Coronavirus : un vendredi 13 "hors normes" pour la grande distribution

 |   |  446  mots
Pour des catégories de produits sensibles (pâtes, riz, sucre, papier toilettes...), la hausse a même atteint 174%.
Pour des catégories de "produits sensibles" (pâtes, riz, sucre, papier toilettes...), la hausse a même atteint 174%. (Crédits : Pixabay / CC)
Le lendemain de la première allocution télévisée du président de la République, les ventes de produits de grande consommation ont plus que doublé.

Tout au long du week-end, au fil des rumeurs anticipant un confinement général, les supermarchés et les magasins ont été pris d'assaut. Mais la période sans précédent qu'est en train de vivre la grande distribution française s'est ouverte dès le jeudi 12, jour de la première allocution télévisée sur le coronavirus du Président de la République, lorsque les ventes ont crû de plus de 30% par rapport aux jeudis précédents.

Le lendemain, cette hausse a pris des proportions "hors normes": le chiffre d'affaires des produits de grande consommation a plus que doublé, en croissant de 107%, montrent les premiers chiffres de ventes et de disponibilité en rayon publiés aujourd'hui par le groupe d'information marketing Nielsen.

"Vendredi 13 mars restera pour longtemps une journée record pour la grande distribution", analyse donc le cabinet.

Neuf produits sur dix disponibles

Pour des catégories de "produits sensibles" (pâtes, riz, sucre, papier toilettes...), la hausse a même atteint 174%. Et "les ventes ont bondi dès les ouvertures des magasins, avec parfois 6 ou 7 fois plus de produits vendus en plus sur ces tranches horaires, par rapport à un vendredi habituel", note Nielsen. Dans le détail, les achats des pâtes ont été multipliés par 5, ceux de papier-toilettes par 3,5, les achats de sucre par 3.

La grande distribution a toutefois globalement tenu le coup, grâce à un "travail spécifique sur la chaîne logistique" des produits les plus demandés, "parfois au détriment de catégories moins indispensables dans ce contexte", qui a permis un réapprovisionnement plusieurs fois par jour, note Nielsen. Malgré quelques disparités, 93% des produits de grande consommation étaient ainsi disponibles, et 90% des plus sensibles.

"Des bouleversements (...) dans le paysage de la distribution"

Il sera néanmoins "difficile de maintenir" un tel niveau de disponibilité, estime Nielsen, qui explique:

"Le facteur limitant n'est pas nécessairement la couverture de stock en entrepôts mais en réalité plutôt la quantité de camions disponibles pour acheminer toutes ces quantités d'un niveau inédit".

La cabinet anticipe en effet "des bouleversements (...) dans le paysage de la distribution".

"Les magasins les plus proches des consommateurs, et situés dans des zones à forte densité d'habitations et d'emplois, auront des niveaux de vente inédits sur plusieurs semaines. Ils bénéficieront en effet du report des circuits hors domicile et de restauration collective qui sont à l'arrêt, à l'exception de l'activité de livraison de repas", précise Daniel Ducrocq, directeur du service Distribution de Nielsen.

Cette pression concernera les surfaces de vente, mais encore plus les drive et les activités de livraison.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2020 à 10:26 :
"les achats des pâtes ont été multipliés par 5"

Et en parallèle ,la pub du moment : ne devenez pas un papâte
a écrit le 18/03/2020 à 7:35 :
L'illusion du retrait à la campagne repose sur les temps où le paysan assurait l'autonomie alimentaire de sa famille. Ce qui n'est plus le cas de nos jours et expose le citadin campagnard à la fréquentation des lieux d'approvisionnement alimentaire, trajet en voiture en plus. D'où désillusion. Les pommes de terre ne sortent pas par miracle du champ!
Réponse de le 18/03/2020 à 11:11 :
Ça c'est pour les retraités qui ne sont pas arrivés à quitter de leur esprit l'époque florissante mais passée et bien passée des trente glorieuses, sinon pour les actifs c'est surtout une façon de pouvoir sortir et se promener et d'être moins surveillés et d'avoir moins de gens autour de soi tendus, énervés voir agressifs.
a écrit le 17/03/2020 à 18:55 :
Effarant ce que l'on peut voir dans les caddies de supermarchés.
On ne peut imaginer que les Français consomment autant de farine, pâtes,riz, papier toilettes, lait.
On peut confiner plusieurs mois, certains n'auront pas fini leurs stocks quand d' autres seront peut-être morts de faim devant des étalages de magasin pillés .
Gare à l'excès de poids,aux maladies cardiovasculaires au diabète et maladies de la mal bouffe quand on ne fait pas d'exercice.
Réponse de le 18/03/2020 à 9:31 :
IL serait temps de dire que ce n'est pas la majorité et faire des appels au civisme via les médias de masse au lieu de nous exposer ces "monstres" pour une seule raison spectaculaire.
a écrit le 17/03/2020 à 18:42 :
"Les magasins les plus proches des consommateurs, et situés dans des zones à forte densité d'habitations et d'emplois, auront des niveaux de vente inédits sur plusieurs semaines"

Même en zone rurale du fait de tous citadins qui tout d'un coup se souviennent qu'au final à la campagne on est pas si mal et qui rappliquent par milliers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :