La travail de nuit plébiscité par les salariés du Sephora Champs-Elysées

 |  | 601 mots
Lecture 3 min.
Les salariés des Champs-Elysées avaient entre le 3 et le 7 octobre pour répondre à la question suivante: Êtes-vous favorable à l'ouverture de votre magasin après 21 heures dans les conditions de l'accord de soirée signé le 16 septembre et affiché dans le magasin ?.
Les salariés des Champs-Elysées avaient entre le 3 et le 7 octobre pour répondre à la question suivante: "Êtes-vous favorable à l'ouverture de votre magasin après 21 heures dans les conditions de l'accord de soirée signé le 16 septembre et affiché dans le magasin ?". (Crédits : reuters.com)
Lors d'un référendum réservé au personnel en CDI depuis plus de trois mois, un accord signé en septembre a remporté l'accord de 114 sur 124 votants. Ses opposants ont promis de l'attaquer en justice.

L'adhésion au "oui" a été écrasante. Lors d'un référendum organisé par la direction, les salariés du magasin Sephora (groupe LVMH) des Champs-Elysées, vaisseau amiral du parfumeur, ont approuvé un accord sur le travail de nuit à la quasi-unanimité des votants, a-t-on appris mercredi 7 octobre de sources syndicales.

Sur les 146 salariés habilités à voter, à savoir en CDI depuis plus de trois mois, 124 l'ont fait. Parmi eux, 114 ont glissé un bulletin "pour", 4 un bulletin "contre" et 6 autres ont voté blanc, ont précisé ces mêmes sources.

Les heures nocturnes travaillées majorées de 100%

L'accord, qui porte formellement sur le "travail de soirée", prévoit notamment une majoration de 100% des heures travaillées entre 21h00 et minuit, sur la base du volontariat. Il avait été signé le 16 septembre en même temps qu'un accord similaire portant sur les autres magasins de la marque situés dans les zones touristiques internationales (ZTI).

Les textes avaient été paraphés par la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC sous condition de l'organisation d'un référendum parmi les salariés de chaque boutique. Le Clic-P, qui regroupe des syndicats du commerce parisiens (CGT, Seci-Unsa, SUD, militants CFDT en conflit avec leurs instances), avait manifesté son opposition.

Les salariés des Champs-Elysées avaient entre le 3 et le 7 octobre pour répondre à la question suivante: "Êtes-vous favorable à l'ouverture de votre magasin après 21 heures dans les conditions de l'accord de soirée signé le 16 septembre et affiché dans le magasin?"

"Une gifle aux opposants"

Le score "montre que l'accord est légitime", a déclaré à l'AFP le délégué CFE-CGC de Sephora, Stéphane Guillory, ajoutant qu'un huissier était présent lors du dépouillement et que le résultat avait été accueilli avec des "cris de joie".

"C'est une gifle aux opposants", a-t-il estimé.

Ces derniers dénonçaient un "mauvais accord", jugeant insuffisantes l'aide pour les frais de garde des enfants (12 euros par heure), la prise en charge des taxis seulement à partir de 23h00 et surtout la majoration des heures de nuit travaillées à 100%, le minimum prévu par la loi. "Les salariés ont décidé de gagner moins que les salariés de Marionnaud", a déploré une autre source syndicale qui préfère taire son nom. Une consultation avait été organisée par le parfumeur concurrent auprès des salariés de sa boutique des Champs-Elysées au mois d'août. Ils avaient approuvé à 95% un accord sur le travail en nocturne, mais avec une majoration des heures de nuit de 115%.

"Un accord illégal"

Laurent Dégousée, s'exprimant pour le Clic-P, souligne pour sa part qu'une mention particulière du bulletin de vote faisait explicitement la distinction entre être favorable au travail de nuit et être prêt à se porter volontaire. Pourtant, l'accord, approuvé seulement par les salariés en CDI, pourra aussi s'appliquer à ceux actuellement en CDD. Il prévoit par ailleurs la possibilité de recruter d'autres personnes à durée déterminée si le nombre de volontaires ne devait pas être suffisant pour assurer l'ouverture nocturne.

"Nous allons attaquer en justice cet accord qui, en plus d'être mauvais, est illégal", promet-il. Il souligne que dans le texte signé pour les zones touristiques internationales le remboursement des taxis est prévu à partir de 21h, ce qui constitue "une rupture d'égalité", et que la loi n'autorise pas de recruter en CDD pour pallier à un manque de volontaires pour le travail de nuit.

Contactée par l'AFP, la direction de Sephora n'était pas disponible pour réagir.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2015 à 11:19 :
En tous cas, Nicolas Doze et Claire Fournier n'en pouvaient plus ce matin , des ouvriers votants favorablement à un asservissement de plus, génial .Vous imaginez des journalistes économiques de gauche marteler jour après jour leur idéologie sur des chaines d'infos continus , tout le monde crierait au scandale à la dictature type soviétique , et ben pourtant c'est le cas depuis la création de ces chaines d'infos , des heures d'idéologie libérales distillées jour après jour appuyées par des sondages sorti d'un chapeau , comme celui sur : à une large majorité de Français prête à un tournant libéral .Une véritable manipulation des esprits
a écrit le 08/10/2015 à 8:25 :
Tout a coup ces referendums des salariés....J’espère qui seront consultés aussi pour le montant du dividende a distribuer aux actionnaires, ou bien sur les rémunérations des hauts cadres !! et ne me dites pas que ce n'est pas la même chose, ça s'est déjà fait dans d'autres pays !
Réponse de le 08/10/2015 à 8:55 :
En même temps les syndicats, souvent extérieurs à l'entreprise, qui bafouent le choix des salariés c'est pas glorieux. Sans oublier les syndicats qui enchainent les procès pour s'en mettre plein les poches grâce aux amendes. Les conditions de travail ou l'emploi ils s'en moquent, ils pensent qu'au fric nos chers syndicalistes, le poing le levé mais des euros plein les poches!
a écrit le 07/10/2015 à 18:59 :
Alors un rimmel d'humour. Je me demande si tout ce vote n'est pas un peu maquillé !!
a écrit le 07/10/2015 à 18:33 :
C'est etonnant tout ces salaries desirant travailler le dimanche. Ancien cadre de la grande distrib.je n'ai jamais constate un tel engouement des "collaborateurs"..et dans mon entourage professionnel actuel ou prive la tendance est plutot au refus...
En tout cas si j'etais delegue syndical je n'essairai meme pas d'obtenir des compensations, compensations qui sont d'ailleurs injustifiees puisque ces employes considerent que le dimanche travaille n'est en rien contraignant.
Réponse de le 07/10/2015 à 22:42 :
Sauf qu'à Paris la population est plus jeune qu'ailleurs et que les jeunes n'ont pas les mêmes aspirations professionnelles que des couples de quadras en province. Quand on est jeune, travailler de 21h à minuit c'est travailler en soirée, pas la nuit...
Enfin si ça donne du pouvoir d'achat, quelques emplois et si ça capte les dépenses des touristes chinois ou américains, c'est très bien.
Du pragmatisme. Surtout que face au chômage de masse il est temps d'arrêter de faire les fines bouches.
Réponse de le 08/10/2015 à 7:55 :
@boss: ton commentaire sonne plutôt comme celui d'un cadre de la CGT :-) Dans toutes les entreprises où il existe des majorations pour les horaires hors normes, il n'y a aucun problème à trouver des volontaires. Chacun voit midi à sa porte et c'est normal, mais on ne peut se plaindre de ne pas gagner assez et en même temps refuser les occasions de gagner plus :-)
Réponse de le 08/10/2015 à 8:35 :
@Jeff : "Surtout que face au chômage de masse il est temps d'arrêter de faire les fines bouches. " et le premier sinistre qui soutient la direction de AF alors que 2900 emploi seront supprimés sur 2 ans, mais après ? je crois plutôt le Canard enchainé sur ce coup là !
De plus avec ce genre de raisonnement, les employeurs, ont un boulevard devant eux, la prochaine étape, baisse des rémunérations contre des licenciements sec !! Bref le chantage a l'emploi commence a devenir monnaie courante ! et qui plus est, les salariés de Sephora n'ont rien obtenu de plus que ce que prévoit la loi !! tandis que que chez Marionnaud c'est tout le contraire...cherchez l'erreur !
Réponse de le 08/10/2015 à 8:52 :
Justement AF n'aurait pas eu à supprimer des postes si les pilotes n'avaient pas fait la fine bouche et acceptaient de travailler autant que leurs collègues de Lufthansa ou Bristish Airways
Réponse de le 08/10/2015 à 10:24 :
Parce que justement les termes du referendum étaient biaisés. La question n'était pas souhaitez vous travailler le soir après 21h00 mais souhaitez-vous le que magasin soit ouvert le soir après 21h00. (entendu sur BFM business ce matin). On sait qu'en terme de sondages, la manière dont est posée la question influe fortement sur les réponses et les résultats que l'on veut obtenir. Il y a de grandes chances que des syndicats vont attaqués ce référendum et comme d'habitude ils auront gain de cause pour la bonne raison que la question est boiteuse. Quand aux compensations obtenue, elles sont minimes par rapport à ce qui a été obtenu dans un autre groupe de parfumerie également présent sur les Champs Élysée. Il est vrai que d'ouvrir un magasin de parfum jusqu'à minuit c'est drôlement utile pour la vie sociale des gens..........Dogmatisme ultra-libéral quand tu nous tiens.!!!
Réponse de le 08/10/2015 à 12:24 :
"Justement AF n'aurait pas eu à supprimer des postes si les pilotes n'avaient pas fait la fine bouche et acceptaient de travailler autant que leurs collègues de Lufthansa ou Bristish Airways " FAUX... plus de 14000 départs volontaires (ou non, on sait très bien faire partir les gens) depuis le plan transform 2015 alors qu' a la base c’était 8000 postes ! + gel des salaires !
Et maintenant ce n'est toujours pas assez ?? je commence a comprendre(mais pas cautionner) le geste de certains !!
Lufthansa....oui oui...pourquoi sont ils en gréve tout les 4 matins ?
Bristish Airways...êtes vous sur qu'il n'y a pas eu de suppression de postes ??
Pas sûr !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :