Rafale en Egypte : signature en fin de semaine ?

 |   |  846  mots
(Crédits : reuters.com)
La signature des trois contrats portant sur la vente à l'Égypte de 24 Rafale (Dassault Aviation), d'une frégate FREMM (DCNS) et des missiles (MBDA) devrait avoir lieu en fin de semaine.

La signature des trois contrats portant sur la vente à l'Égypte de 24 Rafale (Dassault Aviation), d'une frégate FREMM (DCNS) et des missiles (MBDA) devrait avoir lieu en fin de semaine, selon des sources concordantes, et son officialisation un peu plus tard si François Hollande souhaitait la mettre en scène. Ce que l'on sait c'est que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a donné son accord de principe en début de semaine sur la proposition française concernant le financement des trois contrats. Des équipements qui feront l'orgueil de la nation égyptienne lors de l'inauguration de l'élargissement du canal de Suez, prévue à l'été 2015.

Un premier accord entre Bercy et la délégation égyptienne

Vendredi la délégation égyptienne était repartie avec en poche un accord pour la vente de 24 Rafale, dont six exemplaires pourrait être prélevés sur la flotte de l'armée de l'air, d'une frégate multi-missions FREMM - et non plus deux comme prévues initialement - et des missiles pour les deux plateformes pour un montant d'environ 5,6 milliards d'euros : 3,5 milliards pour les avions de combat fabriqués par Dassault Aviation, 1 milliard pour le navire de guerre (achat, formation, maintien en condition opérationnel) et 1,1 milliard pour les missiles (Mica, Scalp Naval...). La France va fournir au Caire la frégate Normandie, la deuxième FREMM de lutte anti-sous-marine qui était destinée à la Marine nationale et qui est en train d'effectuer les dernières mises au point de son système de combat. Des modifications sont prévues pour la livrer à la marine égyptienne.

Ce qui posait question dans les négociations, c'était surtout le financement de la transaction. Finalement Paris a consenti beaucoup d'efforts pour séduire Le Caire et faciliter cette opération. Sous pression en raison d'une loi de programmation militaire qui prévoit la vente à l'export des Rafale et des FREMM pour sa bonne exécution financière, la France propose donc de prendre à sa charge 60% du crédit acheteur, le reste étant pris par un pool bancaire, notamment le Crédit Agricole. En outre, l'acompte sera payé à 50 % par l'Egypte et à 50 % par les banques.

Le film des négociations

L'affaire commence à se nouer en septembre quand l'Egypte exprime un intérêt pour le Rafale lors de la visite mi-septembre au Caire de Jean-Yves Le Drian. Une demande qui n'était pas nouvelle. Déjà au début de l'été 2011 avant les élections législatives prévues en fin d'année, les militaires égyptiens avaient déjà adressé à Paris une "expression d'intérêt" pour 12 à 20 Rafale. Paris est alors très embarrassé et Dassault Aviation pas intéressé. Pour autant, Paris commence à discuter avec Le Caire pour comprendre le besoin des militaires égyptiens. Des pilotes égyptiens essaieront même le Rafale. Mais cela n'ira pas plus loin.

L'opération prend vraiment tournure lors de la visite d'Abdel Fattah al-Sissi à Paris fin novembre. Le président égyptien confirme à François Hollande son intérêt pour le Rafale et pour également deux frégates FREMM. Le Caire veut effectivement acquérir des frégates multi-missions très rapidement. Livrer rapidement une FREMM, cela tombe plutôt bien. La France est prête à lui fournir la Normandie, la deuxième FREMM de lutte anti-sous-marine destinée à la Marine nationale. DCNS a déjà conclu en un temps record (six mois) un contrat portant sur la vente de quatre corvettes de type Gowind.

Des visites fréquentes au Caire et à Paris

Quinze jours environ après la visite à Paris du président Abdel Fattah al-Sissi, une délégation de très haut niveau d'une quinzaine de militaires égyptiens de l'armée de l'air et de la marine, arrivent le 10 décembre en France en vue de discuter avec Dassault Aviation et le groupe naval DCNS. La délégation égyptienne doit rester une dizaine de jours en France avec comme objectif de conclure avant de rentrer au Caire. Mais les négociations butent finalement sur le financement de l'opération. "Il y a un écart très (trop ?) important entre la volonté politique et Bercy qui reste très frileux", expliquait-on alors à La Tribune.

Mais les fils ne sont pas rompus entre Paris et Le Caire même si beaucoup d'observateurs ne croient toujours pas à cette opération. Mais finalement, tout s'accélère mi-janvier quand une délégation du Trésor se rend au Caire pour évaluer les garanties de l'Égypte en cas d'un accord avec les industriels français. Et visiblement les Égyptiens répondent positivement aux questions et surtout aux attentes de la délégation française. Parallèlement, les PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, de DCNS, Hervé Guillou, et du missilier MBDA, Antoine Bouvier, sont le 16 janvier au Caire pour faire avancer un accord avec l'Égypte, voire finaliser les négociations, selon des sources concordantes. Ce ne sera pas le cas mais les deux pays ont la volonté de conclure. Ce qui pourrait être le cas très prochainement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2015 à 20:22 :
Plus de Rafale pour l'Inde, hélas…. ils vont probablement acheter des chasseurs russes…. en faisant de l'arnaque avec les Mistral pour la Russie Hollande a raté le coche indien royalement….
a écrit le 14/02/2015 à 19:28 :
C’est même plus croustillant que cela.
D’après ce qu'on peut lire dans la presse (mais que M. Cabirol a eu le suprême souci d'omettre dans son article), la France garantit 60% de la commande (sur les 5.8 Md€, cela fait donc 3.5). Un acompte (manque le %, disons 20%) payé moitié par l’Egypte, moitié par les banques (Crédit à Bricoles ??). Le restant, toujours des banques françaises emmenées par le CA.

Donc j’en comprends que le rusé égyptien obtient immédiatement une FREMM (que l’on enlève à la marine) et 20 avions de combat dernier cri (bon j’espère que ceux là, on ne les enlève pas à l’armée de l’air, sinon le prince Albert va avoir des vues sur les terres dont son royaume a été dépossédé par le grand Charles en son temps).

Tout cela pour 10% du prix soit 580 millions €. Le reste, c’est rien, c’est de la dette , du vent. Rappelez vous ce qu’il advint de la dette irakienne envers la France lorsque les USA ont libéré ce bon peuple : on l’a eu dans le baba.

Donc ok Dassault va fabriquer des avions (toujours avec l’argent du contribuable, que c’est beau l’économie libérale). Mais les marins ont perdu un bateau.

Bref, la France a payé l'Egypte pour lui vendre des Rafale. Avec l'argent du contribuable. Cocorico !
Réponse de le 14/02/2015 à 22:16 :
Une analyse à laquelle j'apposerai aussi ma signature, bravo !
Réponse de le 15/02/2015 à 9:28 :
eh oui si désormais l'Etat français en faire de même on va se retrouver vite dans la même condition que l'Ukraine : en totale faillite !!
Réponse de le 15/02/2015 à 10:23 :
Ce qui importe c'est que cette vente sert actuellement de vitrine internationale sur l'armement français.

L'autre importance c'est que la France prend la place des États Unis en influence en Égypte un pays hautement stratégique dans cette région du monde grâce au Canal de Suez.
Réponse de le 15/02/2015 à 13:43 :
vous verrez que nous, payeurs d’impôts français, devront payer aussi les indiens pour l'achat des Rafales.Il y aura forcement un montage financier alambiqué où Mr Cabirol n'y verra que du feu mais au final c'est nous qui seront volés pour que les usines Dassault tournent.
Et si vous allez manifester, les lois "anti terroristes" de Mr Valls sont déjà prêtes.
Réponse de le 15/02/2015 à 21:39 :
Beaucoup d'aneries ci dessus.
Une garantie , meme de 60% ,ne signifie pas que le contribuable français paie. Une garantie n'est pas un pret. C'est l'Egypte qui en fait va verser des honoraires au "contribuable" via la COFACE, car une garantie n 'est jamais gratuite.
Quand aux banques qui vont financer elle 50% de l'achat et de l'acompte , ce sont des entreprises privées qui n'appartiennent pas au gouvernement et ne sont pas financées avec l'argent du contribuable....
Enfin pour la part que l'Egypte devra payer , fouillez un peu dans la presse un peu informée, celle que vous ne lisez probablement pas , et vous apprendrez que ce sont les pays du GCC avec au premier plan les Emirats qui vont financer cet achat, exactement comme l'Arabie Séoudite vient de financer 3 milliards de vente d'armement français a l'armée libanaise
Réponse de le 17/02/2015 à 15:01 :
La France n'a pas réussit à vendre les Rafale à l'Egypte, il s'agit d'un accord entre les Saoudiens et les Emirs et al-Sissi, les USA et Israel ont eux aussi donné leurs feux verts.
Par contre, la France a perdu une vente de loin plus intéressante pour l'Inde qui vient de laisser tomber les Rafales (on parle que l'Etat indien pense à les remplacer par des Sukhoi russes).

Vendre 24 chasseurs dont on finance une partie c'est de loin plus dérisoire que d'avoir vendu 123, n'est-ce pas ? pas de quoi se pavaner…
a écrit le 14/02/2015 à 11:31 :
Ils sont fous ces égyptiens. C'est un peu comme si un smicard en France acheté une ROLLS ROYCE. Il y d'autres avions moins coûteux à l'achat et à l'entretien. Ils sont très mal conseillés.
a écrit le 13/02/2015 à 22:23 :
Les Mirages 2000 livrés à l'Egypte il y a quelques années ont été payés par nous à hauteur de 50%, par abandon de dette! L'Egypte n'ayant pas un sou, le même sort risque d'être réservé aux Rafales! pour faire semblant l'État français va payer les Rafales à l'Egypte mais avec l'Inde ce sera un autre son de cloche, les Indiens considèrent le Rafale trop cher et penchent plutôt pour le Su-3OMKI de fabrication russe.
a écrit le 13/02/2015 à 10:10 :
on ferait n'importe quoi pour les vendre mais maintenant qui va les payer, ce pays est ruiné. Je pense que dans mes impôts je vais payer une partie des pièces de l'avion. Les veaux se réjouissent de cette vente mais quand leurs impôts vont une nouvelle fois augmenter ils vont râler comme d'habitude. C'est vrai qu'il faut des rafales pour survoler le désert ou surveiller les pyramides. Enfin, la frégate pourra être utilisée pour la pêche au gros. Et l'entretien de toutes ces machines, c'est la France qui va encore payer. Bravo hollande vous êtes le roi de l'enfumage, vous avez raison on est des moutons prêts à être tondus.
Réponse de le 13/02/2015 à 22:13 :
Toi le jour ou les caves voleront tu seras chef d'escadrille,allez a la niche !
a écrit le 13/02/2015 à 8:19 :
Voilà M Cabirol, c'est fait.
Il suffit d'attendre un "peu"! o:)
Réponse de le 13/02/2015 à 10:15 :
vous avez raison on c'est fait enfler comme d'habitude ce pays n'a pas un sou c'est nous qui allons les payer, vous peut être pas si vous ne payez pas d'impôts.
a écrit le 12/02/2015 à 22:50 :
voilà, un article sur le site sputniknews
"Rafale: l'Inde pourrait renoncer au profit des Su-30 russes"
a écrit le 12/02/2015 à 10:24 :
si il y a signature les "anti rafale "vont bien pouvoir la ferme ^^
a écrit le 11/02/2015 à 19:24 :
On pourrait savoir qui a commandé une FREMM dont on n'a pas besoin ?
Réponse de le 11/02/2015 à 21:12 :
Le besoin est là, c'est la volonté de l'Égypte d'avoir tout de suite un naivre qui pousse la France à fournir le sien, certainement compensé par la construction d'un nouveau lui pour la marine.
Ou bien, c'est que l'on saisit l'opportunité de vendre un navire et de réduire la flotte...
Mais avec un domaine maritime extrêmement grand, la France à le besoin de navire si elle veut protéger ses eaux territoriales et ses ressources maritimes (ce qui est impossible en l'état actuel, voir les articles sur la violation de l'espace maritime français par des pécheurs chinois, japonais et autres dans le pacifique). Ou encore pour le simple fait de faire respecter les règles aux navires marchands dans les eaux françaises (dégazage abusif...).
Conclusion: le besoin est là, les moyens pour y répondre non.
Réponse de le 12/02/2015 à 10:10 :
On en a besoin, on en a même tellement besoin... mais livrer celle en fin de production aux Egyptiens permet donc de décaller l'achat de la notre, décaller la dépense et donc soulager un budget sur lequel il manquait déja 3 milliards avant que Mr Hollande ne décide de maintenir 7500 postes en plus sans les financer...

Et pour le reste la Marine prolongera à prix d'or une vieille frégate anti aérienne technologiquement dépassée.
Réponse de le 12/02/2015 à 16:58 :
J'ai du mal à croire que l'utilité d'une FREMM soit la chasse au pêcheur et au pollueur !
a écrit le 11/02/2015 à 18:18 :
Où sont passés les Mirage livrés à Sadam ou à Khadafi ? La gauche arme les dictateurs , touche des rétro et ruine la France en vendant les équipements militaires de nos armées !
Réponse de le 11/02/2015 à 18:34 :
La gauche n'a juste réussit la ou la droite n'a jamais réussit

Celui qui ruine la France c'est dassaut
Réponse de le 11/02/2015 à 21:14 :
Faire rentrer des devises pour financer les Opex, pour faire travailler l'industrie française, pour rentabiliser des programmes militaires couteux, pour financer les futurs programmes, certains penseront que ce n'est pas de la ruine.
Les politiques essayent de rentabiliser nos investissements passés.
Réponse de le 11/02/2015 à 22:01 :
Commencez par écrire en français et ensuite vous pourrez aligner vos inepties
Réponse de le 13/02/2015 à 10:13 :
ce pays est ruiné vous parlez de devises, je pense qu'il faut parler de paiement en dattes ou en figues. Ce sont nos impôts qui vont payer ces avions mais on a toujours le droit d'être des bisounours.
a écrit le 11/02/2015 à 18:16 :
On a besoin d'une Egypte forte politiquement, militairement et économiquement. C'est nécessaire à la stabilité de la région.
Réponse de le 13/02/2015 à 10:17 :
votre analyse géopolitique me fait tomber les bras. C'est avec les rafales que les dirigeants vont mettre de l'ordre dans leur pays. Pas mal cette analyse!
Réponse de le 15/02/2015 à 21:43 :
oui, en commencant par bombarder les groupes islamistes dans le Sinai et en lybie , ce que les égyptiens ne peuvent faire avec leurs F16 car les américains les en empechent. remontez les bras
a écrit le 11/02/2015 à 17:57 :
Bravo à la France qui gagne
Rien ne sert de sortir les gros bras et faire le keke comme NS
et n'en déplaise à la droite bobar c'est la gauche qui aura réussit à recaser les boulets de dassault le plus grand assisté de France et qui vit uniquement grâce au contribuable français mais qui lui estime qu'il paye trop d'impôt

Bref bravo Hollande
Réponse de le 11/02/2015 à 18:50 :
La gauche aura réussie quelques belles ventes et on ne peut que les féliciter. C'est bien pour eux, pour la France...
En revanche, 70% du CA de Dassaut Aviation vient des ventes civiles (avions, logicielles etc). Autrement dit, une entreprise comme une autre où l'Etat n'intervient pas directement (achats d'avions de chasse etc). Hormis quelques Falcon à des fins ministérielles.
Réponse de le 11/02/2015 à 21:15 :
Dassault ne vie certainement pas du contribuable mais de la qualité de ses produits civils et logiciels.
Réponse de le 12/02/2015 à 8:35 :
Dassault Aviation et Thalès sont avant tout des B.E. géniaux, certainement les meilleurs au monde.
Réponse de le 13/02/2015 à 10:04 :
revoyez vos classiques, si toutefois vous en avez, chaque programme de chez Dassault est subventionné par nos impôts jusqu'à hauteur de 50% C'est-à-dire avec l'argent de nos impôts, mais vous vous n'en payez sûrement pas.
a écrit le 11/02/2015 à 17:54 :
Ce que je vois c'est que c'est grâce à la gauche que finalement on peut réussir à vendre les boulets de dassault
Le plus grand dénigreur de la France et le plus grand assisté de France
Bravo hollande moins visible mais plus efficace .... N'en déplaise à la droite bobar
Réponse de le 11/02/2015 à 19:55 :
Avec un commentaire pareil, on ne sait pas si c'est Rafale le boulet.
Réponse de le 11/02/2015 à 20:18 :
Franchement, rien à voir avec la droite ou la gauche. C'est grâce au MinDef qui a fait son boulot de MinDef, point barre.
Réponse de le 11/02/2015 à 22:21 :
Quand on ne connaît pas le sujet, on s'abstient. Dassault Aviation vend essentiellement des avions civils (70% du CA) et sans aucune aide de l'état. Concernant les avions militaires, le Rafale est certainement le meilleur avion du monde, et notre armée en a besoin. Ne pas le faire fabriquer par des ingénieurs, techniciens et ouvriers français reviendraient à demander aux contribuables de payer un autre avion sans les emplois en France. Arrêtons donc de critiquer les grandes entreprises qui créent de l'emploi en France.
Réponse de le 13/02/2015 à 10:22 :
ok pour l'emploi en France mais offrir des avions aux pays qui sont incapables de les payer c'est quand même risible. Donc c'est bien la double peine. Je suis heureux d'offrir à l'Égypte un peu de mon argent payé par mes impôts. Alors les grandes phrases d'accord mais restons lucide. Je sais que le coq a toujours les pieds dans la mer..
a écrit le 11/02/2015 à 17:38 :
Le pays des pyramides veut que nous lui fournissions avions et bateaux sans bourse déliée. Ils seraient financés en totalité à taux bas que les pays refinançerait indéfiniment en ne payant que les intérêts, c'est à dire rien. Compte tenu du potentiel de croissance qui est le sien une telle opération est parfaitement réalisable sur le papier. Mais ce type d'avions est en fin de vie non pas technologique mais stratégique, notre pays veut donc en tirer quelques subsides directement autre que le seul avantage de la paie des ingénieurs. Il nous faut au moins 30% sur les fonds du pays ou par son propre financement. Et puis quoi ? De quoi aurions nous l'air sir nous donnions nos avions quasi gratuitement ? Nous serions aux ordres, tel un fournisseur, de clients qui n'auraient rien payé. D'autant que le risque est grand : il n'est rien de moins certain que l'on ne trouve ces avions dans les mains de futurs ennemis. Oh que les choses ont changé, elles sont devenues compliquées.
Réponse de le 12/02/2015 à 10:22 :
Vous serez bien bons de nous expliquer pourquoi ce genre d'avions est en fin de vie hein?

Ah oui et les fonds sont prêtés pour l'essentiel par l'Arabie Saoudite et que le Qatar à l'Egypte. Ou est le problème ?
a écrit le 11/02/2015 à 15:54 :
Scalp naval pour la FREMM et Scalp/EG pour les Rafales ?
Réponse de le 11/02/2015 à 22:57 :
Mais non vous ne révez pas Sed,
le Scalp est également aujourd'hui un MdCN (Missile de Croisière Naval) lancé depuis les FREMM avec des silos verticaux "Sylver A-70".

Les MdCN pourront aussi être tirés par les futurs SNA de la classe "Suffren".

Sans oublier que le Scalp EG/Storm Shadow ( au RU ) est à l'origine un missile de croisière air-sol qui équipe aussi les Rafale :-) !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :