Rafale et frégate FREMM : l'accord que la France a proposé à l'Egypte

 |   |  935  mots
L'Egypte va très certainement s'offrir 24 Rafale et une frégate multimissions FREMM
L'Egypte va très certainement s'offrir 24 Rafale et une frégate multimissions FREMM (Crédits : reuters.com)
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a entre ses mains la proposition détaillée de la France pour la vente de 24 Rafale et d'une frégate multimissions pour environ 4,5 milliards d'euros.

Comme La Tribune l'avait révélé mi-janvier, un accord est maintenant très proche entre la France et l'Egypte. Paris a proposé ce vendredi un accord à la délégation égyptienne de haut niveau venue à Paris depuis le début de la semaine pour négocier la vente de Rafale et de frégate FREMM. Repartie au Caire avec un accord conclu avec le Trésor, la délégation va le proposer au président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, qui doit statuer très rapidement.

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, affirme samedi dans "Le Figaro" que l'avionneur est en passe de "réussir le premier contrat export du Rafale", l'avion français de combat. "Quand la température monte, je reste très prudent. Je peux juste dire que nous sommes proches de réussir le premier contrat export du Rafale", confie Eric Trappier au "Figaro Economie", sans nommer le pays acquéreur potentiel.

"Nous avons plusieurs prospects au Moyen-Orient qui sont très actifs. En Egypte, il reste encore plusieurs étapes à franchir. Nous menons un travail de fond avec l'Inde dans un dossier très complexe en termes de montage industriel. Et nous avons des campagnes Rafale plus lointaines, y compris en Europe", déclare le PDG de Dassault Aviation.

Que propose précisément la France à l'Egypte ?

La délégation égyptienne est donc repartie avec en poche un accord pour la vente de 24 Rafale, dont six exemplaires pourrait être prélevés sur la flotte de l'armée de l'air, et d'une frégate multi-missions FREMM - et non plus deux comme prévues initialement - pour un montant d'environ 4,5 milliards d'euros : 3,5 milliards pour les avions de combat fabriqués par Dassault Aviation et 1 milliard pour le navire de guerre (achat, formation, maintien en condition opérationnel). La France va fournir au Caire la frégate Normandie, la deuxième FREMM de lutte anti-sous-marine qui était destinée à la Marine nationale et qui est en train d'effectuer les dernières mises au point de son système de combat. Des modifications sont prévues pour la livrer à la marine égyptienne.

Ce qui posait question dans les négociations, c'était surtout le financement de la transaction. Finalement Paris a consenti beaucoup d'efforts pour séduire Le Caire et faciliter cette opération. Sous pression en raison d'une loi de programmation militaire qui prévoit la vente à l'export des Rafale et des FREMM pour sa bonne exécution financière, la France propose donc de prendre à sa charge 60% du crédit acheteur, le reste étant pris par un pool bancaire, notamment le Crédit Agricole. En outre, l'acompte sera payé à 50 % par l'Egypte et à 50 % par les banques.

Le film des négociations

L'affaire commence à se nouer en septembre quand l'Egypte exprime un intérêt pour le Rafale lors de la visite mi-septembre au Caire de Jean-Yves Le Drian. Une demande qui n'était pas nouvelle. Déjà au début de l'été 2011 avant les élections législatives prévues en fin d'année, les militaires égyptiens avaient déjà adressé à Paris une "expression d'intérêt" pour 12 à 20 Rafale. Paris est alors très embarrassé et Dassault Aviation pas intéressé. Pour autant, Paris commence à discuter avec Le Caire pour comprendre le besoin des militaires égyptiens. Des pilotes égyptiens essaieront même le Rafale. Mais cela n'ira pas plus loin.

L'opération prend vraiment tournure lors de la visite d'Abdel Fattah al-Sissi à Paris fin novembre. Le président égyptien confirme à François Hollande son intérêt pour le Rafale et pour également deux frégates FREMM. Le Caire veut effectivement acquérir des frégates multi-missions très rapidement. Livrer rapidement une FREMM, cela tombe plutôt bien. La France est prête à lui fournir la Normandie, la deuxième FREMM de lutte anti-sous-marine destinée à la Marine nationale. DCNS a déjà conclu en un temps record (six mois) un contrat portant sur la vente de quatre corvettes de type Gowind.

Des visites fréquentes au Caire et à Paris

Quinze jours environ après la visite à Paris du président Abdel Fattah al-Sissi, une délégation de très haut niveau d'une quinzaine de militaires égyptiens de l'armée de l'air et de la marine, arrivent le 10 décembre en France en vue de discuter avec Dassault Aviation et le groupe naval DCNS. La délégation égyptienne doit rester une dizaine de jours en France avec comme objectif de conclure avant de rentrer au Caire. Mais les négociations butent finalement sur le financement de l'opération. "Il y a un écart très (trop ?) important entre la volonté politique et Bercy qui reste très frileux", expliquait-on alors à La Tribune.

Mais les fils ne sont pas rompus entre Paris et Le Caire même si beaucoup d'observateurs ne croient toujours pas à cette opération. Mais finalement, tout s'accélère mi-janvier quand une délégation du Trésor se rend au Caire pour évaluer les garanties de l'Égypte en cas d'un accord avec les industriels français. Et visiblement les Égyptiens répondent positivement aux questions et surtout aux attentes de la délégation française. Parallèlement, les PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, de DCNS, Hervé Guillou, et du missilier MBDA, Antoine Bouvier, sont le 16 janvier au Caire pour faire avancer un accord avec l'Égypte, voire finaliser les négociations, selon des sources concordantes. Ce ne sera pas le cas mais les deux pays ont la volonté de conclure. Ce qui pourrait être le cas très prochainement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2015 à 18:10 :
Des chars Leclerc vendu à l’Arabie Saoudite depuis quand ?

L’Égypte est un pays stratégique, le canal de suez est vital pour le commerce international.
Le canal de suez permettra à l’Égypte de payer son armement français.
a écrit le 09/02/2015 à 15:55 :
Si je comprend bien:on vend les Rafales et on les paie (grosso-modo).On a pas parlé de l'entretient:aux frais de la République,je suppose?.Ca m'a tout l'air d'un contrat comme celui des "chars Leclerc a l'Arabie Saoudite" qui coutent plus qu'ils ne rapportent.
a écrit le 08/02/2015 à 20:07 :
je pense que l'on ne devrait pas parler dans les médias de la vente de nos rafales et qu'il faudrait garder le secret jusqu'à la vente définitive !!! Nous sommes arrogants et quelquefois inconséquents ! d'ailleurs nos concurrents sont très discrets et pragmatiques et il n'y a pas de fanfaronnades!!!!!!
Réponse de le 16/02/2015 à 17:51 :
Quelle piètre image de vous avez de "nous".
Les effet d'annonce ne sont pas une spécificité française, en parler n'est pas de l'arrogance, et selon moi cette article reste modéré dans ses propos et ne crie pas victoire.
Pourquoi toujours voir le mal partout même lorsqu'il n'y est pas?
Et je vous invite à lire des médias étrangers pour constater que les comportement des politiques et industriels relayé par les journaux sont sensiblement les même. Conclusion, il serait souhaitable d'arrêter de faire de l'autoflagellation tout le temps, surtout quand il n'y a rien à dire dans le cas présent.
a écrit le 08/02/2015 à 18:48 :
"une loi de programmation militaire qui prévoit la vente à l'export des Rafale"
Ça veut dire que vendre des Rafale est "obligatoire", programmé, même si personne ne se décide (y penser, l'admirer ne suffit pas) ? Pour l'instant, zéro vente depuis son existence, à part à notre Armée. Ils ont forts nos prévisionnistes programmatiques, l'écrire fera peut-être réaliser l'opération ?
Je vais mettre sur une feuille "Gagner au Loto", ça devrait m'aider. :-)
Réponse de le 08/02/2015 à 23:24 :
Le principe d'un budget est qu'on y inscrit des recettes qu'on n'a pas encore réalisé mais que l'on estime que l'on va réaliser. certains devraient peut être réfléchir un peu plus au fonctionnement des institutions qu'ils critiquent avant de poster.…
a écrit le 08/02/2015 à 15:11 :
Les USA sont plutôt discréidités dans la région , Arabie Saoudite en premier le côté ami-ami
avec les Chïtes d' Iran...après il y a le matériel vieillissant ( F16-18 )pas question du F35 ,
Israël ne comprendrait pas .Une fenêtre s'ouvre , il faut en profiter.Pour le financement les monarchies sont là et Daeshe aussi , ce qui pousse à ne pas trop réfléchir .
a écrit le 08/02/2015 à 11:31 :
En gros ils achètent a crédit (normal) mais c'est nous (con-tribuable) qu'on paye (cool)
Réponse de le 16/02/2015 à 17:56 :
En gros, le contribuable ne paye pas plus que ce qu'il devait payé.
Ensuite nous payons déjà avec des crédits.
De plus, ce ne sont que des garanties qu'offre les banques et l'État, des garanties pour payer des biens manufacturiers fabriqués en France donc qui fournissent de l'emploi et participent à notre économie.
Enfin, en cas de défaut de paiement, et bien il seront réutilisés par l'armée moyennant des changements techniques car des rafales et des frégates sont encore en commande, ou on tentera de les revendre autre part.
Dans tous les cas nous ne sommes pas perdants.
a écrit le 07/02/2015 à 21:58 :
Un prêt sur 50 ans (l'autre jour un article disait que les Brésiliens mettraient 1000 ans à payer leur stade).
Si plusieurs pays en achètent, comment vont-ils réussir à les fabriquer ? 100 d'un coup, ça fera trop. :-) (heureusement étalés dans le temps)
a écrit le 07/02/2015 à 19:07 :
Si je comprends bien, le contribuable français va donner des avions à l'Egypte, pour que Dassault reste Dassault .
Réponse de le 07/02/2015 à 19:39 :
Avec ce genre de raisonnement, les États-Unis avec l'argent du contribuable américain n'aideraient pas Israël et l’Égypte à acheter des l’armement américain.
Et le plan Marshall c'était quoi si ce n'était de l'argent du contribuable américain qui a in fine profiter à l'économie américaine.
Ça la diplomatie du chéquier.
Concernant le Rafale qui est un excellent appareil, il faut sortir de la perpétuelle spirale de l'échec et donc le vendre au rabais pour qu'il est enfin un premier client export. Quitte à se rattraper avec les ventes suivantes.
Réponse de le 07/02/2015 à 20:43 :
non vous n'avez rien compris
Réponse de le 07/02/2015 à 22:30 :
Le programme rafale coûte 45 milliards d'euros. Il est prévu à terme d'avoir 180 appareils, on tombe donc dans les 250 millions d'euros pas avion.
(Quand je pense que les grecs nous en on détruit 2 d'un coup...).
Alors tout ce qu'on peut vendre est bienvenu.
Réponse de le 08/02/2015 à 12:18 :
Si l'Egypte utilise des rafales en Lybie ça nous évitera de le faire, don c ça reste une bonne affaire.
Réponse de le 16/02/2015 à 18:01 :
D'une part, Dassault n'a pas besoin des ventes de rafales pour vivre, sont chiffre d'affaire viens principalement de la vente de Falcon et de Dassault Software. Donc éviter les déclarations fausses comme quoi c'est tout cela pour Dassault, c'est un non sens.
La vente de Rafale permet de financer le budget de l'armée principalement, car le Rafale appartient à l'État français, et c'est pour cela que c'est l'État français qui le vend et non Dassault. Et c'est pour cela que la vente rentre dans la programmation budgétaire de l'armée.
a écrit le 07/02/2015 à 18:46 :
encore un coccorico de meur CABIROL L EGYPTE est un pays insolvable personne ne vents des armes acette nation seuf la FRANCE au frais du contribuable comme auparavant a la GRECE
Réponse de le 09/02/2015 à 0:40 :
@al 01 : personne ne vend des armes à l’Égypte? A l'exception des États-Unis et de la Russie, je suis d'accord avec vous...
a écrit le 07/02/2015 à 18:30 :
On sait que des technologies américaines par différentes voies ont permis à la France en qualité de gagnant de la seconde guerre mondiale et au regard des préjudices subis, d'entretenir l'illusion d'une armée indépendante. Toutefois l'accord obligeait notre pays à un accord pour l'exportation de ces technologies. En réalité nous ne pouvions vendre que sur des marchés pour lesquels les américains étaient brûlés ou d'autres comme celui indien qui se targuaient lui même de fausse indépendance. Par le même canal à plusieurs bandes des savoirs faire étaient passés à Israêl qui comme l'on sait combattait.... combattait. Tout cela jusqu'en 2004 date à laquelle ce grand cartel -c'est le nom- s'est trouvé caduc. A cette date tous pouvaient jouer personnel, les américains bénéficiant d'un avantage ainsi acquis. Ils ont empêché durant quelques années la vente d'avions français jusqu'à ce nous réclamions une réciprocité (de part de marchés commerciaux) à l'organisation du commerce mondial. Depuis les ventes se débloquent. Elles correspondent aussi à une volonté de Dassault de valoriser au maximum sa société avant de la vendre à l'état ou proche. Un trafic un peu flou. Sur le plan de la technologie indiqué plus haut il est peu pertinent d'affirmer que Dassault aurait été dominé par les américains. Il a simplement été fait le constat qu'en la matière il était plus rentable que les recherches soient coordonnées et que les découvertes soient partagées pour le profit de tous, c'est le principe du cartel. L'état bien entendu n'était et n'est pas étranger à la manoeuvre. L'intégration capitalistique à venir de Dassault sur un schéma encore évident mais compliqué par des relations humaines fermera ce passage qui symbolise avec bien d'autres que notre économie n'a jamais été libérale.
Réponse de le 07/02/2015 à 19:22 :
faut arreter la tisane...
a écrit le 07/02/2015 à 14:37 :
L'Egypte compte sur le soutien financier des pays du golf qui eux même sont loins d'être des exemples de démocratie. La France a fait son choix , à bas les droits de l'homme , il faut rentabiliser le Rafal coute que coute. Al Sissi aura plus de matériel pour mater toute opossition. Les militaires au pouvoir " garant de la démocratie" ont toujours voulu s'assurer les moyens matériels de leur ambitions.
Réponse de le 07/02/2015 à 18:03 :
Donc, vous ne voulez pas vendre ni acheter aux pays non démocratique c'est ca? Donc en gros on n'échange plus qu'avec la moitié des pays du monde?
Réponse de le 07/02/2015 à 18:45 :
jamy1 pense que Al Sissi a besoin d'une frégate pour oppresser son peuple? Ou de Rafale?? Très curieux raisonnement. Dans ce genre de situation, les chars, les véhicules blindés, etc. sont plus appropriés et l'Allemgne est là pour répondre à ces besoins...
Réponse de le 07/02/2015 à 20:47 :
et en plus on laisse nos concurrents europeens et americains vendre a notre place a ces pays soi disant non democratiques. Cauchemar .. heureusement nous ne sommes pas si idiots en France
a écrit le 07/02/2015 à 14:04 :
C'est étrange cette façon de crier victoire alors que rien n'est encore signé. Faut dire que chez Dassault, cela fait 20 ans qu'ils attendent cette signature d'une vente du Rafale à l'étranger, alors, ils perdent un peu leur sang froid.
a écrit le 07/02/2015 à 13:47 :
Toujours et toujours, la peau de l'ours.... Malheureux, vous n'avez toujours rien appris ni rien compris ? Montrer son jeu, c'est la meilleure façon de ne pas gagner....
a écrit le 07/02/2015 à 12:37 :
trop cher,trop sophystique pour ces pays il se sont fait payer l hotel et les filles ,mais ils ne prendront pas ce fer a repasser .
Réponse de le 07/02/2015 à 13:49 :
Fer à repasser ? Comme appareil multi-rôle, il est classe n 1 à egalite avec le F 22 Raptor par la documentation NATO.... Vous devriez réviser, avant de dire des sottises....
Réponse de le 07/02/2015 à 13:50 :
@canai
Beaucoup de pays envient ce "fer à repasser", même les Américains, sinon ils ne se battraient pas autant pour lui barre la route.
Réponse de le 07/02/2015 à 15:32 :
On peut penser ce qu'on veut de cet avion sauf de dire que c'est un "fer à repasser", arrêtez d'écrire ce qui vous passe par la tête uniquement pour remplir des lignes !!
Réponse de le 07/02/2015 à 19:42 :
Le fer à repasser d'un point de vu aéronautique c'était plutôt le feu F117.
Réponse de le 07/02/2015 à 21:43 :
L'Egypte fera un choix de raison. Avec ses voisins turbulents, si engagements aériens il y a, ce pays qui faisait déjà confiance à Dassault, il ne faut pas l'oublier, pourra se défendre.
a écrit le 07/02/2015 à 12:08 :
.........La délégation égyptienne est donc repartie avec en poche un accord pour la vente de 24 Rafale................et plein des euros?
Cet délégation égyptienne, est ce qu'ils sont les répresentants d'un gouvernement légal?
Donc en vingt ans un CPI.
a écrit le 07/02/2015 à 11:57 :
Comme prévu initialement est toujours bien !!!!
a écrit le 07/02/2015 à 11:01 :
On a tout intérêt à aider l'Egypte. Ils sont en première ligne face aux islamistes.
Réponse de le 07/02/2015 à 11:56 :
C'est ça ! Avec les islamistes en 2ème ligne .
Réponse de le 08/02/2015 à 11:31 :
oui et c'est une belle démocratie
a écrit le 07/02/2015 à 10:17 :
On déshabille Pierre pour habiller Mohamed.
Réponse de le 07/02/2015 à 14:23 :
@ Toc Vil
Oui et si cela donne du boulot à Roger .
a écrit le 07/02/2015 à 10:14 :
le Drian a décidé de déshabiller Paul pour habiller Mohamed. Rien n'est fait, les anglo saxons ne vont pas aimer.
Il ne s’embarrasse pas apparemment des problèmes de droits de l'homme avec un régime militaire qui est en train de condamner des centaines de gens à la peine de mort sous prétexte d'avoir manifesté sous la bannière frères musulmans, pendant que Mr Hollande nous fait la leçon de morale sur les "agissements" de la Russie de Poutine alors que deux bateaux attendent de lui être livrés.
a écrit le 07/02/2015 à 10:06 :
En 2009, la Grèce s'était endettée pour devenir le quatrième importateur d'armes au monde alors qu'aucun péril militaire ne la menaçait. L’Égypte qui n'a pas le premier dollar fait de même dans ce contrat à 4.5 milliards d'euros. Qui va payer in fine ?
Réponse de le 07/02/2015 à 11:03 :
La Grèce n'a qu'un péril avait la Turquie, qui veut rejoindre l'Europe.
L'Egypte elle doit faire face aux islamistes en Lybie, en Syrie et sur son propre territoire.
Réponse de le 07/02/2015 à 16:53 :
L'Egypte a juste à ses portes le chaos islamiste avec une Lybie sous le point de basculer.... Un Etat islamique bis est en train de naitre. Donc oui quelques Rafales ne seront pas un luxe!
Réponse de le 07/02/2015 à 19:41 :
Les Rafales sont surdimensionnés pour aller bombarder les pick-up d'islamistes.
Des F16 ou des Mirages 2000 d'occasion feraient parfaitement l'affaire.
Réponse de le 08/02/2015 à 4:09 :
Des islamistes qui ont plus que des pick-up. Ils ont des armes dernier cri, d'ailleurs on peut se demander qui les finance.... Nos alliés saoudiens? du Qatar?
Réponse de le 08/02/2015 à 16:36 :
+1.Tout est dit.Le problème n'est pas qui va payer(on le sait)mais combien de commissions les politiques vont ils toucher,en quelle monnaie ,dans quel pays.La Suisse m'inquiète un peu,Singapour peut etre?
a écrit le 07/02/2015 à 9:44 :
encore un cocorico en avance alors que le contrat n'est pas encore signé les anglais et les usa doivent bien rire de nos cocorico anticipés a crier victoire a l'avance on va encore se faire couper l'herbe sous le pied et ils vont encore proposer moins cher et avec un peu plus de batchich messieurs les journalistes surveiller les dossiers mais ne crier pas victoire avant que cela soit signé nos concurents rigolent bien
a écrit le 07/02/2015 à 9:33 :
«même si beaucoup d'observateurs ne croit toujours pas à cette opération. »

Que negligfez vous le plus: la forme ou le fond ?
a écrit le 07/02/2015 à 9:26 :
Excellente nouvelle !
Mr Cabirol, apres avoir longtemps été a la pointe (et seul a donner de bonnes infos) sur ce dossier , vous vous etes un peu fait doubler par vos confrères des Echos ;) .
a écrit le 07/02/2015 à 9:14 :
pourvu que cette vente n'ai pas lieu car ce sont nos impôts qui vont encore payer ces avions.
Réponse de le 07/02/2015 à 9:28 :
non c'est le petrole de l'Arabe Seoudite et des Emirats qui va payer l'essentiel de cett vente.
Réponse de le 07/02/2015 à 12:29 :
Et par ironie les dollars américains, car l'armée égyptienne est avec celle d’Israël la plus aidée financièrement par les États-Unis.
S'agissant de l'Arabie saoudite et des Émirats, leurs capacités financières ont été fortement amoindrie par la baisse des cours du pétrole. D'ailleurs les Émirats préféraient refiler leurs Mirage 2000 à l’Égypte que leurs donner l'argent pour acheter des Rafales.
Réponse de le 07/02/2015 à 14:18 :
@ dollars américains
Une toute petite question , à laquelle tu peux répondre . qui a financé les armes que la France a fournies au Liban .....gagné , tu vois quand tu veux tu peux .Les Wallabites d' Arabie Saoudite ont engendré le monstre de l' hydre ( daesch )et maintenant ils en ont peur , ceux ci n'ont pas l' intention de s' arrêter à l' Irack .....
Réponse de le 07/02/2015 à 20:49 :
bien vu c'est l'Arabie pour 3 milliards de francs
a écrit le 07/02/2015 à 9:05 :
Cet accord s'il se concrétise va servir les intérêts des deux pays: l'Egypte qui veut assurer sa sécurité dans un environnement instable(islamistes en Lybie etc) et la France qui a conçu comme trop souvent un bijou de technologie qu'elle n'a vendu à ce jour qu'à son armée...cela lui permettrait avec cette première vente de faire avancer les négociations en Inde, dans les pays du golfe et éventuellement pourquoi pas sur d'autres continents.
a écrit le 07/02/2015 à 8:45 :
Dan s un premier temps, la COFACE avait refusé de se porter garant d'une grande partie du marché.

Qui les a fait changer d'avis??
a écrit le 07/02/2015 à 8:11 :
On refuse de livrer des Mistral déjà payés à la Russie et on va livrer des Rafales , avec un paiement plutôt douteux, à l'Egypte... Va comprendre !
Réponse de le 07/02/2015 à 19:17 :
Dans les deux cas, c'est au contribuable français à payer .
a écrit le 07/02/2015 à 8:02 :
le contribuable va - t - il payer à terme pour la niéme fois ????
a écrit le 07/02/2015 à 7:44 :
Quand un particulier demande un crédit la banque vérifie sa solvabilité ,au nom de tous les contribuables français il serait souhaitable qu'il en soit de même quand on vend à des pays étrangers.
a écrit le 07/02/2015 à 0:39 :
Pourquoi l’Égypte souhaiterait-elle acquérir des Rafales ? Ce n'est quand même pas pour aller bombarder quelques pick-up de djihadistes ! (possible mais surdimensionné).
En fait l'Égypte veut un avion moderne capable de rivaliser contre les futurs F-35 commandés par Israël. Et ce n'est pas les américains (vendeurs du F-35) qui auraient fourni un tel avion concurrent...
a écrit le 07/02/2015 à 0:22 :
La vache. On se réjouit par ici dites donc. Les leçons de morale planqués, à l' abris, bien au chaud derrière vos écrans, c'est sûr que c'est plus important que de faire vivre plus de 500 PME en France.
Réponse de le 07/02/2015 à 9:13 :
vous par contre vous n'êtes pas derrière votre écran vous êtes en plein dedans. Vous avez éteint votre chauffage pour être bien au froid, pas mal vos leçons! A rire.
Réponse de le 07/02/2015 à 19:23 :
Oui, mais c'est le contribuable français qui paie ces avions donnés à l'Egypte ...
a écrit le 07/02/2015 à 0:04 :
c'est un accord minable et anachronique :
- minable car jamais les égyptiens qui sont dans une grande misère ne pourront payer . La France est budgétairement aux abois et va inscrire une recette fantôme en "donnant" le matériel de notre armée .
-l'Egypte est un pays de misère , d'affamés qui a mieux à faire pour le peuple que d'offrir à ses nababs de militaires des armes sophistiquées qui ne lui serviront qu'à parader .
Réponse de le 07/02/2015 à 9:13 :
Pas faux!!!
Réponse de le 08/02/2015 à 1:24 :
Le problème que l'Egypte achète des armes d'ailleurs non pas moins cher que la France, donc mieux conduire un Renault que les autre marques.
a écrit le 06/02/2015 à 23:52 :
Le gouvernement de ce pays est-il bien recommandable ? Le peuple est-il en de bonnes mains, et ces armes ne vont-elles pas être utilisées contre les populations ?
Réponse de le 07/02/2015 à 0:06 :
Je vous conseiller de relire le déroulement de la révolution égyptienne où dès le début l'armée avait refusée de brutaliser la population et s'était rangée à ses côtés. En Egypte l'institution militaire est très puissance et permet une stabilité politique
a écrit le 06/02/2015 à 23:27 :
mais il me semble que les armements aussi sont inclus
a écrit le 06/02/2015 à 23:19 :
6 Rafalounet prelevé dans l'AA......
C'est vrai que l'on ne sait plus ou les parquer..........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :