avant son concurrent américain, montre des commandes supérieures de 170%
Le président d'Airbus est un fin stratège, il l'a récemment démontré avec l'implantation d'une FAL en Alabama, mais le bon vendeur chez Airbus s'appelle John.
Réponse de le 16/12/2012 à 14:27 :
je ne mélange rien, pour surperformer en matière de livraisons et atteindre les 580 annoncées il faut en livrer 64 en décembre , ce que je trouve industriellement bizarre par rapport aux cadences récentes , il faut m'expliquer comment une chaine de production peut passer de 54 en novembre à 64 en décembre , je n'ai pas de commentaires à faire sur le succès du NEO indéniable , par contre je continue à dire qu'en matière de commandes il faut parler en commandes nettes des annulations et le super vendeur qu'est j leahy le sait bien, enfin quand on est PDG on est aussi vendeur ce qui est différent de directeur commercial
a écrit le 15/12/2012 à 12:08 :
il faut parler en commandes nettes surtout quand on prend pour l'un ( airbus) les commandes brutes hors annulationset pour l'autre (boeing) les commandes nettes après déduction des annulations
a écrit le 15/12/2012 à 12:06 :
bregier est un excellent vendeur , comment expliquer qu'avec 47 avions livrés en moyenne depuis début 2012 et 54 en novembre il va en livrer 64 en décembre je veux bien croire aux montées en cadence mais là c'est beaucoup , et si il y arrive , je parie qu'en janvier 2013 il aura vidé toute sa chaine et ne livrera qu'une poignée d'avions , tout le talent sera de faire accepter fin décembre comme livrés des avions pas tout à fait finis à ses clients, quant aux commandes il serait juste de parler des commandes nettes des annulations à 585 fin novembre pour apprécier la performance ,
a écrit le 15/12/2012 à 11:17 :
Pas de panique, le C919 (copie améliorée du 320 actuel, mais inférieure au 320 néo) ne sera disponible qu'en 2017, pour 2016 pour le néo.
D'ici là le successeur des 320x sera déjà dans les CAD.
Quand aux gros porteurs 330x, 350x et 380x ils en sont encore loin...
Réponse de le 16/12/2012 à 22:33 :
2017 pour le C919 officiellement mais il sera en retard c'est deja acquis
a écrit le 15/12/2012 à 10:22 :
Profitons en car dans 10 ans les chinois les fabriquerons eux mêmes les airbus et il nous restera le tourisme et l'agriculture.
Réponse de le 16/12/2012 à 0:21 :
Que restera t il aux defenseurs de l europe qui nous vendus jusqu a plus faim ce symbole de l integration europeenne ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :