Pourquoi Fiat est condamné à fusionner

 |   |  2175  mots
(Crédits : Heinz-Peter Bader)
Le groupe automobile italo-américain a tenté un immense coup de bluff en vendant en mai à Renault une fusion entre égaux... En réalité, Fiat-Chrysler est empêtré dans des lacunes structurelles nécessitant des investissements astronomiques. Cela fait des années que les dirigeants de Fiat-Chrysler cherchent un groupe auquel s'adosser pour pallier ces insuffisances qui risquent d'être, à terme, fatales... (mise à jour avec réponse de FCA)

[Article publié le 22.08.2019 à 19:10. Mise à jour du 26.08 : suite à la publication de cet article, Fiat Chrysler Automobiles a souhaité apporter des précisions, à retrouver à la suite de cet article]

Braquage à l'italienne ? Ou énorme coup de bluff ? L'offre de fusion présentée par la famille Elkann au conseil d'administration de Renault fin mai a fait long feu... Moins de dix jours après, la famille actionnaire et historique du groupe Fiat, héritière du fondateur Giovanni Agnelli, retirait elle-même son offre face aux hésitations de l'Etat français (premier actionnaire de Renault), et après avoir indiqué que cette offre était non-négociable.

Pendant dix jours, les actionnaires de Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) ont fait comme si le rapport de force leur était favorable, pressant le groupe automobile français à statuer. Las d'une crise managériale sans précédent depuis l'arrestation de son charismatique patron Carlos Ghosn au Japon en novembre 2018, et terrifié par une rupture de ban avec son allié de 20 ans (le groupe Nissan), Renault semblait alors une proie facile. En réalité, le groupe automobile italien, américanisé depuis l'absorption du groupe Chrysler à la faveur de la terrible crise des subprimes en 2009, a plus que jamais besoin d'un allié sur qui s'adosser... Bien plus que le Français !

De bons résultats semestriels

En apparence, cet état de fait n'est pas immédiatement évident. Les derniers résultats semestriels de FCA en témoignent. Malgré la baisse du chiffre d'affaires (-3%), son bénéfice opérationnel est resté stable à 6,7 milliards d'euros. Mieux, son bénéfice net a même progressé de 14% à 793 millions d'euros. Le groupe automobile s'est même permis d'annoncer qu'il confirmait ses objectifs annuels. Enfin, Mike Manley, son PDG, s'est offert le luxe de lancer une pique revendiquant "un plan stratégique robuste qui peut survivre avec ou sans ce type de fusion". Une allusion clairement dirigée vers Renault et qui veut dire : "nous n'avons pas besoin de vous".

Sauf que la réalité est toute autre. Le groupe Fiat reste un groupe qui a accumulé les lacunes structurelles tout au long du règne de Sergio Marchionne, le patron disparu en juin 2018.

"Un groupe totalement financiarisé", nous expliquait en mai Bernard Jullien, maître de conférence à l'université de Bordeaux et spécialiste de l'industrie automobile.

Et pour cause, le groupe automobile a tant et si bien réduit ses investissements en R&D qu'il a pris énormément de retard sur toutes les innovations d'avenir entre autres sur l'électrification, une technologie totalement absente aujourd'hui et qui risque de lui coûter extrêmement cher dans les prochaines années. L'institut JATO a calculé quelles seraient les amendes potentiellement infligées à Fiat si les normes 2020 étaient appliquées aux ventes 2018. Il a évalué le montant de la facture à 3,24 milliards d'euros... par an ! Cette projection est parfaitement crédible compte tenu du plan produit extrêmement faible de voitures électrifiées sur cet horizon. D'ailleurs, le groupe emmené par Mike Manley a dû passer un accord avec Tesla afin de lui racheter "ses droits à polluer", et qui coûteront la bagatelle de 1,8 milliard d'euros sur trois ans... Et encore, cet accord qui ne réduira qu'en partie seulement le coût des amendes.

Une gamme totalement en panne

Le manque d'investissement s'est également traduit par une panne des plans produits. Cela fait bien longtemps que les marques du groupe n'ont pas sorti de nouveautés pour animer la gamme et relancer les ventes. Chez Fiat, on vivote encore avec une dernière version de la Fiat 500 lancée en... 2007, et avec des Panda. Soit deux modèles loin d'être les plus rentables. La Fiat 500X, lancée en 2014, a fait frémir la gamme, mais le soufflé est vite retombé, en l'absence d'une stratégie de gamme dynamique. Chez Alfa Romeo, la déception est à la mesure des promesses. Après avoir commercialisé son premier SUV à grand renforts d'annonces, la marque premium du groupe a stoppé net son offensive "produit". Des 8 modèles promis avant 2020, deux seulement sont sortis (Stelvio et Giulia). Même fiasco chez Maserati dont le Levante a suscité un bel enthousiasme, mais qui n'a été suivi d'aucune nouveautés depuis 2016. Côté américain, le déficit de stratégie de gamme a également plombé les marques locales. La marque Chrysler en est réduit à contempler l'inexorable érosion de ses ventes... Au premier semestre, la généraliste américaine n'a vendu que 64.422 voitures d'après les chiffres empilés par le site carsales.com, contre 170.000 sur la même période en 2015. C'est un fait, les ventes de FCA sont en baisse. Au premier semestre, les livraisons totales se sont effondrées de 11% !

Autre lacune structurelle, les usines Fiat sont réputées peu productives. Ainsi, d'après une note de LMC Automotive relevée par Les Echos, les usines européennes de Renault ont atteint un taux d'utilisation de 70%, contre moins de 60% pour Fiat. Les très nombreuses usines italiennes de FCA (27 sites quand Renault compte 12 sites industriels en France), ont toutes subi du chômage partiel en 2018. En outre, le groupe semble avoir acquis du retard dans les process industriels dits "industrie 4.0" et qui permettent de dégager des gains de productivité et de la flexibilité industrielle.

Des investissements astronomiques

FCA doit donc investir dans de nouvelles plateformes qui permettront de construire de nouvelles gammes. Elles devront être modulaires pour permettre de les partager entre chaque marque. Elles devront également être capables d'accepter toute type d'énergie notamment des motorisations électriques. Sauf que la mise au point de telles plateformes coûte extrêmement chers, et se chiffre en milliards d'euros, et qu'il faut compter plusieurs années de développement. En outre, l'intégration de technologie électrifiée sera à rajouter à la note, et elle sera salée. Enfin, la facture pour concevoir une nouvelle gamme pour chaque marque, s'annonce astronomique.

Pour Fiat, la seule solution est de s'adosser à un groupe qui bénéficie déjà de l'une ou de l'autre de ces technologies. Le groupe Renault est le candidat parfait puisqu'il dispose de toutes les technologies nécessaires pour une électrification de gamme. Ensuite, Renault a développé une véritable expertise dans les plateformes partagées puisque la plateforme CMF a permis de construire des silhouettes pour six marques (Renault, Nissan, Dacia, Infiniti, Lada et bientôt Mitsubishi).

Lire aussi : Renault-Fiat: le marché plébiscite toujours le projet de fusion

L'oeuvre de Sergio Marchionne, après avoir rationalisé Fiat en renonçant à toute une véritable culture d'ingénierie, a permis de totalement désendetter le groupe, mais celui-ci ne dispose d'aucune armes pour les années hautement périlleuses à venir: réglementation CO2, retournement du marché, concurrence accrue, compétitivité... D'ailleurs, l'italien à l'éternel pull bleu marine n'a jamais cessé de chercher un groupe auquel adosser FCA. En 2017 déjà, il faisait du pied à General Motors.

Il s'était d'ailleurs appuyé sur un "avis" du président Trump: "d'après ce que je comprends, je crois que Trump aimerait une alliance GM-Chrysler", avait-il déclaré au salon de Détroit. D'autres rumeurs ont évoqué des discussions avec Ford mais également Toyota. Un autre scénario a longtemps été privilégié par les marchés, celui d'un démantèlement du groupe. Après avoir lâché les camions et engins de chantier en 2013 en cédant CNH Industrial, après avoir scindé Ferrari, revendu Mareti-Magnelli, il était prêté l'intention (tardivement démentie) de céder un pôle dit premium qui aurait réuni Alfa Romeo et Maserati.

Une question de prix

A chaque fois, le dossier a buté sur le prix demandé par la famille... C'est une des raisons qui explique le temps long mis pour vendre Magneti-Marelli. Après plusieurs années de mise en vente, c'est en 2016 que Samsung formule la première offre sérieuse en mettant 3 milliards d'euros sur la table, là où Sergio Marchionne attendait le double... Le groupe finit cependant par céder l'équipementier pour 6,2 milliards en octobre 2018 au fonds américain KKR. Dans le cas Renault, la famille ne veut pas entendre parler d'un deal en-dessous de 50-50, soit un prix jugé excessif compte tenu des lacunes de Fiat et des apports de Renault.

D'après une source proche du dossier, "la famille Elkann a rompu toute ambition industrielle et d'ingénierie qui était dans la culture Agnelli (dont elle est issue, ndlr) et cherche à devenir un rentier d'un groupe mondial pour développer d'autres activités financières". L'adossement de FCA à un autre groupe industriel était l'aboutissement logique de cette stratégie. Cet adossement est évidemment bien plus nécessaire que ne semble l'admettre ses dirigeants. En tout cas, il est plus urgent que pour Renault...

-------------

À la suite de cet article, Fiat Chrysler Automobiles a souhaité apporter des précisions à travers un courrier qui nous a été adressé.

A l'attention du rédacteur en chef de La Tribune

La publication en ligne d'un article intitulé "Pourquoi Fiat est condamnée à fusionner" me contraint à vous répondre. Au-delà des nombreuses mentions de rumeurs et de spéculations non fondées qu'il contient, il comprend plusieurs erreurs factuelles troublantes dont vos lecteurs devraient être informés.

Permettez-moi d'en corriger quelques-unes :

- Vous affirmez que nous avons réduit nos investissements en R&D. En fait, nous avons constamment investi plus de 3,5 milliards d'euros par an au cours des trois dernières années, dont une part importante pour l'électrification, les technologies de conduite autonome et la connectivité.

- Vous citez une analyse selon laquelle nos amendes pour les émissions de CO2 en Europe seraient de 3,24 milliards de dollars si les normes 2020 étaient appliquées à nos ventes de 2018. Mais vous négligez de prendre en compte que notre flotte sera évidemment différente en 2020 ; que, selon cette même méthodologie, au moins trois concurrents importants se verraient imposer une pénalité encore plus lourde ; et que nous avons clairement défini notre plan pour atteindre la pleine conformité aux normes chaque année - et sans l'utilisation de crédits après 2021.

- Vous affirmez que "l'électrification est totalement absente" de notre gamme aujourd'hui. En réalité, notre Chrysler Pacifica hybride a été le 4ème hybride rechargeable le plus vendu aux États-Unis en 2018 et la Fiat 500e, le 7ème modèle électrique le plus diffusé. D'ici 2022, nous proposerons des variantes électrifiées sur plus de 30 modèles de nos différentes marques dans le monde entier. Et notre plan stratégique prévoit environ 9 milliards d'euros d'investissements pour développer et produire 12 systèmes différents d'électrification pour l'ensemble de nos architectures de véhicules.

- Vous affirmez que nos marques aux États-Unis ont "chuté". En fait, la part de nos véhicules commerciaux Ram a augmenté de 40 % lors du dernier trimestre par rapport à la même période de l'année précédente dans le segment le plus important et le plus rentable des États-Unis. Sa part a presque doublé depuis 2009. À l'échelle mondiale, notre marque Jeep est passée de 338 000 unités livrées en 2009 à 1,6 million en 2018 et 60% de cette croissance sur la seule Amérique du Nord. Lorsque vous pointez la baisse de nos ventes d'automobiles aux États-Unis, vous oubliez de mentionner que nous avons annoncé en 2016 faire délibérément le choix d'une évolution de notre gamme des véhicules à faible marge vers les camions et SUV à marge élevée - une décision stratégique couronnée de succès que le reste de l'industrie est en train de mettre en œuvre rapidement.

- Vous notez que les livraisons mondiales de FCA ont baissé de 11 % au premier semestre. Mais vous négligez de préciser à vos lecteurs que c'était pour respecter notre engagement annoncé de réduire les stocks de nos distributeurs sur nos principaux marchés.

Le Groupe FCA est plus fort qu'il ne l'a jamais été depuis 10 ans, avec un bilan solide, une marge de près de 9 % grâce à des bénéfices records en Amérique du Nord et un portefeuille robuste de nouveaux produits et de technologies dans le monde entier. Nous sommes un leader du marché et en croissance rentable en Amérique latine ; nous lancerons l'an prochain en Europe la toute nouvelle Fiat 500 électrique et deux Jeep hybrides rechargeables et nous investissons pour répondre à la demande de nos marques dans chacun de nos marchés clés. Lors de notre dernière présentation des résultats trimestriels, nous avons confirmé notre objectif actuel pour l'exercice qui signifie une nouvelle année record pour notre Groupe.

Comme la plupart des entreprises de notre secteur, nous sommes ouverts depuis des années à la possibilité de rapprochements et de partenariats qui pourraient créer plus de valeur pour nos actionnaires. Mais contrairement à certaines entreprises de notre industrie, nous n'avons pas besoin de telles combinaisons pour prospérer.

Andrea Pallard, Directeur de la communication, EMEA

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2019 à 13:54 :
Que de commentaires rapides pro-Fiat!
En essayant de ne pas avoir d'à prioris.
1-Ouvrer le site internet Fiat et regarder la gamme: franchement pas séduisante et vieillotte!
2-Après les technologies Fiat (3.9milliards, il doit y avoir un bon nombre de résultats) de sacré résultats!): ils sont où les modèles hybrides et électriques en Europe? La Fiat 500e a été développée car c'est une obligation pour la Californie. Selon l'ancien patron de Fiat jusqu'en 2018 Magionne, il ne fallait pas l'acheter car elle coutait de l'argent à Fiat.
3-Ensuite pourquoi autant de volonté de s'adosser à un autre groupe?
4-Pour le dernier commentaire, pour avoir travaillé avec et dans un de ses groupes industriels, les italiens nous apportent beaucoup moins qu'on ne leur apporte que ce soit techniquement / industriellement, commercialement et financièrement.

Pour conclure, messieurs de PSA prenez le temps de peser le pour et le contre, et bétonner le futur management.
a écrit le 23/10/2019 à 12:41 :
Très belle réponse de fca à ce tissu de bêtises... Franchement quelle honte d’écrire des articles pareils...
Réponse de le 30/10/2019 à 13:55 :
des éléments factuels pour soutenir votre intervention?
a écrit le 27/08/2019 à 14:50 :
C est article peux crédible et loin de la réalité industriel de la France et de nos voisins italiens que l on sous estimes comme un certain Mr Cabirol qui écrivait que l Italie a fait appel a la France pour finaliser sa fusée Vega . information conplettement infondé.le dernier grand prix F1 d Allemagne 6 moteurs Ferrari du groupe Fiat dans 10 premiers les 4 moteurs Renault on tous exsplosers
a écrit le 27/08/2019 à 13:56 :
comment peut on écrire que le Groupe FIAT (Exor) est dans une impasse
technologique ? c'est d'un ridicule!! quand les usines du groupe produisent des pièces, des moteurs, des technologies, des brevets vendus / utilisés dans le monde entier. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Nos franchouillards sont toujours envieux,pleins de préjugés, (presque racistes) avec notre voisin du sud alors que nos coopérations industrielles fonctionnent bien mieux qu'avec les entreprises de nos voisins du nord ex.: MBDA(missiles), ATR (avions), STMicroélctronique, Ariane / VEGA (fusées, moteurs AVIO), Thales Alenia Space (satellites), drone MALE avec Dassault, Fremm avec Fincantieri....
a écrit le 26/08/2019 à 22:13 :
On pourrait se dder pourquoi Carlos Tavares était si intéressé par un rapprochement avec FCA.
Le marché américain pourrait être une véritable opportunité pour ses suv malgré la forte implantation de ses homologues germaniques qui possède des usines d'assemblage ???
Ou bien, répéter le coup avec Opel qui a dégagé en qcqs mois des synergies importantes avec PSA, sachant que le PDG s'est engagé sur une augmentation à moyen terme de la profitabilité du groupe ???
En tout cas, ce rapprochement semblait faire plus sens qu'avec Renault peu armé en terme de gamme pour affronter le marché américain.
a écrit le 26/08/2019 à 21:18 :
Les experts de ce forum il faut lire la contre vérité de FCA et pas toutes les salades comme N1 cool et dautres
a écrit le 26/08/2019 à 20:31 :
J aimerais que mes commentaires soit publiés .meur Bourassi il faut vous documenter avant d ècrire n importe quoi vos articles me rappelle un certain Verdovoi .vous faites des articles qui font du tort à FCA et sont adore' par certains franchouillard j espère un article avec de vraies chiffres et pas du n importe quoi
a écrit le 26/08/2019 à 17:09 :
Vu d'Amerique, il n'y a pas photo! Seul Fiat arrive a vendre ses Ferrari, Maserati, Alfa-Romeo, et meme des Fiat 500 ! Pas de gros volumes, mais de grosses marges sur les vehicules premium ! Renault ne vend absolument rien aux USA depuis plus de 50 ans!
Fiat a l'art du design, meme si la mecanique n'est pas toujours a la hauteur de l'esthetique ! Pour la Fiat 500, il est evident que Fiat cherche a imiter la Mini en la proposant a bien moindre cout sur le marche US. Dernier atout: Fiat fait des spots publicitaires bien cibles, et plutot amusants. Motor Trend a fait plusieurs fois des commentaires elogieux sur certains modeles premiums( Maserati et Alfa).D'une maniere generale les Italiens savent vendre leurs produits, ici comme ailleurs...
Renault a laisse un tres mauvais souvenir aux Americains avec ses modeles Dauphine et R5 qui ne faisaient pas le poids face aux Coccinelles de VW!
a écrit le 26/08/2019 à 9:40 :
Pas un mot de Jeep? Si ca c'est pas un article dirigé, je ne sais pas ce que c'est...
a écrit le 25/08/2019 à 15:09 :
Meur Bourassi
votre article plaît au franchouillard mais comme Raca je ne suis pas de votre avis avec la façon de sous évaluer le groupe Fiat .vous faites des éloges de Renault alors que sa valeur boursière à perdu 4o pour cent. Chez Iveco défense ont fabriqué des blindés de à z pas comme chez Nexer qui est obligé d acheter les plates-formes en Allemagne et les moteurs en Italie c est comme comparer Ducati à Motobecanne .sur les routes de France 8 campings cars sur 10 sont des Fiat
a écrit le 24/08/2019 à 11:49 :
Très bon article, qui fait un point complet sur les (quelques) forces et (nombreuses) faiblesses de Fiat.
Sachant qu'au final il faudra un jour ou l'autre que l'un prenne l'ascendant sur l'autre (contrairement à ce que Renault a toujours voulu nous faire croire).
Renault a fait preuve de faiblesse envers Nissan il y a 20 ans, et doit impérativement éviter une nouvelle erreur.
Problème, quand Fiat ne fait que rouler des mécaniques et se comporte de façon disproportionnée par rapport à son poids réel, la confiance va être TRES difficile à instaurer au sein d'un hypothétique nouveau groupe.
a écrit le 24/08/2019 à 10:48 :
Bien essayé mais vision franco française très loin de la réalité, FCa fait beaucoup plus de bénéfices que renault et si on veut être objectif et oublier son chauvinisme maladif,son plan de développement pour les années futures n'a rien à envier à celui de Renault et la fusion avec un autre constructeur n'est pas du tout vitale.
Réponse de le 26/08/2019 à 18:01 :
@ Ricard

Il semble que vous ne connaissez rien au sujet ;

FCA est rentable sur deux marques US, Jeep et Dodge, tout le reste est bon pour la casse; Maserati et Alfa sont en chute libre malgrè les milliards investis, Fiat est un fantôme
De quel plan produit parlez-vous ? Inexistant, en dehors des deux marques US ...
Les usines italiennes sont des gouffres financiers, l'usine la plus chargée est celle qui fabrique des utilitaires pour ..... PSA !!!
Ne parlons pas de technologie, c'est carrément l'apocalypse, deux milliards de dollars dépensés pour acheter le droit à polluer auprès de Tesla ...

Les Agnelli tentent le même coup que Chrysler, j'espère qu'on va les envoyer paître
a écrit le 24/08/2019 à 6:31 :
Chez nous aussi, un fleuron industriel avec beaucoup d'innovations et de R&D, suite à un changement de génération est devenu tout autre chose en quelques années. C'est la vie de ces groupes créés en seconde partie du siècle dernier. Changement d'homme, changement d'ère, changement de vision avec abandon de l'industrie "mécanique". Pourquoi pas, mais pas les mêmes résultats en matière de "brillance industrielle".....
a écrit le 24/08/2019 à 6:30 :
Chez nous aussi, un fleuron industriel avec beaucoup d'innovations et de R&D, suite à un changement de génération est devenu tout autre chose en quelques années. C'est la vie de ces groupes créés en seconde partie du siècle dernier. Changement d'homme, changement d'ère, changement de vision avec abandon de l'industrie "mécanique". Pourquoi pas, mais pas les mêmes résultats en matière de "brillance industrielle".....
a écrit le 23/08/2019 à 23:11 :
Ce que je ne comprends pas, on parle beaucoup du retard du FCA face a Renault. Retard sur l électrique, suv et plateforme polyvalente. Mais aujourd'hui la plateforme Giorgio est capable de sortir du 2 ou du 4 roue motrice par exemple et est très réputé. Une Fiat 500 avec quelques année a l'air de mieux marcher qu une twingo. Renault ne propose aucun véhicule hybride la où alfa annonce un suv compact hybride. La Zoé quand a elle est loin d être une référence dans les véhicules électriques quand Une Fiat 500 électrique arrive sur le marché.
Réponse de le 24/08/2019 à 10:20 :
la plateforme Giorgio tu la trouves en avance ou contemporaine peut etre ?
Ca se vend les Stelvio? Les Giulia ?
Ce sont des bides commerciaux. Alfa a jamais vendu si peu , 50 000 ventes sur 1 an dans le monde.
Pourquoi elles se vendent pas les Alfa ? Parce que la plateforme Giorgio n'est pas moderne. Il y a trop d'équipements que les clients attendent qui ne peuvent etre assemblés sur cette plateforme.
BMW, Volvo, Mercedes proposent beaucoup mieux à prix équivalent que le Stelvio ou la Giulia.

Une Fiat 500 ca marche surtout en Italie, ce n'est pas un succès europeen. Ca vend tellement moins qu'une Clio, une Polo, une 208 ou une Golf.
La 500 ca se vend car il y a pas vraiment moins cher à cause justement de son retard technologique hallucinant par rapport à la concurrence.
Ce qui achete une 500 ils ont un gps en bois, une clim manu, aucun regulateur de vitesse et j'en passe. Les gens regardent seulement le prix pour la 500, le fait qu'elle est citadine donc facile à garer et un peu le look qui passe encore mais s'ils avaient plus d'argent, ils prendraient mieux donc la 500 ne rivalisent pas avec les best sellers des autres constructeurs européens, c'est juste une réponse à l'occasion et un trip en Italie car si tu retires ce pays, cette voiture ca fait longtemps qu'elle serait supprimé du catalogue de FCA.

La 500 electrique, tu en parles comme si tu connaissais ses perfs. Alors parles en nous. Elle a une meilleure autonomie que la Zoé 2 ? Elle coute moins chere? Elle a de meilleurs équipements? Elle a plus de sécurité que la Zoé? Un meileur agrément de conduite et de confort?
Bon alors ne vante pas l'arrivée de la 500 electrique qui peut etre un enorme fail. D'ailleurs je le vois venir.
une 500 electrique qui sera beaucoup trop chere et sous équipée par rapport à ses concurrents la e208, la eCorsa, la Zoé etc.
Réponse de le 24/08/2019 à 11:43 :
n1cool,

oui et non, la plupart des clios vendu on un équipement pas fou fou. les zoé vous en voyez ? moi pas trop, moins que des tesla en tout cas. concernant la 500 electrique je signale seulement que (si ce n'est pas du vent) elle prouve seulement l’existence de la technologie électrique chez FCA. la concurrence de la 500 d’ailleurs n'est pas la clio, mais plutot opel adam et renault twingeo et dans cette niche la 500 ce vend mieux, sans parler des version Abarth qui au vu du prix son acheté plus par choix que par Default. Le problème d'alfa Romeo c'est le placement premium inadapté d'un point de vu image plutôt que d'un réel Default lié a la voiture. c'est de bonne voiture avec une mauvaise image. souvenez vous de la sortie de la Mazda 6 a l’époque niveau technologique elle avait 5 ans d'avance sur les allemandes et pourtant en Europe personne n'en a voulu. et avec un budget de 35000e vous aurez une meilleur voiture chez alfa romeo que chez mercedes. après je ne suis pas spécialement pro FCA si l'article etait orienté en faveur de FCA j'aurais fait pareil en faveur de renault.
Réponse de le 25/08/2019 à 19:39 :
La 500 électrique est prévue pour 2023, alors que la Zoé sera à la 4e version à ce moment -là. La Zoé était la première voiture électrique vendue en Europe, elle vient d'être dépassée par la Tesla3. Il est évident que Fiat est très en retard dans la voiture électrique.Les hybrides rechargeables de Renault commencent à sortir à la fin de l'année.On annonce une mégane hybride pour fin 2020.
Cela étant dit, les ventes d'hybrides commencent à chuter.Avec l'augmentation de l'autonomie des voitures électriques,il est beaucoup plus intéressant d'avoir une électrique que d'avoir l'inconvénient de devoir payer l'entretien de 2 moteurs,dans le cas de l'hybride.
Réponse de le 27/08/2019 à 12:59 :
Je sais bien que le segment de la 500 c'est la Twingo, la C1, la 108 ou l'Adam, pas la Clio mais je les compare par rapport à leur marque, la 500 c'est la voiture à volume de Fiat comme la Clio l'est pour Renault.

Pourquoi Fiat vend plus de 500 que Renault de Twingo, que Psa de 108, C1 ou Adam ?
Parce que Fiat n'a que ça à proposer à sa clientèle et fait toute sa publicité sur la 500 uniquement, là où Renault, PSA, Volkwagen et les autres constructeurs n'axent pas toute leur publicité sur leur micro-citadine, le modèle le moins cher qu'ils ont en catalogue.
Forcément ca fait une énorme différence quand un constructeur met toutes ses billes dans un segment que les autres considèrent à peine et preferent d'autres segments, la citadine, les compactes et les suv.
Puis en plus de cet avantage médiatique énorme de la 500 par rapport à ses concurrentes micro-citadine, elle est poussée par son 'pays' local qui n'achete que des micro citadines comme voitures, là où dans les autres pays d'Europe, la micro-citadine n'est pas le segment d'automobiles préféré.

Donc la 500 fait plus de volumes que les autres micro-citadines dus à ses facteurs uniquement (l'Italie n'achete que de la micro-citadine et Fiat n'a que ca a proposé en catalague, pas de citadine ni de compacte). Donc tout un pays qui achete la micro citadine de Fiat, forcément ca fait exploser les ventes de la 500 au dépens des autres marques.
Et apres ca ose dire que Fiat 500 c'est un succes en Europe alors que c'est surtout les ventes italiennes qui font qu'elle vend beaucoup. Dans les autres pays d'Europe, elle arrive meme pas dans le top 20 ou meme Top 50 des voitures les plus vendues par an.
Réponse de le 27/08/2019 à 13:28 :
Tout comme Renault qui ne vend qu en France.
a écrit le 23/08/2019 à 22:34 :
Les Dirigeants de Renault ont bien fait de ne pas tomber dans le panneau . Ce sont des gens intelligents, mais dommage que Carlos Gohsn ne soit plus aux commandes : c'est lui qui aurait dominé les Italiens...
J'espère qu' ils ne se mettront pas de nouveau à table avec des gens aussi bluffeurs. Qui a voulu tromper est capable de récidiver...
a écrit le 23/08/2019 à 20:50 :
Fiat est condamnée à fusionner ...pour éviter la disparition.

Votre titre est bon mais pas assez clair, il manque la suite du message.
Condamnée à fusionner, pourquoi?
pour eviter la disparition, la mort.

Fiat a besoin de Renault ...pour survivre. Il faut l'ecrire clairement.
Renault n'a pas besoin de Fiat pour survivre.
Renault n'est pas condamnée à fusionner pour éviter la disparition.
Le plan produit de Renault est efficace dans le low cost comme dans le généraliste.

Fiat à l'inverse son plan produit dans le généraliste est catastrophique, dans le premium est tres insuffisant et meme inutile. Son plan produit dans le low cost c'est la marque Fiat et ca ne vaut pas Dacia et son plan produit dans le haut de gamme avec Maserati est là aussi tres insuffisant voire inutile car comme Alfa dans le premium, Maserati n'arrivera jamais au niveau qualitatif de Mercedes, Jaguar ou Bentley.
Alfa n'arrivera jamais au niveau qualitatif de Volvo, Bmw, Mercedes ou Audi.

Fiat Chrysler Automobiles est juste un groupe américain qui ne survit que sur les marques américaines Jeep et Ram. Fiat, Alfa, Maserati, Lancia sont juste des boulets que trainent le groupe et qui l'amene droit dans le mur d'où la necessité absolue pour FCA de chercher un groupe avec qui fusionner.

Les profits que fait FCA sont trompe l'oeil, ce sont juste de l'argent placé dans la case résultat net au lieu d'etre placé en amont dans la case investissement. Du coup le résultat net de FCA recoit en fait des liquidités qui chez les autres constructeurs vont dans le budget investissements et qui donc réduit pour eux le résultat net.

Le résultat net de FCA est trompe l'oeil, c'est le bénéfice du groupe sans aucune dépenses industrielles, là où les autres constructeurs présentent un résultat net identique en montant à celui de FCA et meme supérieur mais dont il est obtenu déduit des milliards d'euros ou de dollars placé en R&D.
C'est le cas pour Renault SA comme pour PSA.

Puis chez FCA, si le groupe devait se scinder, les marques américaines vaudraient en fait 17 milliards d'euros à elles toutes seules quand les marques italiennes ne vaudraient meme pas 1 milliard de capitalisation boursière car elles ne gagnent pas d'argent, ont d'énormes problemes structurels et ne vivent que sur les profits des marques américaines.
Renault SA par contre vaut bien 15 milliards d'euros et la participation de Renault dans Nissan n'est meme pas valorisée dans le cours de bourse car cette participation à elle tout seule vaut 10 milliards d'euros.
A la différence des marques italiennes de FCA (fiat, lancia, alfa, maserati), Renault gagne de l'argent par lui meme sans Nissan, Renault developpe ses technologies electriques sans Nissan (leaf 1 et 2 et zoé 1 et 2 sont deux plateformes et technologies differentes, et les technologies hybrides idem, Renault a sa propre technologie hybride et Nissan la sienne. Ils partagent uniquement les couts de plateformes pour sortir des nouveaux modèles et le cout d'achats des materiaux et fournitures). Voilà pourquoi les deux compagnies sont des alliées et pas des soeurs jumelles.
Réponse de le 24/08/2019 à 15:42 :
Avant de raconter autant de bêtises vérifier vos sources.....
Réponse de le 24/08/2019 à 17:42 :
Si je comprends bien, si on affecte au cpte de résultat une part normale d'amortissement comparable à celle d'un constructeur de la taille de Fiat, la firme est un gouffre financier et non pas une firme rentable . Comme quoi on fait dire ce qu'on veut aux chiffres. Gageons que JDSenard n'est pas tombé ds le panneau...
a écrit le 23/08/2019 à 17:07 :
Pour mémoire les responsables Renault étaient prêts à signer et ont critiqué Lemaire....
a écrit le 23/08/2019 à 16:40 :
Cela fait 10 ans qu'on annonce FCA,d'abord en faillite, en retard technologiquement et obligé de s'adosser à un grand constructeur.On attend toujours.Cela viendra peut-être un jour,mais ça ne sera pas à cause de sa production,mais plus surement à cause d'Elkann qui semble suivre les traces de son grand-père,qui voulait se débarrasser de l'automobile pour jouer les financiers.
a écrit le 23/08/2019 à 16:00 :
Bien essayé de la part des Agnelli, mais pour ce conglomérat hétéroclite en retard et en difficulté le pire est à venir. Heureusement que Renault s'est ressaisi et appaisé après la tourmente Goshn.
Réponse de le 23/08/2019 à 16:51 :
"Bien essayé de la part de Agnelli",mais il n'a pas du le répéter deux fois pour que le patron de Renault dise oui. Maire et Macron y étaient favorables.L'affaire a capoté uniquement à cause de la levée de boucliers de la France patriote, qui aurait pu mal voter aux Européennes.Et Renault ne s'est pas "ressaisi",puisqu'il continue à négocier.
Réponse de le 24/08/2019 à 10:54 :
Les franchouillards sont de sortis ....🤣🤣🤣atenzione atenzione...le commentaire ou peut être une reflexion éclairée est à pleurer....
a écrit le 23/08/2019 à 15:47 :
Fin du feuilleton ? aucun intérêt donc pour Renault de fusionner avec Fiat.
a écrit le 23/08/2019 à 12:32 :
Merci de confirmer ce dont on se doutait, Fiat est complètement larguée technologiquement faute d'investissement en R&D.
a écrit le 23/08/2019 à 11:54 :
Pas du tout rare de voir sur les routes et villes de Coree, Maserati, Fiat 500X et autres italiennes. En comparaison on cherche les Renault....faut dire que le rapport qualite......
a écrit le 23/08/2019 à 11:15 :
Bravo M. Bourassi
Très bon article. Vous, Michel Cabirol et Michel Santi êtes mes préférés
a écrit le 23/08/2019 à 11:13 :
Ici c'est un soufflé qui retombe pas un soufflet.
a écrit le 23/08/2019 à 10:58 :
"mais le soufflet est vite retombé".... une perle pour le Canard ?
Le souflé, serait mieux, sans duel à la clé ;-)
Réponse de le 23/08/2019 à 19:28 :
Je dirai même plus: soufflé...
a écrit le 23/08/2019 à 10:13 :
Donc si je trouve que vous voulez que Renault aussi D énormément de retard sur toutes les innovations d'avenir entre autres sur l'électrification, une technologie totalement absente aujourd'hui et qui risque de lui coûter extrêmement cher dans les prochaines années.
a écrit le 23/08/2019 à 8:17 :
Bien sûr que c'est un énorme piège ce rapprochement. A éviter absolûment. Et l'article devrait insister plus, et chiffrer, la tôle qu'attend Chrysler sur le CO2 aux usa. Assurément ça donnera le cqfd de l'affaire !
a écrit le 23/08/2019 à 7:45 :
Comme d'habitude, article bien documenté. Un régal. Dommage qu'un très bon motoriste comme Fiat disparaisse à long terme.
Pour memoire le Fiat G55 Centauro était l'un des meilleurs chasseurs de la IIGM
a écrit le 23/08/2019 à 1:29 :
Corrections:
1) CNH Industrial appartient toujours à FIAT (Exor coffre fort de la Famille Agnelli)
2) Ferrari est une société du groupe qui à mon humble avis ne manque pas de technologies dont Fiat utilise les brevets…
3) Fiat n'est pas endetté….
4) Fiat présent en Europe en Amérique du Nord USA / Canada en Amérique du Sud Brésil / Argentine
5) les marges sont bien supérieures aux USA et au Canada par rapport à l'Europe
6) Fiat a des marques très intéressantes …
Renault n'a pas tout cela malheureusement
c'est un article incomplet et peu sérieux pour un journaliste professionnel
Réponse de le 23/08/2019 à 8:03 :
@ raca :
L’article ne dit pas que FIAT n’a aucun atout, mais qu’il est dans une impasse technologique.
Réponse de le 23/08/2019 à 10:01 :
Vous faites plein de confusions et d'amalgame entre la holding financière EXOR de la famille Agnelli et FCA, dont il est question ici.

Les participations d'EXOR sont les suivantes :
FCA : 30% du capital
CNH Industrial : 27% du capital
FERRARI : 23% du capital

FCA n'est donc pas actionnaire ou propriétaire de FERRARI, ni de CNH, il ne faut pas confondre. C'est EXOR qui est actionnaire.

La fusion dont il est question ici concerne RENAULT et FCA, et non pas la Holding EXOR. Donc FCA n'apporte pas du tout CNH ou FERRARI dans la corbeille de la mariée, encore moins les technologies de FERRARI, il ne faut pas rêver.
Concernant FCA, le marché US est en plein déclin. Les ventes de Chrysler s'écroulent et ils vont surement annoncer des restructurations comme le font FORD et GM. Donc pas de quoi faire rêver RENAULT.

FCA n'est pas endetté, car ils on coupés dans les frais de structure. Aucune R&D, aucun plan produit, aucun investissement 4.0 dans les usines, aucunes nouvelles technologies, pas de plateforme récente, pas de motorisation électrique, hybride. Ils ont 10 ans de retard sur RENAULT et même plus si l'on prend l'alliance RENAULT NISSAN. Donc le jour ou FCA va devoir investir, forcément ils vont s'endetter.

FCA a voulu précipiter RENAULT dans un piège, en l'absence de Carlos GHOSN, qui ne serait jamais tombé dans le panneau. Laissons les italo-américains s'en sortir seul RENAULT n'a pas besoin de FCA. RENAULT et l'ALLIANCE sont présents partout dans le monde.
Réponse de le 23/08/2019 à 13:37 :
On comprend que nous n êtes pas du secteur...mais c est pas grave beaucoup comme vous vont ces amalgames
a écrit le 22/08/2019 à 22:49 :
Ça ne peut être un rapprochement entre égaux. Car qu'apporte Fiat en échange de l'expertise et du savoir faire industriel de Renault ( logistique industrielle 4.0, plateformes, véhicule électrique connecté, véhicule autonome, véhicule low cost)?? Pour ainsi dire rien ds ce domaine.
Peut être des synergies conséquentes à la clé sachant que l'outil industriel de Fiat doit être rationalisé, même s'il est actuellement profitable, en s'inspirant de la mise à niveau d'Opel (à l'époque déficitaire) par PSA.
Surtout faire rapidement des investissements élevés en RD pour renouveler et étoffer les gammes ds l'électrique surtout.
Sinon, l'ouverture au marché américain est il une opportunité pour Renault qui manque de gros modèles Suv ou Premium à l'image des marques allemandes très représentées aux US ?? Pas évident du tout.
Réponse de le 24/08/2019 à 17:56 :
Le marché américain est en déclin pas sur que pour Renault ça soit une bonne opportunité ni avantage et si c'est la seul chose que peut offrir Fiat à part parler de "synergie" sans détailler d'avantage alors autant mettre fin à cet histoire,cette fusion n'a aucun intérêt pour Renault et pour Fiat elle consiste à piller Renault et en France on a déjà bien trop l'habitude de ce genre de chose "soit disant avantageuse pour nous".
---------------------------------------
J'espère que des groupes politiques vont s'emparer de l'affaire et bien jouer sur cette fibre,Renault est une entreprise qui conserve quand même une certaine place dans l'esprit des français,les coups foireux de leurs dirigeants et Bruno Le Fanatique sous prétexte d'Airbus européen de la voiture ou je ne sais quoi d'autres comme synergie bidon ne passeront pas aussi facilement.
a écrit le 22/08/2019 à 21:22 :
Je ne me félicite pas des déboires de Fiat qui est une marque historique.
a écrit le 22/08/2019 à 20:37 :
Merci pour cet article détaillé et enrichissant. Je comprends mieux pourquoi personne ne veut vraiment s'associer à eux.
a écrit le 22/08/2019 à 20:35 :
Article très intéressant et complet!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :