Ford ne croit pas à la voiture électrique, mais mise sur les hybrides

 |   |  619  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ford vient d'arrêter la commercialisation de son utilitaire "zéro émission". Sa compacte Focus électrique, qui arrivera à la mi-2013, est prévue pour 1.000 à 3.000 unités annuelles à peine. L'américain compte plutôt sur les hybrides mais aussi sur un fort potentiel de progrès pour les moteurs thermiques traditionnels.

Ford ne croit pas vraiment à l?électrique. Le groupe américain préfère miser sur les hybrides et les progrès des moteurs thermiques classiques. Après avoir écoulé à peine 250 utilitaires Transit Connect «zéro émission» et 200 en Europe en un an, Ford en a arrêté la commercialisation. Il est vrai que la société américaine Azure Dynamics, qui assurait l?électrification, s?est mise sous? la protection de la loi sur les faillites (Chapitre XI) en mars dernier! «Nous allons mettre sur le marché en Europe la berline compacte Focus électrique à la mi-2013. Nous en vendrons 1.000 à 3.000 par an. Et on s?arrêtera là», explique à La Tribune Wolfgang Schneider, vice-président de Ford Europe en charge de l?environnement.

Pas une question d'aides

«Le démarrage du véhicule électrique est plus lent que prévu. Ca n?a rien à voir avec les aides publiques à l?achat. Dans les pays où il y a de fortes incitations, ça ne démarre pas plus vite. Le problème, c?est que le consommateur veut de l?autonomie», précise Wolfgang Schneider, qui ajoute: «on préférerait des aides pour la recherche sur les batteries». Une Focus se rechargera en 3 heures sur une borne à recharge rapide, mais «en huit heures sur une simple prise». Trop long!

Véhicules chers

En outre, la voiture électrique est chère. Aux Etats-Unis, où elle est déjà commercialisée, la Focus électrique coûte 39.200 dollars (hors taxes). Certes, elle peut bénéficier de crédits d?impôts jusqu?à 7.500 dollars ainsi que des aides dans certains Etats. Il n?empêche. C?est 14.000 dollars de plus outre-Atlantique qu?un monospace C-Max hybride, pourtant plus spacieux! Quant à la toute nouvelle Fusion hybride de 188 chevaux, une très grande berline que Ford commercialise ce mois-ci en Amérique du nord, elle ne coûte là-bas que 27.200 euros, 12.000 de moins que la Focus électrique bien plus petite et limitée dans son usage.

Pas vraiment écologique

En plus, d?où vient l?électricité, demande Wolfgang Schneider? «Dans la plupart des pays, elle est produite par des centrales à énergie fossile. Du coup, si l?on prend le cycle total du puits à la roue, les émissions des voitures électriques ne sont pas meilleures que celles? des véhicules traditionnels». Pas vraiment écologique!

Hybrides et hybrides rechargeables

«Nous misons plutôt sur les hybrides et les hybrides rechargeables. Là, il y a des volumes à faire». A l?horizon 2020, «nous pensons que les hybrides, hybrides rechargeables et électriques, s?arrogeront globalement 10% du marché mondial. Et 80% de ces 10% seront le fait d?hybrides ou hybrides rechargeables». On est donc très loin des 8 à 10% du marché pour les seuls modèles électriques, pronostiqués par Renault! Ford, qui a vendu 27.000 véhicules hybrides l?an dernier outre-Atlantique, va commercialiser en Europe sa première voiture thermique électrique, la berline Mondeo (une Fusion américaine rebaptisée), fin 2013, puis le monospace C-Max hybride rechargeable, en 2014. Il s?agira d?hybrides à moteur essence et non diesel, «car nos marchés sont mondiaux. Or, le diesel, ce n?existe pratiquement qu?en Europe».

Potentiel des moteurs thermiques

Mais, chez Ford, on estime que le potentiel de progrès essentiel provient des? moteurs thermiques traditionnels. Le groupe de Dearborn vient de sortir un révolutionnaire petit moteur à essence à trois cylindres -très agréable d?utilisation comme nous l?avons constaté lors d?un essai. «On peut arriver à baisser les consommations jusqu?à 3 ou 4 litres aux cent kilomètres. Ca serait un gros pas en avant en matière d?environnement». Les moteurs thermiques «ont encore devant eux une très longue durée de vie, jusqu?en 2050», pronostique Wolfgang Schneider.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2013 à 19:12 :
entre le tout électrique et l'hybride rechargeable, il existe une troisième catégorie : l'électrique avec prolongateur d'autonomie. c'est une voiture a propulsion strictement électrique, dotée d'un groupe électrogène qui recharge la batterie.
techniquement, elle offre énormément d'avantage:
1 - avec deux moteurs électriques, disparaissent embrayage, boite de vitesse, pont différentiel, lourds, couteux et énergivores.
2 - a régime stabilisée, une voiture thermique n'utilise qu'une petite partie de la puissance de son moteur. le groupe électrogène peut donc être beaucoup moins puissant que ne l'est le moteur d'un hybride, car la puissance de pointe (accélération ou montée) est assurée par la l'énergie stockée dans la batterie
3 - le moteur du groupe électrogène qui fonctionne a régime constant peut être beaucoup plus simple, offrir un bien meilleur endement, et polluer beaucoup moins. (avec un striling, 50% de rendement au lieur de 25 à 28%, plus besoin de pot d'échappement ni de pot catalityque et autres sondes associées.)
4- on aboutit à un véhicule duquel a pu être supprimé la plus grande partie des mille et une sophistiquations technologiques qui coutent si cher, pèsent si lourd, et contribuent si grandement à polluer la planète.
par exemple, en utilisant l'inversiion électrique des moteurs pour freiner, non seulement on recharge les batteries, mais on peut aussi se passer de l'abs, la gestion électronique des moteurs étant à même d'empêcher tout blocage.
5- le moteur thermique du groupe électrogène fournira aussi le chauffage de l'habitacle, prolongeant ainsi l'autonomie.
bref que des avantages dont se désintéressent la plupart des constructeurs.
a ma connaissant seule la chevrolet volt (opel ampera en europe) se rapproche de ces caractéristiques. ne leur manquent qu'un moteur thermique à conbustion externe pour remplacer leur classique moteur essence.
a écrit le 04/10/2012 à 15:08 :
La toyota essence hybride a franchement impressionné au Mans cette année jusqu'à inquiéter les impavides audi diesels ,dont diesel et diesel hybrides.Cette solution me semble pas mal ,et comme le diesel n'a pas franchement d'avenir ,je pense que ford est dans le vrai.
Le petit 3 cylindres de la smart ,il en aura fait des émules! (130cv en version brabus n'empêche)
a écrit le 02/10/2012 à 10:06 :
Qui de Ford ou Renault aura raison?
Les japonais sont a fond sur l'hybride et sur l'hybride rechargeable, un peu sur l'électrique.
Les allemands regardent plutôt sur la voiture électrique à hydrogène (piles à combustible) et surtout étudient les infrastructures de recharge (bornes pour batteries ou station de distribution d'hydrogène).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :