L’œdicnème criard, l'oiseau qui a eu raison des entrepôts de Ferrero

 |  | 571 mots
Lecture 3 min.
Le groupe italien produit 600.000 pots par jour dans son usine de l'agglomération rouennaise, soit un tiers de la production mondiale.
Le groupe italien produit 600.000 pots par jour dans son usine de l'agglomération rouennaise, soit un tiers de la production mondiale. (Crédits : Ferrero)
Exit le centre logistique dernier cri que le fabricant du Nutella projetait d’implanter dans l’Eure. Le groupe italien jette l’éponge après que la fédération d'associations France Nature Environnement a déposé un recours au motif de la présence sur les lieux de plusieurs espèces d’oiseaux protégées. Il cherche un nouveau point de chute.

Ce n'est pas un virus mais un autre petit être qui aura eu raison du projet de Ferrero de créer un nouveau centre de distribution dans la vallée de la Seine. En septembre dernier, la firme italienne annonce par voie de communiqué de presse son intention de lancer les travaux de construction d'un bâtiment à vocation logistique de 36.000 m2 à Criquebœuf-sur-Seine dans l'Eure pour remplacer deux plateformes vieillissantes en Seine-Maritime et dans l'Aube. Un investissement de belle taille est promis : trente millions d'euros.

Trop heureux de relayer la bonne nouvelle dans une France en crise, le ministre du Commerce extérieur prend la plume pour saluer l'événement : « Les efforts entrepris pour densifier la relation bilatérale franco-italienne sont payés de retour. Ferrero confirme que nos territoires sont cœur de la stratégie d'attractivité », commente Franck Riester, enthousiaste.

 On ne plaisante pas avec la biodiversité, dit FNE

C'était sans compter sur l'œdicnème criard aussi appelé courlis de terre : un petit oiseau protégé qui aime à nicher parmi les roseaux. Sur le site de vingt hectares convoité par l'entreprise, il cohabite avec une trentaine d'autres volatiles plus ou moins menacés. Trop pour France Nature Environnement (FNE) qui dépose, en fin d'année, un recours contre l'arrêté dérogatoire du préfet autorisant la construction.

Les élus de l'agglomération Seine Eure, tous disposés à ouvrir les bras aux 70 salariés que le groupe promet de relocaliser chez eux, sont vent debout mais FNE soutenu par les écologistes n'en démord pas. Pour les associations qu'elle représente, le projet présente décidément trop de risques pour cette espèce rare. Le magazine Bastamag, connu pour ses positions tranchées, s'en fait l'écho, appelant à demi mot à la mise en place d'une ZAD en cas de rejet du recours.

 Marche arrière toute

Très attentif à ne pas entacher son image depuis la polémique sur l'huile de palme, le chocolatier de la péninsule a-t-il craint que l'affaire ne fasse trop de vagues ? Toujours est-il qu'il vient de jeter l'éponge avant même que la justice administrative ne rende son avis. « Nous retirons notre projet car nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre le délai d'une procédure de recours en cours, c'est-à-dire plus d'un an », explique aux Echos Fausto Rotelli, directeur des relations extérieures.

A l'approche d'un nouveau round électoral, ce revirement fait grand bruit dans l'agglomération rouennaise voisine où Ferrero a acquis un statut de totem industriel intouchable. L'Italien, qui sponsorise le palais des sports baptisé Kindarena et qui emploie plus de mille salariés localement, y a basé son siège français et la plus grande usine au monde de production du Nutella (600.000 pots par jour !). L'opposition, emmenée par Laurent Bonnaterre, un ancien socialiste probable tête de liste LREM aux régionales de juin prochain, accuse la majorité rose-verte de la Métropole Rouen Normandie (MRN) de « vouloir imposer à marché forcée un modèle de décroissance ».

De son côté, Nicolas Mayer Rossignol, président de la MRN, veut calmer le jeu. Il indique travailler avec l'entreprise, le port et l'agence Rouen Normandy Invest à la recherche de nouvelles implantations « toutes sur d'anciennes friches industrielles ou zones à vocation économique pour éviter d'artificialiser des terres naturelles ou forestières ». L'intéressé espère avoir abouti avant l'été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2021 à 9:39 :
Proposons au groupe Ferrero de s'installer sur l'ile de Sainte-Hélène, son principal occupant a quitté l'ile depuis tout juste deux siècles...
a écrit le 04/03/2021 à 8:47 :
Nutella ? Moins de gras et plus de chocolats et de noisettes svp, merci. (un bon client que vous avez perdu)
a écrit le 03/03/2021 à 23:51 :
V'là une très bonne nouvelle ! Des friches industrielles, il y en a une palanquée, alors inutile d'aller artificialiser des espaces naturels !
a écrit le 03/03/2021 à 20:48 :
Comme le fois gras et les produits de Lactalis.
a écrit le 03/03/2021 à 19:16 :
En même temps, les produits Ferrero n'existeraient pas, particulièrement le Nutella, que ce ne serait pas une grosse perte⚰️.
Idem pour Coca cola.
Réponse de le 04/03/2021 à 3:47 :
Vous roulez au Roquefort ?
a écrit le 03/03/2021 à 17:55 :
les deux points de vue peuvent se comprendre
apres c'est une question de choix, et de propositions..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :