Novartis dans le collimateur des Etats-Unis

 |   |  682  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement américain accuse le géant pharmaceutique suisse Novartis d'avoir versé des pots-de-vin à des médecins et des pharmaciens pour les inciter à prescrire certains médicaments. Novartis expliquait récemment pourquoi le groupe obtenait de bonnes notes pour son dispositif de lutte contre la corruption.

 Pour la deuxième fois en trois jours vendredi, le gouvernement américain a porté plainte contre le géant pharmaceutique suisse Novartis, accusé d'avoir versé des pots-de-vin à des médecins et des pharmaciens pour les inciter à prescrire certains médicaments.

"Le département américain de la Justice [DoJ] a déposé une deuxième plainte au civil contre Novartis Pharmaceuticals invoquant des pots-de-vins payés par la société à des prestataires de santé", explique le département , dans un communiqué. Le document précise que le gouvernement cherche à obtenir "le maximum de dommages et intérêts autorisé par la loi" pour avoir corrompu "des médecins afin de les inciter à prescrire des produits de Novartis qui étaient remboursés par les programmes d'assurance-santé fédéraux".

Rappel des faits

Novartis est principalement accusé d'avoir payé des médecins pour des conférences sur certains médicaments, le Lotrel et le Valturna (hypertension) ou le Starlix (diabète) lors d'événements qui n'étaient rien d'autre que des déplacements récréatifs. Dans plusieurs cas Novartis a payé des médecins pour de "prétendues conférences qui n'ont pas eu lieu du tout, auxquelles personne ou quasiment personne n'a assisté", poursuit le DoJ.

Parfois, toute allocution était même virtuellement impossible "comme lors de sorties en mer pour pêcher en Floride" ou dans des restaurants de la chaîne Hooters connue pour ses serveuses très pulpeuses en T-shirts et shorts très moulants, détaille encore le DoJ. Les médecins étaient également souvent invités dans des restaurants chics et chers: il donne l'exemple d'un dîner où, outre un repas à 672 dollars par tête, le médecin invité a reçu un honoraire de 1.000 dollars. Ces programmes de supposées conférences "étaient très rentables en termes d'ordonnances supplémentaires générées pour ses médicaments", souligne le DoJ.

Petits plats dans les grands

Le laboratoire helvétique n'a donc pas lésiné et y a consacré 65 millions de dollars entre janvier 2002 et novembre 2011 pour 38.000 programmes de conférences liées aux Lotrel, Valturna et Starlix. "Les patients méritent des soins fondés sur le jugement médical d'un médecin, pas sur son intérêt financier", a commenté Stuart Delery, l'un des procureurs cité dans le communiqué. Les programmes fédéraux d'assurance-médicale Medicare et Medicaid, pour les personnes âgées ou à faibles ressources, "ont dû verser des millions de dollars de demandes de remboursements entachées de corruption", dénonce-t-il encore.

La plainte de vendredi est de plus vaste ampleur que celle déposée mardi, qui accusait Novartis d'avoir, depuis 2005, poussé au moins une vingtaine de pharmacies "à orienter des milliers de patients ayant reçu une greffe" vers l'un de ses médicament, le Myfortic, en proposant "des pots-de-vin sous forme de rabais et de promotions".

Un premier avertissement en 2010

Les autorités fustigent aussi Novartis pour avoir tenu des programmes de conférences de médecins qu'il "savait entachés de possibles pots-de-vins" alors qu'il avait passé un accord amiable de 422,5 millions de dollars avec le gouvernement américain en septembre 2010 pour mettre fin à des accusations de marketing et d'incitations illicites à prescrire certains médicaments.

"Nous sommes en désaccord avec la manière dont le gouvernement dépeint notre conduite dans ces deux cas. Novartis investit beaucoup de temps et de ressources pour s'assurer que nous conduisons nos affaires de façon responsable", a commenté André Wyss, président de Novartis aux Etats-Unis.

Novartis se défend

"Les rabais et ristournes par des compagnies pharmaceutiques sont des pratiques usuelles, correctes et légales reconnues par le gouvernement lui-même" et les "prestations de médecins lors de conférences sont une pratique usuelle et acceptée de notre secteur", a ajouté une porte-parole, précisant que Novartis allait se défendre.

En 2012, dans un entretien accordé à "20 minutes", Peter Kornicker, responsable de la conformité chez Novartis expliquait pourquoi le groupe a obtenu de bonnes notes pour son dispositif de lutte contre la corruption.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2013 à 14:37 :
Un delit...????????????? pas en France
a écrit le 29/04/2013 à 11:58 :
Et après on s'étonne qu'il y ait tant de médecins alcooliques ! A force de leur verser des pots- de- vins ...
a écrit le 29/04/2013 à 7:34 :
Il faut être clair: les US ont décidé de forcer la suisse à rentrer de gré ou de force dans l'UE. Ils ont donc commencé par attaquer ses banques, ils vont continuer avec les industries qu'ils ont sous la main. En attendant, le département de la justice fait tout pour ne pas poursuivre ceux qui le méritent chez eux...
a écrit le 28/04/2013 à 20:37 :
FDA : 1ere agence protectionniste mondiale, on est aux USA, soi disant pays du libre echange =)
a écrit le 28/04/2013 à 9:30 :
En France ,les labos pour placer leurs génériques pratiquent cette méthode auprès des pharmaciens ,on appelle cela les marges arrières..qui s'en inquiète ? La SS ? Au contraire...elle encourage....cette sorte de fraude....! Et les pharmaciens crient à la faillite !!! Mais se regroupent pour toujours plus.....car cela les arrange....très très bien!!!
a écrit le 28/04/2013 à 6:42 :
pourquoi ce labo plutot qu'un autre ? Ils font tous pareil !
Réponse de le 28/04/2013 à 15:42 :
Parce que les USA s'attaquent aux entreprises étrangères qui font de l'ombre à leur économie. Toutes les sociétés pharmaceutiques, en premier lieu les américaines, ont depuis toujours organisé des séjours "tout frais payé" pour assurer la promotion, pardon des séances d'information, de leur médicaments auprès des médecins
a écrit le 27/04/2013 à 21:30 :
vive les américains
Réponse de le 28/04/2013 à 15:44 :
Pourquoi vive les américains? Quand ils auront sous-tirés quelques centaines de millions à Novartis, ils s'attaqueront aux groupes français qui ont exactement les même pratiques. Est-ce que vous n'aveu pas encore compris que les USA vont faire payer le monde entier pour remplir leur caisses laissées vides par la crise des subprimes?
a écrit le 27/04/2013 à 21:22 :
Quoi de nouveau? Les cadeaux commerciaux au médecin prescripteur c'est depuis toujours. Maintenant ce n'est plus légal? Ou cela a été fait tellement peu subtilement que l'Administration n'avait plus la possibilité de regarder ailleurs?
a écrit le 27/04/2013 à 19:33 :
Quand les labos se mettent à faire de la vente forcée à ce niveau là, c'est qu'il y a un gros problème de management et que la recherche n'alimente plus le pipeline des drogues en cours de développement. Nombre de laboratoires licencient et réorganisent leur recherche.
a écrit le 27/04/2013 à 12:30 :
Rien de neuf. Ce scandale de grande ampleur pourrait déboucher sur un vaste remaniement de l'équipe dirigeante du groupe. Tout cela s'est déroulé sous l'ère Vasella. Daniel Vasella a été plus ou moins débarqué de son poste de n°1 et a été remplace par un Allemand très rigoureux. Pour l'heure ce sont les Américains qui font encore la pluie et le beau temps à Bâle. Combien de temps encore ? Surtout qu'une fusion, avec Roche pourrait revenir d'actualité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :