Électricité : les prix risquent de tripler en France cet hiver

Alors que le pays fonce tout droit vers un déficit de production d’électricité cet hiver, les capacités d’importation depuis les pays voisins pour combler le manque de marges risquent d’être fortement limitées. De quoi inquiéter les marchés, qui anticipent une défaillance, ce qui fait grimper encore plus qu'ailleurs les prix de gros dans l'Hexagone. Explications.
(Crédits : Reuters)

« Il n'y a aucun risque de coupure » de courant l'hiver prochain, affirmait Emmanuel Macron début juin, au moment-même où le gouvernement allemand tirait la sonnette d'alarme et lançait son plan d'urgence énergétique. Et pour cause, « quand il y a des besoins, on s'approvisionne sur le marché européen », justifiait le chef de l'Etat, affirmant vouloir « rassurer » les Français.

Et pourtant, depuis cette déclaration, les signaux pour le moins inquiétants se multiplient. Jusqu'à faire bondir les prix au plafond : dans l'Hexagone, ceux-ci se négocient actuellement au prix hallucinant de 790 euros le mégawattheure (MWh) pour octobre-décembre 2022 sur la bourse EPEX, soit deux à trois fois plus que dans les pays voisins ! Et frôlent même les 1.500 euros le MWh pour ce qui est des prix de pointe, contre moins de 500 euros en Allemagne. Une « différence énorme » qui montre que le marché « anticipe une défaillance » en France, alerte Nicolas Goldberg, spécialiste de l'énergie chez Colombus Consulting. Pour rappel, avant la crise sanitaire, le prix s'élevait à une cinquantaine d'euros le mégawattheure.

L'atout nucléaire se retourne contre la France

De fait, le pays fait face à une situation « spécifique », qui aggrave encore la crise et accroît la probabilité d'une pénurie de courant cet hiver, explique Jacques Percebois, économiste et directeur du Centre de Recherche en Economie et Droit de l'Energie (CREDEN). En effet, alors que son mix électrique repose toujours, en théorie, à presque 70% sur le parc nucléaire, celui-ci traverse une période d'indisponibilité historique. Selon le réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité ENTSO-E, 27 des 56 réacteurs du territoire se trouvent en effet à l'arrêt.

En cause : le décalage des maintenances du fait du coronavirus, qui tombent donc, pour plusieurs centrales, en ce moment-même, mais surtout l'identification récente d'un défaut de corrosion sur plusieurs infrastructures, et dont les causes et l'ampleur réelle restent inconnues. En février, EDF avait ainsi présenté un programme de contrôles afin de vérifier le nombre de réacteurs concernés par l'anomalie, et annoncé qu'il arrêterait en priorité, et d'ici à fin avril, Bugey 3 et 4, Cattenom 3, Chinon 3 et Flamanville 1 et 2.

« Sans ce problème de fissuration qui pousse EDF à fermer une partie du parc, on aurait un réseau sans marges, mais pas à marge négative, comme c'est le cas actuellement », commente Nicolas Goldberg.

Autrement dit, « l'avantage français du nucléaire se transforme en élément de faiblesse, et le restera tant que les réacteurs seront indisponibles, et le problème irrésolu », ajoute Jacques Percebois.

Congestions aux frontières

Ainsi, la France importera forcément de grandes quantités d'électricité pour satisfaire la demande cet hiver, affirme Jacques Percebois. Et notamment lors des pointes de consommation, celles-ci étant « habituellement plus fréquentes et fortes en France qu'ailleurs en Europe, étant donné que l'on se chauffe bien plus à l'électrique que nos voisins », précise l'économiste.

Seulement voilà : les pays frontaliers risquent, eux aussi, de faire face à de fortes tensions d'approvisionnement, ou du moins de ne pas disposer de suffisamment de surplus pour satisfaire les besoins français. Pour s'en prémunir, l'Allemagne a notamment décidé de garder en activité près de 14 GW de centrales à charbon qui devaient fermer dès cette année. Mais même avec cette puissance supplémentaire, Berlin anticipe une pénurie dans le cas où la Russie décidait de réduire encore son offre de gaz, toujours essentielle pour alimenter ses centrales électriques.

Surtout, les possibilités d'échange seront de toute façon restreintes par des freins techniques. « Il faut s'attendre à des goulots d'étranglement liés aux capacités d'interconnexion des réseaux, aujourd'hui limitées à 13 GW environ. C'est pour cela qu'en période de tension, il y a toujours des congestions aux frontières. Cela explique aussi que le prix de gros ne soit pas le même partout », note Jacques Percebois.

Par conséquent, ce dernier devrait bien exploser en France, malgré la connexion du pays au marché européen de l'électricité. Reste à voir l'impact de ce phénomène sur les factures des consommateurs. En effet, l'Etat avait mis en place l'hiver dernier un bouclier tarifaire, aujourd'hui toujours en vigueur, afin de protéger les citoyens de la flambée des prix. Mais alors que la situation promet d'empirer, un tel dispositif pourrait peser lourd sur les finances publiques.

« Pour limiter la hausse du tarif réglementé de vente à 4% plutôt que 40%, les pouvoirs publics sont déjà intervenus massivement, à tous les échelons. Ils ont mis sous perfusion les fournisseurs, tout en donnant des aides aux consommateurs, afin de faire en sorte que le marché tienne. C'est un interventionnisme extraordinaire, qui a coûté des fortunes aux contribuables », soulignait à La Tribune il y a quelques mois Xavier Pinon, cofondateur et dirigeant du courtier en énergie Selectra.

Un manque criant de marges pilotables

Dans ces conditions, le gouvernement n'a d'autre choix que de sonner le branle-bas de combat, soit pour accroître la production d'électricité nationale, soit pour diminuer la demande. Il a notamment annoncé son intention de rouvrir en urgence la centrale à charbon Emile Huchet, et d'engager un plan « sobriété », censé pousser l'Hexagone à économiser un maximum d'énergie sur le territoire.

Mais en cas d'hiver froid, ces recours resteront largement insuffisants, tant le pays dispose de peu de marges de manœuvre pilotables en dehors du nucléaire.

« Pendant de nombreuses années, nous n'avons plus construit de moyens de production pilotables [qui permettent de fournir de l'électricité sans variation liée aux conditions météorologiques ou géographiques, ndlr]. Nous en avons même fermé, en ne construisant que des éoliennes et des panneaux solaires à la place. Forcément, cela a déstabilisé le réseau, et accru le risque d'une non satisfaction de la demande », glissait à La Tribune André Merlin, le premier directeur de RTE, en avril dernier.

Le gouvernement a notamment acté la fin de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace, définitivement mise à l'arrêt en 2020. « Celle-ci ne représentait qu'1,8 GW, son maintien n'aurait donc pas suffi, même s'il aurait apporté des marges bienvenues. Mais nous avons par ailleurs fermé plus de 10 GW d'énergies fossiles depuis 2012. Ce qui est bon pour le climat, mais aboutit logiquement à un manque significatif de pilotables. A cela s'ajoute notre retard sur l'efficacité énergétique, notamment dans les bâtiments, qui permettrait de réduire en parallèle la consommation », selon Nicolas Goldberg.

D'autant que les rares projets mis en route pour compenser ces fermetures ont accumulé les déboires. Notamment la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (1,6 GW), qui essuie plus de dix ans de retard, et n'est toujours pas raccordée au réseau. Mais aussi la centrale au gaz de Landivisiau, opérée par TotalEnergies et mise en service en avril dernier, après de très nombreux glissements du calendrier.

Du côté des installations non pilotables, le bilan de la France s'avère également peu reluisant, puisque l'Hexagone ne compte qu'un seul parc éolien en mer, raccordé au réseau il y a quelques semaines seulement. De manière globale, la filière éolienne reste à la peine : au 31 mars 2022, la puissance installée s'élevait à un peu plus de 19 GW, soit près de deux fois moins que les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Et pour ce qui est de l'énergie solaire photovoltaïque, la France n'en produit que 2,2%, soit trois fois moins que l'Allemagne ou l'Italie.

Lire aussi : Eolien : les coûts de construction explosent, le modèle européen ne tient plus face à la concurrence chinoise

Conséquences en cascade sur l'industrie

Une « conjonction de facteurs défavorables », résume Jacques Percebois, dont les conséquences pourraient être majeures. En cas de pénurie, « les consommateurs domestiques seront de toute façon prioritaires », rappelle-t-il. Autrement dit, les entreprises seront les premières à se voir rationner, notamment les plus énergivores, ce qui n'est pas arrivé depuis les années 1950. A tel point que certains industriels cherchent à prendre les devants, comme Stellantis qui cherche un partenaire pour produire sa propre énergie.

Lire aussi 2 mnStellantis veut produire sa propre énergie pour contourner l'envolée des prix de l'électricité (Carlos Tavares )

En avril dernier, l'exécutif avait ainsi publié un décret prévoyant le délestage, autrement dit la réduction momentanée et planifiée de la consommation de gaz naturel par certains consommateurs en cas de pénurie. Seraient d'abord concernés les 5.000 sites qui brûlent plus de 5 GW/h par an, en dehors de ceux assurant des missions d'intérêt général (écoles, hôpitaux, Ehpad...). Ce qui pourrait peser lourd sur le tissu industriel français, déjà ébranlé par une explosion des prix qui n'en finit pas.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 73
à écrit le 04/07/2022 à 21:06
Signaler
Les prix de l'électricité de gros atteignent en effet en France des niveaux 2 à 3 fois supérieurs à ceux de nos concurrents directs , notamment l'Allemagne,et ce n'est pas près de s'arranger à cause du nucléaire à l'arrêt à 55 %...J'apprends aujourd...

le 09/07/2022 à 11:36
Signaler
En été le solaire seulement en Allemagne a produit plus de l’électricité que toutes les centrales nucléaires en France.

le 09/07/2022 à 12:59
Signaler
@Easaman,je sais hélas.Par contre ce que l'Allemagne nous a caché ,c'est que l'électricité des industries privées allemandes , qui n'est pas comptabilisée sur le réseau public, est basée sur le gaz.....russe , l'UE européenne est en grand danger éner...

à écrit le 04/07/2022 à 17:06
Signaler
Ben mon projet de carport solaire, je sens que je vais mettre en oeuvre, Ben oui ma maison est est ouest, seule solution un carport plein sud. Puis couper les arbres morts de mon terrain de loisirs pour ma cheminée. Avec ça on tiendra. Une info qu...

à écrit le 04/07/2022 à 15:31
Signaler
Pour la facturation, Linky va rendre service, on peut relever le compteur tous les jours (pour ça que les factures de gaz font maintenant 3 pages avec Gazpar, le prix varie chaque mois, un peu, beaucoup, à la folie selon. 3,45 en jan 2021 et arrivé à...

à écrit le 04/07/2022 à 9:24
Signaler
Gouverner c'est prévoir hors dans tous les domaines l'échec est patent...

à écrit le 04/07/2022 à 5:31
Signaler
Le savoir faire en matière de nucléaire est très mauvais en France, inférieur à la majorité des autres pays. Et avec les nouveaux réacteur EPR ça a l'air encore pire. Par contre on sait faire de bonnes éoliennes et des panneaux solaires à haut rende...

le 04/07/2022 à 8:03
Signaler
Non c'est de la désinformation, les énergies renouvelables est en leurre car trop consommateurs d'énergie pour les produire et surtout nécessite des quantité considérables de matières premières qui bien souvent proviennent de l'énergie produites/tran...

le 04/07/2022 à 9:29
Signaler
Les ENR ne fonctionnent que si elles sont adossées à de puissantes centrales pilotables, comme la centrale au gaz de Landivisiau. Pour le nucléaire si vous avancer que l'organisation mis en place pour les construire est défaillante je serai au moins ...

le 09/07/2022 à 19:11
Signaler
Si je compte sur le nucléaire et je sais ils sont conçu pour une vie de 30 ans, je dois déjà commencer un plan de reconstruction après 25 ans. Maintenant on approche les 40 ans et rien s’est passé. Il faut au moins 15 pour construire des centrales nu...

le 09/07/2022 à 19:13
Signaler
Si je compte sur le nucléaire et je sais ils sont conçu pour une vie de 30 ans, je dois déjà commencer un plan de reconstruction après 25 ans. Maintenant on approche les 40 ans et rien s’est passé. Il faut au moins 15 ans pour construire des centrale...

à écrit le 03/07/2022 à 19:58
Signaler
je ne sais plus qui a déclaré que "nous allions mener une guerre économique à la Russie"... Mais l'avantage de tout ça, c'est que notre économie va rapidement converger avec celle de l'Ukraine et de la Moldavie, facilitant l'intégration de nos économ...

le 04/07/2022 à 7:54
Signaler
La guerre entre l'Ukraine et la Russie est en avant gout de ce qu'il nous attend mais en pire. Guerre ou pas guerre, l'AIE table sur une baisse de 30% du PIB en Europe sur les 30 ans à venir car estime que la consommation de l'énergie fossile devrait...

le 04/07/2022 à 8:11
Signaler
Imagine l'état de notre pays lorsqu'il sera dirigé par les milléniaux (milléniais serait plus juste) ! LOL

à écrit le 03/07/2022 à 18:59
Signaler
Bruno Le Maire est-il au courant? 😂😂😂

à écrit le 03/07/2022 à 11:28
Signaler
Rien de tel qu'une bonne cheminée et du feu de bois pour se chauffer l'hiver prochain. Ce ne sera pas pire en CO2 que les usines EDF au Charbon. Quant à notre électricité ou nous n'en produisons pas assez ce qui est le cas avec les centrales nucléair...

le 04/07/2022 à 5:42
Signaler
Pour le chauffage on peut se passer d'électricité, mais pour d'autres choses non ou compliqué si black out... Tous nos appareils connectés, éclairages, télé, box, frigo, congélo, micro onde, et les appareils d'assistances médicales comme pour mon ap...

à écrit le 03/07/2022 à 9:38
Signaler
Deux remarques à l'auteur : 1- sur les 27 réacteurs à l'arrêt (sur 56) 12 "seulement" le sont pour contrôle de la présence de corrosion. Les autres le sont en effet pour maintenance, mais il est courant d'avoir de nombreux réacteurs en maintenance ...

le 03/07/2022 à 10:27
Signaler
"Merci à EDF"... désolé, mais EDF ne fait que son travail, au frais du contribuable. Quand on voit les coûts et les délais pour construire l'EPR de FA3, à la place d'EDF je ne la ramènerais pas trop

à écrit le 03/07/2022 à 8:37
Signaler
Encore un domaine géré en grande partie par l'État qui ne fonctionne plus. Je pense que le modèle français est à bout souffle et que nos élites (dirigeants politiques et économiques) devraient se remettre en cause. Il faudrait remettre tout à plat ...

le 04/07/2022 à 8:01
Signaler
C'est vrai que les coûts et les délais pour construire des centrales nucléaires posent un problème. On peut mieux faire. Mais il faut savoir aussi que l'état confie la construction des éoliennes à des sociétés privées qui nous coûte aussi très cher. ...

à écrit le 03/07/2022 à 8:23
Signaler
Qui est responsable de cette situation si ce n’est le monde politique sous les coups de boutoirs du monde associatif. Quand on en est là, dans le vrai monde, on vire les dirigeants. mais en France, les politiques incompétents veulent au surplus pilot...

à écrit le 02/07/2022 à 23:13
Signaler
Bonjour, Une augmentation, si on arrêté les conneries chez EDF, évidemment que le prix va monter, depuis la privatisation on effectue les visites des centrales en plein hiver, du coup on ne produit pas d'électricité, résultats EDF achete de l'élec...

à écrit le 02/07/2022 à 15:06
Signaler
Cette incitation forte au tout électrique pour la mobilité aussi débile que l'incitation à la motorisation diesel depuis plus de 50ans est le résultat d'un lobbying du cartel des producteurs d'énergies renouvelables. La note sera salée en 2050 quand...

le 03/07/2022 à 11:29
Signaler
pas vraiment. les productuer d energie ecolo ne pesent rien en lobbying comparé a un total ou FNSEA. l objectif des ecolos est ailleurs: il est impossible d avoir autant de voitures electriques que thermique. on aura donc de force une reduction du no...

le 03/07/2022 à 15:26
Signaler
@ CD : Les sans culotte et sans dents seront bientôt sans voiture. Les pauvres ! ils seront bientôt à poil.

à écrit le 02/07/2022 à 14:48
Signaler
tout la haut les decideurs reflechissent a la remise en place de la taxe d'habitation avec effet retroactif de 5 ans

à écrit le 02/07/2022 à 13:04
Signaler
Roulez en électrique dit le gouvernement L'Électricité vaut déjà une fortune, le carburant vaut une fortune aussi. Tout ça c'est des pénuries créées par l'État pour récupérer l'argent du covid 19. Et les premiers impactés c'est toujours ceux qui b...

à écrit le 02/07/2022 à 13:03
Signaler
Roulez en électrique dit le gouvernement L'Électricité vaut déjà une fortune, le carburant vaut une fortune aussi. Tout ça c'est des pénuries créées par l'État pour récupérer l'argent du covid 19. Et les premiers impactés c'est toujours ceux qui b...

à écrit le 02/07/2022 à 10:05
Signaler
Pas surpris du tout de cette situation...la France est toujours en retard d'une guerre...

à écrit le 02/07/2022 à 9:50
Signaler
Et tout ce fric qui va partir dans les paradis fiscaux de ceux qui possèdent et détruisent le monde en ronflant. "Le capitalisme est le moins pire des gna gna gna..." Imposteurs.

à écrit le 02/07/2022 à 9:39
Signaler
Il n'y a pas que les 12 réacteurs victimes de corrosion dans les réacteurs de technologie fabriqués sous licence Westinghouse qui sont les mêmes que ceux utilisés en nombre deux fois plus important aux USA et qui, eux, ne connaissent apparemment pas ...

le 02/07/2022 à 13:18
Signaler
Travaillant pour un syndicat professionnel de secteur industriel en idf , Et bien si il y a bien d autre Service de maintenance industrielle , ferroviaire, btp ….qui sont aussi en souffrance dû aussi aux problèmes de recrutement , de niveau de salair...

le 02/07/2022 à 14:44
Signaler
Je crains Monsieur Kalou que vous ne soyez dans une grande confusion entre les problèmes de recrutement et de revendication de salaire d'une part qui ont toujours existé et une désorganisation de la maintenance des réacteurs nucléaires qui ont bien f...

à écrit le 02/07/2022 à 9:02
Signaler
voila le bilan des cinq années écoulées de nos irresponsables ! manque de savoir pour prévoir !? que de discours protéiforme

le 02/07/2022 à 13:22
Signaler
C est pas le bilan de 5 ans comme vous le dites mais de 20 ans… savez vous que les maintenances nucléaires se planifie 10-15 ans a l avance et se font pas tranches d années? Au lieu de prétendre n importe quoi pour régler vos comptes perso …

à écrit le 02/07/2022 à 8:48
Signaler
Incurie totale des dirigeants français, obnubilés par les lubies écologistes et par la soumission aux USA ("sanctions" contre la Russie dont la principale victime est l'Europe, et surtout la France). Et on sature de propagande et de réglementations s...

le 02/07/2022 à 13:25
Signaler
Rien à voir problèmes pas anticipés il y a 10-20 ans .. les maintenances se font en tranches d années et les gouvernements précédents le ( Raffarin Sarkozy ) ont puisés dans les réserves d edf destinés justement à cette maintenance , pour améliorer ...

à écrit le 02/07/2022 à 8:45
Signaler
Les premiers responsables sont les ménages qui ont voté ces derniers 41 ans. Il faudrait avoir le courage de couper l'electricité aux ménages et pas aux entreprises. Ça serait un signal d'espoir pour l'avenir.

à écrit le 02/07/2022 à 8:08
Signaler
Les marchés ne font pas de planification autre que dans leurs intérêts et nous sommes des consommateurs captifs!

le 02/07/2022 à 9:00
Signaler
il faut aussi recercier les ecolos pour leur volonté d'un retour au moyen age et sans eux nous aurions droit a une electricite tres peut cher face a nos voisin. et au niveau de production d'energie nous serions au frais en ete et au chaud l'hiver

à écrit le 02/07/2022 à 6:43
Signaler
Pendant 20 ans, on a arrêté de construire des centrales par peur des écolos. Exception faite de l'EPR qui est très coûteux car excessivement sécurisé, justement par peur du nucléaire. Nos dirigeants sont des incompétents sans courage.

le 02/07/2022 à 8:15
Signaler
comme beaucoup de secteur en france nous avons étais trahi par nos politiciens depuis giscard gauche et droite confondu qui ont voulu l'europe ce que les autres nation ont garder toute leur independance et maintenant ont veut nous faire payer leur...

le 02/07/2022 à 9:41
Signaler
"on a arrêté de construire des centrales par peur des écolos" voire par manque de besoin. Si chaque décennie, elles sont autorisées à continuer suite aux grandes inspections, vous pensez en construire combien de neuves en réserve pour quand les autre...

à écrit le 01/07/2022 à 22:58
Signaler
On ne peut s'empêcher de penser devant autant d'illogismes et de bêtises que nos gouvernants sont que des marionnettes incompétentes . Le debut du grand n'importe quoi remonte aux annees 80 si l'on se réfère à l'actualité .Sous Raymond barre la Fran...

le 02/07/2022 à 8:40
Signaler
Oui, c'est vrai 81 est le debut de la tiers-mondisation du pays mais la speculation boursière existe partout sauf que la bourse ailleurs permet de financer des entreprises et pas seulement de distribuer des dividendes à des actionnaires etrangers. Le...

le 02/07/2022 à 13:29
Signaler
Faux: sous Raymond Barre certes il avait réussi à mette l’l état à l équilibre mais il y avait de la dette à 15-20 % je crois … même dans les années 60 il y avait de la dette mais c était de la dette d’investissement pas de fonctionnement - la pire …

à écrit le 01/07/2022 à 22:09
Signaler
c'est pas comme si l'EPR de Flamanville n'avait pas dix ans de retard et un coup multiplié par trois. C'est la faute de leur covid aussi ?

à écrit le 01/07/2022 à 21:55
Signaler
Et on nous incite à acheter des voitures électriques, des vélos électriques, du chauffage électrique, etc. Il va y avoir de la décharge électrique dans les rues cet hiver.

à écrit le 01/07/2022 à 21:55
Signaler
De la pure spéculation virtuelle. Cette histoire de bourse européenne relève du pur scandale. On peut toujours justifier tout et son contraire. Ce n'est pas aux consommateurs d'énergie de payer la spéculation sur l'énergie. Imaginez ce que cela aurai...

à écrit le 01/07/2022 à 21:49
Signaler
Comme quoi fermer Fessenheim juste rénovée pour faire plaisir aux écolos et à mamie Merkel c était ultra urgent.

le 01/07/2022 à 22:16
Signaler
Vous avez parfaitement raison

à écrit le 01/07/2022 à 21:26
Signaler
Bonjour, Ils faut dire que la France a arrêté énormément de réacteurs nucléaires.... Donc ils n'y a plus d'autre moyen que d'acheter de l'électricité qui est produite par des centrales au charbon a l'étranger... Deux remarques : L'action du lobb...

le 01/07/2022 à 21:47
Signaler
Les entretiens sont fait par des entreprises privées qui sous traitent a tour de bras. De plus chez EDF il n y a pas de statut fonctionnaire

le 02/07/2022 à 21:24
Signaler
Depuis la réforme des epics ss Sarko en 2007 ( edf, sncf) edf ne recrute plus d ouvrier à statut mais sous-traite toute sa maintenance des centrales nucléaires … problème le niveau de salaires , compte tenu des risques et heures de nuit ou sont ef...

le 03/07/2022 à 14:14
Signaler
J habite pas tres loin de la centrale de Chinon Ici pas mal.de.monde bosse sur ce site pour EDF mais surtout pour les sous traitants... Ca glande pas mal est c est bien payer Tout le monde veux y aller "bosser"

à écrit le 01/07/2022 à 21:23
Signaler
Bon, et bien une électricité chère, c'est excellent pour l'ecologie, alors ne boudons pas notre plaisir. Depuis quelques années, les medias nous répètent ad nauseam qu'il faut produire moins de CO2, et c'est ce que nous allons faire, formidable, non ...

le 02/07/2022 à 9:51
Signaler
L'avenir écologique de la planète c'est l'électricité, fini carburants, gaz, tout sera électrique pour se chauffer (PAC, radiateurs), circuler, ... Si le nucléaire ne produit pas de CO2, en quoi en réduire la production va dans le 'bon' sens ? Si ça...

à écrit le 01/07/2022 à 21:05
Signaler
Bref, le sabotage organisé depuis plus de 30 ans continue: là on sent le bouquet final. Un seul mot: bravo

à écrit le 01/07/2022 à 20:41
Signaler
Ah ahh les benêts Mc Kinbsé suivent à la lettre les recommandations de l' l' UE.. L'entreprise publique EDF était l'une des +grandes réussites française d'après 1945 F Asselineau "L' UE a imposé: -ouverture à la concurrence ...

à écrit le 01/07/2022 à 20:04
Signaler
Qu'est ce qui se passe avec cette société qui était super performante il y a quelques années ?? Là ça devient catastrophique alors qu'on a toutes les infrastructures pour que ça roule. Je ne suis pas un spécialiste mais 2 choses: soit elle est très m...

le 01/07/2022 à 21:51
Signaler
Le problème très simple Trop de chefs qui ne prennent aucune décision trop peur de perdre leur privilège, trop de réunions qui ne servent à rien, trop de normes qui se contredisent les unes des autres, trop d'associations qui ne réfléchissent pas ...

à écrit le 01/07/2022 à 19:56
Signaler
C'est une machination !

le 01/07/2022 à 21:05
Signaler
Non, au minimum un complot

le 01/07/2022 à 21:30
Signaler
On cause de qui là ?

à écrit le 01/07/2022 à 19:39
Signaler
Que l'on cesse de forcer EDF à vendre sa production aux fournisseurs alternatifs !!!

à écrit le 01/07/2022 à 19:31
Signaler
La politique française est absurde, on nous demande de ne plus utiliser le chauffage au fuel, on passe à l’électricité, on passe à la voiture électrique mais on n’aura pas d’électricité. si nous gérions les entreprises comme l’état gère son domaine i...

à écrit le 01/07/2022 à 19:28
Signaler
Ce n'est pas votre journal qui vient de titrer le même jour que l'Ukraine a commencé à fournir de l'électricité sur le réseau européen ? On n'a donc aucun souci à se faire ? Ou pas ? Alors ? Les faits sont têtus ...

le 02/07/2022 à 8:23
Signaler
Sauf que l ukraine va etre coupee ds peu de temps de ses centrales électrique nucléaire, deja sous la coupe russe. Hors les russes couperont quand ils l auront decide. L ukr ne se connectera a l europe que pour pomper une fois de plus , mais ne livre...

à écrit le 01/07/2022 à 19:25
Signaler
Pas grave, on utilisera de l'hydrogène, c'est ça l'avenir.

le 01/07/2022 à 19:42
Signaler
Il faut beaucoup d'énergie pour produire de l'hydrogène. Et le rendement des PAC est très faible. La piste que vous proposez n'en est pas une.

le 01/07/2022 à 20:52
Signaler
Vous êtes un très bon lecteur de notre belle presse qui n'a aucun sens critique et vous répétez parfaitement tout ce qu'elle vous raconte. Pour l'instant, l'hydrogène a surtout beaucoup d'inconvénients qu'ils va falloir surmonter avant de pouvoir l...

le 01/07/2022 à 21:28
Signaler
Le lapin parle second degré.. comme Bruno Lemaire vous êtes consternant..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.