PDG de Thales : deuxième report du conseil d'administration

 |   |  393  mots
Le groupe Thales attend son PDG
Le groupe Thales attend son PDG (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Un conseil d'administration du groupe électronique devrait finalement se réunir jeudi matin pour entériner ou pas un accord entre l'Etat et Dassault sur la succession de Jean-Bernard Lévy.

Les salariés de Thales attendront encore un petit peu... Le conseil d'administration, qui devait initialement se tenir ce lundi puis mercredi pour entériner un accord entre l'Etat et Dassault Aviation sur la nomination du futur PDG du groupe électronique, aurait été décalé à jeudi matin, selon nos informations. Une nouvelle date pour tenir compte des agendas de tous les administrateurs. Si un accord n'était pas trouvé d'ici là, le secrétaire général Philippe Logak pourrait assurer l'intérim.

Initialement prévu lundi, la réunion du conseil a dû être reportée. Le président statutaire successif de Dassault, Charles Edelstenne, le bras droit de Serge Dassault et l'homme le plus influent de la maison Dassault, n'est rentré que dimanche de Cuba où il avait pris quelques jours de vacances, selon des sources concordantes. Une manière de dire à l'Etat que Dassault restait maître du calendrier. D'autant que l'avionneur a très peu goûté d'apprendre par la presse la nomination de Jean-Bernard Lévy à la tête de EDF par l'Etat.

Changement de gouvernance?

Les salariés ne sont pas les seuls à attendre. Les trois candidats - deux en interne et un en externe - devront également patienter. En interne, le Breton Pierre-Eric Pommellet (50 ans), directeur général adjoint en charge des systèmes de mission de défense serait le favori de Dassault Aviation. De son côté, Patrice Caine (44 ans), aujourd'hui numéro 2 de facto du groupe en tant que directeur général, en charge des opérations et de la performance, aurait le soutien de l'Etat et de Jean-Bernard Lévy. Enfin, le candidat externe pourrait venir d'Alstom. Aussi bien Jean-Bernard Lévy que l'Association du personnel actionnaire de Thales (APAT) ont fait passer de nombreux messages pour qu'un candidat interne soit nommé. A suivre..

Selon l'agence Reuters, Jean-Bernard Lévy sera remplacé par un tandem constitué d'un président non exécutif choisi en externe et d'un directeur général sélectionné en interne. En 2012, la succession de Luc Vigneron, poussé vers la sortie sur fond de grogne interne chez Thales, avait déjà donné lieu à d'âpres discussions entre l'Etat et Dassault Aviation, pour aboutir juste avant Noël à un consensus, avec le choix de Jean-Bernard Lévy, qui venait de quitter Vivendi six mois plus tôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2014 à 10:37 :
C'est très malin d'assigner le PDG d'une entreprise qui marche et qui emploie 35 000 personnes en France sans même savoir qui va le remplacer... Barvo à notre exécutif! Quel sens des responsabilités!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :