Covid-19 : le remdesivir vaut-il vraiment les 2.000 euros par traitement réclamés par Gilead ?

 |   |  2097  mots
(Crédits : Stephen Lam)
Si Donald Trump annonce se réserver l'entière production du remdesivir pour traiter les malades du Covid-19, que vaut cet antiviral expérimental et comment calculer son prix en période de crise sanitaire ? Le laboratoire Gilead l'a fixé à un peu plus de 2.000 euros pour 5 jours de traitement, susceptible de raccourcir l'hospitalisation des patients gravement atteints, avec cependant une très faible réduction du taux de mortalité constaté. L'Europe va aussi autoriser la mise sur le marché du remdesivir.

L'annonce par le président américain Donald Trump d'un accord avec le laboratoire Gilead Science pour que la quasi-totalité de la production du remdesivir reste aux États-Unis a mis le feu aux poudres dans le secteur médical. Les tentatives du locataire de la Maison Blanche pour interdire  l'exportation de respirateurs 3M au Canada, puis de réserver l'éventuel vaccin Sanofi au marché américain ont mis au grand jour la brutalité de sa doctrine "America First" et provoqué un nouveau choc. Les spécialistes, à l'instar de Patrick Biecheler, associé en charge de la Practice Santé globalel de Roland Berger, estiment que cette confiscation du premier traitement officiellement approuvé dans la lutte contre la Covid-19 a peu de chance de tenir la route face aux autres Etats occidentaux comme les précédentes tentatives évoquées. Mais face à l'émoi du secteur sanitaire sur le sujet, on peut se demander si le premier Covid-killer n'est pas en train de nous échapper.
 
Dans la grande course au traitement permettant de guérir les personnes infectées par ce nouveau virus SARS-CoV-V2, le remdesivir est le premier à obtenir une homologation officielle. En mai, la Food and Drug Administration (FDA) américaine lui a délivré une approbation Le 25 juin, l'agence européenne du médicament a recommandé son autorisation, en attendant l'accord final de la Commission européenne. Il ne faut pas pour autant crier victoire. Au vu des résultats de ses essais cliniques, ce médicament semble accélérer la guérison des patients gravement atteints. Selon une étude internationale financée par l'Institut national américain des maladies infectieuses (NIAID) et publiée dans le New England Journal of Medicine, le remdesivir permet aux malades hospitalisés de se rétablir en 11 jours, contre 15 jours dans le groupe placebo. Mais il présente une faible réduction du taux de mortalité (avec 3%) et reste loin d'une solution fiable contre la maladie.

Basé sur les composés découverts par la biotechnologie contre les virus émergents, le remdesivir a été envisagé pour le traitement d'Ebola. Mais lors des essais cliniques menés en République démocratique du Congo, il s'est montré plutôt moins efficace que ses concurrents pour soigner les malades et n'a pas été homologué.. Dans le "pipe" de Gilead, il était arrivé sur une voie de garage sans que l'on sache bien à quoi le consacrer.

Sa deuxième chance

Lors de la découverte du SARS-Cov-V2,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2020 à 12:11 :
Et pas de remdesivir du tout, c'est encore mieux. Zéro médicament bidon, zéro dépense, zéro effets secondaires, zéro accentuation du déficit de la SecSoc, c'est t'y pas mieux comme ça?
a écrit le 04/07/2020 à 9:34 :
Le prix doit être acceptable, 20 000 serait 'un peu' excessif voire de l'abus, 2000 ça va bien, pour des pays riches, ça sera 200 pour les pauvres (sans y perdre), il faut bien collecter de l'argent pour chercher. Et ça doit aussi améliorer le cotation boursière (les annonces de vaccin, c'est surtout à ça que ça sert, pourquoi l'Institut Pasteur ne communique pas chaque mois (dans les média grand public) sur ses avancées ? Pas coté ?)
Il a une AMM ce truc ? Je croyais que les études n'étaient que partielles, fragmentaires (mais quand c'est urgent les barrières sont basculées, ça demande du temps, beaucoup de temps comme pour élaborer un vaccin, il faut du recul, par sécurité).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :