Les Boeing 787 vont revoler sans que l'on sache pourquoi les batteries ont surchauffé

 |   |  359  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Alors que le B787 a reçu le feu vert pour reprendre les airs, un responsable de Boeing estime qu'il est possible que la cause de la surchauffe des batteries lithium observés en janvier sur deux avions ne soit jamais trouvée.

« Il est possible que nous ne trouvions jamais les causes» des problèmes de surchauffe des batteries, observés sur deux Boeing 787 en janvier, qui avaient poussé les autorités américaines à clouer au sol les 50 appareils jusqu'ici en service. C'est ce qu'a rappelé Larry Loftis, le vice-président et directeur général du programme B787 ce lundi à des journalistes réunis à Londres, alors que l'appareil a reçu l'autorisation de revoler. Boeing a obtenu vendredi un feu vert la direction de l'aviation civile américaine (FAA) sur les modifications proposées sur la batterie lithium-ion du B787. « Les changements sont destinés à faire face aux risques (de surchauffe ou d'incendie) au niveau d'une cellule de la batterie, de la batterie et de l'avion », a précisé la FAA. L'avionneur a décidé de modifier la conception de la batterie, fabriquée par le japonais GS Yuasa et assemblée par le français Thales, pour éviter la contagion d'une éventuelle surchauffe ou d'un court-circuit d'un élément à l'autre, ainsi que les paramètres du chargeur.

Eviter un départ de feu

Boeing a également amélioré le confinement de l'ensemble pour garantir l'absence de départ de feu. L'autorisation de reprise de vol du 787 aux Etats-Unis est désormais acquise avec seulement des formalités restantes: Boeing doit soumettre un "bulletin de service" qui détaille techniquement les changements à apporter à chaque 787. Dès ce lundi, Boeing a démarré l'installation des nouvelles batteries lithium-ion sur cinq B787 d'All Nippon Airways (ANA), la compagnie qui possède le plus grand nombre d'exemplaires (17 sur les 49 qui ont été livrés). Avant de reprendre des vols commerciaux, la compagnie nippone prévoit de réaliser entre 100 et 200 vols tests selon Reuters. Le Conseil national de la sécurité des transports japonais doit tenir une réunion de deux jours à partir de jeudi, au cours de laquelle témoigneront des fonctionnaires de l'autorité fédérale de l'aviation des Etats-Unis (FAA), des représentants de l'avionneur américain Boeing et des responsables de GS Yuasa, le fabricant japonais des batteries incriminées, selon des sources ministérielles citées par Kyodo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2013 à 14:25 :
La chimie de ces batteries n était elle pas la cause.? Le dioxyde de cobalt est il assez stable pour être embarqué dans un avion?
Lâ SAFT pourrait éclairer cette question comme lesscientifiques du cnrs?
Merci d avance
a écrit le 24/04/2013 à 17:45 :
L'on a le même problème en France ! ,nous ne savons pas pourquoi les socialistes au pouvoir continuent de planer sans batterie..
Réponse de le 25/04/2013 à 22:57 :
Pas besoin de batterie pour les Socialistes parce que trop proches de l'auto-allumage...
a écrit le 23/04/2013 à 17:33 :
Ils ont trouvé une solution : ouvrir la portière quand la température monte. Ensuite ils vont installer des hublots à ouverture manuelle : le passager qui a trop chaud, à cause des batteries pourra ouvrir. C'est juste un problème de courants d'air. Même en CE2 ils savent le résoudre.
a écrit le 23/04/2013 à 16:56 :
Vous montez à bord du "DreamLiner", vous asseyez et il décolle ! Pas de personnel en vue,
mais un message dans les haut-parleurs : "Cet avion n'a pas de pilotes ni de personnel de
cabine. Tout est automatisé à partir de batteries au Lithium ! Tout fonctionne parfaitement,
Tout fonctionne parfaitement, Tout fonctionne parfaitement, Tout fonctionne ....
a écrit le 23/04/2013 à 14:53 :
Normal ! chercher la cause ou remplacer tout le système leur coute maintenant plus cher que d'assumer un prochain crash !
a écrit le 23/04/2013 à 11:47 :
Bon, ben on attend le vrai crash d'un B787 pour espérer une conclusion. Va falloir que je surveille dans quoi je monte lors de mon prochain voyage. Déjà que des sondes qui gèlent, des pilotes qui ne dorment pas après une teuf, des pièces qui trainent sur les pistes sont un peu anxiogènes, on n'est pas sorti...
a écrit le 23/04/2013 à 10:28 :
" ...on ne comprend pas ce qui se passe..." ce qui veut dire que Boeing abandonne la résolution d'un problème technique potentiellement très dangereux pour s'orienter vers une gestion ( par un confinement) de ... l'incendie. Diable ! Il ne faudra jamais monter à bord de cet avion
a écrit le 23/04/2013 à 9:57 :
je crois qu'Airbus a décidé de ne pas utiliser de batteries Lithium ds ces avions ? (restent au Ni mh ?); Pas une bonne pub pour le véhicule électrique ça...
Réponse de le 23/04/2013 à 10:25 :
Aucun rapport. L'utilisation en aéronautique reste sensible. Je vous rappelle que les batteries lithium sont utilisées dans les téléphones portables, smartphone, ordinateur portable, outillage, ....
Réponse de le 23/04/2013 à 11:01 :
@pablo : si la batterie de ta voiture commencer à fumer, tu t'arrêtes sur le bord de la route et tu sors de ton véhicule. Dans un avion au milieu du Pacifique, c'est plus délicat ! Non mais allo quoi ? ;-)
Réponse de le 23/04/2013 à 11:41 :
Détrompez vous, de nombreux PC portables ont déjà pris feu (je l'ai vécu) et lorsque ce sera les voitures vous risquerez aussi, dans les parkings souterrains ou dans les tunnels par exemple. Airbus a mené les 2 études en parallèle et abandonné le Lithium
Réponse de le 23/04/2013 à 14:59 :
vous avez raison! il y déjà une paire de cas de surchauffe signalés sur des véhicules électriques!
a écrit le 23/04/2013 à 9:38 :
Comme d'habitude les américains font de l'à peu près, se cela avait été airbus toute la presse anglo-saxonne se déchaînerait contre l'avionneur comme ce fut le cas pour la mise en serice de l'A380. On voit bien comment la FAA travaille, favorisant toujours les intérêts nationaux...Pour ma part je ne monterai pas à bord d'un 787 avec ma famille, j'attends le prochain incendie à bord pour que la vérit éclate sur le screamliner.
Réponse de le 24/04/2013 à 17:51 :
La FAA est aussi la pour defendre les interets Americains (cf ses statuts & missions) donc la decision prise n'est pas surprenante pour tout le monde...
a écrit le 23/04/2013 à 9:32 :
Je trouve ça franchement léger : "on en comprend pas ce qui se passe mais avec les modifications faites tout devrait bien se passer". Par définition, si on n'a pas compris, on n'est pas à même de juger si les modifications suffisent ou pas ! J'ose imaginer que les arguments de la FAA sont un peu plus convaincants que ce qui est écrit dans l'article ... Mais dans le doute, je préfèrerais clairement éviter cet avion !
a écrit le 23/04/2013 à 9:05 :
"Possible qu'on ne connaîtra jamais la cause": Qui voudra monter dans un avion où il est possible qu'on ne connaisse pas vraiment ce qui se passe? Au niveau des batteries, mais peut-être aussi à d'autres éléments.Le 787 a connu d'autres déboires, serait-il mal né?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :