Renault poursuit sa folle croissance... en Russie

 |   |  854  mots
Copyright Renault
Copyright Renault
Malgré un marché à la peine, Renault poursuit son offensive en Russie, où ses immatriculations ont bondi de 17% qur quatre mois. La firme française y est la deuxième marque automobile, derrière le constructeur russe Avtovaz (Lada) qu'elle contrôle. le 4x4 Duster est un succès.

Renault est toujours en pleine forme... en Russie. La firme au losange a accru encore ses immatriculations de 7% en avril, sur un marché en chute de 8%, selon les statistiques de l'AEB (Association des affaires européennes). Sur  les quatre premiers mois de 2008, la firme au losange progresse de 17% à 67.208 unités. Soit une pénétration de 8% sur le marché C'est la plus forte hausse des grandes firmes automobiles présentes en Russie. La firme française est la deuxième  marque automobile en Russie, derrière le constructeur national Avtovaz (Lada) dont elle détient 25% du capital. Elle s'apprête d'ailleurs à en prendre le contrôle prochainement (avec son allié Nissan). Renault devance les coréens Kia et Hyundai, mais aussi l'américain Chevrolet et l'allemand Volkswagen ou le japonais Toyota.

Une gamme bien adaptée

Son succès, il le doit aux Logan, Sandero et 4x4 Duster qui représente la moitié de sa production locale. Ces véhicules sont  produits dans la banlieue de Moscou. Renault y a fait oeuvre de pionnier. Il fabrique en effet dans la capitale russe depuis le milieu des années 2000. En outre, il a choisi d'y lancer d'emblée la Logan, une berline simple, robuste, d'entrée de gamme, conçue d'ailleurs en partie pour ce marché. Et ce, alors que la plupart des concurrents ont plutôt lancé la production  de modèles de gamme moyenne ou supérieure. Or, la Russie est pour une bonne part un marché de modèles bas de gamme, aux prix très bas. La moins chère des Logan coûte sur place l'équivalent de 10.000 euros. Il n'y a guère que les Lada Kalina et Granta, dont les tarifs démarrent à 6.500 euros, ainsi que la vieille coréenne Daewoo Nexia importée d'Ouzbékistan (à partir de 6.000 euros) qui se révèlent moins onéreuses. Tous les autres véhicules sur le marché, y compris ceux du coréen Hyundai-Kia, ou de l'américain Chevrolet, sont plus chers.

Le Duster très apprécié

Le 4x4 Duster, un type de véhicule apprécié dans un pays aux conditions climatiques très rudes et au réseau routier en médiocre état,  est pour sa part proposé à partir de 11.000 euros, ce qui est très compétitif.  C'est déjà le cinquième véhicule le plus vendu, tous  modèles confondus. Le  groupe tricolore espère en conséquence  « produire plus de 185-190.000 véhicules  cette année », nous déclarait récemment Bruno Ancelin,  patron des activités russes du constructeur au losange. L'an dernier, la Russie était le troisième débouché de Renault derrière la France et le Brésil.

Un sitecomplètement réorganisé

La firme au losange a  d'ailleurs repensé complètement l'organisation de son usine moscovite l'an dernier pour porter les capacités à 185.000 unités par an. « Notre usine tourne six jours sur sept. Et les salariés ont accepté de travailler onze heures par jour durant quatre jours. En échange, ils ont eu droit à des hausses de salaires, quatre heures payées en plus puisqu'ils travaillent 44 heures par semaine, et des primes de nuit », explique Bruno Ancelin.  Des conditions dures, reconnaît le dirigeant, qui permettent au constructeur de « faire tourner le site 5.800 heures par an, comme l'usine mexicaine de notre partenaire Nissan à Aguas Calientes qui a servi de modèle. C'est la première usine Renault dans le monde à le faire ». La productivité ne suffit pas. La mise en fabrication de moteurs et boîtes de vitesses chez Avtovaz (Lada) à Togliatti (à mille kilomètres de Moscou) va permettre à Renault d'augmenter fortement le contenu fabriqué localement et donc d'abaisser les coûts. Les trains roulants sont déjà produits à Togliatti.

Utilisation de l'usine de Togliatti

Renault va de plus en plus utiliser le potentiel d'Avtovaz. Il a installé dernièrement une chaîne de montage toute nouvelle à Togliatti, pour fabriquer des véhicules sur la base de la Logan. Cette chaîne spécifique produira prochainement des véhicules pour Renault, ce qui accroîtra d'autant les capacités du constructeur de Boulogne-Billancourt en Russie. Renault compte conserver ses avantages comparatifs en matière de prix. Il va ainsi bientôt proposer un modèle encore moins cher à 5.000 euros, que lui et son allié japonais Nissan développent en Inde actuellement. Des véhicules d'entrée de gamme ne sgnifient pas des petits profits. « La Russie est l'un des pays les plus rentables de Renault. Et la profitabilité s'est accrue l'an dernier »,  souligne Bruno Ancelin.

Avtovaz à la peine

Si Renault va bien, Avtovaz est à la peine. Le fabricant des Lada a vu ses ventes régresser de 12% en avril et de 5% sur quatre mois à 151.527 unités. Et ce, à cause d'une gamme en partie obsolète, en cours de renouvellement toutefois. La Lada Granta, un nouveau modèle, est le numéro des ventes locales (+60% en avril). Avtovaz avait pourtant une baisse de 7% de ses ventes en Russie l'an dernier, à 537.625 unités. Le constructeur  ex-soviétique écoule près de 90% de ses véhicules  dans son pays d'origine.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2013 à 17:17 :
pas partout venez voir les salaires à moscow
prix des loyers
parc roulant de vehicles
a écrit le 22/05/2013 à 11:47 :
Constatons que Renault a beaucoup de succès dans les pays "pauvres" , à low revenus ! Bientôt la marque fera un tabac en France !!
Réponse de le 22/05/2013 à 22:23 :
Vous dites pays "pauvre" eh bien en Russie il faut quand même sortir 10000 Euros pour une voiture Renault 1er prix! Et en plus, elle est fabriquée là-bas. Pas si pauvre que ça en Russie!
a écrit le 22/05/2013 à 2:59 :
Moi je veux des plastiques mousses Audi ou BeheMe, le reste je m'en fiche. Les plastiques mousses c'est doux au toucher et ca plait beaucoup a ma Raymonde et aux journalistes automobiles qui ne connaissent rien a la mecanique mais qui aiment tout ce qui est flashy.
Réponse de le 22/05/2013 à 6:10 :
je plussoie votre commentaire.
a écrit le 22/05/2013 à 1:10 :
I va être content notre Gérard ex-national de pouvoir rouler en Dacia a Moscou ! Ca assure grave niveau standing !
Réponse de le 22/05/2013 à 13:06 :
C'est sûr, il fait moins froid dans une Dacia/Renault que sur un scooter!
a écrit le 21/05/2013 à 22:04 :
Moi, la prochaine voiture que j'achète, c'est une Lada Niva : c'est un 4x4 qui coûte 7 000 euros, et il y a un treuil à l'avant. Que demander de plus ?
Réponse de le 21/05/2013 à 23:22 :
Le treuil du Lada Niva c'est votre moteur principal !
Réponse de le 22/05/2013 à 6:13 :
Ah les détracteurs de Lada, racheté par Renault, vont bientôt pleurer quand Renault va opérer le même transfert technologique que celui fait pour Dacia. Dacia est passé de la R12 à une gamme complète moderne fiable et peu chère. Ca calme.
a écrit le 21/05/2013 à 14:56 :
Logan, Sandero, Duster en Ukraine, Russie, Bielorussie la marque Renault avance. Les Logan taxi en Ukraine sont la reference pour les chauffeurs de taxi qui pourtant preferaient les modeles coreens ou russes. Le confort des Renault allie a une maintenance simple et une fiabilite exemplaire, la recette du succes. Renault a aussi un reseau local bien implante de concessionnaires. Bravo Renault
a écrit le 21/05/2013 à 14:20 :
N'étant pas du tout Renault, même si j'en ai possédé quelques unes, j'avoue être impressionné par le dacia duster qui mérite bien son achat.
bien sur en Russie il vaut mieux une version 4x4 en attendant une hybride 4x4 par défaut.
A très bas prix une 4l moderne à plancher plat vitesses au volant serait un must.
Réponse de le 21/05/2013 à 17:04 :
en plus en Russie, j'ai vu qu'ils avaient droit à des moteurs 2l essence sur le Duster, ça commence à devenir intéressant comme puissance pour ce type de véhicule.
Réponse de le 21/05/2013 à 17:32 :
L'interieur du Duster russe est aussi de bien meilleure qualite que le Duster Francais. La planche de bord du Renault Duster est digne d'un modele occidental non low-cost.
Réponse de le 21/05/2013 à 20:55 :
Le Duster russe est un Renault (comme le Duster indien et le Duster brésilien), le Duster français est un Dacia...
Réponse de le 22/05/2013 à 4:38 :
Le Duster brésilien est effectivement un Renault également et il cartonne également. Son intérieur est réussi et il a belle allure. Comme quoi, il n'y a pas que des histoires d'échecs de nos entreprises françaises. Il y a aussi un bon côté dans la mondialisation....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :