La Chine inflige une amende de 31 millions à Volkswagen

 |   |  508  mots
Volkswagen doit payer une lourde amende
Volkswagen doit payer une lourde amende (Crédits : reuters.com)
La Chine sévit à l'encontre des groupes étrangers. Elle inflige ainsi une amende de 31 millions d'euros à Volkswagen pour entente présumé sur les prix. Chrysler est aussi condamné. Les inquiétudes se font jour dans les milieux d'affaires étrangers.

Plus de 31 millions d'euros. C'est le montant de l'amende infligée à Volkswagen en Chine. La représentation dans la province du Hubei de la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC) a fait savoir  jeudi que la filiale commerciale de FAW-Volkswagen Automobile, l'une des deux co-entreprises de l'allemand en Chine, devrait acquitter une amende de 249 millions de yuans.

La représentation à Shanghaï de la NDRC indique pour sa part qu'elle inflige une amende de 32 millions de yuans (plus de 4 millions d'euros) à la filiale chinoise de Chrysler (groupe Fiat Chrysler Automobiles). Trois concessionnaires Chrysler de Shanghaï et huit concessionnaires Audi (marque haut de gamme de Volkswagen) du Hubei seront également mis à l'amende. La NDRC a fait état d'investigations similaires visant l'allemand Mercedes-Benz (groupe Daimler).

Les équipementiers japonais frappés

La Chine avait déjà infligé en août dernier une amende record de 1,23 milliard de yuans (155 millions d'euros) à douze équipementiers automobiles japonais pour entente sur les prix. Selon un média d'Etat, les autorités chinoises enquêtent sur plus de 1.000 entreprises, locales et étrangères, dans l'industrie automobile.

Ces amendes n'empêchent pas le marché auto chinois de progresser, même si les constructeurs étrangers détiennent  plus de 60% du marché. Les ventes en Chine, premier marché automobile du monde, ont augmenté de 4% en août à 1,72 million de véhicules. Sur huit mois, les ventes ont grimpé de 7,7% à 15,02 millions d'unités, a précisé l'Association des constructeurs CAAM.

Les autorités chargées de la concurrence en Chine ont défendu jeudi leurs enquêtes lancées contre des sociétés étrangères, qui suscitent des critiques croissantes hors du pays. Pas moins de trente grandes entreprises étrangères, dont l'équipementier télécom Qualcomm et Miscrosoft , font l'objet de contrôles dans le cadre de l'application par Pékin d'une loi sur la concurrence de 2008, dont certains détracteurs estiment qu'elle est injustement utilisée pour cibler des firmes internationales présentes en Chine.

Inquiétudes internationales

"Notre travail de répression des abus de concurrence est conduit dans le strict respect des réglementations" a affirmé Xu Kunlin, Directeur général du bureau de la surveillance des prix, de l'inspection et de la lutte contre les monopoles de la NDRC. "Il est équitable et transparent. Il ne cible pas des acteurs spécifiques du marché, et bien sûr, il ne vise aucune entreprise étrangère ou dans laquelle sont présents des intérêts étrangers."

Les représentants des milieux d'affaires européens, américains et japonais se sont alarmés récemment des enquêtes qui les visent sur le marché chinois, les jugeant inéquitables et destinées à servir les objectifs de politique industrielle de Pékin. La présidente de la "Federal Trade Commission", l'autorité américaine de la concurrence, Edith Ramirez, avait fait état mercredi de ses préoccupations après des informations sur l'application par la Chine de sa réglementation anti-concurrentielle et sur l'enquête de Pékin à l'encontre de Qualcomm.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2014 à 21:25 :
la qualité allemande!!!!! made in Japan
a écrit le 12/09/2014 à 18:07 :
La Chine sanctionnait déjà Vag group en 2013, l'obligeant à offrir 10 années de garantie aux acheteurs sur sa bv auto DSG/STRONIC en ruine, Audi vient d'être exclu de la commande publique chinoise en août 2014, les sanctions se suivent et se ressemblent et le groupe perd tous les jours en crédibilité aux 4 coins du monde...En conséquence et pour faire illusion, il faut brader, ce que ce constructeur a fait sur août avec application pour tenter d'enrayer une chute désormais inexorable...
a écrit le 12/09/2014 à 15:01 :
face aux 4.3 milliards d'euros de bénéfice en Chine pour VW, ça fait 0,009% c'est à dire une goutte d'eau ....
Réponse de le 12/09/2014 à 15:46 :
Le problème c'est le montant de l'amende mais le blâme à une pratique utilisée par Volkswagen en Chine. Les suites y coûteront de plus en plus cher ainsi que la perte de crédibilité pour l'usine allemande. Il faut avoir une vision de fond pas seulement ponctuelle.
a écrit le 12/09/2014 à 12:08 :
C'est très bien. N'oublions pas que la Chine est une alliée de la Russie et, selon quelques analystes, elle devient de plus en plus méfiante à l'égard des Européens et Américains. Espérons que les amendes chinoises ne touchent pas les usines françaises en Chine, quoique rien n'est moin sûr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :