Y-aura-t-il un marché de l'occasion pour l'A380 ? ILFC reste sceptique

 |   |  416  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Alors que l'A380 vient de rafler sa première société de leasing comme client, Henri Courpron, le directeur général de la puissante société de leasing américaine, ILFC, (qui avait annulé uen commande d'A380 il y a plusieurs années) a expliqué, en marge de l'annonce d'une commande d'Embraer, que le marché de l'occasion de l'A380 est très compliqué.

La Tribune. Le loueur britannique Doric vient de signer un protocole d'accord avec Airbus pour l'achat de 20 A380 et devient la seule compagnie de leasing à s'engager sur l'A380 depuis l'annulation de votre commande il y a plusieurs année. Qu'en pensez- ?

Henri Courpron.  Il n'y a pas de problème pour louer un A380 en premier lease. En revanche, après lorsque l'on récupère l'avion après cette première location, je ne suis pas sûr de savoir ce que l'on pourrait en faire. Certes, l'avion étant récent, il n'y a pas aujourd'hui de marché de l'occasion pour l'A380. Mais je pense qu'il faudra un bon moment, à mon sens, pour qu'il s'en mette un en place. Je ne suis pas sûr d'ailleurs que les grands clients voudront louer des A380 d'occasion. Par ailleurs, il faut tenir compte des coûts de reconfiguration des avions.

On parle beaucoup des avions long-courriers, quelle est votre stratégie.

Nous sommes le plus gros client du B787, nous avons des A350. Pour le B787-10 pour quoi pas. Nous ne sommes pas pressés. L'A350-1000, pourquoi pas également. Nous n'allons pas nous affoler L'A350 vient juste de faire son premier vol. Concernant, le B777 X, nous allons attendre de voir comment les clients réagissent. Passer une commande aujourd'hui n'a pas beaucoup de sens pour un avion qui doit être mis en service en 2020. Sur le long-courrier, nous sommes couverts jusqu'à la fin de la décennie. Les long-courriers ne sont pas notre priorité. C'est plutôt les avions « narrow body ». C'est pour cela que nous avons commandé lundi 50 A320 Neo supplémentaires, et 100 exemplaires de la nouvelle famille d'avions d'Embraer. Quand on a une opportunité comme cela avec Embraer, on la saisit. Cette entreprise a un feedback excellent, propose un avion avec une technologie poussée, avec un moteur que l'on connaît bien, et dispose d'une base de clients importante. Avec cette nouvelle famille d'avions, nous faisons en fait le même pari que le NEO d'Airbus dont nous avions été parmi les premiers à nous engager.

Pourquoi ne pas s'engager sur le 'C-Series de Bombardier ?
Le manque de clients après plusieurs années de marketing entraine une grosse incertitude. Embraer lance sa nouvelle famille avec une grosse commande de Skywest, un des leaders du transport régional. Le marché parle avec son chéquier. On ne veut pas prendre de risques. Le marché du C-Series n'est pas assez mûr aujourd'hui.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2013 à 10:20 :
Henri Courpron sait in français et un ex d'airbus ...les chinois n'ont complètement acheté ILFC

La vente d'ILFC à un consortium chinois pourrait échouer

http://www.google.com/news?ncl=dPRKrKmHfF5Xg8MWcIFORiHAtFGLM&q=ilfc+vente+au+chinois&lr=French&hl=fr
a écrit le 18/06/2013 à 15:31 :
ILFC est une société chinoise. Les propos chinois et ceux de leurs représentants sont toujours de mettre le doute sur les avions évolués en portant le focus favorable sur les avions chinois -partiellement- à venir. Dénigrer l'A380 fait partie du jeu d'autant que nous ne pouvons officiellement répondre car nos industriels sont fortement à bord des avions chinois. Un procédé de bonne guerre commerciale. Les clients eux ne se posent pas toutes ces questions bien au contraire. D'une part parce que l'aéroneff a un programme d'évolution considérable, d'autre part parce que sa rentabilité opérationnelle en fait un produit plus rapidement amortissable (Il n'est pas cher en réalité) et enfin parce qu'en fin de vie dans 25 ans sa capacité cargo ouvre des perspectives à ce jour inégalées. On étudie d'ailleurs dans des compagnies purement maritimes comme CMA, la question du mix-business air/mer.
Réponse de le 18/06/2013 à 17:36 :
Permettez moi de corriger quelques "petites" erreur de votre commentaire...
ILFC est une société de leasing possédant une flotte d'avion plus importante que n'importe quelle compagnie aérienne au monde, plus de 1000 avions, on peut donc dire qu'ils connaissent bien leur sujet, et ils ne sont pas particulièrement complaisant avec les chinois puisqu'ils sont basés en ...Californie, et non en Chine !
Par ailleurs, si la capacité de l'avion est indéniable, ce ne sera jamais un très bon cargo, car l'entretoise entre le pont principal et le pont supérieur est structurale, donc ne peut pas être retirée, pas possible donc d'emporter des charges volumineuses dans cet appareil comme dans un Ant 124 par exemple.. Quant au système de chargement du pont supérieur, rien n'a encore été développé pour cela. ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Fedex - numéro un du fret aérien mondial- qui avait commandé un batch d'A380 cargos a annulé sa commande. Airbus qui avait un temps prévu une version cargo en a également arrêté la commercialisation et le développement.
Quant à la durée de l'amortissement de l'avion elle n'a rien à voir avec son prix et il est en général sur la même durée que tous les autres avions, et dépend des règles comptables de la compagnie qui l'exploite.
Si vous voulez parler du retour sur investissements, le prix e vente de tout avion - A380 compris - calculé par le constructeur dépends de sa capacité et de ses coûts d'exploitation; le retour sur investissement est en général à peu près le même quelque soit l'avion, mais dépends surtout de la structure de coûts de la compagnie.
En espèrant avoir fait avancer le débat...
Réponse de le 18/06/2013 à 20:10 :
ILFC a bien son siège en Californie. Mais son propriétaire, l'assureur AIG, l'a cédé en 2012 à des fonds d'investissement chinois. Cela dit, les Chinois ne sont pas près de produire un gros porteur pouvant rivaliser avec l'A380. Et quand ils le seront, il faudra qu'ils prouvent qu'il est plus fiable et plus sûr que leur TGV... Quant à l'A380, il n'a effectivement aucun avenir en version cargo, en tout cas pour l'instant.
a écrit le 18/06/2013 à 15:26 :
Il est trop tot pour le dire.

Par ailleurs les critiques sur l'A380 sont un pur chauvinisme US.

L'A380 remplace le 747... il lui faudrait une bonne vraie version Cargo.... Pour le reste il rempli ses promesses après depuis longtemps on se pose de questions sur le marché des super Jumbo.
a écrit le 18/06/2013 à 11:58 :
Ce jumbo a montré des fragilités et des fatigues de matériaux dans les ailes après bien peu d'heures de vol. Qui prendra le risque de l'exploiter d'occasion dans 15 ans? Il est vraiment impossible de le dire aujourd'hui.
a écrit le 18/06/2013 à 10:48 :
Pauvre C-Series, ils sont vraiment dans une mauvaise passe...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :