Placé en liquidation, Tilly-Sabco a deux mois pour trouver un repreneur

 |   |  540  mots
Selon les représentants syndicaux de l'entreprise, si aucun repreneur ne se manifeste, la liquidation pourrait provoquer des réactions en chaîne sur l'ensemble de la filière de production de poulets en Bretagne.
Selon les représentants syndicaux de l'entreprise, si aucun repreneur ne se manifeste, la liquidation pourrait provoquer des réactions en chaîne sur l'ensemble de la filière de production de poulets en Bretagne. (Crédits : reuters.com)
La concurrence avec notamment le Brésil fait encore des dégâts. Plus de 1.300 personnes sont concernées par le sort de cet abattoir de poulets du Finistère qui avait déclaré être en cessation de paiement le 23 septembre.

Dernier espoir pour Tilly-Sabco. L'abattoir de volailles breton a été mis mardi 30 septembre en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Brest, mais autorisé à prolonger son activité de deux mois, jusqu'au 30 novembre.

Un nouvel examen dans un mois

L'entreprise de Guerlesquin (Finistère), qui emploie 326 salariés et fait travailler quelque 1.000 autres personnes, en amont ou en aval de la filière (éleveurs, accouveurs, céréaliers, transporteurs...), dispose ainsi d'un délai d'un mois renouvelable pour trouver un repreneur.

Le tribunal a pris notamment acte du financement de la poursuite d'activité et du paiement des salaires jusqu'au 30 octobre et imposé à l'administrateur de lui fournir les éléments assurant le financement de la poursuite d'activité jusqu'au 30 novembre. La situation de l'entreprise fera l'objet d'un nouvel examen dans un mois.

15 millions d'euros investis au cours des cinq/six dernières années

"C'est un soulagement, on pouvait craindre une liquidation pure et simple de l'activité", a déclaré à Reuters Nadine Le Guen, déléguée CGT.

La semaine dernière, le lundi 23 septembre, la direction avait en effet déclaré l'entreprise en cessation de paiement et demandé une liquidation avec poursuite de l'activité en raison du "soutien de son principal client saoudien, le groupe Abbar".

Le PDG, Daniel Sauvaget, avait alors déclaré à la presse:

"Je ne veux pas croire que ça signifie pour autant la fin de l'entreprise Tilly-Sabco. Nous avons largement investi dans cet outil, que ce soit dans le matériel ou dans les hommes au travers de la formation, donc je ne désespère pas, bien au contraire, que cette mise en oeuvre de procédure permette de faire émerger des vraies solutions qui pérennisent l'activité sur le site de Guerlesquin".

Il avait dit avoir investi 15 millions d'euros au cours des cinq-six dernières années dans l'entreprise.

Fin du soutien de l'Europe

Les difficultés de Tilly-Sabco, dont 80% de la production était destinée au Moyen-Orient (principalement à la péninsule arabique) remontent à la suppression en 2013 des aides européennes à l'exportation des poulets congelés, qui soutenaient la filière à hauteur de 55 millions d'euros par an.

Tilly-Sabco et Doux (qui vient de sortir d'une longue période de redressement judiciaire) étaient les derniers en Europe à recevoir ces subventions, leur permettant de supporter le différentiel de compétitivité avec leur principal concurrent, le Brésil.

Activité réduite en septembre

En dépit des 15 millions d'euros dégagés par la France fin 2013 pour aider la filière, les difficultés de Tilly se sont accentuées cet été quand Nutréa (filiale de la coopérative bretonne Triskalia), principal fournisseur de poussins pour les éleveurs qui envoient leurs poulets à l'abattoir, a cessé de les livrer faute d'assurances de paiement, compte tenu des difficultés de la filière.

L'entreprise a néanmoins pu maintenir une activité réduite en septembre grâce à l'apport de 450.000 poulets par semaine à l'abattoir, soit deux jours de travail hebdomadaire.

Selon les représentants syndicaux de l'entreprise, si aucun repreneur ne se manifeste, la liquidation pourrait provoquer des réactions en chaîne sur l'ensemble de la filière de production de poulets dans la région.

    >>Lire aussi: Gad: Intermarché prévoit jusqu'à 300 suppressions d'emplois

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :