Daimler et Volkswagen investissent en Chine

 |   |  141  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Daimler compte investir 2 milliards d'euros avec son partenaire BAIC. Volkswagen va implanter deux nouvelles usines.

Daimler et son partenaire chinois  BAIC ont signé ce mardi un accord pour investir 2 milliards d'euros  dans l'ex-Empire du milieu. Objectif : introduire une nouvelle gamme de véhicules compacts dont le 4x4 GLK, produire des moteurs pour voitures et utilitaires et créer un centre de recherche et développement.

Volkswagen, premier constructeur sur place avec ses deux co-entreprises historiques avec SAIC et FAW, a pour sa part annoncé que Pékin venait d'approuver son projet de construire deux nouvelles usines d'une capacité de  300.000 véhicules par an chacune.

L'Allemagne et la Chine ont signé plus globalement mardi à Berlin des contrats pour un montant supérieur à 15 milliard de dollars, a annoncé le Premier ministre chinois Wen Jiabao lors d'une conférence de presse avec la chancelière Angela Merkel, à l'issue de la première réunion des gouvernements allemands et chinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2012 à 16:13 :
Contrairement à Arminius, ou en complément, la production hors Europe est une bonne chose, car elle va stimuler les prospectives, elle va permettre d'inciter l'ouverture de nouveaux marchés, mais au-delà de cela, c'est une remise en cause profonde de notre système économo-humain qui peut-être revu.
Exporter le savoir-faire ne va pas contre nous. Ce serait même primaire de le penser, car l'élévation des savoirs et des savoir-faire dans le monde ne peut qu'élever les niveaux de vie, mais en terme de "confort social", même si à y bien regarder, tout ce qui est produit n'est pas ni nécessaire, ni vital.. Bien entendu; l'aspect "Gaspillage" apparaîtra, mais il faudra compter sur l'ingéniosité de l'Homme pour faire émerger une compétition qui sort du gain économique. La trivialité de notre système fait que produire ailleurs risque de nous couler. Mais c'est plutôt une chance d'intégrer le regard des autres sur nos méthodes. Comme le disait Kant, de Maître on devient esclave, et inversement. C'est la roue qui tourne, mais dans le bon sens.
a écrit le 30/06/2011 à 4:39 :
Pendant que les industries allemandes exportent et investissent le capital gagné dans la zone euro, aussi en Grèce, le chomage augmente dans les pays le plus désavantagés de la zone euro. Si nous voulons éviter le problème grec à d'autres pays il faut changer le système et encourager le réinvestissement dans la zone euro.
Le système actuel n'est avantageux que pour les grosses entreprises qui grâce à leur exportations dans la zone euro peuvent investir en dehors de celle-ci, aux dépens des pays les moins forts de la zone euro, qui ne sont plus en mesure de protéger leurs industries de la concurrence des pays les plus forts de celle-ci. En quelque sorte du cannibalisme industriel interzone euro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :