Terrorisme, espionnage... La sécurité, un marché qui va exploser en France

 |   |  984  mots
Le marché de la sécurité représente déjà 30 milliards d'euros en France et 570 milliards dans le monde
Le marché de la sécurité représente déjà 30 milliards d'euros en France et 570 milliards dans le monde (Crédits : Flickr/Perspecsys Photos. CC License by.)
Le marché de la sécurité va croître de plus de 5% par an d'ici à 2020, selon une étude commandée par les pouvoirs publics. Un marché qui pesait déjà près de 30 milliards d'euros en 2013.

Avec une menace terroriste à "un niveau extrêmement élevé", comme l'a souligné jeudi le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) Louis Gautier, et les menaces d'intrusion informatique, le secteur de la sécurité a de beaux jours devant lui. Il pesait déjà en 2013 près de 30 milliards d'euros, dont 50% des revenus à l'exportation (70% pour les grands groupes) et 300.000 emplois en France dans le secteur marchand, selon une étude des cabinets Décision et Pierre Audoin Consultants pour le compte du SGDSN, de la direction générale des entreprises du ministère de l'Economie (DGE) et du ministère de l'Intérieur. Au niveau mondial, le chiffre d'affaires s'élèverait à 570 milliards d'euros, dont 160 milliards en Europe.

"Dans ce combat (face au terrorisme, ndlr), la mobilisation de chacun est indispensable au salut de tous. La filière des industriels de la sécurité est appelée à occuper une place de premier plan", a estimé le SGDSN, Louis Gautier lors d'une table ronde organisée à l'occasion du salon de la sécurité Milipol, qui se tient actuellement à Paris (17-20 novembre).

De très beaux jours car depuis les attentats de New-York en 2001 le chiffre d'affaires du secteur de la sécurité, regroupé au sein du Comité de la filière industrielle de sécurité (CoFis) n'a cessé de croître, notamment celui de la cybersécurité, en dépit d'un trou passager entre 2008 et 2013. "Face à l'accroissement du nombre des cyberattaques et au risque d'évolution de leur nature pouvant viser potentiellement nos systèmes de sécurité, nous avons également besoin d'améliorer nos moyens de détection, de protection, de cyberdéfense", a d'ailleurs estimé Louis Gautier.

En outre, les pouvoirs publics sont prescripteurs directement ou indirectement de près de la moitié (44 %) de la filière marchande. Une demande qui va aller en s'accroissant compte tenu des enjeux sécuritaires face aux menaces actuelles (terrorisme et cyberterrorisme, cybercriminalité, espionnage...). Les budgets des services publics de sécurité (police, pompiers, justice, douanes...) comptent pour 28 milliards d'euros (650.000 personnes).

"Il faut accélérer le développement de certains projets et intensifier certains investissements afin d'offrir à l'Etat, mais aussi aux entreprises, en particulier à nos opérateurs d'importance vitale, les solutions capacitaires dont ils ont aujourd'hui besoin" a exhorté Louis Gautier.

Une croissance de 5% par an

Pour la période 2013-2020, "sa croissance devrait atteindre 5% par an en moyenne, le secteur restant tiré par la cybersécurité (10,5%) et les produits électroniques, logiciels et système (6%), avec l'émergence de nouveaux produits connectés", a estimé cette étude. La croissance de l'électronique et plus généralement du numérique dans les équipements de sécurité devrait se poursuivre comme par le passé, sans doute même en s'accentuant du fait de l'emprise toujours croissante de l'électronique, de la communication et du numérique sur tous les segments. Le segment le plus porteur est le suivi traçage avec une croissance de plus de 17%. Les services à forte valeur ajoutée (conseil, formation) se distinguent également avec une hausse de 7 à 8 %.

Et un secteur qui croît est un secteur qui embauche. Ainsi, la filière sécurité devrait créer 52.000 nouveaux emplois, dont 12.000 dans la cybersécurité, d'ici à 2020 dans des domaines aussi variés que la lutte contre le terrorisme, la criminalité, l'espionnage, les attaques cybernétiques... Pour autant, entre 2008 et 2013 la filière a perdu entre 15.000 et 20.000 emplois dans le secteur marchand (soit un peu plus de 5 % des 300.000 emplois dans la filière sécurité marchande). Les pertes d'emplois ont surtout été des emplois peu qualifiés dans les services de gardiennage (plus de 13.000 emplois perdus depuis 2008). Les nouveaux emplois seront des emplois qualifiés voire très qualifiés dans les segments porteurs.

Une filière où prospèrent de nombreuses PME

La filière de sécurité compte de très nombreuses PME, en particulier dans les services (plus de 9.600, dont environ 3.600 emploient un salarié au moins). Dans la filière industrielle qui réalise 21 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'étude a permis de dénombrer plus de 1.000 entreprises en France, dont dix entreprises réalisent un chiffre d'affaires supérieur à 500 millions d'euros (Airbus Defense & Space, Airbus Helicopters, Gemalto, Ingenico, Morpho (groupe Safran), Oberthur Technologies, ST Microelectronics, Thales, et les filiales françaises des groupes Honeywell, Securitas, UTC Fire & Security). Le CoFIS regroupe aujourd'hui plus de 500 grands groupes et PME, qui représentent 80 % du chiffre d'affaires industriel de la filière (hors services de sécurité).

Le tissu de PME est également très compétent et développé. La croissance et le dynamisme sont surtout observés chez les PME et ETI, dont certaines enregistrent des croissances très fortes (plus de 30 %). Le secteur compte une centaine de PME très innovantes telles que HGH (surveillance infrarouge), Multix (détection) et Hologram Industrie ou Advanced Trace & Track (marquage) et en cybersécurité celles des groupements professionnels Hexatrust et ACN par exemple, en général très tournées vers l'export.

"C'est au sein de la filière et de ses entreprises que sont actuellement développées les solutions de demain qui doivent nous permettre de gagner en efficacité : accélération du traitement de l'information, progrès de la vidéoprotection, développement des systèmes de surveillance des frontières, de détection d'explosifs, amélioration de la protection des systèmes informatiques, des techniques biométriques, etc..", a fait valoir Louis Gautier.

Sur le volet industriel, 27 % des entreprises sont positionnées sur les produits et solutions physiques (un marché évalué à 5,3 milliards d'euros en France), 35 % sur les produits et solutions électroniques, logicielles et système (12,4 milliards) et 25 % sur les produits et services de cybersécurité (3,1 milliards). 60 % de ces entreprises sont spécialisées à 100 % dans la sécurité. Certaines sont également présentes dans la défense.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2015 à 12:33 :
Squareway by Vivaction permet aux entreprises d en crypter la voix et la data sur les mobiles !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :