Rachat de Valeo Siemens eAutomotive : "l'impact sur la dette est raisonnable et temporaire" pour Valeo (Christophe Périllat, DG)

ENTRETIEN. L'équipementier automobile français a annoncé le rachat de la participation de Siemens dans la coentreprise spécialiste de l'électrification haute tension des véhicules. L'impact sur l'endettement de Valeo interroge les marchés. Christophe Périllat, nouveau directeur général du groupe, reste convaincu que ce projet sera un important créateur de valeur pour l'entreprise.
Christophe Périllat a succédé le 26 janvier dernier à Jacques Aschenbroich pour diriger le deuxième équipementier automobile français.
Christophe Périllat a succédé le 26 janvier dernier à Jacques Aschenbroich pour diriger le deuxième équipementier automobile français. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

LA TRIBUNE- Vous avez annoncé hier soir l'acquisition de la participation de Siemens dans la coentreprise créée il y a cinq ans. C'est la première brique du nouveau Valeo que vous souhaitez dessiner ?

CHRISTOPHE PERILLAT- C'est effectivement une première décision très forte qui construit un Valeo plus fort et renforce notre position de champion de l'électrification.

Cette opération n'est pas vraiment une surprise, Valeo a toujours voulu se renforcer dans l'électrification, mais pourquoi maintenant ?

Parce que le marché accélère. Alors Valeo accélère aussi. Nous voulons intégrer cette activité dans notre pôle Propulsion pour accélérer notre innovation, notre compétitivité et notre trajectoire financière. En outre, je rappelle que la constitution de la coentreprise, il y a cinq ans, donnait des droits à Siemens sur la cession de ses titres, et des droits à Valeo sur leur acquisition, en fonction d'un calendrier très précis.

Les marchés vous ont souvent interrogé sur cette coentreprise... A plusieurs reprises, ils vous ont sanctionné en Bourse sur ses lourds investissements. Ce matin encore le titre Valeo a été chahuté.

Les marchés ont exprimé des incertitudes quant au prix d'acquisition de la participation de Siemens et notamment son impact sur la dette. Je veux lever ces incertitudes. Cette transaction est très bonne pour Valeo, son impact est raisonnable et temporaire. Je le démontrerai le 25 février prochain lorsque je présenterai mon plan stratégique à horizon 2025. En attendant, je veux rappeler quelques chiffres. Valeo Siemens eAutomotive, c'est un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros cette année, c'est 4.000 salariés dont 1.600 ingénieurs, 2.000 brevets hautement innovants, 21 clients constructeurs, 8 usines. Valeo Siemens eAutomotive équipe deux véhicules sur trois dans le monde. C'est un objet dont j'ai la conviction qu'elle créera beaucoup de valeur pour Valeo.

Quand cette structure sera-t-elle rentable ?

Les pertes seront divisées par deux en 2022 par rapport à 2021. Evidemment, ce ne sont pas les chiffres que nous imaginons en 2019. Mais j'observe que la trajectoire de progrès est robuste et rapide. Cette trajectoire va s'accélérer avec l'intégration à l'intérieur de Valeo.

Pour être très concret, à quoi ressemblera votre nouvelle division en termes de technologies et de produits ?

C'est un métier dans lequel nous maîtrisons l'ensemble des technologies, basse tension comme haute tension. Pour la haute tension, il s'agit des moteurs, des onduleurs et des chargeurs embarqués. Grâce à l'intégration de Valeo Siemens eAutomotive, nous aurons une équipe d'ingénieurs capable en fonction de la dynamique des marchés de passer d'une technologie à l'autre. Nos produits sont d'ores et déjà reconnus comme parmi les meilleurs au monde.

Est ce que cette opération n'est pas une façon d'anticiper la baisse des perspectives autour de l'hybridation ?

Il y a encore beaucoup de choses à développer autour du 48 volts, les opportunités commerciales sont encore très nombreuses avec d'importantes perspectives de croissance. Je les préciserai le 25 février prochain.

Le plus gros des investissements est-il désormais derrière vous ?

Les investissements technologiques et industriels importants ont été faits. Mais le monde ne s'arrête pas là, il faudra évidemment continuer à investir parce que c'est un marché qui va continuer à croître.

Valeo pourra-t-il continuer à investir sur autant de métiers (capteurs, aides à la conduite, cockpit du futur, dépollution...) ?

J'expliquerai notre stratégie le 25 février prochain. Mais, l'activité d'électrification sera parmi celles qui croîtront le plus dans l'avenir. Sur ce point-là, nous nous sommes donnés une feuille de route stratégique claire, et nous allons passer à une phase d'exécution. De ce point de vue là, Valeo a largement prouvé qu'il avait le bon modèle d'exécution opérationnel. Je rappelle que nous avons livré tous nos clients en 2021, malgré la pénurie des semi-conducteurs.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.