La France propose les frégates Jean Bart et Latouche-Tréville à la Grèce

 |  | 503 mots
Lecture 3 min.
La frégate de lutte anti-aérienne Jean Bart pourrait être céder gratuitement à la Grèce, tout comme la frégate de lutte anti-sous-marine Latouche-Tréville.
La frégate de lutte anti-aérienne Jean Bart pourrait être céder gratuitement à la Grèce, tout comme la frégate de lutte anti-sous-marine Latouche-Tréville. (Crédits : Marine nationale)
La France propose de céder gratuitement à la marine grecque deux frégates de premier rang, le "Jean Bart" (lutte anti-aérienne), et le "Latouche-Tréville" (lutte anti-sous-marine). La marine nationale remettra ses deux bâtiments à Naval Group, s'il est sélectionné par la Grèce dans le cadre d'un appel d'offres international.

C'était un véritable casse-tête pour la France pour satisfaire les exigences de la Grèce.  Au-delà de l'achat de quatre frégates neuves et de la modernisation des quatre frégates MEKO de fabrication allemande, le ministre de la Défense grec, qui a lancé un appel d'offres internationale pour rééquiper sa marine, veut par ailleurs rapidement deux navires d'occasion "prêts" et "en bon état, éventuellement mis à niveau". Soit "une solution intermédiaire" en attendant la mise en service des frégates neuves dans sept ou huit ans. Paris a trouvé une solution, qui pourrait satisfaire la Grèce et... ne mécontente pas trop la marine française. C'est dans ce cadre que Naval Group a récemment fait son offre à la Grèce. La ministre des Armées Florence Parly est d'ailleurs attendue jeudi à Athènes.

"Jean Bart" et "Latouche-Tréville" en Grèce ?

La France avait initialement pensé vendre des frégates Lafayette à la Grèce mais cette solution avait un coût opérationnel trop important pour la marine nationale, qui renâclait. Il a également été imaginé un billard à trois bandes entre la France, l'Arabie Saoudite et la Grèce autour des frégates Sawari II. "Trop compliqué", explique-t-on à La Tribune. Et finalement, selon des sources concordantes, la France propose de céder gratuitement à la marine grecque deux frégates de premier rang, le "Jean Bart" (lutte anti-aérienne), et le "Latouche-Tréville" (lutte anti-sous-marine). La marine nationale remettra ses deux bâtiments à Naval Group, s'il est sélectionné par la Grèce.

Admis au service actif en 1990, le "Latouche-Tréville" a mené en février dernier des exercices conjoints en mer du Nord dans le cadre du Standing NATO Maritime Group (SNMG-1). Admis au service actif en 1991 et désarmé début mars, le "Jean Bart" sera remplacé par la frégate multimissions de défense aérienne (FREDA) "Lorraine", qui a été mise à l'eau à Lorient en novembre dernier et sera livrée à la marine en 2022. La marine grecque, qui est allée examiner les deux frégates, a semble-t-il été plutôt agréablement surprise par l'état des deux navires.

Un prix plus attractif

Outre les deux frégates d'occasion offerte, Naval Group propose quatre frégates de défense et d'intervention (FDI), dont trois fabriquées localement par un chantier naval grec. Le groupe naval aurait fait un effort financier pour rendre son offre beaucoup plus attractive que celle refusée en juillet 2020 par la Grèce en raison du prix (2,5 milliards d'euros pour deux frégates armées). D'autant que les FDI proposées cette fois-ci par Naval Group sont exactement les mêmes que celles qu'aura la marine nationale. Résultat, la facture par navire aurait nettement baissé, entre 15% et 20%. Enfin, Naval Group se serait engagé à livrer la deuxième FDI construite à Lorient. Ce qui permettrait d'éviter une trop longue mise au point si cela avait été la première fabriquée par le chantier breton.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2021 à 3:10 :
On gratte les fonds de tiroirs, le declin, n'est plus un mythe. fillon un precurseur....
Réponse de le 24/03/2021 à 11:01 :
Vous avez lu l'article au moins ?
a écrit le 23/03/2021 à 23:15 :
Inflation ? Déflation ? Concurrence ?
a écrit le 23/03/2021 à 15:04 :
pedro68 , ah quand meme, ca existe encore des francais qui reflechissent! vous me rassurez...
a écrit le 23/03/2021 à 11:02 :
On me pas assez de navire pour surveiller les eaux françaises... que l'on les cède! Comme l'autre...! Qui vend notre or au plus mauvais moment et fait la guerre a la Libye sans savoir pourquoi!
Réponse de le 24/03/2021 à 1:28 :
Vous avez vu l'armement et l'age de ces deux fregates?
Des Exocets block 2 et des crotales...
C'est inutilisable dans une confrontation avec Turquie.
Et les FDI en configuration Francaise sont sous armées.

Si vous allez sur les sites grecques, cette proposition est consideree comme un message d'abandon. La proposition neerlandaise semble faire l'unanimitée.
Réponse de le 24/03/2021 à 10:22 :
Quels sont les sites auxquels vous faites référence ?
a écrit le 23/03/2021 à 6:32 :
Euh, et le contribuable français la dedans? Faudrait arrêter les sonneries
Réponse de le 23/03/2021 à 7:59 :
Ces frégates sont cèders pour remporter il un marché - comme le font tous les autres concurrents à la France.. et dont les contribuables payent aussi une part du marché telle est la réalité - pour aider la Grèce à contenir le flot «  émigres venant de Turquie où se cachent parmi eux des djihaddistes...donc ça protège le contribuable français qui n aura pas à ptet des impôts supprimer pour accueillir nourrir ou se protéger encore plus ...
Réponse de le 23/03/2021 à 8:00 :
Ces frégates sont cèders pour remporter il un marché - comme le font tous les autres concurrents à la France.. et dont les contribuables payent aussi une part du marché telle est la réalité - pour aider la Grèce à contenir le flot «  émigres venant de Turquie où se cachent parmi eux des djihaddistes...donc ça protège le contribuable français qui n aura pas à ptet des impôts supprimer pour accueillir nourrir ou se protéger encore plus ...
Réponse de le 23/03/2021 à 8:30 :
Alors laissons ce marché a la concurrence et que des contribuables d'autres pays financent notre protection en aidant les grecs. Faire de l'activité a perte et en plus a crédit, c'est pas pas vraiment utile aux français.
Réponse de le 23/03/2021 à 8:51 :
Ces 2 frégates sont désarmées. Le contribuable français comme vous dites va payer pour les déconstruire. Si cette offre permet de vendre 2 voire 4 frégates FTI, le travail généré et les taxes perçues par l'Etat compenseront largement les coûts de mise à dispo de ces 2 navires plus utilisés par notre marine. Cessons de voir des idiots et des gaspilleurs partout.
Réponse de le 23/03/2021 à 12:14 :
Si le contribuable finance le militaire par ses impôts ( ds le cadre du budget de la défense), le rôle des exportations est primordial pour financer le + en RD qui permet de rester ds le Top 3 ou 4 mondial en matière de haute technologie militaire ( qui inonde de plus de multiples secteurs concernés par la très hte technologie : spatial, aéronautique, naval, optronique, électronique et informatique de pte avec la cyberdefense la cyberattaques...) et se rapprocher de la souveraineté nationale héritée de l'ère gaullienne.
La France n'a pas la puissance industrielle des Teutons où Das Auto est le ppal pourvoyeur de bagnoles HT de gamme de la planète et rapporte des centaines de mds au pays ( à comparer à notre modeste budget militaire de 35 mds...). Et ds le naval, si la France ne fait pas cet effort, ce st les chantiers suédois, hollandais, allemands de très ht niveau militaire qui raflent la mise ( et ss état d'âme citoyen, pour des pays soi disant les plus pacifiques de la planète...)
Réponse de le 23/03/2021 à 17:46 :
Les réactions des lecteurs traduisent bien souvent la perte vertigineuse de crédibilité des responsables politiques et organisationnels de notre pays.Il faut faire du ménage!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :