Les Samu se préparent au risque d'attaque chimique avant la COP21

 |   |  405  mots
Le Samu va recevoir des stocks d'antidote aux attaques bactériologiques et chimiques.
Le Samu va recevoir des stocks d'antidote aux attaques bactériologiques et chimiques. (Crédits : Fabrizio Bensch/Reuters)
Alors que la date de lancement de la Conférence sur le climat est maintenue au 29 novembre dans la capitale, l'armée va fournir les Samu en sulfate d'atropine, un antidote efficace en cas d'attaque aux gaz toxiques.

Quatre jours après la publication d'un arrêté autorisant l'armée à doter les Samu d'un antidote aux armes chimiques, Manuel Valls a évoqué, pour la première fois devant l'Assemblée nationale, le risque d'une telle attaque sur le sol français, lors du vote - quasi unanime - de la loi permettant le renforcement et la prolongation de l'état d'urgence :

"L'imagination macabre des donneurs d'ordre est sans limite: fusil d'assaut, décapitation, bombe humaine, armes blanches (...) Il ne faut aujourd'hui rien exclure, et, je le dis avec toutes les précautions qui s'imposent - mais nous savons et nous l'avons à l'esprit -, il peut y avoir aussi le risque d'armes chimiques et bactériologiques."

Vidéo: Manuel Valls avertit sur les risques chimiques

Les gaz toxiques difficiles à employer et peu efficaces

Sur France Inter, un ancien officier supérieur des services de renseignement, Alain Rodier indiquait : "Le risque n'est pas exclu." Toutefois, ce type de produits (sarin ou ypérite) est "d'un emploi extrêmement difficile, beaucoup moins efficace qu'on peut le croire", a-t-il tempéré.

Une mesure prévue avant les attentats

L'arrêté pris dimanche 15 novembre prévoit notamment qu'une grande quantité de sulfate d'atropine, antidote contre certains gaz toxiques -dont le gaz sarin que le régime de Bachar el-Assad en Syrie est accusé d'avoir utilisé en 2013 contre sa population- sera fourni aux Samu français par la Pharmacie centrale des armées avant le lancement de la COP21, maintenu pour le 29 novembre.

 "Cette mesure était prévue dans la préparation de la COP21 et n'a pas été prise suite aux attentats de vendredi. C'est une précaution mise en oeuvre dans le cadre des grands rassemblements", affirme la Direction générale de la Santé, contactée par le Figaro.

Un antidote efficace contre les risques neurotoxiques

L'atropine, injectable en grande quantité (40 mg/20ml) est produite par la seule pharmacie centrale des armées et doit normalement être administrée aux troupes exposées au risques neurotoxiques organophosphorés, comme les gaz sarin, Tabun, Soman et VX. Le sulfate d'atropine est l'un des rares antidotes connus contre ce types de produits.

Cette mesure intervient alors que l'Union des Industries chimiques (UIC) a réitéré, suite aux attentats de Paris, ses alertes auprès du gouvernement sur le risque lié à libre diffusion d'informations relatives aux risques et aux stocks des usines du secteur sur internet.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2015 à 12:50 :
Ils se préparent pour se protéger eux mais pas les sans dent et leurs enfants....pas bon de vivre à Paris!!
a écrit le 19/11/2015 à 23:34 :
Clair que les attaques chimiques, rien que dans l'atmosphère et la nourriture, on est déjà bien trop "servis"... http://www.france24.com/fr/20130430-francais-une-population-particulierement-contaminee-pesticides-insecticides-environnement-sante-invs/ Alors, la cop21...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :